Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Pommier : planter, tailler et entretenir

Le pommier, en quelques mots

  • Les pommiers demeurent les fruitiers les plus cultivés en Europe du fait de la saveur incomparable de la pomme mais aussi de leur plus grande tolérance au gel tardif et au calcaire comparées à celles du Poirier.
  • Les pommiers réclament un sol consistant, riche et frais et bien drainé et un bon ensoleillement tout au moins dans la moitié nord de la France. Ils se contentent d’une exposition au nord dans la moitié sud de la France sauf chez les formes palissées.
  • Les pommes se récoltent de septembre pour les plus hâtives à novembre et peuvent se conserver plusieurs mois.
  • Plantez au moins deux variétés de pommiers compatibles dans le jardin et optez pour des variétés résistantes aux maladies (tavelure notamment) pour limiter les traitements.

Le mot de notre experte

Les pommiers offrent un tel choix de variétés, de formes, – colonnaires, érigées à étalées -, et de vigueurs, de 1 m pour une plantation en bac à plus de 10 m, qu’on les emploie sans retenue dans toutes sortes d’aménagements. En plus de leur rusticité à toute épreuve (-30°C), ces arbres offrent une somptueuse floraison blanc rosée à rose vif, en avril-mai et des fruits à saveurs variées que l’on peut croquer ou cuire à l’envie. Certaines variétés de pomme dites de conservation offrent en plus la chance de pouvoir se consommer quasiment jusqu’au printemps sans transformation.

Ces arbres affectionnent les climats doux et brumeux, hormis les variétés récentes adaptées aux climats chauds et secs du sud de la France. Le Pommier est plus facile à cultiver que le Poirier du fait d’une floraison plus tardive et d’une meilleure tolérance au calcaire (jusqu’à 15% de calcaire actif). Il peut être exposé au nord dans le sud de la France, excepté chez les formes en espalier à orienter sud-est ou sud-ouest.

Malus domestica apprécie les sols consistants, argileux, riches et frais mais bien drainés. La qualité des récoltes dépend de la présence d’une variété pollinisatrice, de la richesse du terrain mais aussi de la régularité de la taille ou de la conduite. Cependant les variétés de type Spur (colonnaires ou peu ramifiées) et les variétés de plein vent (en forme libre) ont peu ou pas besoin de taille si bien qu’il est très facile même pour un jardinier non averti d’obtenir une belle récolte. Le seul hic est le nombre de maladies et ravageurs capables de contaminer les pommiers, victimes de leur succès. Mais d’importants efforts de recherche agronomique permettent aujourd’hui de choisir des variétés résistantes notamment à la tavelure si vous vivez sous un climat particulièrement humide. Il est important de tenir compte de la vigueur et de la tolérance à votre sol du porte-greffe si vous souhaitez former votre pommier en cordon ou palmette ou au contraire obtenir un grand arbre de plein vent. L’achat d’un arbre déjà formé (tige, gobelet, palmette…) représente un investissement plus important que l’achat d’un simple scion (tige de 1 an peu ou pas ramifiée) mais fait gagner beaucoup de temps sur la mise à fruits !

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Malus domestica

Famille : Rosaceae

Nom commun : Pommier

Floraison : entre mars et mai

Hauteur : entre 1 et 10 m

Exposition : soleil ou mi-ombre

Sol : sol argileux et bien drainé, même calcaire

Rusticité : Excellente (-30 °C)

Le Pommier est un fruitier largement domestiqué depuis des siècles si bien que son nom scientifique Malus domestica, faute de connaître les ascendants des cultivars se résume à désigner la pomme, Malus en latin, affublé du qualificatif «domestique» qui désigne les plantes cultivées près des habitations. La nature sauvage compte près de 60 espèces de Malus, ornementales et fruitières sachant que l’espèce domestica s’applique à toutes les variétés de pommes consommées issues de nombreux croisements au fil des siècles. L’arbre est originaire des zones tempérées de l’hémisphère nord. Le pommier est un arbre fruitier à pépins de la famille des Rosacées, tout comme la plupart des fruitiers de nos régions, Poiriers, Cognassiers ainsi que les arbres fruitiers à noyaux comme les Pruniers, Pêchers, Cerisiers et Abricotiers.

Ces arbres, atteignant parfois 10 m de haut sur 4,5 m d’étalement, demeurent malgré tout de taille modeste. Ils présentent un port élégant parfaitement équilibré, à la couronne le plus souvent arrondie portée par un tronc droit et trapu. Il existe des variétés au port érigé voire même réduit à une colonne de 1 m de large qui permet d’occuper peu de place au sol. L’écorce du pommier, lisse, devient écailleuse avec une teintes brun gris, tandis que les pousses sont grises à rougeâtres. A la différence du pommier sauvage Malus sylvestris, les pousses sont duveteuses et les feuilles sont assez arrondies.

Les feuilles du pommier sont simples et dentées, portées par un court pétiole et de taille modeste (5-6 cm de long sur 3-4 de large). Elles sont caduques, teintées de vert assez sombre et souvent pubescentes au revers. Leur disposition est alterne sur le rameau (pas symétrique mais décalée) ou en verticilles (plusieurs feuilles à la même hauteur autour du rameau) au niveau des dards (rameaux très courts), .

pommier

Malus domestica – illustration botanique

Les fleurs paraissent en bouquets de 5 à 10 corolles, durant le printemps, en avril-mai, en même temps que les feuilles sortent. La corolle comporte 5 pétales arrondis blanc nuancé de rose tandis que le calice est formé de 5 sépales triangulaires. De nombreuses étamines entourant le pistil font scintiller le centre de la fleur, attirant de nombreux insectes butineurs. La fécondation est meilleure lorsque deux variétés compatibles peuvent se polliniser. Si vous ne connaissez pas le nom de votre variété, plantez une variété à fleurs comme Malus Evereste® ou Golden Hornet ou bien l’excellente et robuste variété indémodable Reine des Reinettes, dont la durée de floraison assure la pollinisation de toutes vos variétés de pommes.

Les Pommiers sont plus ou moins sensibles au phénomène d’alternance qui fait que l’on obtient une profusion de pommes une année sur deux. On peut pallier ce phénomène en pratiquant l’éclaircissage de l’arbre après la chute naturelle d’une partie des jeunes fruits en juin. Il consiste à ôter un certain nombre de fruits afin de ne pas épuiser l’arbre, qui sinon, est obligé de compenser l’année suivante par une faible récolte. On obtient ainsi des pommes de plus gros calibres et de meilleure qualité gustative.

Les pommes sont des baies qualifiées de faux-fruits car elles sont issues du développement du réceptacle de la fleur qui s’épaissit et vient englober les 5 carpelles soudés (base du pistil), à l’origine du trognon. C’est ainsi que les restes de sépales desséchés se retrouvent au sommet du fruit, comme chez la poire. La partie charnue de la pomme est juteuse et devient plus ou moins ferme et sucrée à maturité, dotée de près de 350 composants olfactifs qui lui donnent d’infinies nuances aromatiques (500 pour la rose et 250 pour le jasmin).

Il existe près de 6000 variétés de pommes, souvent cultivées régionalement par le passé. Aujourd’hui seules une dizaine de variétés connaissent une commercialisation à l’échelle mondiale dont Gala, Golden Delicious, Braeburn, Fuji, Granny Smith et Cripps Pink. Fort heureusement les pépiniéristes et conservatoires de fruitiers s’attachent à multiplier des variétés anciennes souvent très adaptées au climat d’une région, également pour conserver leurs gènes et de nouvelles variétés très goûteuses et généralement résistantes aux maladies voient le jour régulièrement.

malus

 

Les principales variétés de pommiers

Comment choisir la forme de son pommier ?

Pour tout savoir, rendez-vous dans cette fiche : Choisir ses arbres fruitiers : formes et variétés

Bon à savoir :

  • Les formes palissées (cordon, palmette, double U…) de pommier sont greffées sur des porte-greffes de faible vigueur comme Mac 9, M9 ou M26. L’achat d’un arbre déjà formé en cordon ou palmette est un investissement important mais fait gagner beaucoup de temps sur la mise à fruits ! Sachez cependant que les porte-greffes de faible et moyenne vigueur sont sensibles aux excès de calcaire (pH >7,5).
  • Les formes libres de plein vent de pommier sont greffés sur M2, M106 qui tolèrent assez bien les sols calcaires.
  • Les variétés de type Spur dont les charpentières portent naturellement de nombreux rameaux fins et courts et fructifères, n’ont quasiment pas besoin de taille pour offrir une récolte régulière.  Les Spurs comprennent les variétés en fuseaux  mais tous les Spurs ne sont pas obligatoirement colonnaires, à l’instar de la variété Reinette Clochard. Ils sont même plutôt buissonnants et dépourvus de flèche ce qui oblige à prévoir de la place autour afin de favoriser le renouvellement des rameaux fertiles.

Variétés classiques, les valeurs sûres

Pommier Royal Gala

Période de floraison Avril

Hauteur à maturité
4.00 m

Variété assez vigoureuse, à mise à fruits rapide et très productive. Pomme moyenne, rouge légèrement striée, à chair ferme, très croquante, parfumée, sucrée et un peu acidulée. Récolte début septembre. Conservation 3 mois.

Pommier Belle de Boskoop - Gobelet en pot de 10L

Période de floraison Avril

Hauteur à maturité
5.00 m

Variété de bonne vigueur et productive à gros fruits bicolores dont la chair granuleuse est demi-croquante, juteuse et acidulée. Récolte fin octobre-novembre. Conservation jusqu'en mars. Résiste au chancre, à la tavelure et au froid.

Pommier Golden Delicious

Période de floraison Avril

Hauteur à maturité
4.50 m

Issue d’un semis spontané découvert en 1890 aux Etats-Unis, c’est la pomme la plus produite en France. De culture aisée, de mise à fruit précoce, elle peut être pollinisée par Reine des Reinettes ou Delbard Jubilé®. Chair juteuse, ferme, sucrée, légèrement acidulée et parfumée lorsqu’elle est récoltée à point fin septembre. Longue conservation jusqu’à fin avril. Bonne pollinisatrice.

Pommier Reine des Reinettes - Palmette simple U

Période de floraison Avril

Hauteur à maturité
5.00 m

Variété ancienne idéale pour obtenir un bel arbre de plein-vent. Pomme moyenne à chair assez ferme, fine, juteuse, légèrement acidulée, très agréable à croquer ou à cuire. Cette. Capable de s’autoféconder, elle pollinise par ailleurs de nombreuses autres variétés. Sensible à l’alternance (une année bonne, l’autre non !) et aux pucerons. Récolté en septembre, les pommes se conservent au frais jusqu’en décembre.

Variétés anciennes ou originales

Pommier Choupette

Période de floraison Avril

Hauteur à maturité
4.00 m

Variété nouvelle, résistante à la tavelure et à l’oïdium, au goût savoureux des pommes anciennes, à croquer ou cuire. Fruits rouge violet intense piqueté de blanc à chair ferme, devenant plus tendre avec le temps, juteuse, légèrement acidulée, sucrée. Récolte en octobre et longue conservation.

Pommier Ariane - Gobelet 2 ans en racines nues

Période de floraison Avril

Hauteur à maturité
5.00 m

Très bonne pomme récente, résistante à la tavelure. Récolte tardive et abondante fin septembre. Arbre assez vigoureux. Fruits d’un beau rouge brillant lavé de jaune, à chair ferme, croquante et juteuse, sucrée et acidulée, pétillante en bouche. Longue conservation jusqu’en avril.

Pommier Delbard Jubilé - Georges Delbard

Période de floraison Avril

Hauteur à maturité
5.00 m

Une variété réputée, productive, très appréciée pour ses fruits jaunes striés de rouge, sucrés et parfumés. C'est la pomme des gourmets !

Pommier Maggy - Scion en racines nues

Période de floraison Avril

Hauteur à maturité
5.00 m

Variété récente de moyenne vigueur et de très bonne productivité. Fruits moyens rouge sanguin avec une chair rouge veinée de blanc, fine, croquante et sucrée-acidulée.

Variétés en fuseau pour terrasses et petits jardins

Pommier colonnaire Ballerina ® Polka

Période de floraison Mars

Hauteur à maturité
3.00 m

Variété vigoureuse de pommier colonnaire, très économe en place et à la floraison exceptionnelle. Gros fruits évasés rouges ou orangés. Chair douce, juteuse et légèrement acidulée. Récolte mi-septembre. Conservation jusqu'en novembre.

Pommier colonnaire Villandry - Georges Delbard

Période de floraison Avril

Hauteur à maturité
2.00 m

Port très étroit de 60 cm de large, parfaitement adapté aux petits jardins et à la culture en grand pot, sur la terrasse. Très productif, de croissance rapide, il fructifie rapidement et offre, des pommes moyennes, rouges tachetées de gris. Chair ferme, croquante et parfumée.

Pommier colonnaire Rhapsodie

Période de floraison Mars

Hauteur à maturité
3.00 m

Pomme résistante à la tavelure et fleurissant tardivement. Récolte à partir de la fin du mois de septembre. Fruits jaunes lavé de rouge-orangé en murissant. Très bonne pomme à couteau croquante et juteuse à saveur légèrement acidulée et convenablement sucrée qui convient aussi à la cuisson.

Plantation

Où planter le pommier ?

  • Les pommiers poussent partout en France mais beaucoup de variétés obtenues dans une région présentent une meilleure adaptation à celle-ci. Tenez compte de leurs préférences notamment si vous vivez en zone d’altitude (choisissez une floraison tardive en mai). En plaine au climat humide et brumeux (préférez des variétés résistantes à la Tavelure), et en climat chaud et relativement sec (préférez les variétés greffées sur M7, M109 ou M111). Attention, les formes en fuseau ou naines conçues spécialement pour la culture en bac sont plus sensibles au froid.
  • Le pommier accepte bien l’exposition face au nord, en particulier dans la moitié sud de la France. Cependant, les formes en espalier préfèrent une orientation sud-est ou sud-ouest.
  • Ces fruitiers apprécient les sols consistants, argileux, riches et frais mais bien drainés. Le choix d’un porte-greffe adapté permet des plantations en sol plus ou moins calcaire.
  • En climat humide, préférez des variétés résistantes à la Tavelure.

Quand planter ?

Préférez une plantation en automne-hiver a fortiori si le plant est vendu en racines nues et en période hors-gel.

Comment planter ?

Si vous installez une forme palissée, pensez à disposer une armature solide de palissage et de tuteurage avant la plantation (poteau d’extrémité muni d’une jambe de force, fils de fer, poteaux intermédiaires, etc.).

Cet arbre est de culture facile.

  • Pour un plant en pot, plongez la motte dans un seau d’eau pour bien l’humecter, ou s’il s’agit d’un scion en racines nues, recoupez les racines abîmées de façon nette, puis enduisez-les de pralin, ou à défaut de boue.
  • Travaillez le sol en ôtant les cailloux et les herbes indésirables,
  • A l’aide d’une bêche, creusez un trou de 50 à 60 cm en tous sens en évitant de lisser les parois. Veillez à mettre d’un côté la terre de fond et d’un autre côté la terre de surface.
  • Pour enrichir le sol, mélangez de la corne broyée (riche en azote), éventuellement de l’engrais de fond (riche en phosphore et potassium) et de la matière organique (terreau, compost…) avec la terre de fond et versez ce mélange au fond du trou de plantation.
  • Si vous installez un arbre en gobelet ou une tige, enfoncez 1 à 3 tuteurs en retrait de l’emplacement de la motte.
  • Placez le plant à niveau afin de placer le collet au ras du sol puis remblayez avec la terre de surface en formant une cuvette.
  • Versez un arrosoir entier pour plomber la terre et chasser les bulles d’air.
  • Attachez le tuteur au tronc, en croisant le lien en forme de 8, sans toucher le tronc.

malus

Taille, entretien

  • Pensez à arroser régulièrement pendant les premières années de plantation et en cas de fortes chaleurs.
  • Entretenez un paillage à base de feuilles mortes, de paille, de B.R.F ou de compost à moitié décomposé pour éviter la concurrence des mauvaises herbes.
  • Apportez du compost à l’aplomb de la limite de la couronne chaque automne, pour entretenir la fertilité du sol. Complétez éventuellement, au moment de l’hiver, avec une petite pelletée de cendre de bois, riche en  potasse, afin d’améliorer la fructification.
  • En juin, quand les pommes sont préformées, procédez à un éclaircissage : ne conservez que 1 à 2 fruits par bouquets en privilégiant les pommes les plus grosses, situées au centre du bouquet.

Les Pommiers sont sensibles aux maladies cryptogamiques comme la Tavelure et Moniliose en climat humide, à l’Oïdium en climat plutôt sec. Traitez avec un fongicide comme du purin de prêle ou d’ortie ou encore un produit à base de cuivre pour limiter les maladies. Le Carpocapse est un papillon qui pond ses œufs et rend les pommes véreuses.  Des pièges à phéromones à installer fin mai ou la pose de carton ondulé autour du tronc à la mi-juin (ôté et brûlé en novembre) limitent la quantité de chenilles de carpocapse. La pose de collier glu autour du tronc en début de printemps agit contre la prolifération des Pucerons en piégeant les fourmis éleveuses de pucerons. Appliquez un traitement d’hiver à base d’huile de colza sur les rameaux nus et/ou badigeonnez de la chaux sur le tronc à l’automne pour éliminer les formes hivernantes de ces ravageurs.

La taille du pommier

Le pommier met un peu de temps à s’organiser c’est pourquoi il faut attendre au moins 3 ans sur porte-greffe faibles et souvent 7-8 ans sur porte-greffes vigoureux avant de récolter des fruits. En revanche la production peut durer plus de 80 ans !

  • Lors de la formation du pommier en gobelet ou tige, veillez à la bonne répartition des branches charpentières, tout autour du tronc et équilibrez leur longueur.
  • Supprimez les branches qui se croisent ou poussent vers l’intérieur de la couronne.

Les formes palissées sont les plus exigeantes en taille, afin de conserver l’architecture de la conduite, en U, en double U, en palmette ou en cordon. Taillez en mars  et appliquez une taille trigemme, qui consiste à laisser 3 bourgeons sur chaque rameau à bois pour les transformer en coursonnes (rameau taillé court pour le rendre fructifère). Cependant les arbres achetés déjà formés présentent déjà des boutons (bourgeons gros et arrondis) qu’il suffit de conserver en quantité suffisante lors de la taille. Des pincements ou taille en vert, en juillet, permettent de compléter la taille d’hiver et de corriger les erreurs : Laissez 7 feuilles après un fruit et supprimez les rameaux non fructifères afin de permettre au soleil de colorer les fruits.

Les formes naturelles en fuseau ou très retombantes comme chez Granny Smith ou les Spur, n’ont pas ou peu besoin de taille pour bien fructifier.

Pour les autres cas (formes libres de plein vent, etc.), pas de panique, vous pouvez vous contenter d’intervenir sur votre arbre tous les 2 ou 3 ans afin de réaliser les opérations suivantes entre novembre et mars :

  • Retirez si besoin les rejets ayant poussé au pied de l’arbre et les gourmands se développant sur le tronc de l’arbre.
  • Supprimez les branches mortes ou cassées, ainsi que celles qui s’entrecroisent.
  • Coupez les brindilles et quelques branches qui poussent vers l’intérieur de la couronne, afin de laisser l’air et la lumière circuler au milieu.
  • Taillez éventuellement les extrémités des branches au-dessus d’un bourgeon tourné vers l’extérieur, sinon, laissez se former une pomme en extrémité afin qu’elle provoque l’arcure du rameau et provoque ainsi l’apparition de nouveaux boutons.

tailler un pommier

Multiplication

La multiplication la plus employée est la greffe sur un porte-greffe issu d’un semis. La technique la plus courante est l’écussonnage à œil poussant ou à œil dormant, mais ce mode de multiplication reste l’affaire des professionnels et des jardiniers expérimentés.

Semis de pépins de pomme

Cette technique est incertaine dans son résultat et le pommier obtenu, donnera des fruits au bout de 10 ans minimum, ou peut-être jamais. C’est ainsi qu’on obtient de nouvelles variétés, mais le résultat d’un semis amateur est une loterie qui aboutit plus souvent à une pomme à cidre qu’à une merveille inédite.

  • Ôtez les pépins d’une pomme mûre, lavez-les sous l’eau froide et essuyez-les dans un torchon.
  • Laissez-les sécher pendant 2-3 jours à moins de 15°C en remuant de temps en temps.
  • Faites ensuite stratifier les pépins dans un pot en les plaçant entre deux couches de sable humidifié, pendant 3 mois.

Utilisations et associations

Les pommiers plantés en sujet isolé ou distants de 5 à 7 m font d’excellents petits arbres à la fois utilitaires et ornementaux par le port, la floraison, la fructification. Ils peuvent servir à créer une ombre portée pour l’installation d’un salon de jardin car vous pourrez difficilement manger sous sa couronne en raison des rameaux qui ont tendance à retomber à la longue. Vous pouvez aussi les insérer dans une haie variée d’arbres et d’arbustes caducs, en adaptant la conduite (port érigé) et en leur évitant l’ombre d’un grand arbre.

malus

Pommier en espalier et pommier colonnaire

Ils peuvent se marier à des arbustes à fleurs et fruits au sein d’un grand massif comme avec des Framboisiers, Groseilliers, Myrtilliers, Amélanchiers, Prunus triloba…

Une série de pommiers en fuseau comme Rhapsodie, Villandry ou de fruitiers nains comme Garden Sun Red® adaptés à la culture en bac, ont l’avantage d’offrir une spectaculaire floraison printanière, suivie d’une production de fruits de calibre normal, à la fois succulents et décoratifs. Ces arbres n’ont pas besoin de taille et réclament simplement un apport d’engrais spécifique dans le cas d’une culture en bac pour aider au grossissement des fruits. Plantez-les dans un grand pot en terre cuite ou résine et investissez dans un arrosage automatique pour éviter toute absence d’eau.

Créez une scène bucolique, champêtre sur une terrasse ou un balcon en accompagnant vos pommiers fuseaux de « colonnes » ou suspensions de fraisiers ou encore de bacs carrés ou rectangulaires agrémentés de plantes potagères.

Pour aller plus loin

Découvrez notre gamme de pommiers : un très large choix de variétés et de formes 

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire