Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Les glaïeuls : planter, cultiver et entretenir

Les glaïeuls en quelques mots

  • Les glaïeuls offrent une diversité de couleurs exceptionnelle
  • Leurs teintes sont souvent éclatantes, très vives, mais peuvent aussi être douces
  • Ils illuminent l’été, apportant de la vitalité au jardin !
  • Leur port très droit amène de la verticalité et du dynamisme dans les massifs
  • Ils apprécient les expositions chaudes et ensoleillées, lumineuses

Le mot de notre Experte

Le glaïeul est une plante bulbeuse portant en été des épis, composés de nombreuses grandes fleurs très colorées ! Celles-ci ont une bonne tenue en vase et sont fréquemment utilisées en bouquets. Le glaïeul est une plante qui était très populaire dans les années 70, et qui aujourd’hui est un peu plus délaissée… pourtant, de nombreuses variétés méritent vraiment notre attention ! Laissez-vous séduire par les fleurs très élégantes du Gladiolus callianthus (Acidanthera ou Glaïeul d’Abyssinie), les fleurs roses et délicates du glaïeul de Byzance, ou la floraison raffinée du Gladiolus colvillei.

Le glaïeul est une plante paradoxale : elle se fait souvent exubérante, imposante, avec des couleurs vives, presque écrasantes… Mais en même temps, on peut trouver à l’inverse des espèces très délicates, avec parfois des floraisons vraiment élégantes et naturelles. Les glaïeuls sont surprenants par leur diversité : des variétés les plus extravagantes, parfaites dans des massifs très travaillés, aux glaïeuls sauvages, comme le glaïeul de Byzance, capables de s’intégrer dans un jardin de style champêtre. Au niveau des teintes, tout semble possible : on trouve des glaïeuls rouges, blancs, verts, jaunes, presque noirs… Ce sont souvent des plantes assez hautes, amenant du volume aux massifs, mais il existe également des glaïeuls nains.

Les glaïeuls sont des plantes faciles à cultiver. Leur plantation s’effectue au printemps, pour une floraison quelques mois plus tard. Ils aiment le plein soleil et les substrats drainants, voire sableux. L’entretien des glaïeuls consiste surtout, dans la plupart des cas, à déterrer les bulbes en automne pour les stocker dans un abri hors gel pour l’hiver, et les ressortir au printemps. Les variétés les plus hautes devront être tuteurées.

Botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Gladiolus sp.

Famille : Iridaceae

Nom commun : Glaïeul

Floraison : entre juin et octobre

Hauteur : entre 50 cm et 1,50 m

Exposition : plein soleil

Sol : drainant, fertile, léger

Rusticité : généralement - 5 °C, parfois plus

Le glaïeul est une plante vivace dont on dénombre entre 270 et 300 espèces botaniques, et plus de 10 000 variétés horticoles. La majorité des espèces proviennent d’Afrique du Sud. D’autres poussent dans d’autres régions d’Afrique, dans l’ouest de l’Asie ou sur le pourtour méditerranéen. Le centre de diversité des glaïeuls est la région florale du Cap, en Afrique du Sud. En France, dans la nature, on trouve 7 espèces, dont Gladiolus italicus et Gladiolus byzantinus, deux espèces parfois introduites dans les jardins. Les glaïeuls ont été largement diffusés par l’homme à travers le monde pour leur culture. On sépare les glaïeuls en trois grands groupes : grandiflorus, nanus et primulinus.

C’est au 18e siècle que les glaïeuls originaires d’Afrique du Sud furent importés en Europe pour y être cultivés. On commença à les hybrider au début du 19e siècle. Les variétés horticoles que l’on trouve aujourd’hui dans les jardins sont issues de 6 ou 7 espèces sud-africaines.

Le glaïeul appartient à la famille des Iridacées, comme les iris ou les crocus ! Cette famille compte entre 1 800 et 2 000 espèces, parmi lesquelles de nombreuses plantes cultivées pour leur aspect esthétique : crocosmia, chasmanthe, dierama, dietes, freesia, ixia, tritonia… Ce sont des plantes monocotylédones, souvent herbacées, et qui ont généralement des organes de réserve souterrains : bulbes, cormes, rhizomes… La plupart du temps, leurs feuilles sont linéaires, épaisses, dressées, et avec des nervures parallèles.

Gladiolus grandiflorus : illustration botanique

 

Le nom du glaïeul vient du latin gladius, qui signifie glaive, épée, par allusion à la forme du feuillage, fin, dressé et pointu. C’est une plante qui symbolise la force et la victoire, l’héroïsme. À l’époque romaine, on offrait des fleurs de glaïeuls aux gladiateurs qui gagnaient un combat.

Les glaïeuls ont une forme élégante, très élancée. Ils apportent de la verticalité et du dynamisme au jardin. Ils sont généralement assez grands ; ainsi, on les place plutôt dans le milieu ou le fond des massifs pour accompagner des plantes plus petites. Les variétés les plus hautes atteignent 1,50 m, voire 1,80 m. À l’inverse, il existe des glaïeuls nains (Gladiolus nanus, Gladiolus colvillei, Gladiolus illyricus…), qui ne dépassent pas 50 cm de haut.

Les glaïeuls ont un aspect rigide, très droit. Leurs tiges sont assez épaisses et ne sont généralement pas ramifiées. Leur manque de souplesse les rend assez sensibles au vent. Cela explique que les plus grandes variétés aient besoin d’un tuteurage.

Le glaïeul fleurit en été, entre juin et septembre-octobre, pendant environ 15 jours, parfois plus. La période de floraison dépend aussi du moment où vous les avez installés, c’est pourquoi il est conseillé d’échelonner les plantations. Les glaïeuls fleurissent généralement deux mois et demi à trois mois après leur plantation. Il existe aussi des glaïeuls qui fleurissent au printemps, comme le Gladiolus byzantinus. Les glaïeuls nains, Gladiolus nanus, fleurissent ordinairement à la fin du printemps, vers le mois de juin.

Le glaïeul offre une floraison en longs épis très droits et rigides. Ils sont composés de fleurs groupées de façon dense, toutes du même côté de la hampe florale. Les épis portent souvent entre dix et vingt-cinq fleurs – parfois moins chez les petits glaïeuls (Gladiolus nanus, Gladiolus papilio, etc.). Les fleurs ne sont pas toutes épanouies en même temps : celles situées en bas s’ouvrent en premier, suivies par celles du haut.

Généralement, les fleurs du glaïeul sont assez grandes. Ils ont justement été sélectionnés pour leur floraison impressionnante. Ce sont donc les variétés à grandes fleurs (hybrides de Gladiolus grandiflorus) qui sont les plus commercialisées et les plus courantes en culture. Les fleurs des espèces botaniques et des glaïeuls papillon sont plus petites. D’une manière générale, les fleurs des glaïeuls mesurent souvent entre 2 et 5 cm de diamètre.

Elles ont une forme en entonnoir ou en trompette. Elles sont parfois allongées et peu ouvertes – les tépales formant un tube long et fin – comme chez le Gladiolus italicus, mais peuvent aussi être grandes ouvertes (Gladiolus callianthus). Elles sont composées de pétales lisses ou ondulés, frisés. Certains glaïeuls ont des pétales fins et élancés, très élégants, leur donnant un air de fleur de lys, comme chez le Gladiolus colvillei ‘The Bride’.

Les glaïeuls offrent des floraisons diversifiées ! Dans l’ordre, Gladiolus ‘Priscilla’ (photo Pharaoh Hound), Gladiolus papilio ‘Ruby Free’, Gladiolus ‘Carl Lewis’, Gladiolus byzantinus, Gladiolus callianthus (photo Leonora Enking)

Les fleurs de glaïeuls sont constituées de six tépales (trois pétales et trois sépales, ayant le même aspect). On trouve deux bractées à la base de chaque fleur. Les tépales forment un tube à la base. Le tépale central, situé au-dessus, est souvent le plus grand. Il surmonte trois étamines. Les trois tépales externes sont généralement plus petits. Les fleurs sont bisexuées : elles ont des organes mâles (étamines) et femelles (pistil). Les étamines sont parfois décoratives, comme chez le Gladiolus colvillei ‘The Bride’, où elles sont pourprées et viennent nuancer la floraison d’un blanc immaculé. La fleur de glaïeul est de type 3 : on trouve trois sépales, trois pétales, trois étamines, un style divisé en trois branches. Et plus tard, les capsules (fruit) s’ouvriront en trois parties.

Si les glaïeuls ont généralement un aspect très rigide et imposant, certaines espèces ont des formes bien plus délicates, plus légères, plus souples, comme c’est souvent le cas chez les glaïeuls botaniques, et notamment chez Gladiolus carryophyllaceus, Gladiolus papilio ou Gladiolus byzantinus.

Les glaïeuls offrent une très large palette de couleurs, puisque leurs fleurs existent dans presque toutes les teintes, des plus douces aux plus vives ! Certaines variétés se font éclatantes, tandis que d’autres sont plutôt pastel, délicates… Et il existe également des glaïeuls à teinte rouge foncé presque noire. Mais on ne trouve pas vraiment de variétés aux fleurs d’un vrai bleu.

Les fleurs peuvent être unies, mais elles sont parfois nuancées, avec une gorge plus claire ou plus foncée. Les glaïeuls papillon ont des fleurs généralement bicolores, avec des taches de couleur vive, qui évoquent des ailes de papillon ! Certaines variétés de Gladiolus nanus offrent une floraison originale, blanche avec trois ou quatre marques ovales roses sur les pétales d’un côté de la fleur (Gladiolus nanus ‘Impressive’ ou ‘Nymph’). Chez le Gladiolus primulinus ‘Atom’, les pétales sont rouges mais soulignés par un fin liseré blanc sur le bord.

Les fleurs de glaïeuls sont très souvent utilisées en fleurs à couper, pour faire des bouquets ! Elles ont une bonne tenue en vase (environ 15 jours).

L’acidanthera, ou Gladiolus callianthus, est apprécié pour son parfum !

Le glaïeul porte des feuilles dressées, allongées, assez étroites. Elles sont en forme de glaive, ce qui vaut à la plante son nom de Gladiolus (de Gladius : glaive). Elles mesurent entre 20 et 60 cm de longueur. Ce sont des feuilles relativement caractéristiques des Iridacées. Elles ont des nervures parallèles, longitudinales, et sont assez épaisses, coriaces. Les feuilles partent de la base et sont disposées en éventail, de façon engainante.

Les feuilles du glaïeul sont vertes, parfois légèrement bleutées.

Le feuillage est caduc ; il se fane en automne. Il est important de le laisser en place jusqu’à ce qu’il se dessèche par lui-même, car il joue un rôle essentiel pour permettre au bulbe de reconstituer ses réserves. Vous pourrez le couper une fois qu’il sera totalement sec.

Le feuillage des glaieuls (photo Wouter Koppen – iBulb)

 

Le glaïeul possède des organes souterrains souvent appelés « bulbes », bien qu’il s’agisse en réalité de cormes. Ils sont arrondis et aplatis, entourés d’une tunique brune et fibreuse. Il s’agit de la base de la tige qui s’est renflée pour accumuler des réserves nutritives. Le corme s’épuise pendant la floraison, puis produit un autre corme, juste au-dessus, qui vient remplacer l’ancien. Les bulbes les plus gros garantissent les plus belles floraisons, les plus grandes fleurs. C’est pourquoi nous vous conseillons de choisir de préférence les bulbes de calibre important, au moins 12 ou 14. Autour du corme, le glaïeul produit de petits bulbilles, ou caïeux, qui peuvent être détachés et replantés ailleurs afin de multiplier la plante… mais ils ont besoin de plusieurs années pour grossir et être capables d’offrir des fleurs.

Le glaïeul papillon, Gladiolus papilio, possède des stolons souterrains qui lui permettent de s’étendre.

Les cormes des glaïeuls (photo Wouter Koppen – iBulb)

Le fruit du glaïeul est une capsule qui renferme de nombreuses graines brunes et ailées (à l’exception de Gladiolus italicus, qui a des graines lisses). Lorsque les capsules sont mures, elles s’ouvrent en trois parties.

Le fruit du Gladiolus communis (photo Meneerke bloem) / Le fruit mûr du Gladiolus italicus (photo Meneerke bloem) / Les fruits et graines du Gladiolus illyricus (photo Roger Culos – Museum Toulouse)

Le glaïeul n’est pas une plante totalement rustique. Il vaut mieux déterrer son corme en automne pour le rentrer dans un abri hors gel. Il existe cependant quelques espèces relativement rustiques : Gladiolus italicus, Gladiolus byzantinus, Gladiolus papilio

Les principales variétés

Les variétés les plus populaires

Glaieul d'Abyssinie - Gladiolus callianthus

Période de floraison Août à Oct.

Hauteur à maturité
60 cm

Aussi appelé Acidanthera, ce glaïeul porte d’élégantes fleurs blanches, marquées de noir pourpré au centre. Le contraste est magnifique, et les pétales sont plus fins que chez les autres glaïeuls. De plus, les fleurs sont parfumées !

Glaïeul des moissons - Gladiolus italicus

Période de floraison Avril à Juil.

Hauteur à maturité
60 cm

Le glaïeul de Byzance offre une floraison délicate, rose – violet. Les fleurs sont allongées, assez fines, et ont un aspect très naturel. De plus, il est assez rustique ! Il a été primé Award of Garden Merit par la Royal Horticulture Society (RHS).

Glaïeul ou Gladiolus White Prosperity

Période de floraison Juil. à Sept.

Hauteur à maturité
1.20 m

Un glaïeul qui offre une belle floraison d’un blanc immaculé ! Très élégant, il peut trouver sa place dans un jardin romantique ou un jardin de cottage.

 

Nos variétés préférées

 

Glaieul ou Gladiolus primulinus Atom

Période de floraison Juin à Sept.

Hauteur à maturité
60 cm

Cette variété offre une floraison éclatante, avec des pétales d’un rouge vif, nuancés par un fin liseré blanc sur le pourtour !

Glaïeul ou Gladiolus colvillei The Bride

Période de floraison Juin

Hauteur à maturité
45 cm

Une floraison très élégante, avec des pétales longs et fins. Les fleurs sont blanches, légèrement marquées de jaune-crème au centre. Les étamines pourpres sont également décoratives.

Glaïeul ou Gladiolus papillon Violetta

Période de floraison Juil. à Sept.

Hauteur à maturité
1.00 m

On apprécie ce glaïeul pour ses grandes fleurs d’un violet profond, assez intense. Les pétales sont soulignés par un liseré blanc sur leur contour.

Glaïeul ou Gladiolus colvillei Robinetta

Période de floraison Juil. à Août

Hauteur à maturité
50 cm

Il s’agit d’un glaïeul nain qui offre une floraison d’un rouge éclatant ! Il a été primé Award of Garden Merit par la Royal Horticulture Society (RHS).

 

Les autres variétés à découvrir

 

Glaïeul ou Gladiolus papillon Lorena

Période de floraison Juil. à Sept.

Hauteur à maturité
1.00 m

Il s’agit d’un glaïeul papillon. Les fleurs sont blanches et nuancées par deux pétales latéraux, rouge et jaune, évoquant des ailes de papillon.

Glaieul ou Gladiolus colvillei Nymph

Période de floraison Juin à Juil.

Hauteur à maturité
50 cm

Les fleurs de cette variété sont blanches, avec les pétales inférieurs marqués de macules rose – rouge... Une floraison à la fois délicate et originale !

Glaïeul ou Gladiolus Espresso

Période de floraison Juin à Août

Hauteur à maturité
1.20 m

Ce glaïeul offre une de grandes fleurs d’un rouge très intense, avec des reflets noirs et veloutés. Une floraison sombre, sensuelle et élégante.

Plantation des glaïeuls

Où planter ?

Plantez le glaïeul en plein soleil pour être sûr de profiter d’une belle floraison. Ils fleurissent moins bien lorsqu’ils sont installés à l’ombre. Dans un jardin du sud de la France, ils peuvent cependant être plantés à mi-ombre, s’il y a suffisamment de luminosité.

Les glaïeuls n’apprécient pas les terrains qui retiennent l’eau en hiver, car les cormes risqueraient de pourrir : c’est pourquoi il est important de les cultiver dans un substrat léger et drainant. Si votre sol est argileux, compact, il faudra l’améliorer en apportant du sable grossier ou des graviers. Les glaïeuls aiment bien les terrains sableux. Le glaïeul des Marais, Gladiolus palustris, est une exception, puisqu’il se plait en sol humide.

Le glaïeul apprécie les sols fertiles, riches en matière organique. Nous vous conseillons d’apporter du compost bien décomposé. Évitez par contre de fertiliser avec du fumier car celui-ci risque de faire pourrir les cormes.

Placez-le de préférence en situation protégée du vent, car celui-ci risque d’abimer les longues hampes florales. S’il est exposé au vent, il nécessitera un tuteurage.

Les glaïeuls sont sensibles à plusieurs maladies cryptogamiques : pour limiter les risques de transmission, évitez de replanter les bulbes au même endroit d’une année sur l’autre.

Quand planter ?

Les glaïeuls se plantent au printemps, à partir d’avril et jusqu’en mai-juin. Sous un climat doux ils peuvent même être plantés à partir de mars, tandis que dans les régions froides il vaudra mieux attendre le mois de mai. Vous pouvez échelonner les plantations en installant des bulbes toutes les deux semaines.

Quelques espèces se plantent en automne, vers septembre-octobre. C’est le cas de Gladiolus byzantinus et de certains glaïeuls à floraison printanière.

Comment planter les glaïeuls ?

Pour un plus bel effet, il est préférable d’installer les glaïeuls par groupes d’au moins 7 ou 10 plants. Vous pouvez aussi les disperser dans un massif, pour un rendu assez naturel. On conseille parfois de les planter en ligne, notamment lorsqu’ils sont cultivés pour les fleurs coupées. Dans tous les cas, respectez environ 15 cm de distance entre chaque corme. Vous pouvez utiliser un plantoir à bulbes.

Lorsque vous achetez vos glaïeuls, nous vous conseillons de choisir des cormes d’un calibre au moins égal à 12. Leurs fleurs seront plus belles.

  1. Travaillez le terrain pour l’ameublir, supprimez les mauvaises herbes, les grosses pierres et cassez les mottes de terre. Apportez éventuellement un peu de compost bien décomposé.
  2. Creusez un trou. Si votre terrain est lourd, vous pouvez mettre un peu de sable grossier au fond, pour le drainage.
  3. Placez le corme, dans le bon sens (avec la pointe dirigée vers le haut). Il se plante à une dizaine de centimètres de profondeur.
  4. Nous vous conseillons de planter un tuteur à côté de chaque bulbe, pour les maintenir une fois qu’ils seront grands. Cela vous servira également de repère pour vous souvenir de leur emplacement et éviter d’abimer les cormes si vous devez prochainement refaire des plantations dans le même massif.
  5. Recouvrez les bulbes de terre et tassez.
  6. Vous pouvez arroser légèrement si le temps est sec.

Les glaïeuls fleuriront deux à trois mois plus tard.

 

Découvrez aussi notre fiche conseil sur la plantation des glaïeuls !

La plantation du glaïeul (photos Wouter Koppen – iBulb)

 

 

Entretien

Effectuez des arrosages réguliers au cours de l’été et pendant la floraison. Arrosez au pied pour ne pas mouiller le feuillage, car le glaïeul est sensible à plusieurs maladies cryptogamiques, favorisées par l’humidité. Vous pouvez installer une couche de paillage pour que le sol reste frais et pour empêcher les mauvaises herbes de pousser. Il est déconseillé d’arroser lorsque la plante est au repos ou commence juste sa croissance. Attendez qu’elle ait plusieurs feuilles pour commencer les arrosages. Les glaïeuls redoutent l’humidité stagnante, car cela peut faire pourrir les cormes.

Vous pouvez profiter de l’arrosage pour apporter un peu d’engrais liquide, notamment au printemps, en utilisant éventuellement un engrais « spécial bulbes ». Évitez d’utiliser du fumier car cela risque de faire pourrir les bulbes.

Lorsque les glaïeuls commencent à prendre un peu de hauteur, vous pouvez installer un tuteurage discret afin de maintenir les hampes florales des variétés les plus hautes, surtout si elles sont exposées au vent.

Nous vous conseillons de retirer régulièrement les fleurs fanées, et de couper les épis floraux une fois que toutes les fleurs sont fanées.

Dans tous les cas, ne coupez pas le feuillage avant qu’il n’ait totalement séché. Il permet à la plante de reconstituer ses réserves, d’emmagasiner des nutriments dans le corme avant d’entrer en dormance pour pouvoir refleurir l’année suivante.

N’hésitez pas à cueillir les fleurs pour faire des bouquets ! Mais dans ce cas, coupez en laissant les feuilles en place, car elles sont importantes pour que le corme puisse reconstituer ses réserves et fleurir à nouveau l’année suivante. Laissez-les se faner et se dessécher naturellement.

La conservation des cormes de glaïeuls en hiver

Si vous habitez une région au climat froid où les températures descendent fréquemment en dessous de -10 C°, il vous faudra déterrer les bulbes en automne, pour les protéger du gel :

  1. Attendez que le feuillage soit devenu jaune et sec, puis déterrez les cormes, en faisant attention à ne pas les abimer.
  2. Vous pouvez les trier et ne conserver que les plus gros (ce sont eux qui donnent les plus belles fleurs !)
  3. Nettoyez-les en enlevant la terre, coupez la tige et les feuilles. Ne retirez pas l’enveloppe du corme.
  4. Faites-les sécher en les plaçant plusieurs jours à un endroit chaud et ventilé.
  5. Une fois qu’ils ont séché, vous pouvez supprimer à chaque fois l’ancien bulbe, placé juste en dessous du nouveau.
  6. Disposez-les dans une caissette, sur une couche de sable ou de sciure, sans qu’ils se touchent.
  7. Stockez-les dans un endroit sombre, sec, aéré et frais (entre 2 et 10 °C)
  8. Vous pourrez les replanter au printemps.

Attention aux rongeurs et aux moisissures pendant l’hiver !

Si vous habitez une région au climat doux, n’hésitez pas à laisser les bulbes en terre ! De même, certains glaïeuls sont bien plus rustiques que les autres (Gladiolus papilio, Gladiolus nanus…). Ils peuvent passer l’hiver en pleine terre. Cependant, les glaïeuls qui restent plusieurs années en place seront de moins en moins florifères au fil des années, car ils produisent chaque année des bulbilles qui au départ ne donnent que des feuilles ! Il vaut mieux renouveler les touffes de temps en temps.

Découvrez notre fiche conseil – Diviser, hiverner et multiplier ses glaïeuls

Les maladies et parasites du glaïeul

Le glaïeul est sensible au botrytis, une maladie cryptogamique qui se remarque par la présence d’un feutrage.

Il peut être atteint par la septoriose (petites taches brunes sur les feuilles) et la fusariose (les feuilles se dessèchent et jaunissent). Il arrive également que le glaïeul soit touché par la rouille. Pour limiter les risques de transmission de ces maladies, évitez de replanter les glaïeuls au même endroit d’une année sur l’autre (attendez dans l’idéal au moins quatre ans avant d’y installer à nouveau des glaïeuls). Ces maladies sont également favorisées par l’humidité : cultivez vos glaïeuls dans un substrat drainant, évitez les arrosages excessifs, et veillez à ne pas mouiller le feuillage lorsque vous arrosez.

Les glaïeuls sont parfois attaqués par les pucerons, qui piquent les feuilles et prélèvent la sève de la plante. Traitez avec du savon noir pour vous en débarrasser. Il peut aussi arriver que les limaces grignotent les feuilles. Vous pouvez utiliser du ferramol ou fabriquer un piège à limaces. Les thrips posent également problème sur la culture de glaïeuls, en provoquant l’apparition de taches décolorées sur les fleurs ou les feuilles. Ils peuvent entrainer la déformation des fleurs, ou les empêcher de s’ouvrir. Les glaïeuls peuvent aussi être attaqués par le criocère, un insecte qui fait des trous sur les feuilles et boutons floraux.

Lorsqu’ils sont stockés, les bulbes sont susceptibles de pourrir. Il faut vraiment faire attention à l’humidité et les conserver dans de bonnes conditions. Lorsqu’ils sont en pleine terre, le problème reste le même, il faut être vigilant pour éviter l’excès d’humidité et le pourrissement des bulbes.

Multiplication des glaïeuls : division et semis

On multiplie le glaïeul principalement en séparant les cormes. Il est aussi possible de le semer, mais la division reste la technique la plus simple et la plus rapide !

Diviser les glaïeuls

Les bulbes de glaïeuls produisent des caïeux (ou bulbilles) autour du bulbe principal. Ce sont de petites sphères blanches accrochées à la base du bulbe. Vous pouvez facilement les séparer du bulbe d’origine afin d’obtenir de nouveaux plants. Le mieux est de le faire en automne (une fois que le feuillage a séché), vers début novembre, pendant que vous déterrez les bulbes pour les conserver en hors gel pour l’hiver.

  1. Déterrez les bulbes de glaïeul en automne.
  2. Détachez les bulbilles situées autour du bulbe d’origine. Choisissez les plus gros.
  3. Stockez-les pour l’hiver, dans une caissette remplie de sable.
  4. Replantez-les au printemps suivant, en avril-mai.

Les bulbilles mettront deux ou trois ans avant de commencer à fleurir.

Semer des graines de glaïeuls

Le semis du glaïeul est un peu délicat à réussir… Il est plus facile et plus rapide de séparer les cormes ! Néanmoins, si vous souhaitez le multiplier par semis, faites-le de préférence au début du printemps.

  1. Prenez un pot puis remplissez-le de terreau fin, tamisé. Tassez légèrement et humidifiez le substrat.
  2. Semez les graines en les répartissant à la surface.
  3. Recouvrez-les de 1 à 2 centimètres de terreau.
  4. Arrosez en pluie fine.

Placez le pot à une température d’environ 15 °C, dans un endroit lumineux. Maintenez le substrat légèrement humide jusqu’à la germination. Il faudra attendre plusieurs années pour que les glaïeuls commencent à fleurir.

Associer les glaïeuls au jardin

Le glaïeul s’intègre facilement dans un massif ou un mixed-border coloré ! Placez-le plutôt à l’arrière-plan, derrière des plantes plus basses. Associez-le avec d’autres plantes de plein soleil et à floraison estivale : dahlias, crocosmias, rudbeckias, capucines… Les glaïeuls se marient parfaitement avec d’autres floraisons impressionnantes, de grandes fleurs colorées, majestueuses, comme celles des Lys ou des Dahlias… De plus, vous obtiendrez un massif idéal pour composer des bouquets !

Une association avec glaïeuls, dahlias et lys (photo Steven Bemelman – iBulb) / Association dahlias, glaïeuls et pennisetum (photo Maayke de Ridder – iBulb) / Lys / Glaïeul ‘Princess Margaret Rose’ / Dahlia ‘Inflammation’ (photo F.D. Richards)

Comme on les trouve dans une très large palette de couleurs, avec d’infinies nuances, les glaïeuls sont parfaits pour créer de superbes effets de contraste, ou, à l’inverse, des harmonies avec d’autres fleurs dans les mêmes tons ! Il est facile de les associer avec les dahlias, car eux aussi offrent une large palette de couleurs… Vous n’aurez aucun mal à en trouver dans des teintes qui se marient parfaitement !

Parce qu’ils ont un port rigide et très droit, nous vous conseillons d’installer les glaïeuls en compagnie de plantes bien plus souples, aérées, vaporeuses : graminées, cosmos, sanguisorbes, gaura, Verbena bonariensis… Elles amèneront un peu de légèreté et de douceur ! Vous pouvez aussi disperser quelques glaïeuls dans un massif, au milieu de plantes plus basses : leurs longues hampes florales apporteront verticalité, dynamisme et structure.

Une association Gladiolus callianthus, agastache, phlox, verveine de Buenos-Aires, pennisetum (photo Maayke de Ridder – iBulb) / Pennisetum setaceum / Gladiolus callianthus (acidanthera) / Phlox ‘Lilac Time’ (photo Uleli)

Bien que les glaïeuls aient souvent une image de plantes rigides à grandes fleurs exubérantes, certains d’entre eux sont bien plus délicats et naturels, ce qui leur permet d’entrer dans la composition d’un jardin naturaliste ou champêtre. Privilégiez les glaïeuls botaniques : Gladiolus byzantinus, Gladiolus callianthus, Gladiolus illyricus… Vous pouvez les planter en compagnie de quelques touffes de pennisetum et stipa, ainsi que de la verveine de Buenos Aires, du Gaura lindheimeri ou de l’agastache.

Questions fréquentes

Mon glaïeul ne fleurit pas ! Que faire ?

Ce problème peut venir d'une situation trop ombragée ou trop froide... Le glaïeul a besoin de chaleur et de plein soleil pour bien fleurir !
Sinon, si vous l’avez obtenu par séparation des bulbilles (en périphérie d’un bulbe d’origine), celles-ci nécessitent plusieurs années avant de fleurir. Il faut que le bulbe devienne assez gros, qu’il emmagasine suffisamment de réserves pour fleurir.
Vérifiez que les conditions de culture lui conviennent (soleil, terrain drainant et fertile...) !

Les fleurs de mon glaïeul portent des taches blanc argenté !

Il s’agit des thrips, de petits insectes qui piquent les tissus de la plante pour s’en nourrir, provoquant l’apparition de taches décolorées sur les feuilles ou les fleurs. Nous vous conseillons de traiter avec un mélange de savon noir et de décoction d’ail. Les thrips n’aiment pas l’humidité ; vous pouvez aussi vaporiser le feuillage par temps sec, mais attention aux maladies cryptogamiques (favorisées par l'humidité).

Ressources utiles

 

Articles connexes


Blog

Plaidoyer pour les Glaïeuls et idées pour les réhabiliter

Il y a des matins où je me lève avec une belle énergie, prête à...
Lire la suite +

Blog

Bulbes, cormes, rhizomes... Quelle différence ?

Dans quelques semaines, le retour du printemps nous offrira une explosion de couleurs avec les...
Lire la suite +

conseil

Diviser, hiverner et multiplier ses glaieuls

Lire la suite +

plantation

Planter des Glaïeuls

Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)

Une réflexion au sujet de « Les glaïeuls : planter, cultiver et entretenir »

Laisser un commentaire