Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
conseil

Réussir la culture des tomates

Semis, plantation, taille, arrosage et maladies éventuelles

La tomate est l’un des légumes fruit les plus cultivés au potager. La semer, la planter, la tailler et la protéger des maladies est facile dès lors qu’on observe quelques règles simples. Pour ce faire, découvrez nos conseils !

L’emplacement et le sol

La tomate apprécie les sols riches et drainants, même si elle peut se contenter d’une terre assez ordinaire. En revanche, elle a besoin de chaleur et de beaucoup de lumière pour fructifier.

Semis et plantation des tomates

Le semis :

Le semis s’effectue au chaud à la maison ou sous serre chauffée, idéalement à 20 °C (16 °C minimum). On sème de préférence en mars, mais les plants destinés à la culture sous serre peuvent être préparés dès février.

tomate : le semis

Le semis de la tomate, à chaud

La plantation :

La plantation au jardin intervient lorsque tout risque de gelée est écarté, généralement après la mi-mai.

Une quinzaine de jours avant la plantation, pensez à endurcir vos plants en les sortant progressivement à l’extérieur : quelques heures l’après-midi au départ puis toute la journée ensuite.

endurcir les plants de tomate

Pour endurcir vos plants : sortez-les progressivement

Elle se fait en terre préalablement décompactée (ou en grands pots sur le balcon). Les plants sont espacés de 50 cm environ et sont généralement tuteurés (voir notre fiche conseil : Tuteurer les tomates)

Pour planter vos tomates :

  • creusez un trou de 10 à 15 cm de profondeur,
  • disposez le plant couché ou, si votre sol est profond, enterré, jusqu’aux premières vraies feuilles. La tige partiellement enterrée produira de nouvelles racines,
  • rebouchez puis tassez la terre du pourtour pour qu’elle soit bien en contact avec le plant,
  • installez un tuteur solide de deux mètres de haut (sauf pour les variétés à croissance déterminée) et attachez-le (ne serrez pas trop, car la tige va grossir), marquez le plant d’une étiquette si vous cultivez plusieurs variétés, et procédez au premier arrosage.

Certains jardiniers déposent, au fond du trou de plantation, une poignée d’orties ciselées.

Les bonnes associations au potager

On plante traditionnellement des œillets d’Inde ou Tagètes au pied des tomates, pour les protéger des nématodes. Mais elle s’associe également favorablement avec le basilic, le chou et les concombres.

Par contre, évitez de la faire voisiner avec d’autres solanacées comme les poivrons, les pomme de terre ou aubergine.

La culture : abritez vos pieds de tomates dans certaines situations

Dans les régions aux étés frais ou pluvieux, la culture sous abri (serre, tunnel ou simple abri transparent protégeant de la pluie) est recommandée.

Il est à noter que certaines variétés s’accommodent de ce type de climat, comme, par exemple :

Tomate Moneymaker - Solanum lycopersicum


Hauteur à maturité
1.80 m

Une variété très précoce et vigoureuse qui donne de beaux fruits ronds de 100 à 180 g, rouge profond.

Tomate Siberian Bio - Ferme de Sainte Marthe


Hauteur à maturité
1.50 m

Hâtive et productive, cette tomate buissonnante produit des fruits ronds d’environ 120 grammes, légèrement allongés, rouge vif.

 

La taille des tomates

Les plants de tomate sont traditionnellement taillés, sauf ceux dont la croissance, dite « déterminée », est limitée. La taille fait débat et il en existe plusieurs types : elle peut être plus ou moins compliquée, plutôt douce ou draconienne. Son intérêt est d’accroître la taille des fruits et d’aérer le plant pour qu’ils reçoivent un maximum de soleil.

Nous vous conseillons, à minima, de :

  • supprimer les « gourmands », c’est-à-dire toutes les nouvelles pousses à l’aisselle des feuilles, au fur et à mesure, pour concentrer la sève sur les branches et groupes de fruits principaux ;
  • couper les feuilles en contact avec le sol afin qu’elles ne soient pas mouillées lors des arrosages, ce qui limite le risque de Mildiou.

Retrouvez tous nos conseils sur la taille des tomates dans notre fiche : « La taille des tomates et leur conduite »

Arroser les tomates : modération et régularité

Les tomates cultivées en pleine terre sont relativement tolérantes vis-à-vis de l’arrosage, mais ne les espacez pas trop. Procédez toujours avec de l’eau à température ambiante et arrosez au pied des plants, sans mouiller le feuillage.

Les tomates en pot, dont le substrat se dessèche rapidement, nécessitent des arrosages très réguliers. Un paillage épais permettra d’espacer les arrosages tout en limitant les travaux de désherbage.

Besoin d’informations complémentaires sur l’arrosage des tomates, suivez nos conseils : « L’arrosage des tomates, comment faire »

Le mildiou, la maladie principale

Les tomates cultivées dans les jardins ne connaissent généralement qu’un souci majeur : le mildiou. C’est une maladie cryptogamique (due à un champignon) au symptôme bien connu : taches noirâtres sur les feuilles se propageant rapidement aux tiges puis aux fruits. Les plants exposés à l’humidité y sont très sensibles, c’est pourquoi nous vous recommandons de cultiver les tomates sous abri dans certaines régions ou choisir des variétés qui n’y sont pas sensibles. Elles ne sont pas nombreuses mais la tomate ‘Honey Moon F1’  fait partie des tomates résistantes au milidiou et son comportement est remarquable !

À titre préventif et curatif, pulvérisez une solution de bouillie bordelaise (2 grammes par litre d’eau) et renouvelez le traitement après chaque épisode pluvieux. Sur le long terme, pratiquez une bonne rotation des cultures en ne faisant pas revenir la tomate à la même place avant 5 ans.

mildiou de la tomate, cultivez sous abri

Cultiver les tomates sous abri, une bonne façon d’éviter le mildiou

Certaines tomates peuvent également présenter une nécrose apicale : c’est le « cul noir ». Il ne s’agit pas vraiment d’une maladie, mais d’un trouble qui résulte d’une carence en calcium. Pour prévenir ce phénomène, arrosez modérément mais plus régulièrement.

Pour tout savoir sur les maladies de la tomate et bien le soigner, suivez nos conseils détaillés : « Tomate : mildiou, autre maladies et ravageurs – Identifier, prévenir, soigner »

La récolte

Selon les variétés, précoces ou tardives, la récolte a lieu 50 à 100 jours après plantation. Une tomate mûre atteint la couleur annoncée et sa texture, tout en restant ferme, montre un léger ramollissement. Pour une meilleure conservation, cueillez les fruits surmontés de leurs pédoncules.

L’heure de la récolte

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(4 votes, moyenne: 4.75 sur 5)