Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Podocarpus : planter, tailler et entretenir

Le Podocarpus, en quelques mots

  • Les Podocarpus sont conifères assez rares formant des couvre-sols buissonnants, ou des arbres érigés que l’on peut cultiver en pot, voire conduire en bonsaï.
  • Ces plantes apprécient le climat océanique, des sols bien drainés et relativement frais mais tolèrent mal les hivers vigoureux, le vent et la sécheresse.
  • Le Podocarpus macrophyllus, avec ses grandes aiguilles larges vert luisant disposées en rosette apportera une touche exotique à vos terrasses tandis que les espèces basses conviendront en rocaille même ensoleillée, pour recouvrir un talus ou un muret ou encore comme couvre-sol au pied d’autres végétaux.

Le mot de notre experte

Les Podocarpus  sont des conifères persistants un peu particuliers, que l’on trouve rarement dans les jardins d’amateurs. Cependant, l’espèce Podocarpus macrophyllus, aussi appelée Pin des bouddhistes, est souvent proposée comme bonsaï car elle supporte bien l’atmosphère d’une maison, dans un endroit lumineux protégé du soleil direct, moyennant un arrosage régulier. On peut sortir la plante à l’abri du gel et du plein soleil. Cette espèce native des montagnes du Japon et de Chine se retrouve fréquemment plantée autour des temples. Elle se montre assez rustique (-10 à -15°C), de croissance assez rapide et facile à vivre en sol riche et frais et sert même à former des haies taillées. On apprécie de mettre en valeur sa silhouette érigée et dense, en pratiquant une taille en nuage et en la cultivant dans un grand pot.

Il existe aussi des Podocarpus prostrés, à croissance lente comme Podocarpus lawrencii ‘Blue Gem’, natif d’Australie, qui tolère davantage la sécheresse et le gel.  Ces arbres présentent une large gamme d’exigences selon l’espèce, climats frais et humides, chauds et humides, une exposition en plein soleil à ombragée, un sol riche et frais ou pauvre et relativement  sec. Leur rusticité ne dépasse guère -15°C aussi ils apprécient généralement les climats tempérés chauds ou tropicaux.

Ces plantes, très ornementales par leur feuillage et leur silhouette, peuvent cependant se montrer décevantes et pousser très lentement si elles ne bénéficient pas de conditions optimales.

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Podocarpus

Famille : Podocarpaceae

Nom commun : Pin des bouddhistes

Hauteur : entre 1,50 et 6 m

Exposition : variable selon l’espèce

Sol : tout sol meuble, bien drainé, de fertilité et fraîcheur variable selon l’espèce

Rusticité : Moyenne (-10 à -15 °C)

Le genre Podocarpus désigne des conifères un peu spéciaux, proches des ifs (Taxus) par l’aspect des aiguilles, parfois beaucoup plus larges, mais aussi par celui des fruits qui ont une partie charnue, l’arille, qui recouvre en partie la graine. Fort d’une centaine d’espèces qui peuplent principalement  l’Amérique du Sud et l’Indonésie, les Podocarpus constituent le principal genre de la famille des Podocarpacées aux côtés des Dacrydium et du Lagarostrobos, plus connu sous le nom de Pin Huon. Deux espèces sont natives de l’hémisphère nord dont Podocarpus macrophyllus, originaire  des montagnes méridionales de Chine, de Taïwan et du Japon.

Ces plantes ont un port très varié qui va de l’arbre érigé voire colonnaire de 50 m de hauteur comme chez le Podocarpus elatus à l’arbrisseau prostré, couvre-sol limité à 1 m de haut, en passant par des formes massives, étalées pleureuses comme Podocarpus salignus d’origine chilienne. Leur aspect dense, à la végétation vert sombre persistante, leur confère une allure exotique voire japonisante lorsqu’ils sont taillés en nuage, notamment chez les sujets cultivées en pot (bonsaï ou autres) comme le Pin des bouddhistes (Podocarpus macrophyllus). Certains s’apparentent à des feuillus comme les espèces Podocarpus salignus (à feuilles de saule), neriifolium (à feuilles de laurier rose) ou falcatum (feuilles en forme de faux), d’autres à de petits conifères comme Podocarpus lawrencii, d’origine australienne, avec ses aiguilles vert  olive, courtes et étroites, disposées en brosse autour de rameaux courts. Les feuilles sont même parfois squamiformes (en forme d’écailles) chez Podocarpus ustus. En France, les Podocarpus restent généralement de petits arbres de moins de 6 m, dotés d’une croissance assez lente.

Les feuilles coriaces du Podocarpus macrophyllus, le plus communément proposé en pépinière, sont linéaires avec une extrémité arrondie, longues de 5 à 15 cm et larges de 1 cm. Leur face supérieure est brillante et lisse, vert assez foncé, tandis que leur face inférieure est plus glauque. Il existe des cultivars à feuilles colorées de pourpre comme ‘Chocolate Box’. Le feuillage se teinte parfois de rouge en hiver sous l’effet du froid comme chez Podocarpus lawrencii ‘Blue Gem’.

Les Podocarpus sont monoïques – deux sexes sur la même plante – ou dioïques. Dans ce dernier cas, les plants mâles et femelles sont séparés si bien que seuls les pieds femelles produisent des fruits charnus noir bleuté, verts ou rouges selon l’espèce et s’ils sont fécondés. Les pieds mâles émettent de petits chatons cylindriques lâches, jaunes ou rouges, solitaires ou groupés, émetteurs de pollen. A maturité, les cônes verdâtres des pieds femelles ont leurs écailles qui s’épaississent et prennent l’aspect d’une baie charnue de 5 à 20 mm de long, plus ou moins décoratives, de couleur rouge, pourpre à bleuâtre, et portée par un pédoncule. Les oiseaux sont généralement friands de cette pulpe et contribuent fortement à la dispersion de la graine que l’on voit dépasser de la partie charnue appelée « arille ». Les cônes ne contiennent qu’un seul ovule. Attention l’ingestion du fuit peut être toxique pour les mammifères et l’homme.

Le nom Podocarpus est formé de deux noms grecs « karpos », le fruit  et « pous, podos » le pied pour signifier que le fruit (en réalité la graine) est porté par un pied charnu appelé arille ou épimatium.

Le bois des Podocarpus, est généralement facile à travailler mais peu durable – excepté chez Podocarpus totara, espèce néo-zélandaise qui possède un bois d’œuvre de qualité,  utilisé en menuiserie ou pour les charpentes. Sa couleur varie du jaune pâle au brun jaunâtre foncé.

Les principales variétés de Podocarpus

Sujet érigé

Pin des bouddhistes - Podocarpus macrophyllus


Hauteur à maturité
4.00 m

Souvent cultivé comme plante d'intérieur, cet étrange conifère persistant aux larges aiguilles vert sombre disposées en rosettes peut aussi descendre au jardin, car il supporte le gel modéré (-10 à -15°C). Il apprécie le climat océanique, abrité du vent où il permet de créer de belles haies très fournies, d'allure très exotique. Pousse lentement en sol fertile et humifère et redoute la brûlure du soleil.

Sujets couvre-sol

Podocarpus des neiges - Podocarpus nivalis


Hauteur à maturité
1.50 m

Extraordinairement adaptable, cet arbrisseau néo-zélandais est un des plus rustiques du genre. Il forme une masse broussailleuse persistante, vert olive sombre. Sa petite taille lui permet d’entrer dans les petits jardins, ou de dégringoler gracieusement du haut de la rocaille. A essayer!

Podocarpus lawrencii Blue Gem


Hauteur à maturité
1.50 m

Petit buisson australien, hérissé, au port érigé à étalé, exhibant un feuillage bleuté rougissant un peu l’hiver, en contraste avec ses baies charnues rouges. Particulièrement intéressant en pot ou dans une rocaille, par sa croissance lente. Pour les sols frais, légers, neutres à acides. Il exige le plein soleil et une exposition abritée.

Plantation

Où planter le Podocarpus ?

Les Podocarpus les plus courants apprécient bien le climat breton ou celui des îles britanniques.

Plantez le Podocarpus macrophyllus en sol bien drainé, frais, fertile et humifère, neutre à légèrement acide. Évitez les sols lourds, secs en été. Choisissez un endroit mi-ombragé, au soleil tamisé, à l’est par exemple, et abrité des vents dominants en lui évitant les températures caniculaires. Il a survécu à -25°C dans les îles britanniques alors que sa rusticité est évaluée à -15°C.

Le Podocarpus des neiges (nivalis) accepte un sol pauvre, frais à pas trop sec, légèrement acide à franchement calcaire. Il  redoute en revanche les sols lourds, détrempés, ou trop secs en été et les températures caniculaires. Peu exigeant par rapport à l’exposition, il s’adapte à l’ombre dense, à la mi-ombre ou au plein soleil.

Quand planter ?

Le Podocarpus se plante de septembre à novembre et de février à juin.

Comment planter ?

Cette plante exige un peu d’attention pour bien pousser car elle résiste mal aux grands froids, au vent, à la sécheresse, aux sols détrempés. En revanche, elle tolère bien la neige du moins l’espèce nivalis.

  • Bassinez bien la motte avant la plantation.
  • Creusez un large trou au moins 3 fois plus large que la motte.
  • Apportez deux bonnes pelletées de compost dans la fosse.
  • Installez la plante à niveau dans le trou de plantation.
  • Replacez la terre et tassez légèrement.
  • Arrosez et paillez.
podocarpus

Podocarpus salignus, à feuilles de saule

Entretien et taille du Podocarpus

  • Arrosez copieusement les deux ou trois premières années, et en cas de sécheresse prolongée. Une fois bien établi, il se passera d’arrosage en été.
  • Vous pouvez apporter tous les ans, en avril, un engrais spécial conifère notamment pour les sujets plantés en pot.
  • Binez le sol en été ou paillez pour maintenir le maximum de fraîcheur au niveau des racines.
  • Ces petits arbres n’ont pas besoin d’être taillés, mais ils supportent très bien une taille régulière à toute saison pour former une haie ou un sujet en nuage. Réalisez la taille de structure en hiver. Les rameaux souples peuvent également se palisser contre un mur pour assurer une meilleure protection contre le froid.
  • Placez si nécessaire votre Podocarpus à l’abri du froid dans un local frais (10°C minimum) et lumineux, ou dans la maison, en prenant soin de brumiser le feuillage. Ce dernier a tendance à croître s’il manque de lumière.
  • Rarement malade, veillez malgré tout à lui offrir un sol bien drainé pour éviter les taches foliaires, le dépérissement des conifères ou l’armillaire. Surveillez les cochenilles, les pucerons et les acariens (atmosphère trop sèche), surtout chez les sujets élevés dans la maison.

Multiplication

La multiplication la plus simple consiste à bouturer le Podocarpus en août avec des boutures semi-aoûtées. Si vous avez la patience, et l’opportunité de récolter des graines à maturité, semez-les en février après stratification.

Bouturage

  • Préparez un pot profond en le remplissant de tourbe mélangée à 50% avec du sable.
  • Prélevez des extrémités de rameaux d’environ 40 cm de long puis taillez des boutures de 12 cm dans la zone qui passe du brun au vert.
  • Supprimez les 2/3 des feuilles en partant de la base de la bouture.
  • Piquez celles-ci sur les 2/3 de leur longueur en évitant qu’elles ne se touchent.
  • Tassez délicatement tout autour afin d’éliminer les poches d’air et d’assurer un bon contact entre le terreau et la bouture.
  • Placez le pot à l’ombre et à l’abri du vent.
  • Maintenez les boutures à l’abri du gel pendant le premier hiver.
  • Transplantez vos jeunes plants en pleine terre (ou dans un pot plus grand) dès le printemps qui suit.

Semis

  • Préparez un substrat léger et semez à faible profondeur les graines en février.
  • Maintenez le substrat légèrement humide jusqu’à la germination.
  • Repiquez les plantules lorsque vous pouvez les manipuler en pot individuel.

Utilisations et associations

Le Podocarpus macrophyllus forme un excellent sujet en pot surtout s’il est soigneusement taillé en forme de nuage dans un jardin japonais, contemporain, voire exotique. Il peut se rentrer dans la maison, car il y retrouve une ambiance familière, loin des rayons brûlants du soleil.

associer le podocarpus

Un exemple d’association à mi-ombre : Podocarpus macrophyllus, Polygonatum multiflorum et Coniogramme emeiensis

Il trouvera également sa place au jardin en climat doux et humide, de type océanique, en isolé ou en lisière de forêt. Tenez compte de sa croissance lente afin qu’il puisse s’épanouir à son rythme. Il peut s’associer à des plantes de terre de bruyère comme des azalées, andromèdes…  ou bien former une haie bien fournie. On peut l’associer à des graminées, très complémentaires, à des bambous sacrés (Nandina) ou des érables japonais, dans une grande rocaille. Les qualités graphiques des conifères s’imposent naturellement dans la conception d’un jardin contemporain, qui préfère l’esthétisme des formes, des silhouettes et des textures à la valse des floraisons.

Les formes prostrées de Podocarpus comme P. nivalis trouveront leur place dans un petit jardin en massif ou idéalement en rocaille, presque partout en France. Leur aspect naturel, proche de l’indestructible Microbiota decussata, s’intégrera bien dans les jardins un peu sauvages, en compagnie de plantes plus hautes comme les arbustes à fleurs, dont il masquera le pied. Ils feront aussi merveille plantés en petite haie libre ou méthodiquement taillées comme pour remplacer le buis.

associer le podocarpus

Un exemple d’association au soleil : Podocarpus lawrencii ‘Red Tip’ (ou ‘Blue Gem’), Nandina domestica et Festuca glauca ‘Elijah Blue’

Ces formes naines à croissance lente s’exposeront comme un objet rare et précieux dans une belle poterie ou sous forme de bonsaï sur la terrasse ou sur le balcon, ce qui permettra de les abriter des froids les plus vifs en hiver. Elles s’accordent aussi bien avec les grosses pierres, les lignes géométriques et les ouvrages maçonnés.

Pour aller plus loin

Découvrez notre gamme de Podocarpus.

Articles connexes


Blog

5 raisons de planter des conifères au jardin

Utilisés à outrance, en particulier en haie, les conifères sont un peu tombés en disgrâce...
Lire la suite +

conseil

Principales maladies et ravageurs des conifères

Lire la suite +

conseil

Taille en nuage ou niwaki

Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire