Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Gypsophile : plantation et entretien

Le Gypsophile en quelques mots

  • Le gypsophile est une jolie plante vaporeuse aux nuages de fleurs blanches ou roses
  • Très florifère, vous profiterez de son abondante floraison de la fin du printemps au début de l’automne
  • Parfaitement rustique et robuste, il demande très peu de soins une fois bien enraciné au soleil, dans une terre calcaire bien drainée
  • Haut ou couvre-sol, il fera forte impression dans les jardins de curé, les jardins sauvages en massif ou en rocaille
  • Il est aussi particulièrement apprécié pour apporter une touche aérienne dans les bouquets

Le mot de notre experte

Le Gypsophile ou la Gypsophile est une jolie plante vivace ou annuelle offrant une profusion de petites fleurs étoilées donnant l’impression d’un nuage d’écume ou d’une nappe de brouillard.

Des nuées vaporeuses de fleurs blanches ou roses apparaissent en abondance de juin à septembre. Gypsophile blanc ou Gypsophile rose, Gypsophile haut comme le Gypsophile paniculé, rampant comme le Repens ou encore annuel comme le Gypsophile muralis, tous sont indispensables à la belle saison, dans tous les jardins pour la touche de légèreté et de délicatesse qu’ils apportent.

En dépit de son aspect frêle, le Gypsophile est d’une grande robustesse, ami des terres calcaires, il brave le froid jusqu’à -15°C en sol bien drainé, comme la sécheresse.

Qu’il soit haut ou couvre-sol, il s’intègre à tous les décors où il forme une brouillard évanescent dans les massifs ou bordures ou un tapis fleuri mousseux dans les rocailles. Indispensable dans les jardins blancs et les jardins romantiques, le Gypsophile est également très apprécié pour apporter un volume aérien et raffiné au sein d’un bouquet de mariage !

Délicats et chics, vivaces ou annuels,  découvrez nos Gypsophiles, en godets ou en graines et appréciez leur floraison estivale toute en légèreté !

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Gypsophila

Famille : Caryophyllacées

Nom(s) commun(s) :Gypsophile

Floraison : de mai à septembre

Hauteur : 0,15 à 1 m

Exposition : Soleil

Sol : Tous, bien drainés

Rusticité : -15°C

Le Gypsophile ou la Gypsophile est une plante herbacée, annuelle ou vivace selon les espèces, appartenant à la famille des caryophyllacées.  On le rencontre à l’état sauvage dans les zones de haute altitude, sur les terrains et pentes rocailleuses d’Europe du sud, plus particulièrement de la péninsule ibérique et d’Asie centrale.

Le genre comprend plus d’une centaine d’espèces et de variétés dont les plus répandues sont Gypsophila paniculata, encore surnommé « brouillard », une forme au port dressé atteignant 1 m de haut et Gypsophila repens, au port tapissant. Toutes deux ont donné naissance à des hybrides comme les gypsophiles ‘Rosenschleier’, ‘Flamingo’ ou encore Rosa Schönheit’.

On trouve également le Gypsophyla cerastioides, une gypsophile qui se développe en coussin compact ainsi que quelques espèces annuelles à l’instar de Gypsophila muralis ou Gypsophile des murailles et du Gypsophila elegans, parfait pour les bouquets.

La plante se développe à partir d’une souche épaisse parfois ligneuse constituée de racines profondes mais fragiles. Le port varie selon les espèces prenant des allures de buisson érigé ou de plante couvre-sol au port tapissant et dense, parfois même gazonnant.

Le Gypsophile forme une touffe buissonnante, arrondie, très ramifiée, atteignant au minimum 1 m en tous sens ou alors un coussin étalé, ne dépassant pas 10 à 20 cm en hauteur pour 40 cm en largeur, à l’âge adulte.

Gypsophile

Gypsophila paniculata – illustration botanique

Doté d’une croissante normale à lente, il peut vivre assez longtemps dans un sol très drainé, en revanche en terrain lourd, il sera peu longévif et se comportera en annuelle.

Le feuillage fin et discret est persistant à semi-persistant. Les petites feuilles linéaires, lancéolées, parfois charnues, glabres ou velues de 5 mm à 10 cm de long se répartissent en paires opposées sur les très fines tiges très ramifiées rampantes ou ascendantes. Elles sont vert moyen à vert légèrement bleuté, glauque.

Le Gypsophile est remarquable par la poésie et la profusion de sa floraison qu’il soit rampant ou haut. Appelé aussi « Brouillard » ou « le souffle de bébé » par les Anglais, le buisson se transforme, de mai à septembre, en un nuage vaporeux de nombreuses petites inflorescences solitaires ou réunies en larges panicules légères à l’extrémité des multiples tiges.

Semblables à des nuées, ces minuscules fleurs étoilées ou en trompette mesurant de 0,5 à 2 cm de large forment une brume florale évanescente à la fois esthétique et extrêmement légère. Les espèces couvre-sol disparaissent presque totalement sous une avalanche de petites fleurs rondes.

Simples ou doubles en forme de pompons mousseux, elles sont formées de 4 à 5 pétales et prennent des teintes pastel allant du classique blanc pur, au rose pâle ou foncé, et parfois en dégradé rose bonbon et blanc.

Délicates, elles évoquent de toutes petites roses douces et veloutées et se succèdent tout l’été.

Coupées, ces hampes florales légères sont très prisées par les fleuristes en bouquets frais ou secs auxquels elles apportent un volume délicat.

Rustique au-delà de -15°C, résistant à la sécheresse et peu exigeant, malgré son apparence fragile, le Gypsophile est vraiment une plante facile à cultiver.  De ses origines méditerranéennes, il a conservé le goût pour la chaleur et exige le plein soleil.

Le gypsophile n’aime pas l’humidité. En grec, son nom signifie qu’il aime l’aridité des sols calcaires : il pousse en sol léger, profond, poreux, sec à frais, même caillouteux et surtout très bien drainé.

Le Gypsophile fera forte impression dans les jardins sauvages, dans les jardins secs, dans les rocailles et murets fleuris, sur les talus ensoleillés auxquels il apporte un relief vaporeux. Il s’adapte également très bien en jardinières et en potées fleuries.

Principales espèces et variétés

On distingue parmi la centaine d’espèces et de variétés de Gypsophiles, les gypsophiles rampants comme le Gypsophila repens  et Gypsophyla cerastioides ou « gypsophile en coussin » et les gypsophila paniculata au port dressé pouvant monter jusqu’à 1 m de hauteur et formant des nuages denses de fleurs blanches ou roses si reconnaissables. Ces deux espèces de Gypsophiles vivaces très répandues ont donné naissance à quelques formes hybrides intéressantes. On rencontre également quelques espèces annuelles comme le Gypsophila muralis ou encore le Gypsophila elegans.

Les plus populaires

Gypsophila Rosenschleier - Gypsophile Rosy Veil

Période de floraison Juin à Août

Hauteur à maturité 50 cm

Sans doute le meilleur des gypsophiles ! Il prend des allures de nuages aériens. Cette variété tolère mieux l'humidité hivernale que d'autres. Elle est parfaite en rocaille ou bordure.

Gypsophila repens Rosa Schönheit - Gypsophile rampant

Période de floraison Juin à Août

Hauteur à maturité 20 cm

Une variété tapissante et prostrée, très vigoureuse qui se couvre en été d'un nuage de fleurs rose foncé, grandes pour le genre. Idéale en rocaille, dans les interstices des murets, les talus secs ou bien en potées.

Gypsophila paniculata flamingo

Période de floraison Juin à Août

Hauteur à maturité 100 cm

Une variété hybride issue du G.paniculata intéressante pour ses fleurs doubles d'un rose pâle. Elle prend une forme bien buissonnante à maturité. Parfaite pour alléger les massifs.

Nos préférées

Gypsophila paniculata Bristol Fairy - Gypsophile paniculé

Période de floraison Juil. à Sept.

Hauteur à maturité 150 cm

Surnommé 'brouillard', ce gypsophile forme un nuage de fleurs blanches dépassant 1m de hauteur à maturité. Il fleurit tout l'été dans les massifs.

Gypsophile blanc rampant - Gypsophila repens Alba

Période de floraison Juin à Août

Hauteur à maturité 20 cm

Une variété vigoureuse et tapissante qui se développe en coussin étalé qui s’étendra d'année en année. A planter sur les talus ensoleillés ou en jardinières.

Gypsophile en coussin - Gypsophila cerastioides

Période de floraison Mai à Juil.

Hauteur à maturité 10 cm

Un gypsophile étonnant, qui se développe en coussin compact. Il se plaira très bien en rocaille, au premier plan d’un massif ou en bordure de chemin.

Graines de Gypsophile elegans Covent Garden - Gypsophila Elegans

Période de floraison Juin à Oct.

Hauteur à maturité 45 cm

Une variété de Gypsophile annuel d’une grande délicatesse. Très utilisée en bouquets frais ou secs.

Plantation

Où planter le Gypsophile

D’une très bonne rusticité, le Gypsophile pousse un peu partout en France. Il résiste au gel et supporte bien des températures inférieures jusqu’à au moins -15 °C en sol bien drainé.

C’est une vivace qui exige le soleil et les expositions chaudes et qui préfère les terrains poreux et plutôt secs. Cette plante bien adaptée à la sécheresse, apprécie les sols légers, pauvres, même calcaires, et surtout très drainés dans lesquels elle se montrera longévive. Elle s’accommodera aussi d’une terre ordinaire à condition que le drainage soit parfait.

La Gypsophile a  horreur des sols lourds, humides en hiver et mal drainés : dans une terre gorgée d’eau, compacte et argileuse il se comportera comme une annuelle et mourra dans l’hiver qui suit sa plantation.

Offre-lui une situation dégagée, car le Gypsophile aime l’espace et il a tendance à bien s’étaler. Il déteste la concurrence racinaire : veillez donc à lui laisser de l’air et surtout évitez de le déplacer, ses racines très fragiles n’aiment pas être dérangées.

En milieu ou bordure des massifs de vivaces un peu lourdes qu’ils allègent, les grands Gypsophila paniculata qui peuvent atteindre 1 m de hauteur, apporteront un relief vaporeux dans les jardins sauvages et flous. Les espèces couvre-sol  comme la Repens peuvent couvrir de belles surfaces et seront parfaites dans les rocailles, dans les interstices des murets, dans les éboulis et en pots ou jardinières.

Tous sont indispensables pour habiller de façon charmante et romantique, le pied des arbustes et notamment des rosiers.

Quand planter la Gypsophile

La plantation du Gypsophile se fait de préférence au printemps, entre mars et avril, après les gelées. Une plantation à l’automne est possible également, de septembre à novembre en climat doux.

Comment planter le Gypsophile

En pleine terre

Le Gypsophile redoute les sols trop lourds :  ajoutez du sable de rivière ou des graviers pour alléger la terre.  Il n’aime pas la promiscuité et la concurrence des racines : privilégiez une plantation bien aérée. C’est une plante très aérienne qui reste transparente : plantez en grandes touffes pour un bel effet dans un massif ou dans une plate-bande herbacée, en comptant 5 pieds au m², espacés au minimum de 40 cm pour les espèces couvre-sol et d’1 m les espèces les plus hautes.

  • Creusez un trou profond de 2 à 3 fois la largeur de la motte
  • Bêchez bien la terre et éliminez racines et mauvaises herbes
    Ajoutez des gros cailloux ou des graviers sur 20 cm d’épaisseur au fond du trou
  • Incorporez du sable de rivière ou de pouzzolane pour moitié à la terre extraite
  • Plantez sans briser la motte et comblez le trou
  • Tassez la terre légèrement avec le pied
  • Arrosez régulièrement le premier été pour favoriser l’enracinement

En pot

Si les espèces couvre-sol comme le Gypsophila repens se prêtent bien à la culture en pot, les grandes variétés se plairont tout autant dans des pots assez hauts.

Le substrat doit être très drainant pour éviter l’humidité stagnante et la pourriture des racines. Un sol trop argileux sera néfaste à la rusticité de cette frugale : améliorez le drainage avec des graviers ou un mélange de cailloux.

  • Dans un très pot d’au moins 50 cm de diamètre, étalez une bonne couche drainante
  • Plantez dans un mélange composé de 50 % de terreau et 50 % de sable grossier de rivière ou de pouzzolane
  • Installez-le en plein soleil
  • Arrosez à la plantation puis régulièrement sans excès en laissant la terre sécher entre deux arrosages

Gypsophile

Quand et comment semer les graines de Gypsophiles

Le semis concerne les variétés cultivées en annuelles de Gypsophyle et est une option si vous souhaitez fleurir de grandes étendues pour composer une prairie fleurie. Semer directement vos graines de Gypsophile au début du printemps entre avril et mai ou en terrines sous-abri à l’automne pour obtenir une floraison plus précoce.

En pleine terre

  • Semez à la volée dans une terre bien nettoyée, légère et bien drainante
  • Enfouissez les graines à 3 mm de profondeur
  • Eclaircissez à 30 cm environ, davantage pour les grandes gypsophiles

En terrine

  • Semez à la volée dans une terrine ou dans des godets remplis de terreau mélangé à du sable
  • Recouvrez les graines du même mélange
  • Tassez légèrement
  • Maintenez humide sous un châssis froid jusqu’à la germination qui se fait en 21 jours
  • Eclaircissez quelques plants à la levée
  • Repiquez les plantules peu après la levée dans des petits godets
  • Installez au jardin quand la terre commence à se réchauffer, en mai, dans un sol léger et bien drainé

Entretien et soins

La Gypsophile demande peu d’entretien et est peu gourmand en eau. Il est parfait dans un jardin sec et les jardins de campagne.

Arrosez régulièrement le premier été pour favoriser la reprise. Une fois bien installée, en sol bien drainant, elle se montrera de plus en plus résistante à la sécheresse et se contentera uniquement d’arrosages en cas de sécheresse prolongée. En pot : laissez toujours complètement la terre sécher entre deux arrosages.

C’est une frugale qui se contente de terrains pauvres et se passe d’apports d’engrais.

Désherbez régulièrement autour de son pied et offrez-lui un paillasson minéral de graviers pour vous éviter cette corvée.

Tuteurez les grandes gypsophiles aux tiges cassantes ou installez-les au pied de rosiers sur lesquels ils pourront prendre appui. Si nécessaire, attachez les tiges hautes.

Supprimez les inflorescences fanées au fur et à mesure.

Les variétés de gypsophiles rampantes ne se taillent pas : supprimez simplement les tiges abîmées si nécessaire.

Rabattez les tiges sèches des grandes espèces après floraison.

Maladies et ennemis éventuels

Installé en sol bien drainant, le Gypsophile montre une bonne résistance aux maladies. Il ne redoute véritablement que deux choses : l’excès d’humidité et les gastéropodes au démarrage de la végétation.

L’excès d’eau dans le sol favorise l’apparition de maladies cryptogamiques entraînant le pourrissement des tiges ou du collet : une terre bien drainée évitera le développement des champignons.

Si les jeunes plants sont dévorés par les limaces et les escargots : suivez tous nos conseils pour lutter contre ces gastéropodes!

Multiplication : bouturage

Une fois bien enracinée, le Gypsophile n’aime guère être dérangé, nous déconseillons la division car, le risque d’abîmer la racine est considérable. D’autant que le gypsophile se sème très facilement. Les boutures de racines sont possibles.

Faire une bouture de Gypsophile

  • Au printemps, prélevez des rejets à la périphérie de la touffe
  • Taillez ces morceaux de racines charnues à la base
  • Piquez-les sur un lit de gravier dans un mélange de tourbe et de sable de rivière
  • Arrosez de temps en temps
  • Rempotez dans un pot plus grand et plantez en pleine terre au printemps suivant
  • Repiquez quand la bouture a suffisamment de racines

Associer le gypsophile au jardin

Les nuées vaporeuses blanches ou roses du Gypsophile sont parfaites jouer sur les nuances et les dégradés, adoucir les teintes intenses. Par sa silhouette élancée, son feuillage délicat et léger, ses inflorescences pastel, il métamorphose un simple massif de vivaces, une rocaille floue ou un mixed-border anodin en un tableau poétique.

C’est une plante idéale pour combler les vides et assurer la continuité des floraisons.

C’est le compagnon idéal pour les rosiers anciens ou modernes ou les pivoines arbustives dont il habille les pieds avec lesquels il compose des scènes estivales romantiques. Il fait le charme des jardins de cottage et des jardins de campagne, auxquels il apporte volume, délicatesse et légèreté. Il est un incontournable des jardins blancs et roses.

Il rehausse les fleurs rose profond, carmin ou cramoisies des Coquelourdes des Jardins, des œillets ou des sauges et les feuillages glauques des Achilleas millefolium, des Euphorbes ou même avec des lavandes.

Son extraordinaire légèreté la destine aux massifs de vivaces plus lourdes ou à grosses fleurs, comme les pavots d’orient, les iris de jardin, les échinacées, les phlox, les Verbascums, l’Hesperis matronalis ou les chardons.

Dans des compositions gracieuses toutes en finesse, mariez-le aux Cosmos, aux gauras, aux asters délicats ou encore aux vaporeux Thalictrums dont il accompagne la floraison.

En jardinière, il tiendra compagnie aux sedums, pélargoniums et aux pétunias.

Ressources utiles

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(3 votes, moyenne: 3.67 sur 5)
Laisser un commentaire