Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Corydalis : planter, cultiver et entretenir

Les corydales en quelques mots

  • Les corydalis montrent de petites fleurs allongées, dans des tons bleu, mauve, jaune, rouge ou blanc.
  • Elles offrent une généreuse floraison, de longue durée sur un feuillage très divisé, léger, plumeux
  • Les feuilles peuvent prendre différentes couleurs : vert, bleuté, pourpré, brun, jaune…
  • Les corydales ont tendance à se ressemer toutes seules au jardin
  • Elles sont idéales dans les jardins de sous-bois et les rocailles ombragées
  • Ce sont des plantes assez faciles de culture, qui nécessitent peu d’entretien

Le mot de notre Experte

Les corydales offrent une floraison originale, inhabituelle, souvent printanière, mais qui, selon les variétés, peut aussi durer jusqu’en automne. Les fleurs prennent la forme d’un tube allongé et fin, qui s’ouvre en deux lèvres, et se termine par un éperon. Elles sont souvent bleues, mauves ou jaunes, parfois rouges ou blanches. On apprécie également les corydales pour leur feuillage très délicat, plumeux. Il peut prendre de belles teintes, généralement vert, parfois bleuté, voire même pourpre, brun chocolat ou jaune… Ces plantes, se déclinant en différentes espèces et variétés, offrent du choix quant aux formes et couleurs. Découvrez ainsi la floraison jaune, très lumineuse, du Corydalis lutea, les superbes fleurs roses – rouges de la Corydale solide, ou Corydalis solida, la floraison mauve de la Corydale creuse, Corydalis cava, ou encore les délicates fleurs bleues du Corydalis flexuosa.

Les corydales ont un aspect plutôt frêle : ce sont de petites plantes, avec une floraison délicate et un feuillage léger, plumeux. Malgré cette apparente fragilité, elles sont faciles à cultiver, bien rustiques, robustes, peu sensibles aux maladies ! Elles ne demandent pas beaucoup d’entretien. Celui-ci se limite à arroser en cas de sécheresse et éventuellement retirer les fleurs fanées.

Les corydales se plaisent surtout à mi-ombre, et sont idéales dans les jardins de sous-bois. Elles apprécient les sols fertiles, légers, frais et drainants. Ce sont des plantes qui s’étendent lentement, pour former de beaux couvre-sols. Elles ont parfois tendance à se ressemer spontanément !

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Corydalis sp.

Famille : Papaveraceae

Nom commun : Corydale

Floraison : souvent printanière (entre avril et juillet), mais parfois jusqu’en octobre

Hauteur : souvent entre 10 et 60 cm

Exposition : mi-ombre

Sol : drainant, frais, humifère

Rusticité : au moins jusqu’à – 15 °C

Les corydales comptent plus de 500 espèces de plantes herbacées. Celles cultivées dans les jardins sont vivaces, mais il existe aussi, dans la nature, des espèces annuelles. Les corydales proviennent des zones tempérées de l’hémisphère Nord. On les trouve principalement en Europe, Asie et Amérique du Nord. De très nombreuses espèces viennent de Chine ! C’est le cas notamment des Corydalis flexuosa. En France, on peut rencontrer 6 espèces dans la nature, dont les Corydalis solida et Corydalis lutea (aussi appelé Pseudofumaria lutea). On trouve les corydales principalement en sous-bois, ainsi que dans les milieux rocailleux, et souvent dans des régions montagneuses. Certaines espèces poussent aussi dans les fissures des vieux murs en pierre. Comme on peut les rencontrer dans des régions assez froides, parfois en altitude, les corydales sont des plantes rustiques, qui supportent bien les températures basses.

Le Corydalis est rattaché à la famille des Papavéracées (environ 900 espèces), comme le pavot ou le coquelicot ! C’est également la famille de la chélidoine, du Dicentra (cœur-de-Marie), des Eschscholzia et MeconopsisLes corydales sont très proches des fumeterres (genre Fumaria), et étaient d’ailleurs auparavant dans la famille des Fumariacées. Les fumeterres sont de petites plantes qui poussent spontanément et sont parfois considérées comme des mauvaises herbes. Elles possèdent également, comme les corydales, de longues et fines fleurs rassemblées en grappes. Cependant, les fleurs de corydales sont bien plus grandes que celles des fumeterres. Certains Corydalis ont changé de nom de genre pour s’appeler Pseudofumaria. C’est le cas de Corydalis lutea, qui a été renommée Pseudofumaria lutea.

Planche botanique représentant la Corydale à bulbe plein

Corydalis solida : illustration botanique

Le nom de la corydale provient du grec κορυδός (korudós), qui signifie « alouette huppée », par allusion à l’éperon de la fleur, dont la forme évoque l’aigrette d’une alouette. C’est sans doute encore en référence à l’alouette que plusieurs variétés prennent le mot oiseau dans leur nom, en anglais (bird) : ‘Purple Bird’, ‘Firebird’…

Les corydales constituent de petites touffes, souvent pas très hautes. Elles possèdent des stolons et s’étendent progressivement, pouvant avec le temps, former un véritable couvre-sol. Les corydales mesurent généralement entre 10 et 60 cm de haut… Voire un peu plus chez certaines espèces, comme Corydalis scouleri (jusqu’à 90 cm).

Les corydales offrent une floraison abondante et d’assez longue durée. Elles fleurissent en général au printemps, en mai-juin, parfois jusqu’en juillet. Cependant, certaines espèces fleurissent très longtemps, jusqu’à l’automne. C’est le cas de Corydalis lutea, en fleurs de mai à octobre ! Les corydales peuvent aussi être très précoces : la variété ‘Beth Evans’ offre des fleurs en mars-avril. Enfin, certaines espèces qui fleurissent au printemps, interrompent leur floraison en été, puis refleurissent en automne.

Les fleurs sont rassemblées en grappes généralement terminales, à l’extrémité des tiges, et placées au-dessus du feuillage. Les fleurs sont allongées, portées à l’horizontale, perpendiculaires sur les tiges.

Les grappes portent jusqu’à 20 petites fleurs, qui mesurent entre 1 et 3 cm de longueur. Elles ont une forme fine et allongée, tubulaire, grâce à un éperon qui prolonge la fleur vers l’arrière. Elles sont irrégulières, avec une symétrie bilatérale, le tube s’ouvrant en deux lèvres.

Les fleurs se composent de deux petits sépales triangulaires, qui se fanent assez tôt, et de quatre pétales libres. On compte donc deux pétales externes, dont le supérieur est prolongé en éperon, réfléchi vers l’arrière. Ils entourent deux pétales internes, qui se rejoignent et enveloppent les organes reproducteurs : six étamines (séparées en deux groupes) et le style. Ainsi, les pétales abritent et protègent les organes mâles et femelles. Les pétales formant l’éperon s’ouvrent en une bouche, composée de deux lèvres.

Les fleurs de corydale sont souvent bleues ou mauves. Elles peuvent prendre une teinte intense, bleu électrique. Elles sont jaune vif chez le Corydalis lutea, et apportent alors beaucoup de luminosité ! C’est plus rare, mais les fleurs peuvent être rouges, comme chez la variété ‘Firebird’. Quant à l’espèce Corydalis ochroleuca, elle porte une élégante floraison blanche, qui ressort à merveille sur le feuillage vert tendre ! On l’appelle, en français, Corydale aux fleurs de lait.

Les fleurs sont généralement unies, mais nuancées (un peu plus claires ou plus sombres d’un bout à l’autre de la fleur). Elles sont bicolores, jaune et rose, chez le Corydalis sempervirens.

La variété ‘Blue Line’ est appréciée pour son parfum sucré, à l’odeur de miel.

Les fleurs de corydales, fines et allongées

La floraison des corydales. Corydalis cava (photo Michael Apel), Corydalis flexuosa ‘Blue Panda’ (photo David J. Stang), Corydalis pallida var. tenuis et Corydalis sempervirens (photo Jason Hollinger)

 

Les corydales possèdent un superbe feuillage, divisé de façon très fine, ce qui le rend léger, plumeux. Il ressemble à celui du cerfeuil ou des Cœurs-de-Marie. Les feuilles ont un contour de forme triangulaire et mesurent, chez les espèces les plus courantes, entre 5 et 15 cm de long ; mais elles peuvent atteindre 40 cm chez d’autres variétés. Elles sont souvent alternes, insérées les unes après les autres sur les tiges, mais peuvent aussi être opposées.

Les feuilles ont généralement une belle couleur verte, et sont parfois bleutées, glauques. Le Corydalis lutea porte un feuillage vert vif, tendre, frais. Le feuillage peut aussi bien être clair et lumineux (par exemple, sur la variété ‘Berry Exciting’, il est jaune vif !), que très sombre (Corydalis ‘Purple Leaf’, à feuilles pourpres)… Le Corydalis quantmeyerana ‘Chocolate Stars’ possède un beau feuillage de teinte brun rougeâtre.

Les tiges et pétioles des corydales sont souvent un peu rougeâtres.

Les feuilles très découpées des Corydalis

Le feuillage des corydales, léger et finement divisé. Corydalis solida (Bjoertvedt), Corydalis ‘Blackberry Wine’ et Corydalis quantmeyeriana ‘Chocolate Stars’

Parfois, les corydales, après avoir fleuri au printemps, entrent en dormance pour l’été… surtout lorsque celui-ci est chaud et sec. Elles laissent alors de la place dans les massifs pour les vivaces à floraison estivale. Il est judicieux de marquer leur emplacement pour se souvenir qu’elles sont là et ne pas les abimer en aménageant le massif. Les corydales peuvent ensuite réapparaitre en automne, lorsque les températures s’adoucissent.

De même qu’elles fuient la chaleur et la sécheresse estivale en disparaissant temporairement, les corydales sont caduques ou persistantes en fonction des températures hivernales. Elles peuvent garder leurs feuilles s’il ne fait pas trop froid.

En général, les corydales forment des tubercules ou des rhizomes (organes souterrains renflés, renfermant des réserves nutritives), ainsi que des stolons qui leur permettent de s’étendre et constituer des touffes de plus en plus larges. Corydalis solida, aussi appelée Corydale à bulbe plein, doit son nom à son bulbe souterrain qui ne compte pas d’espace entre les couches qui le composent.

Le fruit des corydales est une capsule allongée, qui mesure jusqu’à 2,5 cm de long, et s’ouvre lorsque les graines sont mures. Elle libère alors de nombreuses petites graines noires. Vous pouvez les récolter pour les semer, mais elles ne se conservent que très peu de temps. Les corydales ont souvent tendance à se ressemer d’elles-mêmes, sans intervention. Leurs graines portent des élaïosomes, de petites excroissances, riches en protéines et en lipides, appréciées par les fourmis. Celles-ci viennent donc chercher les graines, les amènent à la fourmilière pour que leurs larves consomment les élaïosomes, ce qui assure la dispersion des semences.

Les fruits et graines de corydales

Les capsules de Corydalis solida (photo Bff), et celles de Corydalis intermedia, renfermant des graines noires (photo Kenraiz, Krzysztof Ziarnek)

 

Les corydales sont des plantes très rustiques. Elles supportent au moins jusqu’à – 15 °C. Elles peuvent conserver leur feuillage en hiver si les températures sont douces, mais le perdent si l’hiver est froid.

La corydale est une vivace à courte durée de vie, mais qui a tendance à s’étendre et se ressemer d’elle-même. Ce n’est pas pour autant une plante envahissante ! Il est facile de limiter son expansion.

Les principales variétés de corydales

Les variétés les plus populaires

Corydalis flexuosa - Corydale de Chine bleu vif

Période de floraison Avril à Juin

Hauteur à maturité 30 cm

Cette espèce offre des fleurs de couleur bleu tendre et un beau feuillage vert bleuté, assez foncé. Elle a été primée Award of Garden Merit par la Royal Horticulture Society (RHS).

Corydalis solida Beth Evans - Corydale bulbeuse

Période de floraison Mars à Avril

Hauteur à maturité 15 cm

Il s’agit d’une variété tubéreuse qui porte des grappes de petites fleurs roses, venant apporter une jolie touche de couleur dans les massifs. Elle fleurit tôt au printemps, puis entre en dormance pour l’été.

Corydalis flexuosa Blue Panda - Cordyale de Chine bleu

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité 25 cm

Cette variété porte au printemps des fleurs d’une superbe teinte bleu clair, qui s’harmonise joliment à son feuillage vert tendre. Grâce à ses stolons, elle peut s’étendre et former de beaux tapis de fleurs.

Nos variétés préférées

Corydalis solida Purple Bird - Corydale bulbeuse

Période de floraison Mars à Avril

Hauteur à maturité 20 cm

Chez cette variété, les fleurs prennent une très belle couleur violet pourpre, une teinte profonde et nuancée. Son feuillage est vert moyen, joliment découpé. Une superbe variété pour un jardin de sous-bois !

Corydalis lutea - Corydale

Période de floraison Mai à Oct.

Hauteur à maturité 40 cm

Il s’agit d’une corydale très lumineuse, appréciée pour ses fleurs jaunes, joliment mises en valeur par son feuillage vert tendre. Si vous ne retirez pas les fleurs fanées, elle se ressèmera spontanément au jardin. C’est une espèce qui pousse à l’état sauvage en France ! Elle fleurit très longtemps et se plaira dans les rocailles ou sur les murets.

Corydalis Firebird - Corydale bulbeuse

Période de floraison Mars à Avril

Hauteur à maturité 15 cm

Cette variété, peu courante, offre de belles fleurs rose – rouge. Une floraison vive, qui amène beaucoup de couleur et de dynamisme au jardin !

Les autres variétés à découvrir

Corydalis solida

Période de floraison Mars à Avril

Hauteur à maturité 15 cm

Aussi appelée Corydale à bulbe plein, cette corydale porte de petites fleurs de couleur mauve pourpré. Il s’agit d’une espèce spontanée, que l’on peut rencontrer dans la nature en France.

Corydale, Corydalis flexuosa Purple Leaf, Fumeterre

Période de floraison Mai à Juil.

Hauteur à maturité 30 cm

Il s’agit d’une variété à fleurs bleu tendre, qui se distingue par ses feuilles colorées, plus ou moins pourpres, portées par des pétioles de couleur rouge.

Corydalis quantmeyeriana Chocolate Stars

Période de floraison Avril à Mai

Hauteur à maturité 40 cm

On apprécie cette corydale surtout pour son feuillage remarquable. Les feuilles ont une très belle forme, découpées de façon élégante, et prennent une teinte brun rougeâtre - chocolat. Les fleurs sont bien plus discrètes, de couleur blanc mauve, rassemblées en petites inflorescences.

Plantation

Où planter ?

Plantez la corydale plutôt à mi-ombre, sous un soleil tamisé. Mieux vaut en effet éviter les expositions trop chaudes et brûlantes. C’est une excellente plante de sous-bois (dans la nature, on la trouve d’ailleurs souvent en forêt !). Ses fleurs apporteront de la luminosité dans les endroits ombragés du jardin !

Plantez la corydale dans un terrain bien drainé, car elle n’aime pas les sols qui retiennent l’eau en hiver. Elle apprécie néanmoins les terrains frais, pas trop secs en été. Évitez les sols trop lourds, argileux et compacts, ainsi que les terrains trop calcaires.

Cultivez les corydales de préférence dans un sol riche en humus, fertile, léger. L’idéal est un sol de type terre de sous-bois, telle qu’on la trouve dans les forêts.

Les corydales peuvent tout à fait être intégrées dans une rocaille légèrement ombragée. Dans ce cas, nous vous conseillons plutôt le Corydalis solida. Si vous choisissez de les cultiver en sous-bois, dans un jardin au style très naturel, optez par exemple pour le Corydalis flexuosa. Vous pouvez l’installer en couvre-sol au pied des arbres et arbustes. Les corydales peuvent aussi s’intégrer dans un massif de vivaces ou une bordure, à mi-ombre, en compagnie de feuillages décoratifs ou de plantes à floraison printanière, dans un style frais et délicat, léger. Placez-les de préférence à l’avant des massifs, devant des plantes plus hautes. Les corydales sont parfaites au pied des murets en pierre. Vous pouvez aussi les intégrer dans un massif de terre de bruyère.

Quand planter ?

Vous pouvez planter les corydales au printemps, vers le mois d’avril, ou en automne, en septembre ou octobre.

Comment planter ?

  1. Vous pouvez placer la motte dans une bassine remplie d’eau afin de lui permettre de se réhumidifier. Cela facilitera la reprise de la plante.
  2. Creusez un trou de plantation, de deux à trois fois la taille de la motte. Si nécessaire, apportez du compost pour enrichir le sol, ou des graviers pour améliorer le drainage.
  3. Plantez votre corydale en la déposant dans le trou de plantation.
  4. Replacez la terre tout autour. Ensuite, tassez délicatement avec le plat de la main.
  5. Arrosez généreusement.

Il est préférable de continuer à arroser dans les semaines qui suivent, afin d’aider la plante à bien s’installer et démarrer sa croissance.

Découvrez aussi nos conseils vidéo sur la plantation des vivaces :

Entretien

Les corydales ne demandent pas beaucoup d’entretien. Nous vous suggérons néanmoins d’effectuer des arrosages en cas de sécheresse prolongée. Au début du printemps, avant la floraison, il est préférable d’épandre un peu de compost bien décomposé autour de vos corydales afin d’enrichir le sol.

Vous pouvez retirer les fleurs fanées, pour l’aspect esthétique, mais aussi pour empêcher les semis spontanés, dans le cas où vous souhaiteriez éviter que la plante ne se propage de trop au jardin. C’est une façon de limiter son expansion. De plus, éliminer régulièrement les fleurs fanées encourage la plante à produire de nouveaux boutons floraux.

Nous vous conseillons d’installer un paillage autour de vos plants, car cela maintiendra la fraicheur du sol et limitera la croissance des adventices. Utilisez pour cela des feuilles mortes, du paillis de lin ou du BRF (Bois Raméal Fragmenté).

Les corydales qui entrent en dormance durant l’été apprécieront que le sol soit relativement sec pendant cette période.

Comme la corydale peut s’étendre et se ressemer généreusement, si elle a trouvé des conditions qui lui plaisent, elle aura peut-être besoin d’être un peu contenue, limitée.

Ne vous inquiétez pas si la plante disparait en hiver ou en été. Certaines corydales sont caduques, perdant leur feuillage lorsque les températures sont froides. Elles peuvent aussi entrer en dormance en été, surtout si le temps est chaud et sec. Il est préférable de marquer leur emplacement à l’aide d’un petit tuteur ou d’une étiquette, afin de vous rappeler qu’ils sont là et ne pas les abimer si vous intervenez dans le même massif !

Les corydales sont peu sensibles aux maladies et ravageurs. Attention néanmoins aux gastéropodes – limaces et escargots – qui peuvent grignoter le feuillage. Si c’est le cas, vous pouvez fabriquer un piège à limaces ou placer autour de vos plantes du marc de café, des cendres ou de la sciure afin de faire barrière. La corydale à bulbe plein, Corydalis solida, peut être atteinte par le mildiou.

Multiplication : semis, division

On multiplie les corydales par division ou par semis. La corydale a tendance à se ressemer d’elle-même, sans intervention. Une très bonne technique pour obtenir de nouveaux plants consiste à récupérer les semis spontanés, en les déterrant et les replantant à un autre endroit. Multiplier les corydales peut vous permettre de constituer plus rapidement de larges tapis en sous-bois, en aidant la plante à se propager.

Semis

Semez les graines lorsqu’elles sont encore fraiches, dès que vous les avez récoltées. Elles perdent vite leur pouvoir germinatif. Le semis s’effectue donc en automne. Les graines doivent être récoltées juste avant que la capsule soit totalement mure, car sinon, celle-ci s’ouvre et les disperse aussitôt.

Les graines germent mieux lorsqu’elles ont subi une période de froid. Nous vous conseillons de les placer au réfrigérateur pendant quelques semaines avant de les semer (stratification).

  1. Préparez un pot en le remplissant de terreau spécial semis. Tassez légèrement et égalisez le niveau pour obtenir une surface plane.
  2. Placez les graines à la surface. Ne recouvrez pas de terre car elles ont besoin de luminosité pour pousser.
  3. Arrosez en pluie fine.

Placez le pot sous châssis, à un endroit lumineux mais abrité du soleil direct. Veillez à ce que le substrat reste légèrement humide. Les graines germeront au printemps.

Vous pouvez aussi semer les graines directement en pleine terre.

Division de touffes

La division des corydales s’effectue surtout en automne (espèces à floraison printanière), mais peut être réalisée au printemps pour les corydales à floraison estivale. Creusez délicatement et prélevez une touffe de corydale pour la replanter à un autre emplacement dans le jardin, après avoir préparé le terrain. Attention car les tiges sont fragiles et peuvent facilement se casser.

Association

Les corydales sont idéales dans les jardins d’ombre, jardins de sous-bois, avec des plantes à feuillage décoratif. Plantez-les sous des arbres caducs en les associant à des fougères, brunneras, sceaux-de-Salomon… Composez une scène très naturelle, avec des Cœurs-de-Marie, Jacinthes des bois (Hyacinthoides non-scripta), Campanules et Tiarella. Profitez également de la ravissante floraison des épimédiums ! Découvrez aussi le feuillage élégant du Paris verticillata. Avec ses fleurs jaunes et son feuillage vert tendre, le Corydalis lutea est idéal pour apporter de la luminosité en sous-bois ! Vous pouvez associer les corydales au superbe Geranium nodosum. Les corydales sont splendides en compagnie de fougères : choisissez, pour les accompagner, des Cyrtomium, Dryopteris ou Polystichum. Les plantes à feuillage décoratif leur fourniront une belle toile de fond, sans éclipser leur floraison par des teintes trop vives. Comme les corydales apprécient les terrains frais, vous pouvez les placer non loin d’un point d’eau (bassin, ruisseau…), par exemple avec des fougères et plantes de berges, pour une scène très naturelle !

Une idée pour associer les corydales dans un jardin de style naturel

Les corydales peuvent s’intégrer à un jardin de sous-bois, avec des feuillages décoratifs et floraisons lumineuses, pour un style très naturel. Corydalis solida (photo Christian Fischer), Dicentra spectabilis, Dryopteris cycadina et Anemone nemorosa (photo Pandano)

Vous pouvez installer la corydale dans un jardin minéral ou une rocaille mi-ombragée. Plantez-la aux côtés de saxifrages, géraniums de rocaille, sédums… Vous pouvez aussi l’implanter aux pieds de vieux murs en pierre, voire même directement sur les murets, avec Cymbalaria muralis, des campanules, giroflées, centranthes… Ajoutez quelques petites fougères comme les Asplenium trichomanes ou les polypodes. Pour une installation sur un muret, nous vous conseillons de choisir l’espèce Corydalis solida.

Les corydales peuvent s’intégrer dans un mixed-border coloré avec d’autres vivaces. Plantez en fond de massif quelques arbustes comme les hortensias, viburnums ou deutzia, et placez devant eux des ligulaires, heuchères, gypsophiles et astrances… Apportez de la couleur avec les Cœur-de-Marie, et profitez également de la ravissante floraison des géraniums vivaces. Vous pouvez intégrer quelques petites bulbeuses comme les muscaris.

Vous pouvez composer une belle scène printanière, avec des bulbes et vivaces qui fleurissent en début d’année, dès que les températures s’adoucissent. Choisissez pour les accompagner des bulbes comme les muscaris, chionodoxa, tulipes botaniques, Scilles de Sibérie, Fritillaria meleagris ou puschkinia… Vous pouvez ajouter des anémones des bois et pulmonaires… Vous obtiendrez en plus une ambiance assez naturelle ! Découvrez aussi la délicate floraison des Erythronium.

Questions fréquentes

Les feuilles de ma corydale sont trouées, grignotées... Que faire ?

Les escargots et limaces apprécient le feuillage tendre de la corydale ! Pour vous en débarrasser, vous pouvez fabriquer un piège à limaces, ou utiliser des granulés anti-limaces de type Ferramol.

Ma corydale disparait, elle perd ses feuilles. Pourquoi ?

Les corydales sont des plantes qui peuvent être caduques ou persistantes, suivant les espèces et les températures. Si cela arrive en automne, avec le froid, il est probable que votre corydale soit caduque et qu’elle perde simplement son feuillage pour l’hiver. Elle développera de nouvelles feuilles au printemps.
Certaines espèces entrent aussi en dormance pour l’été, fuyant la chaleur et la sécheresse. Il y a bien des chances qu’elles réapparaissent par la suite.
Les corydales disparaissent donc parfois, pour se mettre en dormance, quand il fait trop chaud ou au contraire trop froid ! Elles reviennent lorsque les températures s’adoucissent.

Le saviez-vous ?

  • Une plante médicinale

La corydale est une plante couramment employée dans la médecine traditionnelle chinoise. Elle permet de lutter contre les douleurs chroniques et les maux de tête. L’espèce Corydalis solida peut être utilisée contre les troubles cérébraux, et notamment la maladie de Parkinson.

Ressources utiles

 

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire