Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Mûrier, Ronce : planter, tailler et entretenir

Le Mûrier ou la Ronce, en quelques mots

  • La ronce est un arbuste drageonnant qui marcotte très facilement et qui porte des fruits, les mûres
  • On connaît bien le mûrier sauvage qui pousse spontanément et forme les ronciers
  • Il existe des variétés peu épineuses voire totalement inermes que l’on cultive au jardin pour leur fruits
  • La ronce peut aisément se palisser pour couvrir une tonnelle, par exemple
  • Le mûrier se plante au soleil ou à mi-ombre, dans tout sol léger, riche en humus, assez frais afin de donner de grosses mûres bien juteuses.

Le mot de notre experte

Le Mûrier ou Ronce est un cousin des framboisiers qui se distingue par des fruits noirs en général plus fermes et produits en fin d’été. Il fait partie de la famille des Rosacées.

Les ronces sauvages (ronce commune ou des bois Rubus fructicosus, ronce à feuilles d’orme Rubus ulmifolus, etc.) sont des plantes sarmenteuses ligneuses rampantes, capables aussi de s’élever à plus de 1,50 m de haut, de s’accrocher aux arbres grâce à des épines nombreuses et acérées et de marcotter à plusieurs mètres de la souche. Ces lianes très épineuses, rencontrées souvent en lisière de forêts ou dans les haies, forment parfois des taillis infranchissables appelés ronciers qui ne découragent cependant pas les amateurs de mûres ! Ce petit fruit juteux à la belle robe sombre, riche en antioxydants, vitamines et minéraux, possède une saveur à la fois douce et acidulée. En France, sa principale zone de production située en région Rhône-Alpes mais aussi dans le Limousin-Périgord et en Anjou, représente quelques centaines de tonnes.

La plupart des variétés de ronce cultivées présentent peu ou pas d’épines et de gros rendements avec des fruits souvent très gros, ronds ou ovoïdes atteignant 2 cm de diamètre de long comme chez Loch Ness, noirs mais aussi rouges comme chez la variété Dorman Red. Certaines sont remontantes comme Reuben, offrant une récolte abondante de gros fruits noirs de la mi-juillet à novembre. Il existe des variétés compactes de 1 m de haut, que l’on peut cultiver sur un balcon comme Little Black Prince.

Les Mûriers sont rustiques et de culture facile, ils se contentent d’un sol ordinaire avec toutefois une préférence pour les terres fertiles, drainées et fraîches. L’abri d’un mur exposé au soleil non brûlant ou mi-ombragé lui convient parfaitement et mettra en valeur le bois nu des rameaux souples l’hiver venu. Les variétés à tiges dressées se palissent en éventail tandis que les sarmenteuses sont dirigées plutôt à l’horizontal et peuvent recouvrir une tonnelle.

Description botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Rubus fruticosus

Famille : Rosaceae

Nom commun : Mûrier, Ronce

Floraison : de mai à juillet

Hauteur : entre 2 et 5 m de long

Exposition : soleil non brûlant ou mi-ombre

Sol : tout sol meuble, frais et bien drainé, pas trop calcaire

Rusticité : Excellente (-25 °C)

Le Mûrier appartient au genre Rubus qui est originaire des montagnes du Caucase en Asie Mineure et s’est étendu  dans le monde entier bénéficiant d’un climat tempéré. Le genre s’est diversifié au cours du temps et a donné plusieurs centaines d’espèces, dont la framboise (Rubus idaeus), et la mûre commune (Rubus fruticosus). Les Rubus forment des arbustes ou des grimpantes dressées ou sarmenteuses, à feuillage caduc ou persistant. Certains Rubus sont appréciés pour l’ornement comme Rubus cockburnianus, aux magnifiques tiges d’un blanc cireux ou Rubus phoenicolasius aux rameaux couverts de poils rouges. Il ne faut pas confondre la ronce mûrier avec l’arbre « mûrier » blanc ou noir qui porte le nom scientifique de Morus et qui a servi à nourrir les arbres à soie.

On rencontre plusieurs espèces de ronces sauvages en France comme la Ronce des bois (Rubus fruticosus) qui pousse à l’ombre, la ronce à feuilles d’orme (Rubus ulmifolius) qui est une espèce de lumière au revers des feuilles blanc et duveteux, la ronce bleue (Rubus caesius) dotée d’épines très fines et que l’on trouve le long des cours d’eau ou dans les zones de remblai… Rubus fruticosus est une espèce très polymorphe, capable de s’hybrider avec de nombreuses autres espèces. Les ronces ont tendance à coloniser les haies et sont fréquentes après une déprise agricole car elles représentent, d’un point de vue écologique, le stade intermédiaire entre la prairie et la forêt. Elles apparaissent environ dans les 5 années qui suivent un défrichage naturel ou artificiel, associées aux rosiers sauvages (églantines). Certaines espèces poussent exclusivement au soleil (R. ulmifolius), d’autres exclusivement à l’ombre (R. fructicosus).

ronce, murier

Rubus fruticosus – illustration botanique de P.J. Redouté

Les Mûriers ou les hybrides issus de divers croisements de framboisier et de mûriers (appelés « mûre-framboise ») sont cultivés particulièrement pour leurs fruits avec des différences sur la taille, la couleur et le degré d’acidité du fruit. Cette baie est consommée en Europe et en Amérique, depuis environ 2000 ans.

Le mûrier est une ronce épineuse au feuillage composé de 3 à 7  folioles, vert franc, de 8 à 2 cm de long et parcourues de nervures apparentes, assez décoratif avec son revers pruineux parfois pubescent. Cette plante vivace grimpante ou rampante possède un port semi-arbustif et buissonnant. Les rameaux atteignent 2 à 5 m de longueur, et la souche occupe jusqu’à 0,5 m au sol. Le palissage est un moyen de contrôler le développement de la plante que ce soit le long d’une clôture, d’un grillage, d’une treille, d’une pergola, d’arceaux… Les solutions sont nombreuses.

Les tiges sont généralement sans épines ou avec des épines beaucoup moins acérées que chez la ronce sauvage. Elles fleurissent et fructifient au bout de la deuxième année de croissance, puis sont remplacées au fur et à mesure par des rejets partant de la souche.

La floraison, abondante et mellifère, montre de nombreuses petites fleurs blanc rose ou violacée (chez Navajo) de 1,5 à 2 cm de diamètre, groupées en bouquets. Le calice verdâtre et persistant comporte 5 sépales pointus et la corolle est à 5 pétales non soudés. Ils entourent une multitude d’étamines et de pistils rattachés chacun à un carpelle qui en grossissant formera un « grain » de la mûre. La floraison se réalise de mai à juillet, dès la première année de plantation. Même si le mûrier ronce est autofertile, il est préférable de planter 2 pieds pour obtenir une meilleure récolte.

Les fruits qui se forment sont composés de drupes agglutinées au réceptacle et adhérentes à celui-ci ce qui permet de distinguer le mûrier du framboisier. La récolte de la mûre implique donc que l’on ôte le réceptacle après cueillette. La coloration du fruit passe toujours du vert au rouge puis au noir à maturité sauf chez les variétés à fruits rouges comme Dorman Red. La récolte peut débuter en juillet et se poursuivre jusqu’en novembre selon les cultivars.

 

Les principales variétés de ronces cultivées

Les Mûres des jardins sont des hybrides issus de la Ronce commune sans épines, Rubus var. inermis, elle-même obtenue par le croisement de la ronce et du framboisier. Un long travail d’amélioration et de sélection a permis l’obtention de nombreuses variétés sans épines ou presque, particulièrement productives, pour la plupart d’origine américaine.

Variétés à fruits noirs, vigoureuses à palisser

Mûre sans épines Loganberry - Pot de 2L

Période de floraison Mai à Août

Hauteur à maturité
2.00 m

Variété de mûre-framboise rustique, très productive, autofertile et résistante aux maladies. Les rameaux sans épines portent des grappes de gros fruits rouge foncé, noirs à maturité en juillet-août. La saveur est un mélange de mûre et de framboise, mi-sucrée, mi-acidulée.

Mûre sans épines Navaho

Période de floraison Juin à Août

Hauteur à maturité
2.50 m

Variété très productive et vigoureuse de ronce sans épines. Belles mûres allongées, fermes et savoureuses, particulièrement sucrées ces fruits au goût légèrement presque inédit. Variété autofertile, qui donne une abondante récolte à partir de fin juillet et jusqu'en septembre-octobre. Parfaites à consommer fraîches en salade de fruit ou en jus, mais aussi en gelée ou tarte.

Mûrier Triple Crown - Pot de 2L

Période de floraison Mai à Juil.

Hauteur à maturité
2.50 m

Variété de mûre de jardin sans épines, vigoureuse et très productive, jusqu'à 25 kg de fruits. Fruits énormes, pesant jusqu'à 8 g,parfumés et sucrés avec cet arôme délicieux de la mûre sauvage. Idéaux frais, en salade de fruits, en confiture et en gelée. Récolte à partir de début août. Variété résistante aux maladies et au froid jusqu'à -10°C.

Variétés à fruits rouges, vigoureuses à palisser

Mûre Buckingham Tayberry - Pot de 2L

Période de floraison Mai

Hauteur à maturité
1.50 m

D’obtention récente, cette ronce-framboise est une plante sarmenteuse, presque dénuée d'épines, aux longs rameaux souples, de croissance rapide, très productive et autofertile. Gros fruits allongés rouge-noirâtre à maturité en juillet-août, au gout très fin, mélangé de mûre et de framboise.

Mûre des jardins Dorman Red

Période de floraison Avril à Juin

Hauteur à maturité
3.00 m

Variété produisant de gros fruits ronds, de couleur rouge brillant, juteux et sucrés, similaires aux framboises tout en ayant un goût de mûre ! Variété productive, présentant une bonne résistance aux maladies et à la sécheresse, nécessitant un palissage. Plantation de l'automne au printemps pour une récolte à partir de juillet.

Raisin ou Mûrier du Japon - Rubus phoenicolasius

Période de floraison Mai à Juil.

Hauteur à maturité
3.00 m

Variété de mûre japonaise, cultivée pour ses fruits et son intérêt ornemental de buisson à tiges rouge sombre couvertes de poils et d'épines rousses. Nombreuses mûres, rouge vif à maturité, délicieusement sucrées et acidulées. La récolte se fait de mi-juillet à fin août.

Variétés de mûres pour balcon

Mûre des jardins Little Black Prince

Période de floraison Avril à Juin

Hauteur à maturité
1.00 m

Variété naine et compacte, pouvant se cultiver en pot sur un balcon ou une terrasse. Elle atteindra 1 m de hauteur. C'est une variété sans épines, produisant de beaux fruits noirs, à la saveur douce. Plantation de l'automne au printemps pour une récolte à partir de mi-août.

Plantation

Où planter le mûrier ?

Les ronces cultivées apprécient les endroits ensoleillés mais avec un soleil non brûlant ou légèrement ombragés, abrités des vents forts. Elles acceptent tous les types de sols, avec une préférence pour les terres riches, non calcaires et sans excès d’humidité. Il est déconseillé de planter les mûriers après une culture de pommes de terre, de piments, d’aubergines ou de tomates au cours des 2 années qui ont précédé. Évitez aussi la proximité des framboisiers qui abritent les même ravageurs. Les mûriers sont en général très rustique (-25°C) mais certains hybrides comme Tayberry  ne tolèrent pas des gels au-delà de -10°C.

Quand planter ?

La ronce fruitière se plante de l’automne au printemps en évitant les périodes de gel, soit de novembre à  avril.

Comment planter ?

Le palissage permet à l’arbuste de bénéficier d’un maximum du soleil et de faciliter la récolte. Prévoyez si possible des rangs orientés nord-sud afin de leur faire bénéficier de l’ensoleillement sur les deux faces, avec un espacement de 2 m entre chaque pied.

  • Comme pour les framboisiers, vous pouvez constituer une haie fruitière et tendre une armature de 3 fils de fer horizontaux, espacés de 40 cm verticalement : à 80, 120 et 150 cm de haut pour les variétés à tiges dressées ou bien faire grimper la ronce le long d’un mur tendus de fils de fer ou encore recouvrir une tonnelle.
  • Faites tremper la motte dans l’eau quelques instants avant la plantation.
  • Travaillez la terre sur toute la largeur d’une bande de 50 cm pour bien l’assouplir et sur 30 cm de profondeur.
  • Réalisez un apport de compost ou terreau puis ajoutez éventuellement un engrais de fond pour arbres fruitiers avec magnésie, au niveau des racines. Si votre terre est calcaire, prévoyez un paillis à base de matériaux acides (aiguilles ou écorces de pin…).
  • Enterrez un plant tous les 2 m en variant les variétés pour une meilleure fructification.
  • Paillez avec 10 cm de B.R.F (copeaux de bois) car la ronce apprécie la matière organique riche en carbone.
  • Arrosez copieusement.
  • Le palissage avec des liens se fait au fur et à mesure de la croissance des tiges.

En bac : installez au fond d’un pot profond une couche de graviers ou de billes d’agiles pour faciliter le drainage.

  • Remplissez le bac avec un mélange de terreau, de terre de jardin et de compost. Paillez.
rubus, ronce

La mûre : fleurs et fruits

Entretien

L’entretien des mûriers est assez simple car la plante est peu exigeante.

  • Apportez une couche de fumier ou de compost, 1 fois par an à l’automne de manière bien couvrir les chicots provenant de la taille des rameaux ayant fructifié.
  • Arrosez le plant régulièrement afin de favoriser son enracinement la première année de plantation. Par la suite,  veillez à lui apporter un complément d’eau en période de forte chaleur ou en cas de sécheresse prolongée.
  • Buttez les pieds, notamment si votre terre est très humide.
  • Renouvelez le paillage du sol afin de maintenir l’humidité et la fertilité.
  • Surveillez l’apparition de rejets en dehors du rang.
  • Lorsque la récolte est totalement terminée, coupez les rameaux épuisés au ras du sol.

La taille du mûrier

Il s’agit globalement de rabattre les bois ayant fructifié, à l’automne et d’éclaircir les nouvelles pousses amenées à fructifier l’année suivante, si elles sont trop serrées.

Pour en savoir plus sur la taille : cultiver la mure mure de logan et tayberry.

Les mûriers sont rarement malades, en revanche ils abritent toute une faune utile au jardin comme les coccinelles à 7 points, avides de pucerons, les prédateurs des araignées rouges, etc. Les feuilles abondantes servent à nourrir les chenilles de certains papillons comme le bombyx de la ronce, le petit paon de nuit et de nombreux insectes trouvent refuge dans la moelle de leurs tiges, sans oublier que la floraison est une source de nourriture appréciée des abeilles et bourdons au printemps.

Les ronces fruitières peuvent cependant être attaquées par le ver de la framboise. Binez le sol en hiver pour mettre à jour les cocons et appliquez éventuellement de la pyréthrine à la fin de la floraison, en soirée afin de ne pas nuire aux insectes pollinisateurs.

Récolte et conservation

Récolte des mûres

Les mûres et mûroises doivent être cueillis bien noirs, ils sont alors sucrés et acidulés, juteux et savoureux.  Les fruits sont à maturité lorsqu’ils se détachent facilement de leur support.

Conservation des mûres

Les mûres se consomment fraîches en salade ou tarte dès la cueillette car elles ne se conservent que quelques jours dans le bac du réfrigérateur. Il est recommandé de les congeler sur une plaque  ou de les transformer rapidement en gelées, en confitures ou encore en sorbets, sirops ou jus.

Multiplication

Etant donné la tendance forte du mûrier à drageonner et marcotter , il est très facile de séparer des drageons, des marcottes ou de diviser la touffe pour les variétés peu drageonnantes, à l’automne de préférence. Vous pouvez aussi mettre des boutures à raciner dans l’eau ou en terre.

Diviser la souche d’un mûrier

  • Avec une bêche bien affûtée, séparez les drageons comportant 10 à 20 cm de longueur de rhizome.
  • Vous pouvez aussi extraire la souche entière et la diviser en 2 à 4 éclats comportant des tiges fortes.
  • Arrosez copieusement avant d’étaler le paillis.

Utilisations et associations

Au jardin, il est nécessaire de prévoir un support pour le palissage : un grillage, une treille, une clôture ou un mur sur lequel seront fixés des fils de fer tendus à l’horizontal. Essayez de trouver des attaches faciles à enlever puisque les tiges seront supprimées l’année suivante après la récolte. Les cannes, qu’elles soient sarmenteuses ou dressées, atteindront environ 5 m de long. Rassurez-vous, les ronces cultivées émettent de nombreux drageons au pied mais sont beaucoup moins envahissantes que les ronces sauvages.

murier rubus

Vous pouvez ainsi associer plusieurs variétés de mûriers, sur une bande d’environ 0,5 m de large et avec un palissage adapté afin de constituer une haie. Cet aménagement facilite la récolte des 2 cotés Cette haie peut servir à délimiter le potager entrecoupé d’une allée où il sera facile d’éliminer les pousses vagabondes. Les mûriers peuvent aussi s’ajouter à une composition champêtre, en compagnie de groseilliers, baies de Mai, mûres de jardins, cornouillers, églantiers, canneberge, ou cormier qui produisent des fruits comestibles et vitaminés. La plantation en bac sur un balcon est aussi facile à réaliser notamment avec les variétés naines compactes et non épineuses.

Question souvent posée

Comment se débarrasser des ronces sauvages ?

S’il s’agit d’entretenir un massif déjà installé, arrachez avec le plus de racines possible les tiges en avril dès que les pousses tendres sortent de terre. S’agissant d’un roncier bien installé, l'arrachage répété finira par affaiblir la souche si vous le réaliser durant la dernière semaine de juin au moment où la plante a tout donné pour fleurir et ce durant 2 à 3 années de suite. Agissez avec une débroussailleuse, ou un coupe-branche selon l'ampleur de la tâche.

Pour aller plus loin

Découvrez notre gamme de mûriers.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire