Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Les fougères : planter et cultiver

Les fougères en quelques mots

  • Les fougères sont parfaites pour apporter naturel et graphisme au jardin
  • Elles permettent de végétaliser un coin de jardin ombragé, où les autres plantes ont du mal à pousser
  • Certaines variétés offrent un feuillage persistant, décoratif toute l’année !
  • Bien que la plupart soient vertes, elles peuvent aussi porter des frondes colorées !
  • La plupart des fougères se plaisent à l’ombre et en terrain riche et frais. Mais il existe également des variétés adaptées au soleil ou à la sécheresse.

Le mot de notre Experte

Plantes à part dans le règne végétal, les fougères fascinent par leur feuillage exubérant et leur graphisme. Elles apportent de la fraicheur au jardin et se déclinent dans une riche palette de vert. Elles ont cette délicatesse rare, ce côté graphique et tellement naturel. Elles arrivent à susciter l’intérêt même sans fleurs, par la diversité exceptionnelle de leurs feuillages !

Plantes fossiles, vestiges d’un autre temps, elles ont traversé les âges pour parvenir jusqu’à nous. Apportant avec elles un côté intemporel au jardin. Elles surprennent et nous captivent par leur côté authentique et naturel. Elles nous rappellent les promenades en forêt.

Au printemps, leurs crosses qui se déroulent forment un vrai spectacle qui suscite l’émerveillement et la surprise. Elles déploient leurs frondes pour habiller élégamment le pied des arbres et arbustes. Elles constituent une solution pour les jardins ombragés, les terrains humides et les coins reculés du jardin, difficiles d’accès ou délicats à aménager. Certaines sont persistantes et restent décoratives même en plein hiver ! Et si vous les pensiez monochromes, vous aurez la surprise de découvrir des espèces au feuillage coloré !

Bien que la majorité des espèces soient tropicales, et donc souvent cultivées comme plantes d’intérieur, il existe aussi de nombreuses espèces rustiques et cultivées en extérieur, comme les Dryopteris ou les Asplenium. Ce sont des plantes qui demandent peu d’entretien, et qui peuvent même être installées en pot. Les fougères réclament ombre et fraîcheur. La plupart d’entre elles se plairont en sol frais, riche et humifère, plutôt acide. Mais elles sont si diversifiées que certaines s’adaptent à des situations bien particulières, nous permettant de les installer même en terrain sec, ensoleillé ou calcaire. Elles peuvent pousser en rocaille, sur un muret, en sous-bois, et même parfois sur des murs végétaux !

Botanique

Fiche d'identité

Noms latins : Asplenium, Dryopteris, Athyrium...

Nom commun : Fougères

Floraison : aucune

Feuillage caduc ou persistant

Hauteur : jusqu'à 2 mètres

Exposition : ombre ou mi-ombre

Sol : frais, humifère

Rusticité : souvent - 15 à - 20 °C

Véritable témoignage du passé, les fougères font partie des premières plantes à être sorties de l’eau. Les plus anciennes sont apparues il y a près de 400 millions d’années… Elles étaient là bien avant les dinosaures ! Bien qu’elles aient su s’adapter et traverser les âges, elles gardent de cette époque une dépendance à l’eau, indispensable pour leur reproduction. C’est pour cette raison qu’on les trouve dans la nature essentiellement dans des milieux frais ou humides. Certaines d’entre elles sont même totalement aquatiques !

Groupe végétal extrêmement diversifié, les fougères comptent entre 9 000 et 13 000 espèces, présentes sur presque tous les continents. La majorité d’entre elles sont originaires des zones tropicales, c’est ce qui explique qu’elles soient fréquemment cultivées comme plantes d’intérieur. Nous parlerons ici des fougères rustiques résistantes au gel, qui proviennent des zones tempérées. On peut ainsi observer de nombreuses espèces à l’état sauvage en France. Vous les trouverez facilement en forêt, en bordure de ruisseau ou sur des sols marécageux. Certaines poussent à même le sol, d’autres entre des fissures de rochers, sur des murets, ou encore en épiphyte sur des arbres !

 

 

Fougères : illustration botanique

Asplenium trichomanes et Asplenium adiantum-nigrum : planche botanique

 

Les fougères forment un grand groupe qui rassemble des plantes de différentes familles, comme les Dryoptéridacées, Polypodiacées ou Woodsiacées. Elles constituent, avec les prêles, un ensemble plus vaste encore, celui des Ptéridophytes. Qui aurait cru, pourtant, que les fougères, avec leurs grandes frondes, sont proches des prêles aux tiges droites et robustes, sans feuilles ?

Les fougères ont leur vocabulaire bien à elles : on ne parle pas de feuilles mais de frondes, qui sont au départ enroulées en crosses, et elles ne produisent pas de graines mais des spores, regroupés dans des sacs appelés sores !

Les fougères peuvent se développer en touffe dressée, et parfois former de petites souches, voire de vrais stipes (troncs) pour les espèces arborescentes ! Quant aux fougères tapissantes, elles rampent et s’étalent grâce à des rhizomes traçants. La hauteur des fougères est très variable. Les Asplenium comptent parmi les plus bas, tandis que les Dryopteris sont bien plus imposants. Osmunda regalis est l’une des plus grandes espèces rustiques : elle peut atteindre jusqu’à deux mètres de hauteur !

Au départ, les frondes des fougères sont enroulées en crosses, au centre de la touffe. Puis celles-ci se déroulent, laissant apparaître d’élégantes frondes, parfois très grandes. Quel spectacle de voir les fougères déployer leurs frondes au printemps ! Dans la plupart des cas, elles sont alors d’une jolie couleur vert tendre. Elles prendront ensuite des teintes plus sombres, au fil du temps. Les fougères offrent une belle palette de vert, dans toutes ses nuances : du vert-jaune lumineux, au vert sombre et profond, parfois marqué de pourpre.

Ce sont les fougères asiatiques qui offrent les teintes les plus variées. Ainsi, Athyrium niponicum ‘Pictum’ possède un splendide feuillage argenté nuancé de pourpre. Quant à Dryopteris erythrosora, elle porte de superbes frondes qui changent de couleur avec le temps. D’abord rose orangé lorsqu’elles se déploient au printemps, elles deviennent ensuite bronze, puis vert sombre.

Les fougères offrent une belle diversité de feuillages ! La plupart du temps, leurs frondes sont longues, élancées, et très divisées ! C’est ce qui leur confère leur légèreté caractéristique, apportant beaucoup de graphisme aux massifs. C’est pour cela qu’on les aime tant… Peu de plantes possèdent un feuillage aussi gracieux et élégant ! N’ayant pas de fleurs, les fougères semblent avoir tout misé sur le feuillage, et c’est une belle réussite ! Certaines espèces offrent des frondes beaucoup moins divisées, comme Onoclea sensibilis, et peuvent même avoir un limbe entier, comme la Scolopendre (Phyllitis scolopendrium) !

 

Les crosses de fougères

Les frondes des fougères sont d’abord enroulées en crosses avant de se déployer ! De gauche à droite, Dryopteris filix-mas, Dryopteris wallichiana et Matteuccia struthiopteris (photo Muriel Bendel)

De nombreuses espèces sont persistantes ! C’est le cas de Dryopteris erythrosora, Polystichum setiferum ou encore Phyllitis scolopendrium. Elles restent décoratives durant toute l’année ! D’autres sont caduques, comme les Athyrium, les Adiantum ou les Osmondes. Leur feuillage sèche en automne et de nouvelles frondes se déploient au printemps.

 

Des fougères aux feuillages colorés

Les frondes des fougères peuvent prendre de superbes teintes ! De haut en bas, Dryopteris erythrosora, Dryopteris cycadina et Athyrium niponicum var. pictum (photo Kristine Paulus)

Les fougères possèdent des rhizomes, des tiges souterraines dans lesquelles sont stockées des réserves nutritives. Ces rhizomes peuvent être traçants et permettre à la plante de s’étendre. Il est alors simple de les multiplier en divisant ces rhizomes. Les racines se développent au niveau des rhizomes. Elles sont superficielles et ne s’enfoncent pas en profondeur dans le sol.

La particularité des fougères est de ne pas produire de fleurs ni de graines. À leur époque, les plantes n’avaient tout simplement pas encore inventé les fleurs pour se reproduire ! À la place, les fougères ont des spores, particules très fines ressemblant à de la poussière, qu’elles produisent en quantités énormes. Ils sont contenus dans des sacs appelés sores, souvent regroupés sur la face inférieure des frondes. Lorsqu’ils sont murs, ils s’ouvrent et libèrent les spores, qui s’envolent avec le vent. Certaines fougères développent en été des frondes fertiles, à l’aspect bien différent des autres frondes, et dont la fonction est de porter les spores.

Lorsqu’ils tombent au sol, ils germent pour donner naissance à des prothalles, organismes minuscules ressemblant à de la mousse et qui portent les organes sexuels. Après la fécondation, de nouvelles fougères pousseront à partir de ces prothalles.

Les sores placés sous les frondes de fougères

Les sores des fougères sont regroupés sur la face inférieure des frondes. Lorsqu’ils arrivent à maturité, ils s’ouvrent et laissent s’échapper les spores. Ici, une fronde de Polypodium vulgare (photo Matthieu Gauvain)

Les fougères sont aussi de bonnes plantes utilitaires. Certaines sont comestibles ! Elles sont utiles au jardin : on peut faire du purin de fougères ou les utiliser comme activateur de compost.

Les principales espèces et variétés de fougères

Les espèces botaniques, telles que présentes dans la nature, sont fréquemment utilisées dans les jardins. Mais il existe aussi quelques variétés horticoles aux frondes surprenantes prenant des formes cristées.

Les variétés les plus populaires

Dryopteris erythrosora - Fougère rose cuivré


Hauteur à maturité
70 cm

Très populaire, c’est notre variété star ! Il s’agit d’une vigoureuse fougère asiatique au feuillage persistant. Elle possède de grandes frondes triangulaires particulièrement décoratives. Celles-ci changent de couleur : d’abord roses lorsqu’elles sont jeunes, elles prennent ensuite des teintes bronze puis vert sombre. Elles sont portées par des pétioles rouges.

Polystichum polyblepharum - Fougère persistante

Période de floraison Jan.

Hauteur à maturité
60 cm

Appelée aussi « Patte d’ours », cette fougère originaire d’Asie est très populaire ! Avec ses grandes frondes vert sombre, elle est particulièrement élégante. Ses frondes très étalées lui donnent un aspect de couvre-sol. Elle est persistante.

Athyrium niponicum Pictum - Fougère japonaise

Période de floraison Juin

Hauteur à maturité
30 cm

Cette variété asiatique se distingue par son surprenant feuillage gris argenté, nuancé de pourpre. C’est une petite fougère, qui pousse lentement, elle ne devient jamais très haute. Elle est caduque et ne laisse apparaitre ses nouvelles frondes qu’à la fin du printemps. Elle s’étale grâce à ses rhizomes traçants. Si les conditions de culture lui conviennent elle peut former des tapis assez denses et étendus.

 

Asplenium trichomanes - Fougère, Fausse capillaire

Période de floraison Jan.

Hauteur à maturité
15 cm

Il s’agit d’une petite fougère persistante, assez commune à l’état sauvage en France, sur les murets en pierre dans les villages ou sur les murs des églises… Ses frondes linéaires se composent de courtes folioles arrondies disposées autour d’un rachis noir. Elle se contente de peu et supporte la sécheresse. Plantez-la sur un muret ou en rocaille, de préférence en situation ombragée.

 

Phyllitis scolopendrium - Fougère Scolopendre

Période de floraison Jan.

Hauteur à maturité
45 cm

Aussi appelée Scolopendre ou Asplenium scolopendrium, cette espèce persistante, assez commune en France, est l’une des rares fougères à frondes entières, non divisées. Cultivez-la à l’ombre, en terrain calcaire et drainant ! Elle trouve facilement sa place dans une rocaille ombragée. Il existe des variétés à feuillage plissé, par exemple Phyllitis scolopendrium ‘Cristatum’ ou ‘Undulatum’.

Nos variétés préférées

Matteuccia struthiopteris - Fougère d'Allemagne


Hauteur à maturité
80 cm

Avec ses grandes frondes dressées, d’une belle couleur vert tendre, cette fougère est particulièrement élégante. Aussi appelée Fougère plume d’autruche, elle a beaucoup de charme et crée un effet majestueux. En été, des frondes fertiles émergent au centre de la couronne de feuilles. Poussant naturellement sur le bord des ruisseaux, elle est parfaite pour animer les berges d’un bassin ! Nous vous conseillons de l'installer en groupe de 5 à 10 plants !

 

Adiantum pedatum - Capillaire du Canada, Fougère


Hauteur à maturité
60 cm

Cette fougère caduque se distingue par son feuillage extrêmement léger et fin, à l’aspect fragile. Elle possède un pétiole noir, qui offre un remarquable contraste avec le vert tendre de ses feuilles. C’est une fougère qui apporte une grande sensation de fraicheur ! Elle apprécie les sols légèrement acides, mais tolère le calcaire.

 

Osmunda regalis - Osmonde royale, fougère

Période de floraison Mai à Juil.

Hauteur à maturité
2.00 m

L’Osmonde royale est une fougère majestueuse qui porte de grandes frondes caduques ! Elle prend de splendides couleurs à l’automne. Elle forme un stipe et porte en été des frondes fertiles qui libéreront les spores. Poussant naturellement sur les berges de rivières, elle a besoin d’un sol humide et se plaira en bordure de bassin. Elle n’aime pas les terrains calcaires.

 

Onoclea sensibilis - Onoclée sensible, fougère


Hauteur à maturité
60 cm

Il s’agit d’une petite fougère utilisable en couvre-sol. Elle possède un rhizome traçant et forme rapidement un épais tapis. Elle se distingue par ses frondes surprenantes, triangulaires et larges, qui prennent de superbes couleurs, souvent vert jaune, parfois teintées de rouge.

