Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
7 fruitiers climat continental
conseil

7 fruitiers pour climat continental

Une sélection des arbres fruitiers à planter dans les régions au climat (semi)-continental

Il existe quatre climats en France : le climat méditerranéen, le climat océanique, le climat de montagne et le climat continental, parfois appelé semi-continental pour être plus précis. Avec des spécificités pour chaque zone. Concentrons-nous sur le climat continental. S’il fallait résumer en quelques mots, on pourrait le qualifier par des étés chauds et des hivers rudes. Concrètement, l’amplitude thermique entre les différentes saisons est assez importante, entre autres au printemps, entre les matins frisquets, et les après-midi. Les étés sont chauds, marqués par de nombreux orages qui entraînent des précipitations, surtout autour des reliefs. L’automne est assez précoce avec des gelées dès octobre. Quant aux hivers, ils peuvent être froids même si les températures sont moins basses qu’en montagne, avec de la neige dès le mois de novembre. Et il n’est pas rare d’avoir des gelées jusqu’en mai. Ce climat continental sévit sur le nord-est de la France, le Massif Central et une partie de la Bourgogne, sans oublier la région de Saint-Étienne de par son altitude.

Avec un climat aussi contrasté, inutile d’espérer récolter des abricots et des pêches. Les gelées tardives printanières seraient fatales à la floraison et donc à la fructification. Pour autant, certains arbres fruitiers s’adaptent parfaitement à ces conditions climatiques. Découvrez notre sélection d’arbres fruitiers à cultiver sous climat continental.

Le pommier, l'arbre fruitier le plus répandu

Comment résister au plaisir de croquer dans une belle pomme ? D’autant que le pommier (Malus domestica) appartient à cette catégorie d’arbre fruitier parfaitement adaptable à toutes les situations. Rustique jusqu’à – 30 °C, facile à cultiver (au moins pour les variétés de plein vent ou de type Spur, colonnaires ou peu ramifiées), le pommier est idéal dans les régions au climat continental car il apprécie la chaleur de l’été, le froid de l’hiver qui lui est nécessaire, et la relative humidité.

Fort de plus de 600 variétés, le pommier fleurit tardivement ce qui lui permet de passer outre les gelées tardives printanières, courantes dans les régions au climat continental. Parmi cette palette de variétés, il en existe de nombreuses qui se veulent locales et anciennes, donc adaptées aux spécificités climatiques d’un territoire.

Ainsi, la ‘Belle fille de Salins’ est un pommier autofertile, originaire du Jura, très résistant au froid. La ‘Reine des Reinettes’ est aussi parfaite en climat continental, très résistante aux gelées printanières et, qui plus est, une des meilleures variétés pollinisatrices. ‘Melrose’, ‘Jonagold’, ‘Mondial Gala’, ‘Belle de Boskoop’ fructifieront aussi très bien.

pommier

Le pommier est un arbre fruitier très rustique

Le pommier souffre de quelques petits défauts : il est sujet à de nombreuses maladies cryptogamiques comme la tavelure, l’oïdium ou la moniliose. Mais les recherches agronomiques permettent de créer des pommiers plus résistants. De plus, les pommiers sont en général autostériles, ce qui implique qu’il faille en planter deux pour assurer la pollinisation. Enfin, si le pommier est palissé, sa taille peut être exigeante. Son dernier petit inconvénient réside dans sa croissance plutôt lente et son délai de première fructification long (entre 3 et 7 ans). Mais la production s’échelonne ensuite sur 80 ans !

Le pommier se plante dans un sol riche, frais et bien drainé. Il accepte les sols lourds, francs et argileux-calcaires. Choisissez-lui un emplacement ensoleillé.

→ Tout savoir sur les pommiers, plantation, taille, entretien dans notre fiche complète

Le poirier, relativement adaptable

Bien qu’il ait une floraison précoce (en mars-avril, avant l’apparition des feuilles), le poirier (Pirus domestica) se plaît dans les régions au climat continental. Originaire du nord de l’Asie, le poirier supporte des températures descendant jusqu’à -30°C. En revanche, il n’apprécie guère la chaleur et la sécheresse ou une humidité trop présente. Les vents froids ne lui réussissent pas non plus. C’est pourquoi il est préférable de lui offrir une exposition sud-est ou sud-ouest. En respectant ces conditions culturales, le poirier offre des fruits fermes et juteux.

Le poirier peut être conduit de différentes façons, en plein vent comme palissé en double U. Bien évidemment, la taille sera différente. Il fructifie en général dès la troisième année. Il aime les sols frais, profonds et riches et terres franches, argilo-calcaires ou argilo-siliceuses. Si votre terrain est sec, trop calcaire ou mal drainé, oubliez le poirier.

poirier

Le poirier s’adapte très bien dans les régions au climat continental

La majorité des poiriers étant autostériles, il est nécessaire de planter une variété pollinisatrice à proximité.

Pour une plantation sous climat continental, choisissez des variétés comme la ‘Beurré Hardy’ qui pousse jusqu’à 800 mètres d’altitude, la ‘Conférence’, la ‘Doyenné du Comice’, ou encore la ‘Comtesse de Paris’.

→ Tout savoir sur les poiriers, plantation, taille, entretien dans notre fiche complète

Le néflier, un fruitier à (re)découvrir

Avez-vous déjà goûté des nèfles, ces fruits marron qui se consomment (presque) blets, en octobre ou novembre après les gelées ? D’une saveur étonnante, les nèfles du néflier commun (Mespilus germanica) n’ont rien strictement rien à voir avec les bibaces du Néflier du Japon  (Eriobotrya japonica) qui ne pousse et fructifie que dans le Midi et le Sud-Ouest. En revanche, le néflier commun se complaît dans les régions au climat plus froid. C’est un arbre de la famille des Rosacées, comme le pommier et le poirier, particulièrement résistant au froid qui ne nécessite pas de soins particuliers.

Sa floraison prend des teintes blanches tirant sur le rose ou le crème en mai-juin et, en automne, il se pare d’une belle couleur bronze rosée. C’est un arbre fruitier qui aime tout autant le soleil et l’ombre mais une exposition ensoleillée est préférable pour une bonne fructification. De croissance plutôt lente, le néflier du Japon peut être attaqué par la moniliose ou l’oïdium.

neflier

Le néflier commun ne doit pas être confondu avec le Néflier du Japon qui pousse et fructifie dans le sud

Il n’existe qu’une seule variété de Mespilus germanica mais on trouve aussi quelques cultivars anciens tels ‘Géant d’Evreinoff’ (ou ‘Monstrueuse d’Evreinoff’), une variété autofertile aux fruits précoces, plus gros que ceux des autres variétés.

Le cognassier, l'arbre fruitier esthétique et productif

Encore un arbre fruitier de la famille des Rosacées qui ne doit pas être confondu avec le cognassier du Japon (Chaenomeles) , un arbuste surtout ornemental à la jolie floraison printanière rouge. Notre cognassier (Cydonia oblonga) produit de gros fruits à l’épiderme velouteux qui se dégustent cuits. Crus, ils sont âpres bien qu’ils dégagent un parfum exquis. Le cognassier est un arbre quelque peu tortueux qui peut atteindre 4 à 8 mètres. Sa floraison rose printanière sent divinement bon.

Cet arbre fruitier, naturalisé dans le sud de la France, s’adapte facilement dans les régions au climat plus rigoureux. Rustique jusqu’à – 25 °C, il est en outre peu exigeant quant à la nature du sol, à la condition qu’il soit frais, profond et fertile. Quant à l’emplacement, il sera ensoleillé et surtout abrité des vents froids. Parfois touché par la moniliose ou l’entomosporiose, le cognassier ne nécessite aucune taille particulière. Autofertile, il ne nécessite pas la plantation d’un autre sujet pour fructifier.

cognassier

Naturalisé dans le sud, le cognassier se plaît aussi dans les régions plus froides

S’il fallait mettre en avant telle ou telle variété, le cognassier ‘Champion’ est remarquable par sa productivité, le calibre de ses fruits et sa vigueur. Quant au ‘Monstrueux de Vranja’, il est également très productif de fruits très parfumés.

→ Tout savoir sur le Cognassier, plantation, taille, entretien dans notre fiche complète

Le prunier, l'arbre fruitier le mois exigeant de tous

Le prunier (Prunus domestica) est l’arbre fruitier idéal à planter dans les régions au climat continental marqué. Certes, sa floraison en avril-mai est précoce donc potentiellement sujette aux gelées tardives, mais, dans les faits, elle est relativement résistante. Si l’on ajoute à cette qualité sa rusticité jusqu’à – 15 °C, sa rapidité à fructifier et son peu d’exigence en matière de sol, le fruitier est le candidat parfait pour intégrer un verger ou un jardin. Il préfère tout de même les sols silico-argileux ou argileux-calcaires bien drainés et profonds.

D’autant plus que les variétés sont multiples, des Reine-Claude très juteuses, aux quetsches à la jolie couleur bleu-noir, en passant par les mirabelles ou la prune d’Ente, utilisée pour la production des pruneaux d’Agen. Certaines variétés sont autofertiles, d’autres ne le sont pas donc, le choix doit se faire en toute connaissance de cause au risque de ne pas avoir de fruits.

Si les pruniers se plantent partout en France, certaines variétés sont plus adaptées à une implantation en climat continental. Ainsi, les mirabelles et les quetsches aiment particulièrement ce climat, alors que les Reine-Claude préfèrent un climat plus océanique. Elles sont d’ailleurs très présentes dans l’est de la France, la mirabelle de Lorraine bénéficiant même d’une IGP (Indication Géographique Protégée). Le prunier ‘Mirabelle de Nancy’ donne, en août, de petits fruits jaunes, très sucrés, tout comme la ‘Mirabelle de Metz’. Très présente en Alsace, la quetsche est typique de l’est de la France. On peut planter le prunier ‘Quetsche d’Alsace’, une variété autofertile très productive, on le Prunier ‘Quetsche Stanley’, une variété vigoureuse aux gros fruits.

prunier

Les pruniers Mirabelle et Quetsches sont les plus adaptés au climat continental

→ Tout savoir sur les Pruniers, plantation, taille, entretien dans notre fiche complète

Le cerisier, l'arbre fruitier qui pousse partout en France

Autre éminent membre de la famille des Rosacées, le cerisier supporte aisément le climat continental. Qu’il produise des bigarreaux (Prunus cerasus) ou des griottes (Prunus avium), le cerisier est en effet rustique jusqu’à – 20°C et fleurit relativement tard, jusqu’en avril-mai, pour certaines variétés. Il est en outre très facile à cultiver, il a une prédilection pour les sols profonds, frais et bien drainés. Il n’y a que les sols argileux où l’humidité est prégnante qu’il craigne. Bien sûr, il lui faudra une situation ensoleillée, si possible bien à l’abri des vents les plus froids.

cerisier

Toutes les variétés de cerisiers poussent sous climat continental

La taille n’est pas obligatoire, voire néfaste pour le cerisier car elle favorise la pénétration des maladies. Un simple rafraîchissement pour limiter son encombrement suffit. Le cerisier reste relativement sensible à la moniliose, à la pourriture grise, au chancre bactérien ou à la maladie du plomb. Les pucerons peuvent aussi compromettre la récolte, tout comme la mouche de la cerise.

Découvrez notre vaste gamme de cerisiers qui peuvent être plantés dans les régions au climat méditerranéen.

→ Tout savoir sur les Cerisiers, plantation, taille, entretien dans notre fiche complète

Le noyer, l'arbre typique des climats frais

La noix de Grenoble bénéficie d’une Appellation d’Origine Protégée (AOP). Autant dire que le noyer (Juglans regia) aime les régions au climat frais. Il forme un très bel arbre de la famille des Juglandacées pouvant atteindre 15 mètres. Résistant jusqu’à – 30°C, il peut même pousser à une altitude de 800 à 1000 mètres à la condition qu’il soit à l’abri des vents forts. En revanche, ses jeunes rameaux sont sensibles aux gelées tardives.

Le noyer est plutôt lent de croissance. Il ne produit pas de fruits avant une quinzaine d’années, même si certaines variétés fructifient avant. Bien qu’autofertile, le noyer nécessite la présence d’autres noyers pollinisateurs car les fleurs mâles et les fleurs femelles sont souvent décalées.

noyer

En climat continental, les noyers à floraison tardive sont à privilégier

Pour les régions au climat continental marqué, il est préférable de choisir des variétés plutôt tardives comme ‘Franquette’, la variété la plus plantée dans la région grenobloise, ou ‘Parisienne’ qui fleurit en mai-juin.

→ Tout savoir sur le Noyer, plantation, taille, entretien dans notre fiche complète

Une envie d'exotisme ?

Si vous avez envie de déguster des fruits aux arômes plus exotiques, c’est aussi possible en climat continental. Certains arbres fruitiers exotiques qui ont besoin de soleil pour fructifier sont parfaitement résistants à des températures basses. Ingrid vous a concocté une sélection de 7 fruitiers tout à la fois exotiques et rustiques. 

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire