Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

7 fruitiers exotiques et rustiques, à cultiver au jardin

On pense souvent que les fruits exotiques ne se cultivent pas sous nos climats. À tort, car il est tout à fait possible de découvrir de nouvelles saveurs et d'emmener ses papilles en voyage… sans bouger du jardin. En effet, bon nombre d'arbres fruitiers exotiques sont rustiques et ne demandent qu'un peu de chaleur en été pour vous offrir de nouveaux arômes à explorer !

Voici donc une sélection de 7 arbres et arbustes fruitiers, à cultiver dans votre jardin.

Le Goumi du Japon

Le Goumi du Japon ou Elaeagnus multiflora (natsugumi en japonais) n’est pas vraiment une nouveauté, on le trouve assez facilement dans les jardins de l’est de la France, mais il reste à découvrir dans de nombreuses autres régions. C’est un grand arbuste fruitier (3 mètres sur 3) à feuillage semi-persistant et floraison discrète, mais parfumée et mellifère. Il produit, en été, de petits fruits rouges, ovales. Sucrés et acidulés. ils sont particulièrement riches en vitamines et antioxydants et peuvent être dégustés en jus, en compote, en gelée et même servir pour élaborer un vin de fruits.

La culture du Goumi :

L’eleagnus multiflora est très rustique (- 15 °C au moins) et pousse au soleil, dans tout sol ordinaire, plutôt acide. C’est un arbuste robuste et sans souci.

Goumi du Japon - Elaeagnus multiflora

La récolte :

Les baies sont récoltées en juillet août, en les cueillant, tout simplement !

L’asiminier ou Paw Paw

Avec son goût à mi-chemin entre celui de la mangue et de la banane, subtilement relevé de notes d’ananas, l’Asiminier séduit les amateurs de fruits exotiques. Originaire d’Amérique centrale, il est très rustique (- 25 °C, minimum) et sa culture est tout à fait possible sous nos climats. Il se présente sous la forme d’un petit arbre (5 à 10 mètres de haut à l’âge adulte, mais il peut être taillé) à longues feuilles, d’allure tropicale. Il produit des fruits, les asimines, pouvant atteindre 15 cm de long. Leur peau, vert jaune à maturité, renferme une chair jaune, fruitée et fondante, parsemée de grosses graines noires. Ils se consomment nature, en compote ou en délicieux sorbets.

La culture de l’Asimina :

L’asiminier se plante au soleil et dans un sol plutôt riche, acide à neutre, bien drainé. Sa croissance est assez lente au départ et il apprécie les étés chauds. Il existe plusieurs cultivars autofertiles : Asimina Sunflower, Prima 1216 qui  vous dispenseront de la plantation d’un second pied, mais aussi des variétés améliorées comme Asimina triloba Susquehanna qui a l’avantage de produire de gros fruits contenant peu de graines.

Asiminier, asimina triloba

La récolte :

Les premiers fruits apparaissent généralement lorsque la plante atteint une hauteur de 2 mètres environ. Ils se récoltent alors d’août à octobre, lorsqu’ils sont tendres au toucher et sont prêts à tomber.

Le Pacanier ou arbre à noix de Pécan

Originaire d’Amérique du Nord, le pacanier (Carya illinoinensis) est un grand arbre qui ne craint pas le froid, mais qui a besoin d’une longue période de chaleur pour donner ses fruits, les noix de pécan. Même s’il peut être cultivé partout en France, ce n’est que sur le pourtour méditerranéen qu’il tiendra pleinement son rôle d’arbre fruitier. Partout ailleurs, il peut se planter comme arbre d’ornement et, qui sait, à la faveur d’un été particulièrement long, il pourra peut-être vous honorer d’une récolte.

Les noix de pécan se consomment fraîches ou séchées. Riches en acides gras insaturés, la noix de pécan serait intéressante pour lutter contre le diabète de type 2… à condition de résister au plaisir de la tarte noix de pécan ou pecan pie et des brownies, cela va sans dire !

La culture du pacanier :

Le pacanier n’est pas plus difficile à cultiver qu’un noyer. Il se plante en sol riche, profond et bien drainé et, surtout, à exposition très ensoleillée. Néanmoins, il faut savoir qu’il formera, à l’âge adulte, un très grand arbre pouvant atteindre 40 mètres de haut pour 6 mètres de diamètre : choisissez donc bien son emplacement !

Pacanier - Carya illinoinensis

La récolte :

La récolte s’effectue à partir de la fin de l’été et durant tout l’automne. Lorsque la noix est mûre, l’enveloppe externe s’ouvre et libère une coque contenant la noix de pécan.

Le mûrier de Corée 'Mulle'

Parfaitement à l’aise en climat froid, ce mûrier de Corée (Morus acidosa) forme un petit arbre compact de seulement 4 mètres de haut (contre 12 mètres pour l’espèce type) ainsi qu’un port dressé moins encombrant. Sélectionné en Suède, il se distingue par sa fructification particulièrement longue et abondante. Il donne des fruits allongés rouge-noir d’environ 3 cm de long, de saveur comparable à ceux du mûrier noir. Elles se consomment tout juste cueillies, comme le faisait Riad Sattouf avec son père dans l’Arabe du Futur (si vous ne voyez pas de quoi je parle, cela vous fera l’occasion de découvrir une excellente bande dessinée) ou transformées en gelée, sirop ou confiture.

La culture du mûrier de Corée

Ce petit arbre se plante au soleil, en sol bien drainé, même calcaire, plutôt fertile et profond. Évitez de l’installer trop près d’une terrasse ou d’un dallage : les fruits tombés au sol tâchent.

fruits du mûrier de Corée, Morus acidosa Mulle

La récolte :

La période de récolte est remarquablement longue et s’étend de juillet à septembre.

Le Goyavier du Brésil ou Feijoa

La goyave ananas est un fruit exotique qui évoque les pays tropicaux… On connaît d’ailleurs bien le Feijoa, cet arbre brésilien remarquable pour la beauté de ses fleurs au printemps. Rustique, il endure facilement - 15 °C. En climat doux, vous pouvez le cultiver pour ses fruits, nous vous conseillons alors d’opter pour une variété autofertile : l’Acca sellowiana Coolidge, un cultivar néo-zélandais plus productif qui offre de plus gros fruits (jusqu’à  9 cm de long pour 160 à 170 grammes) que l’espèce type.

La goyave du Brésil ressemble à un avocat. La saveur de sa chair évoque à la fois l’ananas, la goyave et la fraise. Le fruit se consomme nature, tout simplement coupé en deux ou se transforme en compote ou confiture. Mais attention, il ne faut pas tarder pour la déguster : elle ne se conserve pas longtemps.

La culture du Goyaver du Brésil

Ce petit arbre se plante en plein soleil, en tout sol neutre ou légèrement acide. Il aime les terres légères et fructifie mieux avec des amendements organiques réguliers et des arrosages suivis en été, en région chaude et sèche.

Goyavier du Brésil - Acca sellowiana Coolidge

La récolte :

La récolte intervient en automne, quand les fruits commencent à tomber au sol, mais il n’est pas toujours aisé de savoir s’ils sont mûrs. Le plus simple est de goûter !

La Baie de Mai, Lonicera caerulea

Lorsqu’on parle de fruits exotiques, on ne pense pas forcément à la Sibérie… Pourtant, c'est de cette contrée froide et lointaine que nous vient le "chèvrefeuille bleu", un arbuste étonnant pour ses fruits comestibles. Le Lonicera caerulea ssp. kamtschatica dit "Baie de Mai" est facile à cultiver, en haie ou en massif. Il est ultra rustique (- 40 °C sans sourciller) et forme un petit arbuste d’environ 1,2 m de haut qui se couvre, au moins de mai, de curieuses baies allongées, bleues. Leur chair est rouge à maturité et la saveur est acidulée et évoque à la fois la myrtille et le kiwi. Ces baies se consomment nature ou en jus, gelée ou confiture.

La culture du Lonicera kamtschatica

Plantez ce petit arbuste au soleil, ou à mi-ombre dans les régions chaudes, en sol frais, neutre ou légèrement acide. Il n’aime ni le calcaire ni la sécheresse : n’oubliez pas de pailler le pied pour conserver l’humidité. Pour permettre une bonne pollinisation et fructification, il est recommandé d’installer au moins deux plants.

Lonicera kamtschatica Eisbär - Baie de Mai

La récolte :

La récolte se fait, sans grande surprise, au mois de mai en détachant tout simplement les fruits de l'arbuste.

Le Poivrier du Sichuan

Réputé pour sa puissante et étonnante saveur aromatique, le poivre du Sichuan fait partie des épices les plus appréciées des cuisiniers. Ses baies sont portées par un grand arbuste épineux, le Zanthoxylum simulans. Facile de culture, rustique, cet arbuste caduc a aussi l’avantage d’être ornemental, en particulier en automne, lorsque le rose rouge de ses fruits se mêle à son feuillage flamboyant d’or et de cuivre.

La culture du Poivre du Sichuan :

Rustique jusqu’à - 18 °C, le poivrier de Sichuan se cultive partout ou presque. Il se plante au soleil ou à mi-ombre, en tout sol profond et bien drainé, en isolé ou en haie. Il produit des baies au bout de 3 ou 4 ans. C’est un arbuste auto fertile qui porte à la fois des fleurs mâles et des fleurs femelles : nul besoin d’en planter deux pour le voir fructifier.

Poivrier du Sichuan - Zanthoxylum stimulans

La récolte :

Les baies sont récoltées en automne, mais seule l’enveloppe sera consommée. Il faudra donc monder les baies pour les récupérer et ensuite les faire sécher (sur un radiateur ou au four, si vous disposez d’un programme adapté). Notez que les feuilles du poivrier de Sichuan sont également aromatiques, vous pouvez également les faire sécher et les utiliser pour aromatiser vos plats.

Articles connexes


Blog

7 super aliments, à cultiver dans son jardin

Les Fêtes de fin d'année laissent souvent des traces : teint brouillé, foie surchargé et...
Lire la suite +

Blog

7 légumes asiatiques à cultiver au potager

Les bonnes raisons de cultiver son potager sont nombreuses et la possibilité de faire pousser...
Lire la suite +

Fiche Famille

Asiminier trilobé, Paw Paw : planter, cultiver, récolter

Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(2 votes, moyenne: 4.5 sur 5)
Laisser un commentaire