Comment faire un potager en montagne ?

Comment faire un potager en montagne ?

Conditions de cultures, aménagements et plantes adaptés

Sommaire

Mis à jour le 5 Juillet 2021  par Solenne 6 min.

Les zones de montagne n’offrent pas les conditions de cultures les plus faciles. Le jardinier doit ainsi composer avec un environnement soumis à un relief accidenté et une météo incertaine et souvent extrême.

Pourtant, malgré ces conditions bien particulières, il est possible de cultiver un potager en montagne. Connaître précisément votre environnement vous aidera à composer avec ses aléas, en optant pour des aménagements et des plantations lui étant bien adaptés.

Découvrez comment faire un potager en montagne par le biais de nos quelques conseils pratiques.

Difficulté

Jardin potager en montagne : des conditions de culture particulières

En montagne, les conditions de culture sont soumises à de nombreuses contraintes. Celles-ci sont d’abord conditionnées par le climat montagnard qui varie de manière importante selon l’altitude et le massif.

Bon à savoir : en moyenne, l’air refroidit de 0,6°C tous les 100 mètres.

Jardin potager en montagne : des conditions de culture particulières

Les conditions climatiques

Le climat de montagne, c’est d’abord un hiver long et souvent très froid. Le printemps tardif laisse place à une saison estivale courte avec des premiers froids précoces en automne. De même, si l’été s’avère souvent chaud, les hivers peuvent quant à eux être soumis à des températures extrêmement basses. En montagne, le potager doit ainsi faire face au gel et au dégel, mais aussi aux vents, à la neige, et à la pluie soudaine et parfois violente (on pense notamment aux terribles orages de montagne qui surviennent en fin d’après-midi durant l’été).

Notons toutefois que les chutes de neige ne détériorent pas les cultures et agissent plutôt comme un isolant thermique efficace. Lisez aussi l’article de Michael : La neige au jardin. Ce sont davantage les épisodes de gel que redoutent les jardiniers de montagne.

Le terrain en pente

Autre contrainte et non des moindres, le potager doit s’adapter ici à la pente naturelle du terrain. Le jardinier doit alors s’évertuer à conduire ses cultures de manière à éviter que la terre ne dévale la pente. De même, il lui faut retenir l’eau et parvenir à limiter son ruissellement.

Les sols

Enfin, si les sols sont très variés en montagne, ils sont généralement peu profonds. Les températures parfois très basses limitent en effet l’activité biologique des sols, ainsi que leur formation et leur évolution. Dans ces milieux spécifiques, le jardinier est ainsi souvent contraint par des sols pauvres, fragiles et à tendance acide. Notons que plus on grimpe en altitude, plus la fertilité du sol diminue.

Les solutions pour cultiver un potager en montagne

Bien que les conditions de culture en montagne puissent être rudes et contraignantes, des solutions existent afin d’y cultiver un potager productif. Observation, orientation, paillis, potager surélevé… la plupart de ces solutions font d’ailleurs partie des pratiques courantes soutenues par les jardiniers permaculteurs. De fait, la permaculture en montagne offre une alternative viable et efficace pour produire vos fruits et légumes dans ces milieux particuliers.

Orienter convenablement son potager

Dans les grandes lignes, un potager de montagne doit profiter de préférence d’une orientation du nord vers le sud. De cette façon, vos plantations bénéficient d’une exposition ensoleillée et chaude qui dure plus longtemps. Il vous faut donc observer attentivement votre environnement afin de définir le meilleur emplacement pour vos cultures.

Créer un potager en paliers

Lorsqu’on cultive un potager en pente, le mieux est encore de le positionner perpendiculairement à celle-ci. Que vous travailliez le sol, semiez des rangs de légumes, ou installiez des buttes de culture, vous devez avoir le réflexe de suivre les courbes de niveau.

Si votre terrain est particulièrement escarpé, vous pouvez l’aménager en terrasses (en palier) ce qui limite les effets de l’érosion sur le sol. En fonction du degré de la pente, la structure de soutènement sera plus ou moins élaborée, conçu en rondins de bois, plessis, pierres sèches, etc.

Pour aller plus loin : Comment aménager un jardin en pente ?

Créer un potager en paliers

© La Ferme de Sourrou – Flickr

Opter pour un potager en carrés surélevés

Le potager en carrés surélevés est une solution à ne pas négliger dans le cadre de cultures en montagne. Les bacs peuvent en effet être intégrés dans la pente du terrain, moyennant quelques travaux de décaissement. La hauteur des bords de vos bacs de cultures est alors fonction de la déclivité de votre terrain. Ces bords doivent ainsi être suffisamment hauts pour soutenir convenablement la pente, de sorte que les cultures contenues dans les carrés ne soient pas anéantis par un éboulement de terre.

Le potager en carrés : comment ? Avantages et inconvénients.

Protéger ses plantations

  • Couche chaude en châssis
    En montagne, réaliser les semis sur couche chaude dès le mois de janvier est une bonne façon de débuter les cultures plus tôt dans un environnement où la belle saison est très courte. Les semis produits grâce à cette technique bénéficient ainsi d’une température permanente de 20°C et d’un substrat bien riche. Pour parvenir à atteindre ces conditions idéales de culture, la couche chaude en châssis mise sur la chimie naturelle qui intervient avec la fermentation des matières organiques. En se décomposant, celles-ci produisent de la chaleur, et ce malgré les grands froids de la montagne. N’hésitez pas à vous reporter à notre tutoriel : Comment faire une couche chaude ?
  • Cloches et tunnels
    L’utilisation de cloches et tunnels permet quant à elle de protéger les feuilles de vos plantes potagères soumises aux gelées Une solution simple et efficace qui vous permet de prolonger la durée de vie de vos cultures alors que la belle saison touche déjà à sa fin. Les cloches et tunnels permettent en effet de collecter la chaleur durant le jour et agissent comme des mini-serres. Elles sont donc également tout indiquées pour vos semis précoces. Découvrez nos conseils : Les cloches de forçage ou cloches de protection.
  • Serre de jardin
    Installer une serre de jardin permet de protéger les plantes contre les températures fraîches, mais aussi contre les vents forts et asséchants, et les intempéries. Toutefois, il peut être utile d’opter ici pour une serre renforcée, car cette dernière a tendance à s’abîmer plus rapidement en montagne.

Serre de jardin

Installer une haie brise-vent

Encore une fois, le vent de montagne peut avoir d’importantes conséquences sur vos cultures. Non comptant d’assécher le sol, celui-ci fait baisser la température ambiante de plusieurs degrés. Pour lui faire barrage, l’installation de haies brise-vent est une bonne solution. On peut également envisager ici la construction d’un muret.

Consultez aussi nos fiches conseils :

Pailler les plantations

Une bonne couche de paillis aux pieds de vos cultures est tout à fait indispensable au bien-être de votre potager de montagne. En effet, si le paillis est bien connu pour limiter l’évaporation du sol, il agit également comme un excellent régulateur thermique. Composé de matières organiques, il nourrit également le sol en se décomposant, un autre aspect très intéressant dans ces milieux où les sols sont souvent pauvres.

Pour aller plus loin : Pailler : Pourquoi ? Comment ?

Pailler un potager de montagne

Miser sur la rotation des cultures

Si la rotation des cultures est une pratique qui améliore la productivité du potager quel que soit son terrain, elle s’avère particulièrement bénéfique en montagne. En effet, la rotation permet d’éviter la propagation des maladies, mais elle permet aussi de limiter l’épuisement d’un sol déjà fragilisé par les conditions climatiques inhérentes à la montagne.

Pour en savoir plus : La rotation des cultures.

Cultiver les bonnes variétés de plantes potagères en montagne

Outre les aménagements cités précédemment, le choix des variétés a toute son importance dans un potager de montagne. Leur rusticité (leur résistance au froid) et la rapidité de leur développement (hâtives ou à cycle court) sont ici les clés du succès de vos récoltes. Vos choix doivent donc être stratégiques, et être totalement adaptés à une saison de culture courte.

Cultiver les bonnes variétés de plantes potagères en montagne

Les plantes potagères à oublier

Vous devrez malheureusement renoncer à cultiver des aubergines, des pastèques, ou encore des melons qui nécessitent non seulement beaucoup de chaleur, mais qui ont également un développement long.

Les plantes potagères rustiques

En revanche, les légumes perpétuels sont particulièrement résistant au froid. Parmi eux, citons les épinards, les poireaux, la rhubarbe, les choux Daubenton, ou encore l’ache des montagnes.

Le climat montagnard est accepté sans problème par les petits fruits en raison de leur grande rusticité. N’hésitez donc pas à cultiver framboisiers, cassissiers, mûriers et groseilliers au potager.

Les légumes à développement rapides

Les légumes racines et les légumes feuilles profitent quant à eux d’un développement suffisamment rapide pour être cultivés dans un potager de montagne. D’autant qu’ils sont capables de s’adapter aisément à l’altitude. On pense ici notamment aux pommes de terre précoces (Aliénor, Amandine, Rouge de Grenaille, Dolwen), aux carottes de Colmar, aux navets, au panais, aux radis, aux  betteraves Crapaudines, aux topinambours, etc.

Les légumes avec un développement plus lent et une rusticité moindre ne sont toutefois pas à exclure totalement de votre potager de montagne. En effet, il est possible de démarrer vos cultures au chaud avant de les repiquer en pleine terre une fois le sol suffisamment réchauffé, et les risques de gelées totalement écartés. Ainsi, les légumes fruits (comme la tomate) pourront malgré tout être cultivés en montagne grâce à ces quelques précautions.

Découvrez aussi nos fiches conseils :

Commentaires

  • Anaïs, le 9 Avril 2021

    Super, un article sur la montagne! Je suis installée depuis 1 an dans le massif central à 800 m, et j'ai eu quelques surprises au jardin. La pente et la neige, en fait ca va c'est gérable; le sol caillouteux à peu près aussi; ce qui est vraiment terrible c'est le vent! Une haie brise vent ce n'est pas toujours facile à installer, surtout quand le vent vient du coté où y'a de la vue (hors de question de s'enfermer!) J'ai protégé comme j'ai pu mon potager avec l'équivalent d'un brise vue permeable, mais on a régulièrement 60km de vent et ce n'est pas inhabituel d'avoir de temps en temps quelques jours à 150km/h : ca va pas tomber à 0 derrière mon brise vue (si il tient le coup). Ca pause aussi des soucis avec les voiles de forcage ou d'hivernage, qui se déchirent très vite (il faudra des chassis en dur pour l'année prochaine, pas des voiles) Du coup j'aimerais bien savoir quelles plantes/ légumes résistent mieux au vent que les autres? on nous recommande toujours de tout planter en abrité... Avec tout ça je me pause la question de me construire un walpini pour mon potager (une serre enterrée prévue pour les andes)

permaculture en montagne
Nous ne livrons que les articles des catégories graines et bulbes dans votre pays. Si vous ajoutez d'autres articles à votre panier, ceux-ci ne pourront pas être expédiés.