Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
guide pour créer son premier potager
conseil

Faire son premier potager - Guide pour les débutants

facile et pratique !

Vous vous sentez l’âme d’un jardinier et souhaitez faire votre premier potager pour cultiver vos propres légumes ? Félicitations !

Quelle que soit votre motivation, de la fierté de produire vos propres légumes, sans engrais chimiques ni pesticides, pour trouver un moment de partage en famille ou entre amis, ou encore la volonté d’un retour à la nature, le plaisir de cuisiner de bons produits, de décompresser, voir même se dépenser en jardinant, cultiver son potager apporte bien des satisfactions.

Mais le parcours du jardinier débutant est souvent semé d’embûches !  Rassurez-vous, chaque jardinier est passé par là ! Tel un pianiste gagnera en dextérité à travailler ses gammes, le jardinier réussira son potager en observant et en ajustant ses pratiques. Et même si l’expérience prime, voici quelques conseils de base qui vous permettront d’avoir toutes les cartes en main pour débuter au mieux votre potager.

Cultiver son potager c’est aussi accéder à un plus grande diversité de variétés de légumes (photo Johan Puisais)

Quand commencer un potager ?

Un potager se démarre généralement au printemps, c’est en effet la pleine période des semis et des plantations d’une bonne partie des légumes et petits fruits. C’est au mois de mai que la grande majorité des semis et plantations se réalise, pour les cultures estivales. Mais la préparation de l’emplacement peut être anticipée, nous y reviendront plus tard.

Une erreur récurrente lorsque l’on débute est de vouloir semer ou planter au mauvais moment, soit trop tôt, soit trop tard. Or, chaque légume à ses exigences climatiques. Des graines semées trop tôt ne germent pas ou mal et se font concurrencer par les « mauvaises herbes », très dynamiques au printemps. Par ailleurs, si l’on plante trop tôt des plantes gélives, par exemple la tomate, la plante risque de végéter ou de mourir car elle aura subi un froid trop important.

Il est donc indispensable de se renseigner sur la meilleure période de semis et de plantation de chaque légume que vous allez cultiver. Rassurez-vous, pour de nombreux légumes vous pouvez semer et planter plusieurs mois dans l’année. C’est pourquoi je vous conseille de vous référer à notre calendrier de semis, à la fin de cet article.

Quelle taille ?

La surface que l’on consacre au potager dépend bien entendu de la place disponible mais surtout :

  • des besoins en espace en légumes,
  • du temps que vous pouvez y consacrer à votre jardin.

Quand on débute un potager, sans connaissance de la terre, sans savoir manier les outils, il est préférable de commencer petit ! Je vous conseille pour une première année une surface qui ne dépassera pas 10 m² si vous pensez avoir peu de temps, vous l’agrandirez selon vos résultats l’année suivante. Il est toujours plus encourageant de bien s’occuper de cette petite surface et des quelques plants de légumes, de leur entretien et de l’ensemble des travaux (semis, plantations mais aussi sarclages pour désherber, arrosages…) que de ne pas réussir à gérer une grande parcelle.

Si, à terme, produire vos légumes devient une passion ou une nécessite, sachez qu’un potager de 300 m² (ajoutez 200 m² de verger) bien géré fournit largement assez de petits fruits et de légumes variés pour une famille de 4 personnes, bocaux et conserves compris !

L'emplacement et exposition du potager

Lors de l’aménagement de votre potager il est particulièrement important de rechercher le meilleur ensoleillement possible. La plupart des légumes ont besoin d’être exposés au soleil au moins une bonne partie de la journée. Dans la mesure du possible le potager doit donc être orienté au Sud.

La bonne circulation de l’air est également importante, le potager doit se situé dans un endroit aéré, non confiné, mais idéalement protégé des vents dominants et froids. La présence d’un mur ou d’une haie pas trop haute constitue un avantage pour protéger la parcelle.

Le terrain doit être idéalement plat où en légère pente afin de limiter les risques de lessivage. Ces terrains sont également plus faciles à cultiver. Néanmoins, un terrain à pente trop forte pourra toujours être aménagé en terrasses.

Le terrain doit également être bien drainé : en effet une terre trop humide, qui retient l’eau, entraîne des risques d’asphyxie racinaires.

La qualité de la terre a un rôle capital pour la bonne croissance des légumes car ils y puisent les éléments nécessaire à leur croissance, de l’eau et des sels minéraux. La terre idéale est une terre arable (facile à travailler), profonde, riche en matière organique et vivante en insectes, lombrics, micro-organismes.

Soyez rassurés, cette terre idéale est relativement rare ! Et si vous démarrez votre potager à partir d’une pelouse, vous n’aurez pas ce type de terre immédiatement mais toute terre peut être améliorée !

A lire, sur le sujet : « Nourrir le sol naturellement »

Aménagements - Quel type de potager ?

Le potager en carrés

Le potager en carrés connaît un grand succès ces dernière années auprès des jardiniers. En effet, ce type de potager, inspiré des potagers médiévaux est très esthétique, il permet de cultiver plus en hauteur, ce qui est particulièrement favorable pour drainer. C’est la solution idéale quand on a une terre lourde.

La méthode consiste à cultiver les légumes au sein de carrés délimités par des planches en bois. Le carré « classique » mesure 1,2 m de côté, il peut ensuite être subdivisé en 9 petits carrés de 40 x 40 cm (ou 16 petits carrés) ce qui permet de semer et planter les légumes selon une manière bien précise. En fonction de leur taille à maturité on choisira une densité par petit carré. Par exemple on placera un plant de tomate dans un petit carré, 2 petits rangs de carottes dans un autre etc…

Pour en savoir plus, découvrez l’article d’Ingrid sur le potager en carrés : comment construire les carrés, les avantages mais aussi les inconvénients de cette méthode.

Le potager traditionnel

Le potager traditionnel, que l’on peut aussi nommer potager en rangs est la méthode classique de culture en pleine terre. Il se rapproche le plus des méthodes de production en maraîchage où l’on cherche à produire sur une même planche une seule espèce de légumes. Ce type de potager s’adapte aux envies de chaque jardinier et peut évoluer vers un potager plus diversifié : le potager en lignes où l’on cherche à associer les cultures pour augmenter la production globale, repousser les ravageurs d’une culture et éviter les monocultures. Ces types de potager demande toutefois de disposer d’espace.

Le potager en carrés du château des Allues – Un potager traditionnel (photo Pierre Gilbert)

Le potager sur mesure !

Votre potager vous appartient… Vous pouvez aussi « innover » ou prendre des libertés en créant, par exemple, des rectangles de 1,2 m x 3 ou 4 mètres ou encore vous lancer dans un potager rond, façon mandala ! Tout est possible mais gardez à l’esprit que la parcelle ne doit devenir trop difficile à cultiver. Pensez aussi à disposer des allées ou passe-pieds pour pouvoir circuler sans marcher sur la terre cultivée.

Les légumes faciles pour bien débuter

Certaines légumes sont réputés difficiles pour diverses raisons : semis délicat, ravageurs fréquents, montée en graines rapide… Évitez-les dans un premier temps, vous risquez de perdre votre temps ! Pour débuter, rien de mieux que des légumes faciles à cultiver. Voici ma sélection :

  • La côte de blette est un légume robuste qui pousse sans difficulté.
  • Les salades : laitues et chicorées poussent rapidement
  • Le chou Kale est presque… inratable !
  • Les courges (potirons, butternut etc…), une fois plantés dans une bonne terre ils donneront de généreuses récoltes !
  • La courgette, bien implantée et arrosée régulièrement sera productive tout l’été.
  • L’échalote est la plus facile à réussir dans sa famille des alliacées.
  • L’épinard, simple à réussir, tant qu’il a une terre riche et est bien arrosé.
  • La fève, le pois et le haricot germent facilement, avec les bons soins vos récoltes seront généreuses
  • La pomme de terre est gratifiante… quand elle ne rencontre pas les doryphores et le mildiou !
  • Les radis sont très rapide à obtenir, en bonnes conditions il suffit d’un mois entre le semis et la récolte.
  • La rhubarbe est vivace, elle repousse chaque année sans problème et en étant de plus en plus généreuse, tant qu’elle est bien nourrie, une fois par an !
  • La tomate, l’entorse de cette liste car elle est plus délicate à réussir, en effet elle est assez sensible à certaines maladies comme le mildiou. Mais que serait un potager sans la reine du potager ?!
  • Le topinambour est résistant à tout, même au jardinier, car une fois bien en place il est difficile de le déloger !
  • Persil, ciboulette, thym, sauge, romarin, menthe sont les aromatiques les plus simples à réussir.

La bonne quantité

Pour une famille « classique », il est bien entendu inutile de planter 30 plants de concombres ou de semer l’ensemble des graines d’un sachet de carotte ! Mais il n’est pas toujours évident de connaître la bonne quantité à semer et planter, d’autant plus que les années se suivent et ne se ressemblent pas. Par ailleurs, une culture très généreuse une année, sera peut être bien moins productive l’année suivante. C’est les aléas du jardinage ! Mon conseil : diversifiez vos cultures tout en tenant compte de la surface disponible. Pour ce faire, établir un rapide schéma peut être utile ! 

Préparer votre terrain

Comment préparer la terre de votre potager

Pour préparer un potager à partir d’une pelouse ou d’une zone enherbée, la première étape est de désherber la zone destinée à être cultivée.

Pour cela vous avez deux possibilités :

  • Désherber par occultation, en automne. Plus facile mais demandant plusieurs mois, cette technique consiste à recouvrir la parcelle de cartons ou mieux, d’une épaisse couche de paille (au moins 20 cm d’épaisseur). Privée de lumière et d’air, l’herbe va mourir, les racines vont se décomposer. L’occultation est idéale si vous la pratiquez à l’automne, vous trouverez la parcelle « nettoyée » au printemps et pourrez démarrer les semis et plantations rapidement.
  • Désherber à la houe, au printemps. Plus physique que la technique précédente, cette méthode offre un résultat immédiat. Pour désherber à la houe, commencez par vous échauffer… puis, à l’aide d’une houe ou d’une bêche, retirer toute la pelouse ou l’herbe, racines comprises. Pour bien retirer toutes les racines, il faut décaper au moins 5 centimètres de sol.  Cette technique sera faite au printemps.

Votre sol est maintenant à nu, il faut maintenant l’ameublir, de le décompacter en profondeur. Et nous sommes au regret de vous annoncer que cette étape n’est pas facultative, elle conditionne en très grande partie la réussite de votre potager.

En effet, pour bien croître, les racines des légumes ont besoin de pouvoir explorer facilement la terre. Si cette dernière est tassée et imperméable, les racines vont avoir de la peine pour aller chercher l’eau et les nutriments nécessaire à leur croissance. Le résultat ne se fera pas attendre : vos graines auront du mal à lever, vos plants peineront à s’enraciner et, dans le meilleur des cas, vos légumes resteront chétifs.

Pour décompacter en profondeur, tout en respectant le sol, munissez-vous d’une grelinette ou une fourche-bêche puis procédez de la façon suivante :

  • Plantez l’outil de toute sa longueur dans la terre puis par un mouvement de bascule,  soulevez la terre, sans la retourner.
  • Progressez en reculant (ce serait dommage de marcher sur une terre décompactée !) pour toute la parcelle
  • A l’aide d’une griffe, cassez les grosses mottes afin d’affiner la structure de la terre.

Attention, il s’agit bien de décompacter et non de retourner la terre. Même si votre grand-père le faisait, c’est une technique désormais déconseillée car nuisible pour la vie du sol.

La dernière étape est de fertiliser la parcelle afin de nourrir le sol pour nourrir les légumes. Pour cela vous allez ajouter du compost. Comptez environ 3 kg de compost par m². Épandez-le sur la terre puis intégrez-le à la couche superficielle de la terre à l’aide d’une griffe. Finissez l’opération en nivelant et en cassant les plus petites mottes à l’aide de la griffe puis du râteau.

Votre parcelle est maintenant prête à recevoir vos semis et plantations !

Les outils

Les jardiniers débutants sont souvent assez démunis face aux nombreux outils proposés en jardinerie. Voici quelques outils utiles pour commencer votre potager :

Les outils d’aération en profondeur

  • La fourche bêche et la grelinette sont deux outils que l’on va utiliser pour décompacter et ameublir la terre sur les 30 premiers centimètres. Afin de préserver les couches du sol, ces outils sont simplement enfoncés dans la terre puis, par un mouvement de bascule en arrière sur le manche, ils permettent de soulever la terre. La grelinette permet de travailler une plus grande surface, la présence de deux manches permet aussi de faciliter le travail.

Les outils de travail superficiel

  • Le croc est un outil multifonction indispensable : il permet d’ameublir la terre, de casser les mottes, de retirer les restes de racines, d’enfouir superficiellement des amendements et fauches d’engrais verts etc.
  • Le sarcloir permet de sarcler (Lapalisse en aurait dit autant !) c’est-à-dire de « décapiter » les jeunes adventices (les mauvaises herbes) ou pour casser l’éventuelle croûte sur la surface de terre afin de la rendre perméable à l’eau et à l’air.
  • La binette est également multifonction : elle permet de biner, c’est à dire d’ameublir un peu plus en profondeur que le sarcloir. Elle est aussi pratique pour désherber des herbes plus enracinées. Elle permet enfin de « butter », une opération qui consiste à ramener de la terre sur la tige des plants cultivés, par exemple sur la pomme de terre.
  • Le râteau permet d’affiner la préparation de la terre avant le semis. On l’utilise aussi pour tasser (« plomber ») le sillon en l’utilisant son dos

Grelinette – Fourche bêche – Croc et râteau – 2 types de binettes

Les outils pour semer et planter

  • Le plantoir est enfoncé dans la terre pour planter des légumes à racines nues ou pralinées, par exemple des laitues, poireaux, choux etc… Il permet aussi de borner, geste qui consiste à tasser la terre en profondeur autour des racines.
  • Le transplantoir permet de planter des plants en mottes en creusant des trous de la taille de la motte.
  • Le cordeau permet de tracer les rangs et d’aligner les légumes, guider la serfouette pour tracer des sillons etc…
  • La serfouette sert à tracer des sillons pour les semis ou repiquages.

De haut en bas : Transplantoir, plantoir et cordeau – Serfouette à droite

Autres outils

  • Le couteau est toujours très utile, pour récolter divers légumes, couper du fil pour tuteurer, habiller les plants, couper les gourmands des tomates etc.
  • L’arrosoir est indispensable, il permet d’arroser soit au goulot sur des plants déjà bien implantés soit à la pomme pour des semis, afin d’arroser en douceur.

Calendrier de semis / plantation des principaux légumes

Les dates de semis et de plantation peuvent varier suivant la variété mais surtout le climat de votre région. Il faut donc lire les informations qui figurent sur les sachets de graines mais aussi prendre en compte la météo !  Néanmoins, voici un calendrier simplifié qui vous pourra vous servir de base pour débuter.

Légume semis au chaud, à la maison ou sous abri chauffé semis direct ou plantation au potager
Tomate de fin février à fin avril  après le 15 mai
Courgette de mi-avril à mi-mai après le 15 mai
Aubergine de février à fin mars après le 15 mai
Concombre/Cornichon de mi mars à fin avril de mai à fin juin
Courge/Potiron/Potimarron de mi mars à fin avril de mai à fin juin
Poivron/Piment de février à fin mars après le 15 mai
Betterave / d’avril à fin juin
Carotte / de mars à mi-juillet
Échalote / de février à fin avril puis d’octobre à novembre
Oignon / de mars à fin avril
Pomme de terre / de mi-mars à mi-mai
Radis / de mars à fin septembre
Basilic de mars à fin avril après le 15 mai
Chou / d’avril à fin juin puis de mi-août à mi-septembre
Laitue de mi-février à mars d’avril à fin septembre
Épinard / de mars à mi-mai
Persil de mars à fin août
Poireau de mars à fin mai puis plantation jusqu’à mi-juillet

N’hésitez pas à consulter nos fiches légumes pour savoir quand et comment semer et planter chaque légume du potager.

Articles connexes


Blog

3 astuces pour un potager sans effort, ou presque...

Parfois, je me dis que je suis une drôle de jardinière… Si je fais le...
Lire la suite +

Blog

7 façons d’apprendre à jardiner

Il existe deux types de jardiniers : ceux qui sont tombés dedans quand ils étaient petits...
Lire la suite +

Blog

Des fleurs au potager ? 7 plantes indispensables

Des fleurs au potager ? Lorsqu’on évoque les associations, on pense spontanément : "les poireaux qui...
Lire la suite +

conseil

L'association des cultures au potager

         
Lire la suite +

conseil

Le potager au balcon

Lire la suite +

conseil

Le potager en carrés

Lire la suite +

plantation

Le semis des graines potagères

Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(2 votes, moyenne: 5 sur 5)

Une réflexion au sujet de « Faire son premier potager - Guide pour les débutants »

  • anne

    un bel article qui donne envie de s'y mettre, mais vous oubliez
    le désastre provoqué par les limaces et escargots et d'insister davantage sur la présence indispensable du soleil toute la journée .

    Répondre
Laisser un commentaire