Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Asiminier trilobé, Paw Paw : planter, cultiver, récolter

L'Asiminier en quelques mots

  • L’Asiminier (Asimina triloba) ou « paw paw » est un arbuste fruitier assez rare aux allures tropicales
  • Il est apprécié pour ses gros fruits dont le goût savoureux rappelle la mangue et la banane et se prêtent à de multiples recettes
  • Il offre une floraison très exotique couleur lie de vin et un feuillage qui se pare à l’automne, de tons dorés avant de tomber
  • Sa silhouette élégante et sa croissance lente en font un fruitier idéal pour les petits  jardins
  • Parfaitement rustique, ce fruitier originaire d’Amérique du nord est facile à cultiver dans nos jardins, en massif comme au verger

Le mot de notre experte

L’Asiminier (Asimina triloba) ou Asiminier trilobé encore surnommé « paw paw » est un arbre fruitier encore méconnu et très peu répandu dans nos jardins. Et pourtant, ce fruitier encore confidentiel venu des États-Unis, cultivé depuis quelques années en Vendée et en Loire Atlantique, s’apprête à partir à la conquête de tous les jardins français, comme l’a fait le kiwi avant lui.

Il a tout pour vous séduire !

Ses fruits d’abord à la chair savoureuse proche de la mangue et de la banane se consomment frais ou se prêtent à divers recettes, des glaces aux smoothies, en passant par les compotes, jus ou confitures ! Ensuite, sa rusticité exemplaire (-25°C) qui en fait un arbre fruitier capable d’affronter nos hivers sans broncher.

Sa floraison pourpre-chocolat très exotique et son feuillage qui vire au jaune d’or à l’automne méritent qu’on lui fasse une place au jardin ou dans un nouveau verger ouvert au voyage !

Peu contraignant une fois bien installé dans une terre fraîche, un peu acide et drainée, il vous suffira de l’arroser quand il fait sec et de le tailler si nécessaire.

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Asimina triloba

Famille : Annonacées

Noms communs : Asiminier, Paw-paw, Arbre à banane

Floraison : mars à mai

Hauteur : 5 à 10 m

Exposition : Soleil, mi-ombre

Sol : Neurte, acide, bien drainé et frais

Rusticité : -25°C

Natif des forêts et des rives sablonneuses des États-Unis et du Canada, l’Asiminier trilobé (Asimina triloba) encore appelé « paw-paw » est un arbre fruitier faisant partie de la famille des Annonacées.

Très rare en culture, il est presque inconnu de nos jardins européens. S’il est qualifié d’exotique par sa rareté, l’Asimina triloba s’est cependant parfaitement adapté aux climats tempérés, bénéficiant d’une très belle rusticité jusqu’à -25°C.

Le genre compte 6 espèces d’arbustes et une espèce de petit arbre l’Asiminia triloba, qui a donné naissance à un certains nombres de variétés autofertiles à l’instar de ‘Sunflower’ ou de ‘Prima 1216’.

Lent à l’installation, surtout pendant les premières années, l’Asiminier forme à partir d’une longue racine pivotante, un petit arbre au tronc bien droit, dépassant rarement les 5 à 10 m de hauteur, pour environ 3 à 5 m de largeur à l’âge adulte. Dans nos jardins, sa taille se limite généralement à 5 ou 6 m. Il présente un port dressé pyramidal mais, peut être conduit en gobelet pour simplifier la cueillette. L’écorce qui se craquelle avec le temps, contient des substances alcaloïdes très utilisées en médecine. D’un joli brun foncé à grisâtre, le bois de l’asiminier est également considéré comme un bois semi-précieux.

En mars-avril, avant l’apparition du feuillage, la floraison apparaît, portée par des rameaux grêles et pubescents, parcourus de fines stries. Visibles à l’aisselle des feuilles dès l’été de l’année précédant l’éclosion, les bourgeons floraux qui ont eu besoin du froid de l’hiver pour bien fleurir et sont désormais prêts à s’épanouir. Les boutons ronds et légèrement velus, enchâssés dans un calice pubescent vert-jaune lavé de pourpre, éclatent en petites clochettes pendantes de 4 à 5 cm de diamètre solitaires ou réunies en petites grappes. Elle sont formées de 6 pétales imbriqués par 3, formant deux corolles. Leur forme arrondie et symétrique évoquent les fleurs de camélias. Les pétales fortement veinés à l’aspect gaufré revêtent un joli coloris rouge-chocolat tirant sur le lie de vin et entourent une couronne de nombreuses étamines jaunes.

asiminier

Asimina triloba – illustration botanique

Cette floraison nectarifère dure environ 6 semaines. Les fleurs exhalent une odeur très désagréable de charogne (perceptible seulement de près) qui attire à elles certains insectes pollinisateurs comme les mouches (communes, mouches à fumier), papillons et coléoptères.

Cette floraison à la fois délicate et exotique précède la fructification. Celle-ci n’intervient qu’au bout de 3 à 6 années de culture. La plupart des nouvelles variétés d’Asimina triloba ont la particularité d’être autofertiles : un seul arbre suffit pour obtenir des fruits, d’autres cependant nécessitent la présence de plusieurs asiminiers pour pouvoir fructifier.

Les fruits appelées asimines sont de grandes baies ovales à allongées, groupées par 3 ou 6 à la manière d’un régime de bananes, d’où son autre surnom de « Banane de l’Indiana ». Mesurant de 8 à 18 cm, elles ressemblent à de jeunes mangues vertes en un peu plus bombées et peuvent peser jusqu’à 400 grammes. Leur peau lisse et tendre est de couleur vert jaune ou jaune à maturité. Leur chair généralement jaune, parfois orangée, renferme de grosses graines noires non comestibles disposées en deux rangées les faisant ressembler à la pulpe des papayes.

La pulpe crémeuse possède une saveur acidulée et sucrée rappelant à la fois la mangue, l’ananas et la banane. Les fruits se cueillent lorsqu’ils sont à maturité entre fin août à mi-octobre et se consomment frais ou sous forme de jus, de milkshakes, de compote, de glace, de sorbet et même dans certaines bières !

Le feuillage caduc de cet arbre fruitier méconnu n’est pas sans intérêt. L’Asiminier développe assez tardivement au printemps, généralement en mai après la floraison, une frondaison magnifique jusqu’à l’automne. Ses grandes feuilles de 15 à 30 cm de long pourvues d’un court pétiole sont alternes, simples, de forme obovale et pendantes comme de petites ombrelles. Profondément nervurées et terminées en pointe, elles présentent un aspect gaufré et ne sont pas sans rappeler les feuilles du châtaigner.

Vert vif au débourrement et en été, les feuilles se parent dès les premières fraîcheurs, d’une jolie teinte jaune d’or avant de tomber.

asimina

Asiminier : fleurs, fruits immatures et fruit mûr à la pulpe délicieusement crémeuse, acidulée et sucrée

Si l’Asiminier ne craint pas les grands froids,(il est rustique jusqu’à – 25 °C), il les apprécie même car un hiver assez rigoureux favorisera la floraison. Il redoute en revanche les climats trop chauds et les terres trop sèches en été. Pour bien fleurir, il appréciera le plein soleil au Nord de la Loire et la mi-ombre si vos étés sont très chauds. Il s’accommode de toute bonne terre de jardin pourvu qu’elle soit profonde, toujours fraîche et bien drainée, à pH neutre ou légèrement acide.

On peut le cultiver aussi bien seul en isolé en fond d’un massif avec des plantes de terre de bruyère ou encore bien-entendu en groupe dans un verger. A l’automne, il sera du plus bel effet aux côtés d’arbustes au feuillage décoratif.

La pulpe de l’asimine est riche en vitamines A et C ainsi qu’en acides aminés et oligo-éléments tandis que les feuilles de l’Asiminier renferment une substance insecticide et son écorce possède des propriétés médicinales intéressantes qui font l’objet d’études dans la lutte contre le cancer.

Principales espèces et variétés

Si on compte moins d’une dizaine d’espèces d’Asiminier, seule l’Asimina triloba ou « Paw Paw », fait l’objet de sélections et de recherches, exclusivement menées aux États-Unis. Elle a donné naissance à quelques cultivars intéressants autofertiles.

Les plus populaires

Asimina triloba - Pawpaw

Période de floraison Mars à Mai

Hauteur à maturité 1000 cm

C'est l'espèce type ! Elle n’est pas autofertile, aussi il est conseillé d’installer au moins deux pieds pour faciliter la pollinisation. Vpus profiterez alors de ses fruits délicieux au goût de mangue !

Nos préférées

Asimina Sunflower - Pawpaw

Période de floraison Mars à Mai

Hauteur à maturité 1000 cm

Cet asiminier est autofertile : un seul arbre suffit pour obtenir de gros fruits très savoureux ! Cette variété possède peu de pépins.

Asimina Prima 1216 en pot de 3L

Période de floraison Mars à Mai

Hauteur à maturité 1000 cm

Une belle variété vigoureuse et productive, offrant de beaux fruits contenant peu de graines. Elle est autofertile, ainsi un seul pied suffit pour la voir fructifier.

Plantation de l'Asiminier

Où planter l’Asimina triloba ou asiminier ?

Parfaitement rustique, l’Asiminier est capable de supporter des températures de l’ordre de -25 °C, ce qui lui garantit une bonne résistance dans toutes les régions. Il vaut mieux toutefois lui épargner le climat méditerranéen, trop chaud et aride en été.

Offrez-lui une place abritée des vents froids et des gelées printanières qui risquent de brûler son feuillage et d’abîmer ses fleurs.

Pour bien fleurir, plantez-le au soleil, ou à la mi-ombre si celui-ci est pas trop brûlant dans toute bonne terre de jardin moyennement riche, neutre ou de préférence acide, profonde, restant toujours fraîche et bien drainée.

Choisissez bien son emplacement car une fois bien enracinée, la racine délicate et pivotante de l’Asiminia triloba n’aime pas être déplacée. Comme sa pollinisation se fait principalement par les mouches et les coléoptères, la présence de fumier ou d’un compost à proximité est donc recommandée.

Il peut être associé en fond de massif avec des plantes de terre de bruyère et trouve naturellement sa place dans un verger.

asimina triloba

L’asiminier prend de belles couleurs automnales dorées

Quand planter l’asiminier ?

Pour favoriser la reprise racinaire, la plantation de l’Asiminier se fait de préférence en février-mars avant le démarrage végétatif, ou à l’automne, de septembre à novembre.

Comment planter l’asiminier ?

Même si les nouveaux cultivars sont le plus souvent autofertiles, prévoyez quand même de planter au moins deux pieds d’Asiminier à proximité, la production de fruits sera plus généreuse : respectez un espacement de 2,50 à 3 m entre deux Asiminia triloba. La culture en pot peut se tenter, toutefois nous la déconseillons car cet arbre fruitier a besoin d’une terre profonde pour croître et sa racine en pivot risque de s’y sentir trop à l’étroit.

La plantation :

  • Ameublissez bien la terre sur 80 cm en tous sens
  • Creusez un trou 3 à 5 fois plus large que la motte
  • Faites un lit de graviers au fond du trou de plantation
  • Plantez votre Asiminia au niveau du collet, sans trop toucher aux racines fragiles, dans un mélange de terre de jardin, de terre de bruyère et d’un apport de compost ou fumier
  • Rebouchez le trou
  • Tassez légèrement
  • Arrosez copieusement puis régulièrement lors de la première année de plantation

Entretien, taille, soin et récolte

Une fois bien installé, l’Asiminier est, à la différence de beaucoup de fruitiers, un arbre des plus faciles à entretenir.  Il supporte mal les terres sèches et préfère les sols qui gardent toujours un peu d’humidité : il a besoin d’un arrosage régulier, surtout les trois premières années car le sol doit rester frais durant tout l’été. Après 2 ou 3 ans, il supportera mieux une courte sécheresse. Paillez le pied au printemps tous les ans.

Avec le temps, l’Asiminier a tendance à drageonner : éliminez régulièrement les rejets mais surtout ne binez pas à son pied, car ses racines sont fragiles.

C’est un arbre fruitier qui se montre peu sensible aux maladies et aux parasites, une résistance due aux substances insecticides dégagées par ses feuilles et son écorce qui repoussent naturellement les ravageurs.

Taille de l’asiminier

La taille de l’Asiminier est simple, elle ne doit pas être drastique. Elle consiste à garder à l’arbre une hauteur raisonnable à 2,50 ou 3,50 m afin de faciliter la récolte des fruits. Procédez en hiver, de janvier à février :

  • Avec un sécateur, supprimez les branches qui poussent vers l’intérieur pour aérer la ramure
  • Taillez en biseau l’extrémité des branches

Une taille en gobelet facilite la cueillette des fruits : avec un sécateur coupez la flèche et répartissez au fil des hivers 5 à 6 branches maîtresses tout autour du tronc.

→ à lire, sur le sujet :  « Comment former un arbre fruitier en gobelet ? » 

asimina triloba

Rameau d’asiminier

Récolte des fruits

La récolte des fruits de l’asiminier s’étale de la fin de l’été à la mi-octobre selon les régions, une fois que les fruits sont tendres au toucher, qu’ils sont faciles à détacher de l’arbre et avant qu’ils ne soient trop brunis. Les graines présentent une relative toxicité et ne se consomment pas.

Multiplication

La multiplication de l’asiminier se fait soit :

  • par semis, une méthode qui exige de la patience car les graines ont besoin d’une longue stratification, le développement racinaire est très lent et l’apparition de racines peut prendre plusieurs années,
  • par greffe, selon une technique assez particulière qui exige une certaine technicité.

Vous pouvez également prélevez les drageons qui se développent autour du pied-mère, mais il faudra patienter jusqu’à 8 ans pour les voir fleurir.

Nous vous conseillons plutôt de recourir à l’achat de nouveaux plants.

Associer

L’Asiminier trilobé offre deux saisons d’intérêt ornemental : au printemps, lorsqu’il se couvre de ses fleurs pourpres et de son feuillage vert vif et à l’automne quand ses feuilles virent au jaune doré et que ses fruits mûrs lui donnent une allure tropicale. Il se plaira dans tous les jardins exotiques !

Au printemps, entourez son pied de bulbes de printemps comme des muscaris, des scilles et des tulipes botaniques, dans des harmonies mauve-pourpre. Des vivaces couvre-sol comme les bergenias, les bugles rampantes et les heuchères prendront le relais de la floraison et garderont ses racines au frais tout l’été.

associer l'asimina

Une idée d’association automnale : Asimina triloba, avec devant lui au soleil une mer de Rudbeckia subtomentosa ‘Little Henry’ et de Miscanthus sinensis ‘Little Miss’. Si vous souhaitez un peu de contraste, ajoutez un Cotinus à feuillage pourpre.

L’Asiminier trilobé peut également trouver sa place dans un massif de terre de bruyère, en compagnie d’arbustes à fleurs ou à feuillages persistants tels que les Camélias, Azalées de Chine et du Japon, Rhododendrons, Andromèdes du Japon, Cornus.

A l’automne, ses feuilles aux flamboiements dorés répondront aux Cotonéasters ou autres arbres à fruits décoratifs comme les Amélanchiers, les Callicarpas et aux belles coloration des feuillages des Cotinus, des acers, d’un arbre à caramel, d’un chêne écarlate, des cornouillers du Japon ou encore d’un Fusain.

Articles connexes


Blog

7 fruitiers exotiques et rustiques, à cultiver au jardin

On pense souvent que les fruits exotiques ne se cultivent pas sous nos climats. À...
Lire la suite +

Blog

Choisir ses arbres fruitiers : formes et variétés

C’est bien connu, "à la Sainte Catherine… tout bois prend racine". C’est bel et bien le moment...
Lire la suite +

Blog

Le kiwaï : un mini kiwi mignon à croquer !

Les Kiwis poussent très bien en Bretagne. Le saviez-vous ? La semaine dernière, j'en ai...
Lire la suite +

Blog

Le Citron caviar : un petit agrume rare à découvrir

Le citron caviar est un tout petit agrume qui fait fureur ces derniers temps. Nouvelle coqueluche...
Lire la suite +

Blog

Le Yuzu : un citronnier japonais très recherché

Encore confidentiel il y a quelques années, le Yuzu ou "Citron Yuzu" connaît actuellement un...
Lire la suite +

Blog

Agrumes : 7 nouveautés remarquables pour 2019

Décoratifs et plus faciles à cultiver qu'on ne l'imagine, les agrumes séduisent de plus en...
Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire