Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Cotoneaster : planter, tailler, entretenir

Le Cotoneaster en quelques mots

  • Le cotoneaster est un arbuste persistant, peu exigeant et très rustique
  • Très décoratif grâce à ses petits fruits persistants et son feuillage flamboyant en fin de saison
  • Il offre une floraison blanche ou rosée au printemps
  • Il pousse en tout sol drainé et à toutes expositions
  • Il colore les haies, les massifs, les couvre-sol

Le mot de notre experte

Le cotoneaster est une petit arbuste ornemental facile de culture produisant une profusion de fleurs au printemps, et surtout des baies rouges ou orangées parsemées dans son feuillage très décoratif à l’automne ou sur les rameaux nus en hiver. Ses capacités d’adaptation exceptionnelles et  sa polyvalence, font du Cotoneaster un arbuste incontournable dans tous les jardins sans jardinier ou d’esprit naturaliste.

Caduc ou Cotoneaster persistant, prostré ou érigé, taillé dans les haies tirées au cordeau, buissonnant et peuplé d’oiseaux dans les haies champêtres, cotoneaster couvre-sol pour garnir talus et rocailles, qu’ils soient Cotoneaster horizontalis ou Cotoneaster franchetii, tous apportent de la couleur à tous les recoins du jardin.

On peut aussi le cultiver dans de grands bacs sur une terrasse ou un grand balcon pour créer des brise-vue bien denses et persistants. Cet arbuste peu exigeant s’adapte à toutes les expositions, tous les climats et à tous les sols du moment qu’ils soient bien drainés. Sa culture est sans difficulté. 

Il existe un cotonoeaster pour chaque utilisation, découvrez notre collection de cotonesters dont certains peu courants.

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Cotoneaster

Famille : Rosaceae

Nom(s) commun(s) : Cotonéaster

Floraison : de mai à juillet

Hauteur : 0,15 à 5 m

Exposition : Soleil, mi-ombre

Sol : Tous, bien drainé

Rusticité : -15°C-25°C

Le genre Cotoneaster est composé d’environ 200 espèces réparties entre les espèces arbustives et les espèces couvre-sols, le plus souvent à feuillage persistant (Cotoneaster lacteus et Cotoneaster franchetii), caduc pour quelques espèces (Cotoneaster horizontalis) ou semi-persistant (Cotoneaster suecicus). Seules quelques espèces sont couramment cultivées dans nos jardins. On trouve aussi chez les pépiniéristes les plus passionnés, des cotonéasters plus rares comme le petit et prostré cotoneaster adpressus ou le Cotoneaster lucidus.
Tous appartiennent à la famille des Rosacées et sont originaires des zones boisées ou rocheuses du Nord de l’Europe, d’Asie et du nord de l’Afrique.

Le Cotoneaster est un arbuste dressé ou totalement prostré, selon les espèces. Erigé et étalé, aux rameaux arqués pour Cotoneaster franchetii, plus buissonnant et horizontal avec des branches disposées en arrêtes de poissons pour Cotoneaster horizontalis, trapu et rampant pour Cotoneaster microphylla ou encore entièrement prostré chez Cotoneaster dammeri. Les rameaux sont plus ou moins ramifiés selon les espèces et variétés. Le branchage du Cotoneaster apiculatus, dégage une délicieuse odeur de cerise une fois coupé.

Sa croissance est moyenne à rapide même en sol difficile et sa hauteur varie de 15 cm et 4 m selon qu’il soit rampant, de taille moyenne ou de grande taille (2 à 5 m en tous sens). La taille et le port détermineront son utilisation.

Les formes les plus petites comme Cotoneaster horizontalis ou microphylla, sont très prisées des amateurs de bonsaïs.

cotoneaster - description et éléments botaniques

Cotoneaster franchetii – illustration botanique

Tous présentent une belle envergure avec une considérable emprise au sol, pouvant aller jusqu’à 4-5 m voir davantage car certaines espèces rampantes ont tendance à se marcotter naturellement, colonisant volontiers les talus ou les zones difficiles d’accès. Certains se sont naturalisés dans de nombreux pays comme l’Australie et en Californie où ils sont désormais considérés comme invasifs.

Le Cotoneaster forme de belles touffes buissonnantes bien denses intéressantes pour leur feuillage persistant à semi-persistant selon le climat ou caduc. Les feuilles épaisses et coriaces de 0,5 mm à 12 cm de longueur, alternes, entières, ovales ou elliptiques, sont vert moyen à foncé brillant ou mat dessus et souvent vert grisé et couvertes d’un feutrage dessous. Cotoneaster adpressus porte des feuilles ondulées. Certaines variétés comme Cotoneaster horizontalis Variegatus présentent un feuillage vert panaché de crème.

Vert clair au débourrement, elles foncent avec le temps et virent pour certaines au jaune, au rouge pourpré foncé ou au rouge orangé en automne, avant de tomber. Les formes caduques exhibent un feuillage plus coloré à l’automne.

Sur cette végétation dense apparaît la floraison, à la fin du printemps, de mai à juillet selon le climat. L’arbuste se poudre de nombreuses petites fleurs simples à 5 pétales, le plus souvent de blanches ou parfois roses, solitaires ou réunies en petits bouquets. Elles sont odorantes et très mellifères et attirent les butineurs. On apprécie l’utilité de cet arbuste pour la petite faune du jardin.

En septembre-octobre, cette floraison laisse place à une fructification des plus décoratives qui renforce le charme de cet arbuste. Des grappes de petits fruits charnus ronds ou ovoïdes de 1 à 10 mm de long, rouges, vermillon, orangés ou noirs pourpre foncé chez Cotoneaster lucidus constellent le feuillage. « Coral Beauty » porte des baies orange corail vif, Cotoneaster franchetii, des baies saumon, certains cultivars moins répandus, des drupes jaunes.

Cette profusion de fruits luisants persiste parfois une bonne partie de l’hiver sur les rameaux, faisant le régal des oiseaux et apportant de la couleur au jardin à la saison froide.

Ils ne sont pas comestibles et sont toxiques consommés en grande quantité.

Le Cotoneaster est un arbuste vraiment très accommodant qui s’adapte à toutes les expositions, tous les climats et à tous les sols.

C’est une plante robuste et rustique jusqu’à -25 °C qui peut être cultivée dans toutes les régions. Il résiste aux hivers très rudes et aux sécheresses ponctuelles une fois bien établi. Il prospèrera au soleil ou à mi-ombre en tout sol modérément fertile, bien drainé, même pierreux.

Le Cotoneaster est un arbuste incontournable dans un jardin, sans jardinier ou d’esprit naturaliste. Il est parfait dans une haie mixte, bocagère, champêtre ou taillée. Les espèces persistantes et érigées permettent de constituer rapidement un écran de verdure pour masquer un vis-à-vis gênant. Le cotoneaster rampant constitue un excellent couvre-sol.

Il peut également être palissé contre un mur ou encore conduit en bonsaï. Certaines petites formes peuvent être cultivées en bacs sur une terrasse et offriront une cascade de verdure.

bonsaï - cotoneaster

Cotoneaster conduit en bonsaï

Espèces et principales variétés

On compte près de 200 espèces de Cotoneasters réparties entre les espèces arbustives et les espèces couvre-sols. Le choix est vaste pour tous les jardins ! Tous sont peu exigeants, rustiques et faciles à cultiver, produisant une profusion de fleurs, de baies décoratives colorées ou de feuillages flamboyants à l’automne.

Seules quelques espèces sont très couramment cultivées dans nos jardins : les Cotoneaster franchetii, Cotoneaster dammeri, Cotoneaster horizontalis et Cotoneaster lacteus, qui se déclinent en cultivars et hybrides intéressants qui se distingueront par leur hauteur à maturité, leur port et leur feuillage caduc ou persistant.

cotoneasters, principales espèces

Principales espèces cultivées dans les jardins : 1 cotoneaster franchetii, 2 damneri, 3 horizontalis et 4 lacteus

En fonction des espèces, leur port est très variable de dressé à légèrement retombant ou à entièrement prostré. Leur hauteur peut varier de quelques dizaines de centimètres à 4-5 m.

On choisira plutôt Cotoneaster franchetii et Cotoneaster lacteus pour former une haie de 2 à 3 m de haut, Cotoneaster horizontalis est une espèce rampante géante idéale pour une haie basse le long d’un mur, Cotoneaster dammeri constituera un excellent couvre-sol.

A côté de ces espèces courantes, nous proposons une gamme de cotoneasters plus rares, dont il serait dommage de se passer tels que le Cotoneaster adpressus, une petite espèce caduque au port prostré qui forme un couvre-sol remarquablement dense, Cotoneaster lucidus, qui permet de créer rapidement une haie fournie qui prendra de belles teintes jaunes à rouge-pourpre en automne.

Les plus populaires

Cotoneaster horizontalis 20/30cm en pot de 2L/3L - Cotoneaster rampant

Période de floraison Mai

Hauteur à maturité
1.00 m

C'est un bon couvre-sol pour garnir talus et rocailles, il peut même être palissé contre un mur. Il a la particularité d'avoir des branches disposées en arrêtes de poissons

Cotoneaster franchetii - Cotonéastre de Franchet en pot de 2/3 L

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
3.00 m

Le feuillage de l'arbuste est, quant à lui, persistant à semi-persistant. selon le climat. Il se cultive aussi bien en isolé que dans des massifs d'arbustes ainsi qu'en haie libre ou taillée, en bordures et comme couvre-sol

Cotonéaster dammeri Eichholz en pot de 1/1,5L

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
35 cm

un vigoureux arbuste couvre-sol persistant, à fort développement. qui prospère même sur les talus ingrats

Cotoneaster microphyllus - Cotonéaster à petites feuilles

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
80 cm

Idéal en couvre-sol pour garnir un talus, une rocaille, un muret.

Nos préférées

Cotoneaster lacteus 40/60cm en pot de 3L - Cotonéaster laiteux

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
3.00 m

Un vigoureux arbuste persistant, souvent utilisé en haie mais il est l'arbuste de toutes les situations !

Cotoneaster horizontalis Variegatus - Cotonéaster rampant

Période de floraison Mai

Hauteur à maturité
45 cm

Il est plus petit et moins vigoureux que l'espèce type et avec son magnifique feuillage panaché, il est un bon couvre-sol pour garnir un talus, une rocaille

Cotoneaster suecicus Coral Beauty

Période de floraison Juin à Juil.

Hauteur à maturité
60 cm

Une magnifique variété couvre-sol, formant un dôme compact constellé de fruits orange corail, parfait pour recouvrir les pentes et les talus!

Cotoneaster procumbens Queen of Carpets 15cm en pot de 1.5L

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
50 cm

On adore cet arbuste couvre-sol formant un tapis ras vert foncé avec une floraison blanche suivies de fruits rouge vif, très recherché pour couvrir les talus et former des haies basses

Autres variétés intéressantes

Cotoneaster lucidus

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
2.00 m

Un Cotoneaster encore peu planté dans nos jardins, pourtant très appréciable pour ses belles couleurs automnales et sa fructification décorative, il est souvent utilisé en haie

Cotoneaster adpressus Little Gem

Période de floraison Mai

Hauteur à maturité
25 cm

Ce cotoneaster se différencie par un port compact et dense, mais aussi par la quasi absence de fleurs et de fruits

 

Plantation

Où planter le Cotoneaster ?

Le Cotoneaster est un arbuste peu contraignant qui accepte de pousser dans presque n’importe quelles conditions et qui se contente de peu. Rustique jusqu’à -25 °C, il peut être cultivé dans toutes les régions, même celles aux hivers très rudes. Il tolère également très bien les sécheresses ponctuelles une fois bien installé. Seules, les grandes espèces persistantes demandent à être protégées des vents froids et desséchants dans les régions où les températures peuvent rester longtemps inférieures à -10°C.

Bien qu’il supporte une ombre tamisée et poussera bien même dans un recoin ombragé du jardin, pour une floraison et une fructification optimales, plantez le Cotoneaster en situation de préférence ensoleillée. Il pousse dans tout type de sol, même calcaire ou rocailleux. Il demande juste un sol bien drainé car il redoute les terres argileuses et gorgées d’eau en hiver.

Le cotoneaster se prête à toutes les utilisations, sa taille et son port déterminent son usage.  Il convient à tous les styles de jardins.

Dans un jardin tout neuf, il permet de constituer rapidement un écran ou un coussin de verdure.

Persistants ou caducs, les cotonéasters rampants (Cotoneaster microphylla, Cotoneaster dammeri) et de taille moyenne constituent d’excellents couvre-sol et pourront végétaliser les talus, les zones difficiles. Leur aptitude à se marcotter naturellement en font une excellente solution pour stabiliser les talus. Ils seront parfaits aussi au pied d’une grande haie ou dans une rocaille. Leur végétation très dense limite l’apparition des mauvaises herbes.

Les formes dressées, de grande taille (Cotoneaster lacteus, cotonéaster franchetii) conviendront pour les haies libres ou taillées. Ces cotoneasters sont parfaits pour la création d’une haie persistante, éclairer un coin un peu ombragé du jardin ou encore pour former rapidement un écran visuel avec le voisinage.

Certains avec leur port retombant feront de très beaux arbustes isolés mené en arbre-tige ; Il faudra alors leur prévoir un emplacement suffisamment grand. Avec ses branches souples, le Cotoneaster horizontalis peut se palisser facilement contre un mur.

Les formes naines (Cotoneaster procumbens ‘Queen of Carpets’) trouveront leur place en pot sur une terrasse pour délimiter des espaces, par exemple ou pourront être traitées en bonsaïs.. On peut les associer à des conifères nains ou d’autres petits arbustes comme le genévrier rampant, à l’Euonymus ou encore le Forsythia.

Quand planter le Cotoneaster ?

Le cotoneaster se plante de préférence en automne de septembre à novembre pour favoriser l’enracinement. Une plantation au printemps en mars-avril, est possible pour tous les sujets achetés en conteneur. Dans tous les cas, plantez après les fortes gelées.

Comment planter le Cotoneaster ?

Le Cotoneaster n’est pas très exigeant, c’est pourquoi sa plantation est elle aussi très simple. Il lui faut un bon drainage, ses racines n’aiment pas l’humidité stagnante, d’une bonne vingtaine de centimètres au fond du trou de plantation.

En pleine terre

  • Faites tremper la motte si celle-ci est trop sèche
  • Faites un trou d’au moins trois fois le volume de la motte
  • Ajoutez si besoin de la pouzzolane ou des graviers pour améliorer le drainage
  • Plantez et ramenez la terre autour de la motte sans enterrer les branches
  • Tassez avec le pied
  • Étalez un paillis organique pour maintenir le pied au frais en été
  • Arrosez copieusement à la plantation puis régulièrement le premier été

Densité de plantation

Un seul pied peut suffire à créer un bel effet, surtout pour les plus hautes variétés et s’il est mêlé à d’autres arbustes, cependant, les cotonéasters s’avèrent spectaculaires plantés par groupes de 3 de la même variété.

En haie, respectez un espace de 80 cm à 1 m environ entre chaque pied.

Les variétés plus basses et stolonifères sont parfaites pour garnir un talus où elles vont se propager au fil des années. Pour un talus bien étoffé tout l’hiver, privilégiez les espèces persistantes et une plantation en groupe (comptez 3 à 5 pieds au m2).

En pot

La plantation en pot est classique, dans un contenant d’une trentaine de litres rempli d’un mélange de terreau, de terre de jardin et de sable de rivière, avec une bonne couche de billes d’argile pour un drainage parfait. Arrosez régulièrement, sans excès.

Taille et entretien du cotoneaster

Le cotoneaster est un arbuste facile qui n’exige pas d’entretien particulier.

Il n’a besoin d’eau qu’en cas de forte chaleur et surtout par temps sec durant l’année qui suit la plantation pour favoriser un bon enracinement. Une fois bien enraciné, il se montre résistant à la sécheresse. Quelques arrosages estivaux suffiront même en cas de sécheresse durable. Le cotonéaster en pot a des besoins en eau accrus : arrosez dès que la terre est sèche en surface.

La plupart des cotoneasters ne demandent pas une taille régulière mais gagnent à être rabattus de temps à autre. Ils ne craignent pas la taille et peuvent même être taillés sévèrement au début du printemps si besoin.

Ils se contentent d’une taille d’équilibre garder un port compact, une floraison et une fructification généreuses, un feuillage dense et provoque de nouveaux départs sur le tronc s’il est dégarni. On peut facilement les conduire en petits arbres-tige en taillant les branches basses. Certaines espèces rampantes ont une tendance naturelle à se marcotter et à coloniser sans limite n’importe quel espace. Mieux vaut par conséquent surveiller leur étalement.

  • Le cotoneaster caduc ne nécessite qu’une taille minimale consistant à maintenir une silhouette équilibrée. En février-mars, après la chute des feuilles et avant la reprise de la végétation, il suffit de couper les pointes des rameaux abîmées et de supprimez les tiges rebelles ou enchevêtrées. Éliminez également le bois mort.
  • Le cotoneaster persistant se contente d’une taille de formation les deux premières années, au début du printemps ou après la floraison pour équilibrer l’arbuste. Supprimez les rameaux plus longs.

Taillez légèrement les haies de cotonéaster, en fin d’été, en rabattant les tiges au plus près des fruits sans supprimer ceux-ci.

Les rameaux des sujets palissés sont taillés, chaque année après floraison ou en fin d’hiver à 4 yeux maximum du départ des rameaux.

Coneaster horizontalis

Cotoneaster horizontalis palissé contre un mur

 

Maladies et ennemis éventuels

Le cotonéaster est un arbuste coriace, assez résistant aux maladies. Cependant comme toutes les plantes de la famille des rosacées, son principal ennemi est le feu bactérien, qui dessèche l’arbuste en quelques semaines et contre lequel il n’y a pas de remède. En cas d’attaque, il faudra éviter la propagation de la bactérie en éliminant les parties atteintes et en brûlant sa souche. La pourridié est également un risque de maladie notamment dans les sols très humides.

Il peut aussi subir au printemps et en été, quelques attaques de pucerons et de cochenilles, que vous éliminerez en effectuant quelques pulvérisations d’eau savonneuse.  Plus rarement, il peut être attaqué par des chenilles défoliatrices, contre lesquelles il est plus difficile de lutter.

Multiplication

Le cotonéaster se multiplie facilement par bouturage, marcottage ou semis, la première méthode étant la plus rapide et la plus simple.

Bouturage

Les boutures semi-ligneuses se pratiquent en septembre chez les cotoneasters persistants (profitez de la période de taille).  En mai-juin, par prélèvement de boutures herbacées chez les espèces à feuillage caduc.

  • Prélevez aux extrémités des rameaux de 10 à 15 cm, de préférence avec un talon à la base
  • Entaillez dans sa longueur l’écorce sur 5 cm
  • Supprimer les feuilles du bas et ne conservez que deux paires de feuilles supérieures
  • Plantez-les à 7 cm environ de profondeur dans un mélange bien drainant de sable et de terreau
  • Maintenir le substrat humide jusqu’à l’enracinement sous châssis
  • Repiquez vos boutures en pot puis en pleine terre à l’automne ou au printemps de l’année suivante
  • Arrosez bien la première année de plantation

Associer le cotoneaster

Excellent arbuste à feuillage persistant ou caduc, le Cotonéaster forme de magnifiques haies champêtres, taillées ou brise-vue et des couvre-sol efficaces qui demandent peu d’entretien et rythment les saisons par leurs couleurs changeantes.  Les fleurs de début d’été blanc rosâtre, les fruits colorés et luisants en automne et en hiver, les belles teintes que prend le feuillage à l’automne rendent le Cotonéaster indispensable dans tous les jardins. Polyvalent, cet arbuste s’adapte à toutes les utilisations dans un jardin naturaliste ou sauvage et s’associe facilement à des vivaces ou à d’autres arbustes caducs ou persistants, qui feront ressortir les coloris des feuilles.

Dans une situation ensoleillée, il sera facile de l’associer avec des Deutzia, des seringats, des rosiers botaniques, des corètes du Japon, des spirées, des potentilles et des plantes vivaces comme les ancolies, les géraniums ou les digitales. Entremêler son feuillage avec une plante grimpante comme une clématite ou un chèvrefeuille nain l’égaieront en été.

Il se détachera bien sur une toile de fond de plantes aux formes contrastantes comme les érables du Japon, les fusains, des Nandina, des houx à baies, des berbéris. Les bambous et les miscanthus formeront un bel arrière-plan persistant pour les fruits aux coloris vif du Cotoneaster tandis qu’un Cornus alba ‘Baton Rouge’ fera écho au coloris de ses baies si graphiques sur les rameaux nus. Il fait merveille dans une haie libre, associé à des viornes, des lilas ou des amélanchiers par exemple.

A l’automne, les rameaux du Cotoneaster chargés de fruits et les feuilles ambrées d’un Aronia offriront un mariage flamboyant.

Dans une grande haie persistante, planté en masse le long d’une allée, il s’associe à quantité d’autres arbustes aussi faciles à vivre, comme le laurier-tin, Pyracantha, arbousiers, laurier-sauce, viornes, Elaeagnus ebbingei et des Photinia.

Le Cotoneaster horizontalis ‘Variegatus’ pourra être marié à des arbustes à feuillages panachés comme celui des Aucubas, du Cornus alternifolia ‘Argentea’ et du Rhamnus alaternus Argenteovariegata.

En couvre-sol, sous de grands arbres caducs, il laissera des points de verdure persistants durant tout l’hiver lorsque les arbres n’auront plus de feuilles. Dans talus, le Cotonéaster rampant, peut être associé à des cornus rampants, au genévrier rampant ‘Blue Star’, au fusain ‘Emerald Gaiety’, au Berberis thunbergii Atropurpurea ‘Nana’ et au Forsythia intermedia Marée d’or’, un Céanothe Thyrsiflorus Repens. 

On peut aussi le cultiver dans de grands bacs sur une terrasse ou un grand balcon associé à des conifères nains ou d’autres petits arbustes pour créer des brise-vue persistants.

Ressources utiles

Articles connexes


Blog

10 couvre-sols persistants qu'il faut avoir dans son jardin !

Les couvre-sols persistants sont une aide précieuse au jardin. S'ils permettent de lutter contre les...
Lire la suite +

Blog

5 arbustes couvre-sols pour aménager un talus

Un talus est par définition un terrain en pente soumis à la rudesse des éléments où...
Lire la suite +

Blog

Feuillages et fruits d'automne, les meilleurs arbustes du moment

Si les vivaces sont cultivées avant tout pour leurs fleurs, de nombreux arbustes sont appréciés...
Lire la suite +

Blog

Les meilleurs arbustes d'ornement à fruits décoratifs

En ce début d’automne, les paysages sont marqués par la présence ici et là d’arbustes...
Lire la suite +

conseil

7 arbustes couvre sol persistants et sans entretien

Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(4 votes, moyenne: 4.5 sur 5)

4 réflexions au sujet de « Cotoneaster : planter, tailler, entretenir »

Laisser un commentaire