Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
cultiver rosier grimpant en pot
plantation

Comment cultiver un rosier grimpant en pot ?

Nos conseils de plantation et d’entretien

Les rosiers grimpants sont les candidats parfaits pour apporter de la hauteur et du volume au jardin. Leurs longues tiges souples habillent facilement poteau ou construction et peuvent camoufler mur ou palissade.

Il n’est pas nécessaire de disposer d’un grand espace ou de pleine terre pour cultiver un rosier grimpant. Les plus petites variétés peuvent en effet tout à fait se développer en pot, végétalisant ainsi facilement terrasses, balcons, petits jardins urbains ou zones restreintes.

En suivant quelques gestes simples au moment de la plantation et avec un peu d’entretien, vous obtiendrez de beaux rosiers grimpants en pot.

En complément, retrouvez notre guide d’achat pour bien vous décider : Comment choisir un rosier grimpant ?

 

Quelles variétés de rosiers grimpants choisir pour la culture en pot ?

Pour la culture en pot, nous vous conseillons de privilégier les variétés à croissance plutôt lente et de petites tailles, dont la hauteur à maturité n’excèdera pas 2 mètres environ. En pot, leurs dimensions seront d’ailleurs naturellement plus réduites qu’en pleine terre.

A l’inverse, évitez les variétés plus grandes et vigoureuses, pouvant atteindre 3 à 4 mètres de hauteur.

Tournez-vous par exemple vers les cultivars suivants.

  • Le rosier ‘Mini Eden Rose’, petite variété grimpante idéale pour les espaces restreints, avec sa silhouette atteignant 1 mètre 80 de hauteur pour 1 mètre 20 d’envergure. Il se pare pendant tout l’été de fleurs rondes et pulpeuses d’un joli rose bonbon.
  • Le rosier grimpant ‘Eyeconic’, une autre version miniature dépassant à peine 1 mètre de hauteur en pot. Ses adorables fleurs rappelant des hibiscus apporte une vraie touche exotique. Ce rosier offre une longue floraison du printemps jusqu’aux premières gelées.
  • Le rosier grimpant ‘Blush Noisette’, une variété ancienne qui a l’avantage d’être peu épineuse, idéale pour une culture près des lieux de passage. La floraison estivale double d’un doux rose pâle exhale un parfum épicé.
  • Le rosier grimpant ‘Rose de Tolbiac’, offrant des fleurs doubles rose pastel mêlé d’abricot et légèrement parfumée. Il mesure 2 mètres de hauteur pour environ 80 cm d’envergure et fleurit de l’été jusqu’à l’automne.
  • Le rosier grimpant ‘Florentina’, un rosier ADR très résistant, produisant des fleurs doubles rouge vif de style ancien. Il mesure 2 mètres de hauteur pour 80 cm d’envergure.
  • Le rosier grimpant ‘Perennial Blue’, avec ses roses en coupe pleines de vitalité tout l’été. Il est considéré comme un petit grimpant, puisqu’il ne dépasse pas 2 mètres de hauteur.
variété rosier grimpant à cultiver en pot

Rosier ‘Mini Eden Rose’, Rosier ‘Blush Noisette’, Rosier ‘rose de Tolbiac’ et Rosier ‘Perennial Blue’

Quand planter un rosier grimpant en pot ?

Si votre rosier grimpant est en pot ou conteneur, sa plantation peut s’effectuer quasiment toute l’année, en dehors des périodes de gel ou de sécheresse estivale.

Si vous optez pour un sujet en racines nues, généralement disponible entre novembre et mars au moment du repos végétatif, la plantation devra être effectuée directement après achat. Cela évite l’assèchement des racines et favorise la reprise.

Comment cultiver un rosier grimpant en pot ?

Le choix du contenant

Le système racinaire des rosiers étant assez conséquent, prévoyez un contenant de grandes dimensions. Idéalement, celui-ci  aura une profondeur d’au moins 50 cm, idéalement 70 à 80 cm. Nous vous conseillons de choisir directement le contenant définitif adapté à la taille adulte de votre rosier grimpant.

Choisissez impérativement un contenant percé ou ajouré, afin que l’eau en excès puisse s’évacuer facilement sans risquer d’endommager les racines.

Coté matériau, la terre cuite permet de laisser le substrat et le système racinaire mieux respirer que dans un contenant en plastique. Un grand bac en bois peut également convenir à votre rosier grimpant, mais demandera un entretien régulier pour ne pas s’abîmer.

rosiers grimpants grand contenant

Scène de potées fleuries. Les rosiers grimpants ont été plantés dans des pots ronds de grande contenance.

Le substrat

Les rosiers sont des plantes gourmandes, appréciant un substrat riche et régulièrement amendé pour bien fleurir. La plupart des variétés grimpantes ayant une floraison remontante, ils ont d’autant plus besoin d’une terre de qualité riche en matière organique tout au long de leur croissance.

Le substrat doit toutefois resté bien drainé pour éviter toute stagnation d’eau risquant d’asphyxier les racines.

A la plantation, optez pour un mélange composé de :

La plantation

Quelques minutes avant de vous lancer dans la plantation de votre rosier grimpant en pot, bassinez la plante dans un récipient rempli d’eau, si possible de pluie, pour que la motte se réhydrate. Cela facilitera également le retrait du contenant.

Si votre rosier est en racines nues, procédez à un pralinage des racines, avec un pralin fait maison ou un pralin acheté en magasin ou sur internet. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre article : Praliner les racines des arbres et arbustes.

  1. Installez une couche de drainage d’environ 5 cm au fond du contenant, constituée de gravier, de tessons de terre cuite, de billes d’argile ou de pouzzolane ;
  2. Ajoutez le substrat jusqu’à 1/3 du contenant ;
  3. Griffez légèrement la motte si votre rosier grimpant était en conteneur, afin de libérer les racines et de favoriser la reprise ;
  4. Taillez les éventuelles branches cassées ou abîmées ;
  5. Installez le rosier au centre du contenant, légèrement en biais en direction du futur palissage ;
  6. Ajoutez le substrat sans enterrer le point de greffe (partie située entre les tiges et les racines) ;
  7. Tassez et complétez avec le mélange de substrat si besoin ;
  8. Arrosez généreusement ;
  9. Paillez le pied du rosier pour conserver plus longtemps un sol frais et empêcher le développement d’adventices (« mauvaises herbes »). Pour cela, utilisez de la paille, du BRF ou tout autre paillage pour rosiers.
pailler rosiers grimpants en pot

BRF (photo arpent nourricier – Flickr)

Le palissage

Pour bien grandir verticalement et se développer, les longues tiges sarmenteuses des rosiers grimpants ont besoin d’un support. Elles doivent donc être palissées au moment de la plantation.

Peu importe la zone sur laquelle vous souhaitez faire grimper votre rosier, il vous faudra prévoir un système d’accroche solide, par exemple en utilisant un treillis contre un mur.

Les branches principales charpentières y seront attachées à l’aide de liens souples, mais résistants (ficelle, collier de tuteurage…), pour permettre aux tiges de se développer tout en étant soutenues. Les branches secondaires et nouvelles tiges seront délicatement arquées pour obtenir une silhouette harmonieuse et pour favoriser la floraison.

 Optez pour un support capable de supporter le poids du rosier grimpant adulte et adapté à sa taille à maturité.

Il existe également des contenants type jardinière ou grand bac avec treillis déjà intégré, sur lequel il ne vous restera qu’à fixer à l’aide de liens souples les branches de votre rosier grimpant.

Pour en savoir plus, consultez notre article dédié : Comment attacher un rosier grimpant ?

palisser rosier grimpant en pot

Les rosiers grimpants sont généralement vendus accompagnés d’une petite structure faite de tuteurs fins ne suffisant pas pour leur développement en hauteur (photo de gauche). Il est préférable de les palisser sur un support plus solide et haut, comme un bac avec treillage bois intégré (à droite).

L’exposition

Le rosier grimpant en pot sera placé en situation ensoleillée (au moins 5 heures par jour), tout en évitant une exposition aux rayons brûlants de mi-journée. Dans les régions aux étés chauds du sud de la France, la plante se plaira très bien à mi-ombre.

Préférez un lieu abrité des vents dominants et des fortes pluies.

Entretien et soins du rosier grimpant cultivé en pot

L’arrosage

Les rosiers aiment les sols restant frais même l’été, c’est-à-dire gardant un substrat humide, mais toujours bien drainé.

Les plantes cultivées en pot souffrent plus rapidement de dessèchement et du manque d’eau que les végétaux cultivés en pleine terre. Un bon paillage renouvelé chaque année permettra de conserver un substrat humide plus longtemps et de réduire l’évaporation naturelle.

Dès que les premiers centimètres du substrat sont secs, procédez à un arrosage, si possible à l’eau de pluie et sans mouiller le feuillage pour éviter l’apparition de maladies. L’arrosage sera effectué en début ou fin de journée, pour limiter les phénomènes d’évaporation.

En été et/ou en cas de sécheresse prolongée, augmentez la fréquence d’arrosage à une ou deux fois par semaine. Vous pouvez également installer un système d’arrosage automatique pour pots, particulièrement utile en cas d’absence prolongée.

Si le contenant de votre rosier grimpant comprend une soucoupe, veillez à ne jamais laisser d’eau stagner en la vidant au bout d’une vingtaine de minutes environ.

La fertilisation

Nous l’avons vu au moment de la plantation, les rosiers grimpants ont besoin d’une terre riche en matière organique pour assurer une bonne croissance et floraison. En pot, le substrat ayant tendance à perdre plus rapidement ses éléments nutritifs, une fertilisation régulière sera d’autant plus conseillée.

Au moins une fois par mois au début de la période de floraison (entre mai et juillet-août environ), apportez une bonne poignée de compost mûr, de fumier (disponible en granulés) ou utilisez un engrais spécial rosier (suivre les dosages indiqués par les fabricants).

Dans le cas d’un rosier non-remontant (ne fleurissant qu’une seule fois abondamment), la fertilisation sera effectuée 2 fois par an, au printemps et en fin d’été.

Sauf en cas d’engrais liquide, qui sera dilué dans l’eau d’arrosage, griffez la couche superficielle de la terre pour permettre de bien mélanger les amendements et mieux diffuser les éléments nutritifs.

Pour en savoir davantage, retrouvez tous nos conseils dans l’article dédié : Engrais pour rosiers.

La taille

La taille permettra au rosier grimpant en pot de conserver une belle silhouette et de favoriser la floraison.

Au fur et à mesure, éliminez les fleurs fanées pour stimuler la formation de nouveaux boutons chez les variétés remontantes. La taille s’effectue toujours légèrement en biais au-dessus d’un œil (bourgeon).

Les tailles annuelles sont ensuite effectuées à la fin de l’hiver chez les rosiers remontants et en fin de période de floraison chez les variétés non remontantes. Cette taille consiste à supprimer les branches mortes, abîmées et à raccourcir les rameaux. C’est également le moment de palisser les nouvelles tiges.

Utilisez toujours des outils propres et bien aiguisés, pour éviter de blesser la plante ou de transmettre des maladies. Munissez-vous de gants et de vêtements épais pour éviter tout risque de blessure.

En complément, n’hésitez pas à consulter nos articles associés :

Le surfaçage

Chaque année au printemps, nous vous conseillons de renouveler les 4 à 5 premiers centimètres de substrat de votre rosier grimpant en pot : il s’agit du surfaçage.

Pour cela, il vous suffit de griffer délicatement la terre superficielle, de la retirer et de la remplacer par un mélange neuf, riche en éléments nutritifs.

Si votre rosier s’est beaucoup développé et que le contenant se révèle trop étroit, procédez à un rempotage à la fin de l’hiver ou au début du printemps.

Les maladies

Les rosiers sont sensibles aux maladies cryptogamiques causées par des champignons. Elles e remarquent particulièrement aux taches présentes sur le feuillage : rouille, oïdium, marsonia (taches noires) ou encore botrytis (pourriture grise).

En prévention, évitez de mouiller le feuillage lors de l’arrosage et retirez les feuilles mortes au fur et à mesure. Un rosier bien nourri, régulièrement amendé, est également moins sensible aux maladies.

Dès les premiers symptômes, utilisez des solutions naturelles comme les purins de plantes, qui suffisent généralement à endiguer la maladie.

En cas d’attaques de pucerons, procédez à une pulvérisation de savon noir dilué dans de l’eau tiède (1 cuillère à soupe pour 1 litre d’eau) en fin de journée sur les parties atteintes.

Pour plus de détails, nous vous invitions à lire notre article : Les maladies des rosiers.

L’hivernage

Les rosiers grimpants sont généralement rustiques au-delà de -15°C et peuvent passer l’hiver dehors. Toutefois, un sujet en pot sera toujours plus sensible au froid et à l’humidité qu’un rosier cultivé en pleine terre.

Dans les régions aux hivers rudes, n’hésitez pas à protéger le rosier avec un voile d’hivernage et à augmenter l’épaisseur du paillage. Le contenant pourra également être isolé du sol et protégé en l’enroulant dans du papier bulle, du carton ou du tissu épais.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire