Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
conseil

L'arrosage des tomates : comment faire ?

fréquence, quantité et méthodes

L’arrosage des tomates est un sujet qui pose souvent question au potager. En effet, c’est un légume fruit réputé gourmand en eau mais sensible aux ambiances humides, qui provoquent le très redouté Mildiou et autres maladies cryptogamiques.

Alors, comment arroser les tomates ? Quand et à quelle fréquence ? Quelle est la meilleure méthode : l’arrosoir, la technique de la bouteille plastique ou un système de goutte-à-goutte ? Quelles sont les précautions à prendre ? Faut-il vraiment arroser les tomates ? Et si oui, quand arrêter ?

Voici toutes les réponses à ces questions ainsi que de nombreux conseils pour bien arroser vos tomates.

Quelle eau, en quelle quantité ?

Nous ne le dirons jamais assez : la meilleure eau pour arroser est l’eau de pluie. Stockée à température ambiante, elle ne provoque pas de choc thermique aux plantes.

En théorie, on préconise d’arroser les tomates à hauteur de 1 litre d’eau par jour. Ce chiffre, indicatif, est bien sûr, à adapter en fonction de plusieurs facteurs :

  • Le stade de développement de la plante : les besoins en eau sont croissants jusqu’à la formation des fruits puis se stabilisent lors de leur mûrissement. Un pied de tomate, récemment installé, n’a pas besoin d’une grande quantité d’eau pour se développer. Un arrosage trop abondant à ce stade pourrait le faire pourrir ou entraînerait, surtout si cet arrosage est associé à un apport massif d’engrais azoté, une croissance trop rapide ce qui le rendrait plus fragile.
  • Le climat, les températures extérieures et le mode de culture (en pot, en terre, en plein air ou sous abri) : plus il fait chaud, plus le phénomène d’évaporation est important et plus vos tomates auront besoin d’être arrosées. Sous serre ou tunnel, les températures grimpent très vite et avoisinent facilement les 50 °C. En pot, la température de la terre peut également monter très vite.

Sous abri, les tomates sont soumises à des températures élevées : adaptez l’arrosage en fonction

  • La nature du sol influe aussi beaucoup : les terres argileuses mais aussi les sols riches, humifères conservent plus longtemps l’humidité qu’un sol plutôt pauvre, sableux, filtrant…
  • Les variétés cultivées : les tomates à petits fruits, de type cerise, auront besoin de moins d’eau pour former leurs fruits contrairement aux variétés de gros calibre.

Ce qu’il faut retenir : arrosez avec modération, en tenant compte de la taille de vos plants, des conditions de cultures, des pluies. N’arrosez pas trop afin d’inciter le système racinaire à se développer en profondeur. Pensez à pailler le sol pour conserver l’humidité.

Quand et à quelle fréquence arroser les tomates ?

Le meilleur moment pour arroser les tomates est le matin, de bonne heure. Vous pouvez également arroser le soir mais c’est un peu plus risqué : si le feuillage est mouillé, il séchera moins vite qu’en journée, ce qui accroît le risque d’installation du mildiou.

Il n’existe qu’une règle d’or concernant la fréquence des arrosages : la régularité.

En effet, arroser de façon trop aléatoire, désordonnée, trop ou pas assez souvent et en trop grande quantité provoque un stress hydrique qui entraîne des manifestations physiologiques comme le cul noir de la tomate, l’éclatement des fruits mais aussi l’enroulement des feuilles (pour en savoir plus sur ces phénomènes, rendez-vous sur notre fiche conseil « Tomates : mildiou, autres maladies et ravageurs »)

Bien arroser ne consiste pas forcément à arroser très fréquemment mais à un rythme régulier, qui pourra être une fois tous les trois jours ou quatre jours ou même, en conditions très favorables, tous les 15 jours !

Si vous cultivez vos tomates en pot ou bac, le substrat se dessèche très vite, l’arrosage devra être encore plus régulier afin que le terreau ne se dessèche pas complètement. Dans le cas contraire, vous rencontreriez beaucoup de difficultés pour le réhydrater.

Ce qu’il faut retenir : arrosez quand il fait encore frais, optez pour un rythme et tenez-vous-y pour ne pas stresser vos plants. Si cela vous paraît compliqué, optez pour un système d’arrosage automatique en goutte-à-goutte.

Comment ? Quelle technique adopter ?

  • L’arrosoir : une méthode classique mais efficace

Le plus simple est d’arroser vos tomates de façon manuelle, à l’arrosoir, doucement, avec précaution pour ne jamais mouiller le feuillage. Pour cela, n’hésitez pas à couper les feuilles du bas (voir notre fiche conseil «La taille des tomates et leur conduite »).

Arrosez avec la pomme, au pied du plant mais aussi autour (surtout si vous avez installé vos plants couché lors de la plantation) afin que tout le système racinaire de vos tomates puisse profiter de l’eau.

Vous pouvez également arroser directement à l’aide d’un tuyau mais cette méthode est moins pratique car vous aurez souvent du mal à évaluer la quantité d’eau distribuée.

  • L’arrosage automatique : goutte à goutte

Rien n’est plus régulier qu’un arrosage au goutte-à-goutte. Cette méthode est donc parfaitement adaptée à la culture des tomates et permet même de s’absenter quelques jours. Vendus en kit, faciles à installer, ces systèmes se raccordent soit :

– sur un robinet,
– sur une cuve à eau placée en hauteur pour que la gravité produise une pression suffisante.

Le seul inconvénient du goutte à goutte est que l’on place généralement un seul goutteur au pied du plant. L’arrosage est donc très localisé, ce qui n’encourage pas les racines à s’étendre sous terre.

  • La technique de la bouteille et autres trucs et astuces

Une des astuces les plus connues est celle de la bouteille d’eau. Vous choisirez entre ces deux variantes :

– découpez le fond, perforez le bouchon de petits trous, retournez la bouteille et en enfoncez-la dans le sol puis remplissez-la
– percez la bouteille de petits trous, enterrez-la dans la terre et remplissez-la

Dans le même esprit, vous pouvez également utiliser des oyats ou, sur le même principe, enterrer de grands pots de terre non vernissés que vous recouvrirez d’une soucoupe afin de limiter l’évaporation mais aussi pour qu’aucune petite bête ne vienne s’y noyer. Une fois remplis, ils diffuseront l’eau doucement, tout autour et en profondeur.

Ce qu’il faut retenir : le plus simple est de se servir d’un arrosoir et d’irriguer assez largement autour du pied, sans mouiller le feuillage. Les systèmes de goutte-à-goutte sont particulièrement bien adaptés à l’arrosage des tomates.

Arrosage des tomates

Arroser les tomates : l’astuce de la bouteille d’eau

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(2 votes, moyenne: 5 sur 5)
Laisser un commentaire