Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
conseil

Plantes bisannuelles

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir !

S’il n’est pas compliqué de comprendre ce que recouvrent les termes de plante annuelle et plante vivace, celui de plante bisannuelle est un peu plus déconcertant… d’autant que ce type de végétaux sont assez peu présents dans le jardin, à la fois par méconnaissance et parce que leur courte durée de vie ne plaît pas à tous les jardiniers.

Les bisannuelles offrent pourtant de nombreux atouts et, bien que leur cycle de vie soit bref, elles méritent qu’on leur fasse une place dans nos jardins, mais aussi dans nos jardinières et potées.

Pour tout savoir sur les plantes bisannuelles, voici les réponses aux questions les plus fréquemment posées par les jardiniers… ainsi que nos conseils pour bien les cultiver !

Une plante bisannuelle, qu’est-ce que c’est ?

Une plante bisannuelle se caractérise, au sens strict du terme, par son cycle de vie qui s’étale, sur deux ans :

  • la première année qui suit son semis, elle va développer son système racinaire et ses feuilles qui sont souvent disposées en rosette ;
  • la seconde année, elle fleurit, produit des graines puis meurt.
Plante bisannuelle : le cycle de vie de la digitale

La digitale pourpre : la rosette de feuille de la première année puis ses fleurs, la seconde année

C’est le cas pour l’Angélique, la Digitale pourpre, la Molène, la Monnaie du Pape, l’Oenothère ou Onagre, mais aussi de nombreuses plantes potagères et aromatiques dont on consomme les feuilles (le persil), les racines (les carottes, le panais) avant qu’elles ne produisent leurs fleurs.

Pourquoi certaines vivaces sont qualifiées de bisannuelles, et inversement ?

Plante bisannuelle : primevère pour jardinière et potée

Cette jolie variété de primevère, très colorée, perdra ses couleurs au fil du temps. C’est pourquoi elle est plutôt qualifiée de bisannuelle.

Le terme de bisannuelle est très largement utilisé (pour ne pas dire galvaudé !) dans le langage horticole pour désigner de nombreux types des plantes, ce qui porte parfois à confusion.

Parmi ces groupes de végétaux, on connaît bien les bisannuelles d’automne, représentées par les Pensées à grandes fleurs, les Pâquerettes très doubles, les Primevères hybrides colorées, certaines Giroflées… Ce sont, dans les faits, des plantes vivaces hybrides dont le seul défaut est leur tendance à s’épuiser rapidement tant elles fleurissent, ce qui les rend peu durables. Elles sont également qualifiées de bisannuelles car leur cycle végétatif s’étale sur deux années civiles (semis en fin d’été et floraison en début de printemps suivant. Elles sont, en pratique, cultivées comme des plantes annuelles, installées en jardinières ou potées et en massifs saisonniers. Bien qu’elles ne conservent pas leur vigueur initiale, elles peuvent néanmoins être replantées au jardin, pour garnir un coin un peu oublié.

À l’inverse, certaines plantes bisannuelles sont considérées comme vivaces car elles se ressèment facilement dès lors que l’exposition et le sol leur conviennent. Cette pérennité au jardin donne alors l’illusion qu’elles sont pérennes.

Enfin, il existe aussi des plantes vivaces cultivées en bisannuelles car, non seulement, elles ne fleurissent qu’au cours de la seconde année qui suit leur semis (comme de nombreuses vivaces), mais leur durée de vie est courte et leur allure se dégrade rapidement avec le temps. Il s’agit, par exemple, des Roses trémières (Alcea roseaou de nombreuses digitales.

Où cultiver les bisannuelles ? Leurs avantages

Les plantes bisannuelles trouvent aussi bien leur place en massifs au jardin, qu’en jardinières et potées, aux abords de la maison.

Les véritables bisannuelles se cultivent plutôt au jardin. On trouve, par exemple, dans cette catégorie :

  • Les digitales pourpres (Digitalis purpurea),
  • La Monnaie du Pape (Lunaria annua),
  • De nombreuses variétés de Molènes comme le Bouillon blanc (Verbascum thapsus, Verbascum bombyciferum),
  • L’Angélique officinale (Angelica archangelica), mais aussi l’Angélique pourpre (Angelica gigas),
  • La Cardère (Dispsacus sylvestris).

Toutes ces plantes ont souvent en commun une haute stature, une allure architecturale remarquable, qui permet d’apporter de belles lignes verticales aux massifs, mais aussi une bonne capacité à se ressemer spontanément, ce qui est particulièrement appréciable dans les jardins naturels.

Plante bisannuelle : l'angélique

L’Angélique forme de superbes inflorescences en ombelles, porteuses, à maturité, de nombreuses graines.

 

Les bisannuelles qui garnissent potées, jardinières, mais aussi, en pleine terre, les zones plutôt dédiées à un fleurissement de saison sont principalement représentées par :

  • Les pensées et violettes cornues,
  • Les pâquerettes,
  • Les primevères,
  • Le myosotis.

Plantées en automne, elles fleurissent tôt en saison et offrent un avant-goût de printemps alors que le jardin est encore endormi. Au jardin ou sur le rebord de la fenêtre, nous vous conseillons de les associer avec des petits bulbes précoces, mais aussi avec des plantes vivaces, en particulier avec les graminées persistantes et toutes celles, comme les heuchères, tiarelles et heucherellas, qui offrent toute l’année un beau feuillage coloré.

Les pensées offrent un charme « rétro » inimitable

Quand planter, semer les bisannuelles ?

Plantation :

Les fleurs bisannuelles destinées aux massifs peuvent être plantées au printemps ou à l’automne. Elles fleuriront après avoir connu une période de froid (vernalisation) qui correspond à leur premier hiver ou deuxième hiver, en fonction de la date à laquelle elles auront été semées.

En jardinière, les bisannuelles s’installent dès septembre quand elles sont en mini-mottes et jusqu’à novembre quand elles sont vendues en godets. Pour tout savoir sur la plantation des bisannuelles en mini mottes, découvrez notre fiche plantation : « Planter des bisannuelles en mini-mottes ».

Semis :

De la même façon, les « vraies » bisannuelles comme les Digitales peuvent être semées au printemps, en fin d’été ou à l’automne :

  • si vous semez au printemps (mars, avril), la plante aura le temps de former une belle rosette de feuilles et fleurira l’année suivante,
  • si vous semez en fin d’été ou en automne (août à octobre), il se peut que votre plante ne soit pas assez mâture pour fleurir l’année suivante, il vous faudra donc attendre la troisième année pour profiter de sa floraison,

Le semis des bisannuelles pour les jardinières et le fleurissement éphémère s’effectue généralement en fin d’été mais la période idéale peut varier suivant les espèces. Vous trouverez, pour chaque variété de notre large gamme de graines de fleurs, les indications précises pour réussir leur semis.

Notez que la levée de bon nombre de ces plantes est perturbée, voire inhibée par des températures supérieures à 18 °C, ce qui rend leur semis parfois délicat. C’est pourquoi il est plus facile d’avoir recours aux plants déjà démarrés.

Comment profiter plus longtemps des plantes les bisannuelles ?

En jardinière, nous vous conseillons tout d’abord de soigner la plantation. L’utilisation d’un terreau pour plantes fleuries de qualité, drainant, mais riche, est l’une des premières conditions de réussite. Pour prolonger et encourager la floraison, pensez à supprimer régulièrement les fleurs fanées qui, en produisant des graines, fatiguent les plants. Pensez aussi et surtout à arroser régulièrement, même en hiver, car il est rare que la pluie suffise à arroser les pots, et à apporter un engrais liquide dès le redémarrage de la végétation au printemps.

Au jardin, il est parfois possible d’allonger d’une année la durée de vie des bisannuelles : pour cela, coupez les fleurs avant leur montée en graine. N’ayant pas dépensé toute son énergie à fabriquer une descendance, votre plante vous honorera peut-être, l’année prochaine, d’une seconde floraison. Mais le plus simple consiste plutôt à les cultiver deux années de suite et à les laisser se ressemer à leur guise.

Bisannuelle : la monnaie du pape ou Lunaire

La Monnaie du Pape ou Lunaire : une bisannuelle qui contient ses graines d’une élégante façon

 

Articles connexes


Blog

Bisannuelles, (enfin) l'heure du renouveau !

Les fleurs bisannuelles vous évoquent encore surtout ces tapis bariolés de pensées et primevères multicolores...
Lire la suite +

Blog

Jardin naturel, 5 plantes sauvages remarquables

Je voue une admiration sans bornes aux paysagistes du naturel, comme les très célèbres Gilles...
Lire la suite +

Blog

Jardinières de printemps : composez-les en septembre... remerciez-nous en mars !

Septembre est un mois un peu charnière. Si, à la maison, ça sent la papeterie...
Lire la suite +

plantation

Planter des bisannuelles en minimottes

Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(1 votes, moyenne: 5 sur 5)
Laisser un commentaire