 

Blechnum spicant - Fougère pectinée


Hauteur à maturité
40 cm

Le Blechnum en épi est une fougère persistante qui porte des frondes linéaires. En été, les frondes fertiles se dressent au centre de la touffe. On la trouve à l’état sauvage dans les forêts de France, sur sol humide. Elle craint les terrains calcaires !

 

Dryopteris filix-mas - Fougère mâle


Hauteur à maturité
1.00 m

C’est la fougère mâle, une espèce assez fréquente dans les forêts de France. Elle forme des touffes d’où partent de grandes frondes, vert foncé, caduques. Peu exigeante, elle est facile à cultiver et tolère les sols calcaires. Il s’agit d’une fougère très classique.

 

Fougère arborescente - Dicksonia antarctica


Hauteur à maturité
6.00 m

Une plante exceptionnelle originaire d’Australie ! Elle forme un véritable tronc, épais et imposant, au sommet duquel elle déploie ses gigantesques frondes. Un port très élégant et qui apporte beaucoup d’exotisme. Elle pousse lentement, pour atteindre une dizaine de mètres de hauteur. Elle peut supporter jusqu’à – 8 °C.

 

Les autres variétés à découvrir

 

Cyrtomium falcatum - Fougère persistante


Hauteur à maturité
60 cm

Cette fougère persistante, originaire d’Asie, porte des frondes coriaces et luisantes, vert sombre. C’est un feuillage assez grossier, moins divisé que la plupart des fougères, qui rappelle un peu celui des mahonias. Elle tolère une sécheresse temporaire et les terrains légèrement calcaires ! Elle s’adapte aussi à une culture en pot ou en rocaille.

 

Polypodium vulgare - Fougère persistante


Hauteur à maturité
25 cm

C’est une petite fougère persistante au rhizome traçant. On la trouve facilement à l’état sauvage en France, sur des murets en pierre, entre des rochers ou sur le tronc des arbres dans les forêts. Elle supporte la sécheresse et les terrains calcaires. Vous pouvez la cultiver sur un muret, en rocaille ou même l’installer sur la souche d’un arbre mort !

 

Athyrium otophorum var. okanum - Fougère femelle du Japon

Période de floraison Jan.

Hauteur à maturité
40 cm

Il s’agit d’une petite fougère caduque originaire d’Asie. Elle l’aime pour le graphisme et la couleur originale de ses frondes ! Celles-ci ont d’abord une teinte légèrement dorée et argentée, puis deviennent vert bleuté. Elles sont délicatement nuancées de roux et portent des nervures pourpres.

 

Dryopteris affinis - Fougère

Période de floraison Juin à Août

Hauteur à maturité
1.20 m

Cette fougère semi-persistante forme des touffes d’où partent de grandes frondes, vert sombre, qui peuvent mesurer jusqu’à 1,50 m de longueur. C’est une fougère classique, assez proche de Dryopteris filix-mas. Elle a donné naissance à quelques variétés originales, par exemple Dryopteris affinis ‘Cristata’.

 

Dryopteris sieboldii - Fougère

Période de floraison Jan.

Hauteur à maturité
60 cm

Cette fougère persistante, qui pousse à l’état sauvage en Asie dans les forêts de montagne, porte des frondes épaisses et peu divisées, ce qui la rend vraiment originale ! Elles sont composées de grandes pinnules, très larges, vert mat. Elle ne ressemble à aucune autre. Elle pousse lentement et se plait en rocaille ombragée.

 

Dryopteris wallichiana - Fougère


Hauteur à maturité
1.50 m

Très élégante, cette fougère vous séduira par son graphisme. Elle porte de belles frondes d’un vert tendre et lumineux, tirant sur le jaune au printemps, et qui sont joliment mises en valeur par la nervure centrale sombre. Elle est semi-persistante et s’adapte à une culture en bac.

 

Dryopteris goldieana - Fougère


Hauteur à maturité
1.50 m

Cette fougère caduque, qui provient d’Amérique du Nord, est l’une des plus grandes espèces de Dryopteris. Les jeunes frondes ont une superbe teinte jaune-vert. Elles deviennent ensuite vert clair, puis prennent des reflets bronze. Elle apprécie les sols calcaires !

 

Cheilanthes lanosa - Fougère


Hauteur à maturité
30 cm

Cette petite fougère, originaire d’Amérique du Nord, a la particularité d’être adaptée au soleil et à la sécheresse ! Elle porte des frondes vert gris. Plantez-la en terrain drainant : elle ne supporte pas l’excès d’humidité en hiver. Vous pouvez l’installer en rocaille, en compagnie de la fétuque bleue.

Pour planter la bonne fougère au bon endroit, découvrez notre fiche conseil : « Fougères : comment les choisir »

Plantation

Où planter ?

Deux conditions sont indispensables pour réussir la culture des fougères : fraîcheur et ombre ! Ce sont des plantes qui poussent spontanément en sous-bois : elles se plairont au pied d’arbres ou arbustes, ou abritées par des murs, à l’ombre d’une maison. Elles ont néanmoins besoin de luminosité et préféreront l’ombre claire à une ombre dense. Elles aiment les sols frais, voire humides. Les Osmondes, Matteuccia et Athyrium se plairont sur les berges de bassin. Cependant, une fois bien installées, de nombreuses espèces peuvent prospérer en situation d’ombre sèche. C’est le cas notamment de la Fougère mâle. Les fougères apprécieront d’être plantées à l’abri du vent.

Poussant naturellement dans les forêts, les fougères aiment les sols riches, légers et humifères, et elles se plairont dans une bonne terre de sous-bois. Pour enrichir votre sol, vous pourrez faire un apport de compost lors de la plantation. Si votre terrain est sableux, apportez de la matière organique pour le rendre plus riche et moins sec ! S’il est particulièrement lourd, vous pouvez aussi l’alléger avec du terreau de feuilles. Les fougères n’ont pas besoin d’un sol profond, car leur système racinaire est assez superficiel.

La majorité des espèces apprécient les sols plutôt acides et auront du mal à pousser en terrain calcaire. N’hésitez pas à apporter un peu de terre de bruyère. Cependant, les aspléniums préfèrent les terrains calcaires.

Certaines fougères comme les aspléniums et les polypodes se plaisent dans des rocailles ou sur des murets. Vous pouvez même envisager de les installer sur des souches d’arbres morts ! Enfin, certaines variétés, comme Asplenium scolopendrium ou Athyrium niponicum ‘Pictum’ s’adaptent bien aux murs végétaux.

Les fougères dans des habitats variés

Bien que la plupart des fougères se plaisent en pleine terre et à l’ombre, il existe des exceptions ! Ici, un Asplenium trichomanes sur une paroi rocheuse, un polypode en épiphyte sur un tronc d’arbre, et Dryopteris wallichiana en forêt

Quand planter ?

Plantez vos fougères à l’automne ou au printemps, en évitant les périodes de gel ou de forte chaleur, plantez donc idéalement de septembre à novembre ou bien de mars à avril voire mai.

Comment planter ?

Plantation en pleine terre :

Les fougères apprécient les terrains riches, humifères et légers : n’hésitez pas à faire des apports de matière organique pour améliorer votre sol.

  1. Commencez par placer la motte dans un bac rempli d’eau afin de l’humidifier.
  2. Pendant ce temps, creusez un trou de plantation d’environ deux fois la taille de la motte
  3. Placez au fond du terreau de feuilles, et éventuellement de la terre de bruyère si votre sol est plutôt calcaire.
  4. Positionnez ensuite la fougère, puis replacez la terre et tassez délicatement.
  5. Arrosez généreusement.
  6. Paillez avec des écorces de pin ou du bois raméal fragmenté (BRF) pour que le sol reste frais.

Continuez à arroser régulièrement dans les semaines qui suivent la plantation, et après en cas de sécheresse.

Plantation en pot :

Choisissez un contenant assez grand et déposez au fond une couche de graviers ou de billes d’argiles. Remplissez le pot de substrat, dans l’idéal du terreau mélangé à de la terre de bruyère. Installez la fougère, comblez en replaçant la terre autour d’elle, puis arrosez. Les fougères craignent les atmosphères trop sèches, n’hésitez donc pas à vaporiser les feuilles régulièrement en été.

Pour en savoir plus sur la plantation des fougères, rendez-vous sur notre fiche pratique : « Planter des fougères »

Entretien

Les fougères demandent très peu d’entretien ! Il est rare qu’elles soient malades ou attaquées par des ravageurs. Vous pouvez les planter dans une zone du terrain laissée assez naturelle, ou dans un espace difficile à entretenir, et les laisser pousser naturellement, sans intervenir.

Si vous les cultivez en pot, arrosez régulièrement pour que le substrat reste frais. Celles qui poussent en pleine terre auront besoin d’être arrosées en cas de sécheresse. N’hésitez pas à apporter au printemps un peu de compost au pied de vos fougères. Nous vous recommandons de disposer une couche de paillage au pied de vos fougères (bois raméal fragmenté, frondes séchées ou écorces de pin). Ainsi, le sol restera frais et vous limiterez la pousse des mauvaises herbes. Ne laissez pas la terre à nu !

Les fougères ont besoin d’être taillées chaque année à ras. Attendez le début du printemps pour couper les frondes séchées en faisant très attention de ne pas couper les nouvelles pousses au centre. En les laissant en place durant tout l’hiver, elles protégeront la souche du froid, et notamment les petites crosses au centre de la touffe. Utilisez un sécateur pour couper les anciennes frondes. Elles laisseront ainsi la place pour le développement de nouvelles frondes.

Suivez nos conseils pour tailler les fougères :

 

Multiplication

Il existe différentes techniques pour multiplier les fougères. Elles ne possèdent pas de graines, mais il est possible de semer les spores. Certaines fougères se multiplient facilement par voie végétative : par division, ou, pour quelques rares variétés, par prélèvement de bulbilles.

Le semis de spores

Les fougères étant des plantes à part, qui ne produisent pas de graines, le semis de spores est assez technique et délicat à réali, mais vous y arriverez en respectant quelques règles simples. Il faut conserver suffisamment d’humidité, essentielle à la reproduction, ne pas recouvrir de terre les spores, et placer le semis à un emplacement lumineux, à l’abri du soleil direct. Un des plus gros problèmes est l’apparition de mousses ou champignons.

Récoltez les spores lorsqu’ils sont murs, en été ou automne (variable en fonction des espèces !). Vous pouvez repérer leur maturité à la couleur brune des sores. Prélevez une partie de la fronde et placez-la dans une enveloppe ou sachet en papier. Elle les libérera en séchant, en quelques jours. Nous vous conseillons de les semer aussitôt. Vous aurez plus de chances de réussir le semis !

  1. Commencez par préparer le substrat: Mélangez du terreau et du sable, en ajoutant éventuellement de la tourbe, puis tamisez-le pour obtenir un substrat fin et homogène.
  2. Arrosez pour l’humidifier.
  3. Puis, nous vous conseillons de le stériliser en le passant 5 à 10 minutes au micro-onde. Cette opération empêchera le développement de mousses ou champignons (ou d’autres graines si vous utilisez la terre de votre jardin).
  4. Placez le substrat dans une terrine, non percée, afin de préserver l’humidité. Vous pouvez choisir un récipient en plastique transparent ou en verre, muni d’un couvercle. Dans tous les cas, il doit être propre et stérilisé. Une épaisseur de substrat de quelques centimètres suffit.
  5. Laissez le substrat refroidir, puis égalisez la surface en tassant très légèrement.
  6. Dispersez ensuite les spores à la surface, mais ne les recouvrez pas ! Comme ils sont minuscules, il suffit d’un faible volume de spores pour donner naissance à de nombreuses fougères.
  7. Refermez la terrine avec un couvercle transparent pour conserver l’humidité.
  8. Placez la terrine à un emplacement lumineux, mais à l’abri du soleil direct.

Les spores vont germer et former sur le substrat, au bout d’un mois, une pellicule verte qui ressemble à de la mousse. Il s’agit des prothalles, de petits organismes qui, après fécondation, donneront naissance aux fougères sous la forme que nous connaissons ! Contrôlez l’humidité du substrat, et n’hésitez pas à vaporiser si besoin.

En général, il faudra attendre au moins six mois pour voir les premières petites frondes. Vous pourrez alors les repiquer. Sortez délicatement les jeunes fougères du substrat, puis replantez-les dans des pots remplis de terreau. Au bout d’un an, vous pourrez installer les fougères dans votre jardin.

Consultez aussi notre fiche « Semer des spores de fougère » et nos conseils vidéo :

La division

Même si cette technique n’est pas adaptée à toutes les fougères, certaines d’entre elles se prêtent bien à la division. Cela vous permettra d’obtenir plusieurs plants bien plus facilement et rapidement qu’avec le semis de spores. Divisez-les de préférence au printemps ou à l’automne.

Les Adiantum pedatum, Athyrium niponicum, Cyrtomium falcatum et certains Dryopteris se multiplient aisément en divisant les touffes, au printemps. Pour cela, déterrez la souche, en creusant assez large pour ne pas abîmer les racines. Enlevez si besoin le surplus de terre. Divisez la touffe en veillant à conserver assez de racines à chaque fois. Replantez puis arrosez.

Certaines espèces possèdent des rhizomes traçants, d’où émergent de nouvelles frondes. Il est facile de les multiplier en divisant ces rhizomes. Ce sont les fougères au port rampant, par exemple les Polypodes ou l’Onoclea sensibilis. Intervenez de préférence en automne. Déterrez la plante et enlevez le surplus de terre pour dégager le rhizome. Coupez-le en tronçons avec un couteau bien aiguisé, en conservant quelques racines et frondes à chaque fois. Replantez les rhizomes puis arrosez.

La fougère plume d’autruche, Matteuccia struthiopteris, est facile à multiplier par division. Elle possède un rhizome traçant, qui forme de nouvelles touffes en s’étendant autour de la souche principale. Il suffit de prélever ces touffes en les séparant.

Des jeunes frondes de fougères

La multiplication par bulbilles

Certaines fougères développent directement sur leurs frondes des bulbilles, de minuscules plantules, clones du pied mère. Ils se décrocheront naturellement, tomberont au sol et formeront de nouvelles fougères. C’est le cas du Polystichum setiferum ‘Proliferum’, du Polystichum setiferum ‘Plumosum Densum’ ou de l’Asplenium bulbiferum. Il est facile de multiplier ces fougères en prélevant les bulbilles et en les replantant.

Préparez un pot avec un substrat léger et poreux, puis arrosez. Mettez ensuite les bulbilles au contact de la terre, en déposant une partie de la fronde au sol et en enterrant très légèrement les bulbilles. Elles formeront rapidement des racines et pourront entamer leur croissance. Veillez à ce que le substrat reste frais en arrosant régulièrement.

Association

Les fougères sont parfaites pour composer une ambiance naturelle, telle que l’on peut la trouver dans les forêts. Elles ont un côté graphique, aéré et sauvage. Plantez-les en sous-bois en compagnie d’hostas, de tricyrtis ou d’épimédiums. Elles accompagnent très bien les autres plantes à feuillage décoratif. Dans un style toujours sauvage et naturel, vous pouvez installer les fougères en bordure de bassin, car elles sont adaptées aux terrains frais voire humides. Choisissez pour cela les osmondes ou les matteuccias, que vous planterez aux côtés d’iris des marais ou de Primula bulleyana.

Une idée d'association avec les fougères, pour un jardin d'ombre

Créez une ambiance naturelle en sous-bois avec Dryopteris erythrosora, Tricyrtis formosana x hirta (photo Amada44), Hosta ‘Emily Dickinson’ et Epimedium warleyense ‘Orangekonigin’

Avec leurs frondes allongées, les fougères permettent de composer un jardin très graphique lorsqu’elles sont associées à des prêles, graminées ou bambous. Vous obtiendrez ainsi un jardin de style moderne, aux lignes épurées et aux couleurs sobres. Les fougères les plus grandes apportent un côté très structuré lorsqu’elles sont placées en fond de massif. Elles créent un décor assez sobre, dans une belle teinte verte qui mettra en valeur les fleurs aux couleurs plus vives que vous pourrez planter devant elles. Les fougères s’adaptent bien également à une culture en pot et, installées sur une terrasse, elles y apporteront beaucoup de naturel.

Découvrez également de nombreuses idées pour marier les fougères dans notre fiche conseil : « Les fougères : 9 idées de’associations faciles à réussir »

Questions fréquentes

Dois-je apporter de l’engrais à mes fougères ?

En pleine terre, ce n’est pas la peine. Contentez-vous d’enrichir le sol avec du compost ou du terreau de feuilles. Par contre, vous pouvez apporter un peu d’engrais à libération lente si vous cultivez vos fougères en pot. Faites-le au printemps, lors de la plantation ou d’un rempotage.

Mon terrain est calcaire. Puis-je cultiver des fougères ?

Bien que la majorité des fougères préfèrent les sols plutôt acides, certaines poussent très bien en terrain calcaire. C’est le cas de la plupart des aspléniums, du scolopendre (Asplenium scolopendrium) et de quelques dryopteris (par exemple, Dryopteris filix-mas). À l’inverse, Blechnum spicant ne supporte pas les terrains calcaires !

Mon terrain est sec et ensoleillé. Puis-je cultiver des fougères ?

L'espèce la plus adaptée dans cette situation est Cheilanthes lanosa. Il s’agit d’une petite fougère qui porte un feuillage vert argenté. Elle trouvera sa place en rocaille et supporte le soleil comme la mi-ombre., c'est l'une des rares qui supportera des conditions sèches et ensoleillées.

Les fougères peuvent-elles devenir envahissantes dans mon jardin ?

Non, à moins d’y implanter la fougère aigle, il n’y a pas de risque. Éventuellement, Onoclea sensibilis, si les conditions de culture lui conviennent, peut avoir tendance à s’étendre grâce à ses rhizomes traçants. Il peut être nécessaire de la contrôler en terrain humide.

Ma fougère ne pousse pas !

Vérifiez que les conditions de culture lui conviennent. Le sol est peut-être trop compacté, ou trop lourd. Les fougères apprécient les sols légers, riches et humifères. Si vous la cultivez en pot, apportez de l’engrais. Si c’est en pleine terre et que votre terrain est pauvre, faites un apport de compost. Il est possible qu’elle n’ait pas assez de luminosité et que cela ralentisse sa croissance. Peu de fougères poussent sous une ombre épaisse. Par contre, Dryopteris sieboldii a naturellement une croissance lente.

Le saviez-vous ?

  • Une incroyable diversité

Les fougères surprennent par leur diversité. Certaines espèces sont reviviscentes : elles peuvent se dessécher entièrement, sembler mortes, et revivre dès la première goutte d’eau. D’autres, totalement aquatiques, flottent sur l’eau (on en trouve même en France). Certaines sont myrmécophiles : elles vivent en symbiose avec des fourmis, leur fournissant gite et couvert ! Il existe aussi des fougères grimpantes (Lygodium japonicum) ! D’autres, arborescentes, forment de véritables troncs ! Malheureusement, celles-ci sont peu rustiques, et nécessiteront d’être protégées pour l’hiver, sauf si vous habitez la région méditerranéenne.

  • Une espèce conquérante

La fougère aigle, Pteridium aquilinum, est une véritable conquérante : elle colonise très facilement de nouveaux espaces, jusqu’à devenir envahissante, et résiste à tout : même le feu la favorise ! Il est très difficile de la déloger une fois qu’elle a envahi un terrain. Et ses spores peuvent parcourir 3 000 kilomètres ! Elle empêche même les autres plantes de pousser.

  • Croyances populaires

Les fougères sont liées à de nombreux mythes et légendes. Leur mode de reproduction et l’absence de fleurs ont souvent fasciné et suscité des interrogations. Elles ont donné naissance à la légende de la fleur de fougère. Dans la mythologie d’Europe de l’Est, cette fleur très rare donnerait de grands pouvoirs à la personne qui la découvre. On a aussi pensé que leurs graines auraient le pouvoir de rendre invisible. Il fallait les récolter à minuit, la veille de la Saint-Jean. Il fallut longtemps pour comprendre que les fougères ne produisaient pas de graines !

  • Des fougères comestibles

Certaines espèces sont comestibles ! C’est le cas des crosses de Matteuccia struthiopteris, appelées têtes de violon, qui sont particulièrement appréciées au Québec. Il faut les faire cuire dans de l’eau bouillante ou à la vapeur. En Asie, c’est la fougère aigle qui est couramment consommée, après l’avoir préparé pour lui enlever sa toxicité. Moins dangereux, le rhizome de Polypodium vulgare a un goût de réglisse.

  • En paillage !

Certaines fougères, comme Dryopteris filix-mas, sont caduques : leurs frondes sèchent en automne. Profitez-en pour les ramasser, elles constituent un excellent paillage ! Récoltez-les lorsqu’elles sont sèches, coupez les plus grandes avec un sécateur et placez-les au pied de vos plantes. Elles empêcheront les mauvaises herbes de pousser, maintiendront la fraicheur du sol, et, en se décomposant, elles constituent un apport de matière organique qui enrichira votre sol en potassium ! Elles ont aussi des propriétés anti-fongiques et repoussent les limaces. Vous pouvez utiliser des frondes de fougère aigle, que vous trouverez dans la nature, en sous-bois sur sol acide. Les frondes de fougères peuvent également constituer une protection contre le froid : placez-les contre vos plantes les plus frileuses, par exemple en les tassant sous un voile d’hivernage. Vous pouvez aussi faire du purin de fougères, efficace pour repousser les insectes (pucerons, cochenilles…), en utilisant Dryopteris filix-mas ou la fougère aigle (Pteridium aquilinum).

 

Fronde de fougère enroulée en crosse

 

Ressources utiles

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(1 votes, moyenne: 5 sur 5)

2 réflexions au sujet de « Les fougères : planter et cultiver »

  • Ced

    Bonjour, avez vous des infos sur la culture des fougeres en epiphyte, dans nos regions, en exterieur, en climat froid.
    Comment fixer des fougeres sur un arbre ou un mur?
    Bref, tout sur la culture d epiphytes.
    Cdt

    Répondre
    • Michael

      Bonjour,
      De nombreuses fougères peuvent vivre en effet en épiphyte dans nos régions comme l'Asplenium trichomanes, Asplenium scolopendrium, Adiantum capillus-veneris, Polypodium vulgare... Elles peuvent selon les espèces soit pousser sur des murs, soit sur des troncs d'arbres. LA réussite de la culture en épiphyte demande tout d'abord beaucoup d'humidité ambiante voilà pourquoi je vous recommande de planter ces fougères à l'ombre, dans un endroit peu venté ou l'hygrométrie est importante. Une fois l'endroit trouvé il vous suffit de planter en retirant un maximum de terre de la motte puis en fixant la plante soit à l'aide d'une toile (sur un tronc d'arbre) soit à l'aide de fils et crochets (sur un mur). Arrosez régulièrement les premiers mois. Si de nouvelles frondes se développent, la "greffe" sera réussie.

      Répondre
Laisser un commentaire