Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Cultiver des superfruits, c'est possible !

La tendance est née dans les années 2000, tout droit venue des États-Unis, et a vite trouvé sa place dans les rayons des magasins bio, sur les cartes des cafés ou restaurants branchés, ou même dans les placards des consommateurs soucieux de leur alimentation et friands de ces aliments santé. Bref, baies de Goji, açais, et autres canneberges bénéficient d'un véritable engouement auprès des consommateurs et les industriels ne s'y sont pas trompés, usant et abusant parfois de l'appellation superfruits.

Les superfruits bénéficient d'importantes vertus nutritionnelles

Or, en tant qu'amateur de petits plaisirs sucrés à dévorer, on culpabilise parfois en s'imaginant que ces superfruits sont exotiques et viennent de l'autre côté de la planète. Moyen pour l'empreinte carbone ! C'est vrai pour certains mais d'autres peuvent parfaitement être cultivés sous nos latitudes dans toutes les zones climatiques de France. Alors, que diriez-vous de joindre l'utile à l'agréable en cultivant ces arbres et arbustes qui produisent des baies ou des fruits reconnus pour leurs vertus nutritionnelles ?

C'est quoi au juste un superfruit ?

Bien qu'il n'y ait aucune définition purement scientifique ou une quelconque réglementation en la matière, un superfruit se définit avant tout par sa teneur en éléments nutritifs, plus élevée que dans un fruit lambda. Des nutriments qui ont forcément une influence sur notre bien-être et notre bonne santé.

Concrètement, ces super-fruits sont très riches en antioxydants, en minéraux (calcium, magnésium et fer), en fibres, en acides gras essentiels et en vitamines C, D, K, B 6 et B9, tous essentiels au bon fonctionnement de notre organisme. Sachant que les antioxydants (polyphénols, flavonoïdes...) permettent d'éliminer les radicaux libres en excès, causes de destruction de nos cellules. Bref, sans entrer dans des détails trop scientifiques un peu éloignés de nos considérations botaniques, manger des superfruits serait utile pour lutter contre la fatigue et le stress, contrer le vieillissement de nos cellules, booster nos défenses immunitaires et prévenir certaines maladies. Sans oublier le simple plaisir de mettre à son menu des baies ou des fruits savoureux, sucrés ou acidulés.

Des superfruits pas toujours écolo !

Manger sain, c'est bien ! Manger local, c'est bien aussi ! Or, la plupart des superfruits que l'on retrouve dans les rayons des magasins viennent du bout du monde... Les baies de Goji sont le plus souvent importées en masse de Chine, l'acérola et l'açai, fruit d'un palmier, d'Amérique latine, les canneberges (cranberries) d'Amérique du Nord... Tous affichent donc un bilan écologique des plus désastreux. Et s'ils ne sont pas labellisés bio, ces superfruits peuvent aussi contenir des doses non négligeables de pesticides.

Les baies de Goji sont principalement importées de Chine

Bref, ces super-fruits, vendus à grand renfort de marketing, ne sont pas toujours exemplaires en termes de respect de l'environnement. Alors comment faire pour profiter des bienfaits de ces superfruits tout en préservant la planète ? Tout simplement, en plantant dans votre jardin ces arbres ou arbustes qui produisent ces super-fruits... Car, oui la plupart de ces fruits comme les canneberges, les baies de Goji, les argouses et les arbouses se cultivent facilement dans nos jardins ou sur une terrasse !

Myrtilles, groseilles, framboises, cassis : des superfruits bien de chez nous

Loin de remettre en cause les apports bénéfiques des superfruits sur notre alimentation (qui sont bien réels), peut-être est-il bon de rappeler que nos petits fruits rouges sont aussi bourrés d'antioxydants et de micronutriments. Ainsi, les myrtilles, framboises, groseilles ou cassis sont des champions en matière de nutrition. Et quoi de plus simple que de planter ces fruits rouges qui offrent de belles récoltes dès la première année tout en imprimant un certain charme à un jardin ?

Ainsi, la myrtille est particulièrement riche en antioxydants, en fibres, potassium et phosphore et en vitamines. Son petit goût acidulé fait merveille en été. Quant au myrtillier(Vaccinium corymbosum) il s'adapte à tous les jardins, idéalement dans un sol acide, et bénéficie d'une croissance rapide. Il est en outre très ornemental de par sa floraison en clochettes et ses couleurs automnales. Il s'intègre facilement à un massif ou à une haie à terre acide mais il est recommandé de planter au moins 2 pieds pour une bonne fertilisation et donc fructification. Et pour apporter un peu de fantaisie, pourquoi ne pas associer un myrtillier aux grosses baies très douces comme Vaccinium corymbosum ‘Reka’ à une variété aux fruits roses telle Pink Limonade ?

Le myrtillier peut facilement côtoyer un groseillier (Ribes rubrum) qui aime aussi les sols acides mais redoute les grosses chaleurs. Qu'il soit à grappes ou à maquereaux, le groseillier produit des baies rouges, vertes ou blanches, acidulées. Pour une bonne fructification, des tailles annuelles sont nécessaires et un palissage est recommandé. Une variété comme le groseillier à grappes ‘Jonkheer van Tets’ cumule la rusticité, la productivité et la précocité.

Grapiller des framboises directement sur le pied est un bonheur inégalable. D'autant que les framboisiers sont des arbustes simples à cultiver pourvu que le sol soit frais. Au sein d'une haie fruitière, le framboisier doit être taillé après fructification car il émet de nombreux drageons. Là encore vous pouvez jouer l'originalité en plantant un framboisier Black Jewel aux fruits noirs gorgés d'antioxydants. Pensez aussi aux cassissiers, aux baies plus acidulées, qui apprécient les sols frais, plutôt acides et riches.

Ces superfruits du bout du monde à cultiver chez soi

Cranberries (ou canneberges) et baies de Goji bénéficient d'une certaine aura auprès des consommateurs, alimentée il est vrai par des allégations du marketing. Très riches en antioxydants et en vitamines C, ces deux baies rouges se consomment essentiellement séchées. Mais vous êtes-vous déjà demandé quels arbres ou arbustes produisaient ces petits superfruits dont on vante les mérites ?

La canneberge (Vaccinium macrocarpon) appartient au genre Vaccinium comme la myrtille. C'est un petit arbuste de 30 cm, très rustique, qui apprécie les sols acides et humides. Elle est idéale dans une haie fruitière aux côtés du myrtillier ou dans un massif, planté avec des plantes de terre de bruyère. Vaccinium macrocarpon Pilgrim est une variété particulièrement vigoureuse et productive.

Quant aux baies de Goji, ce sont les fruits du Lyciet de Barbarie (Lycium barbarium), un arbuste facile à vivre, doté d'une jolie floraison violette, rustique jusqu'à - 20 °C, résistant à la sécheresse et adapté à tous les sols. À planter partout en France dans une haie, dans un massif ou palissé contre un mur. Goji Sweet Lifeberry produit des fruits délicatement sucrés.

Un autre super-fruit, originaire d'Amérique du Nord, mériterait d'être plus connu chez nous. Il s'agit de l'amélanche, fruit de l'amélanchier, riche en fibres, vitamines A et C, et en antioxydants. Un arbuste qui a aussi le mérite d'avoir une splendide floraison printanière blanche, des couleurs automnales flamboyantes, d'être très rustique et peu exigeant. Amélanchier alnifolia ‘Saskatoon Berry’ produit des grappes de fruits ressemblant aux myrtilles par l'aspect et la saveur.

D'autres fruits "aux super pouvoirs" à découvrir

Petite liste (non exhaustive !) d'arbustes ou d'arbres à cultiver pour leurs fruits ou baies savoureuses et riches de vertus nutritionnelles :

  • Le mûrier de Corée (Morus acidosa ‘Mulle’), idéal pour un petit jardin ou une plantation en bac, est très résistant au froid. Il produit des fruits sucrés ressemblant à de grosses mûres allongées.
  • Le sureau noir (Sambucus nigra) produit des baies noires qui doivent être cuites pour être consommées. Il bénéficie d'une croissance rapide et est autofertile. Il s'utilise en haie, en isolé ou en massif. La variété Sambucus nigra ‘Haschberg’ est particulièrement productive.
  • Le camérisier ou chèvrefeuillle comestible (Lonicera caerulea) produits les baies de mai, des fruits bleutés plus ou moins allongés, à la saveur proche de celle des myrtilles. Extrêmement rustique, il ne supporte ni la sécheresse ni les sols calcaires. À planter par deux dans une haie fruitière.
  • L'argousier (Hippophae rhannoides) produit des argouses, des fruits ronds orange très riches en vitamines A et C et antioxydants. C'est un petit arbre ornemental, épineux, qui s'accommode du froid, des sols pauvres et salés et de la sécheresse. En revanche, il lui faut du soleil. Idéal dans une haie fruitière défensive. Toujours planté un pied mâle et un pied femelle.
  • L'eleagnus umbellatta ou Goumi du Japon est un fruitier original à l'odorante floraison printanière qui produit des fruits rouge foncé ponctués de blanc argenté, sucrés et acidulés. C'est un arbuste idéal en haie libre ou coupe-vent qui s'adapte à toutes les conditions culturales, même les plus extrêmes en bord de mer.
  • L'actinidia arguta produit des kiwaïs ou kiwis de Sibérie, des fruits qui se consomment avec la peau. Comme son cousin le kiwi, c'est un arbre qui se palisse. Très rustique, il est magnifique par sa floraison parfumée et son feuillage. Certaines variétés sont autofertiles, d'autres non tel Kiwi arguta Ken's Red.
  • Le physalis est cultivé en annuelle chez nous car il aime la chaleur. Il produit des baies orangées enfermées dans une enveloppe membraneuse.

Vous pourriez aussi planter un arbousier, un jujubier, un néflier du Japon, un asiminier, un nashi, un maqui panaché ou un aronie à fruits noirs.

Cultivez-vous certains de ces superfruits de votre jardin ? Racontez-nous.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(0 votes, moyenne: 0 sur 5)
Laisser un commentaire