Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Myrte, Myrtus : planter, tailler et entretenir

Le Myrte, en quelques mots

  • Les Myrtes sont des arbustes persistants de climat doux au feuillage aromatique et médicinal
  • Les petites fleurs en étoiles blanches parfumées ponctuent le feuillage durant tout l’été
  • Les baies noires, rouges ou blanches animent le jardin durant la mauvaise saison
  • Rustiques en climat méditerranéen et sur la façade atlantique, ils se plaisent dans tout sol pauvre, sec et drainé

Le mot de notre experte

Les Myrtes sont des arbustes persistants évocateurs de maquis et de senteurs balsamiques. Ce sont des arbustes sans entretien, robustes et toujours verts, plus ou moins volumineux, et dotés d’une croissance lente. Il existe de nombreux cultivars à port plus ou moins compacts qui permettent des utilisations multiples en jardin sec depuis l’imposant sujet isolé jusqu’au talus tapissé de formes naines et ce quelle que soit l’exposition et la proximité du bord de mer. Célèbres pour le parfum intense du feuillage, le myrte se prête à des tailles répétées et s’utilise aussi bien en haie qu’en massif, sous forme de topiaire ou en pot.

Le feuillage vert sombre scintille d’une floraison estivale de toute beauté, à la fois légère, généreuse et parfumée, s’étalant sur plus de 2 mois. Le parcours du maquis ou de la garrigue de l‘arrière-pays méditerranéen donne à voir cet arbuste si typique en bordure de forêt de pins ou de chênes, reconnaissable entre tous grâce à ses petites feuilles ovales aromatiques un peu piquantes.

Le myrte commun se rencontre sur une large variété de sols, acides, neutres à calcaires selon les clones, et de 0 à 400 m d’altitude. Il existe des myrtes chiliens, à l’écorce très décorative orange et crème qui semblent plus tolérantes au gel que le Myrtus communis mais qui réclament une atmosphère plus humide. On en observe de très beaux spécimens en Grande-Bretagne ou en Irlande.

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Myrtus communis

Famille : Myrtaceae

Nom commun : Myrte commun

Floraison : entre juillet et septembre

Hauteur : entre 0,30 et 5 m

Exposition : soleil ou mi-ombre

Sol : tout sol même médiocre, pas trop sec, à pH variable selon le cultivar

Rusticité : Moyenne (-10 à -12°C)

Le terme « myrte » s’applique à un certain nombre d’arbustes à feuillage aromatique de la famille des Myrtacées de différentes provenances. Le plus cultivé étant originaire de la zone méditerranéenne, constitue le genre Myrtus qui réunit 3 espèces. Les myrtes du Chili et Bolivie comprennent les genres Luma et Ugni , ceux de Nouvelle-Zélande, le genre Lophomyrtus. Précisons que le Myrte de Nouvelle-Zélande (ou faux-myrte) désigne aussi le Leptospermum. Myrtus était tout simplement le nom donné par les Romains et Grecs à l’arbuste méditerranéen –  en grec le radical du nom se réfère au « parfum » – tandis que communis, signifiant « commun » indique sa fréquence au sein du matorral.

Le myrte commun est donc un arbuste persistant qui se rencontre à l’état sauvage à la lisière des forêts de chênes ou de pins, dans les garrigues et maquis rocailleux du pourtour méditerranéen (Europe du Sud, Afrique du Nord et Proche-Orient jusqu’au Liban). En France, il pousse dans le massif de l’Estérel, le golfe de Saint-Raphaël et surtout en Corse. Il s’associe au chêne kermès (Quercus coccifera) et au pistachier lentisque (Pistacia lentisca) qui peuplent les zones les plus fraîches de Méditerranée en marge des zones dégradées.

Myrtus communis forme une masse buissonnante hémisphérique, partant assez près du sol et de taille assez variable pouvant aller jusqu’à 5 m de hauteur. L’arbuste peut atteindre l’âge vénérable de 300 ans ! Les rameaux érigés sont légèrement pubescents et de couleur claire tandis que l’écorce âgée révèle une teinte rougeâtre.

myrte commune

Myrtus communis – illustration botanique

Les feuilles opposées, elliptiques et terminées par une pointe aigüe ont des dimensions de 15 à 40 mm de long sur 5 à 15 mm de large . Le limbe coriace et glabre, vert sombre vernissé montre une nervure centrale très marquée. Porté par un très court pétiole, il est parcouru de glandes translucides visibles à contre-jour tandis que la face inférieure est légèrement plus claire. Les feuilles sont persistantes et très aromatiques. Elles libèrent leurs huiles essentielles lorsqu’il fait très chaud pour abaisser leur température. Le parfum est qualifié d’aromatique, résineux, cireux et légèrement fruité par les parfumeurs.  Il existe des feuillages panachés de jaune chez les myrtes chiliens à l’instar de Luma apiculata ‘Glanleam Gold’.

L’arbuste fleurit en plein été, avec générosité, de juillet à septembre, ce qui est surprenant pour une plante de climat sec. Les petites fleurs blanc immaculé à 5 pétales, larges de 2,5 à 3 cm, apparaissent solitaires, portées par un long pédoncule de 12-25 mm, à l’aisselle des feuilles, sur les pousses de l’année.  Elles s’ouvrent sur un large bouquet d’étamines saillantes et blanches débordant de la corolle. Hermaphrodites, elle comporte un pistil central. Elles sont suivies en automne par la formation des baies ovoïdes et charnues, pruineuses, noir-bleuté, parfois blanches, de 1 à 1,5 cm de diamètre. Le fruit renferme de nombreuses graines de 2 mm, de couleur crème. Il est très apprécié des oiseaux qui s’en régalent pendant l’hiver.

Le genre Luma  arbore une nuée de fleurs crème à 4 pétales qui enveloppent littéralement l’arbre de l’été jusqu’au milieu de l’automne. Les baies sont pourpre sombre. Ugni molinae  (syn. Myrtus ugni) surnommé le goyavier du Chili pousse aussi en Bolivie. Il présente de petites fleurs en clochettes blanches ou rosées et des fruits rouge violacé aigrelets très appréciés en confiture pour leur parfum de fraise.

Les baies de Myrtus communis sont utilisées pour la fabrication de gelées, de confitures ou de liqueurs comme le « mirto » en Sardaigne ou encore comme condiment. L’arbuste de rusticité moyenne (-10°C) est apprécié sur le plan ornemental dans les jardins méditerranéens au sol pauvre et plutôt acide (sols métamorphiques et volcaniques) mais il existe des formes tolérantes au calcaire comme la sous-espèce tarentina surnommée le Myrte de Tarente. Cette dernière est un peu moins vigoureuse que l’espèce type (2 m de haut sur 1,50 de large) et possède un feuillage plus menu (1 cm de long sur 0,5 de large), brillant sur les deux faces, plus dense qui évoque le buis. Sa résistance à la sécheresse, sa croissance lente et sa tolérance à la taille répétée en fait un candidat parfait pour former des haies, orner un terrasse ou pour fleurir les sous-bois d’une pinède.

Le bois de myrte, dur et dense, à grains fins est un bois noble, apprécié pour le travail de sculpture, de marqueterie et de tournerie. Il s’utilise notamment pour la création de pièces d’échec. Les feuilles et l’écorce servaient au tannage du cuir. On tire du feuillage une huile essentielle très utilisée en parfumerie et en aromathérapie dont on distingue deux chémotypes : le chémotype acétate de myrtényle en provenance du Maroc, le chémotype cinéole en provenance de France. Elle s’utilise comme décongestionnant veineux et lymphatique (hémorroïdes et varices) et comme antispasmodique. Ses propriétés médicinales sont aussi antiseptiques, astringentes, sédatives, fébrifuges.

Le Myrte apparaît souvent comme un arbuste sacré, il est mentionné dans le Coran comme arbuste du paradis et dans la Bible comme symbole de générosité divine. Il symbolise la bravoure chez les Romains, la paix pour les Juifs et Musulmans, l’amour dans la mythologie grecque et la poésie arabe.

Myrte commune

Myrtus communis ‘Tarantina’ : feuillage, fleurs et baies.

Les principales variétés de Myrtus

Les myrtes communs

Myrtus communis Tarentina - Myrte commun

Période de floraison Juil. à Sept.

Hauteur à maturité
1.70 m

Ce myrte est l'un des plus faciles à acclimater. Cet arbuste persistant d'origine méditerranéenne, naturellement doté d'un port compact et dense, est vêtu d'un petit feuillage très sombre et aromatique, densément serré le long de ses rameaux. Il fleurit en plein coeur de l'été, sous forme d'une multitude de petites fleurs blanches et légères, à étamines saillantes. Rustique jusqu'à -12°C et peu exigeante, cette variété est incontournable dans un jardin sec.

Myrtus communis Pumila - Myrte commun*

Période de floraison Juil. à Sept.

Hauteur à maturité
3.00 m

Ce myrte est un bel arbuste persistant atteignant lentement 3m de hauteur, doté d'un port dense et vêtu d'un petit feuillage vert foncé brillant et aromatique. Il fleurit en plein coeur de l'été, sous forme d'une multitude de petites fleurs de couleur crème teintées de rose, suivies de baies de couleur blanc-vert. Rustique jusqu'à -10°C , cette variété demande un sol non calcaire bien drainé, même sec en été.

Myrtes sud-américaines

Myrtus luma - Myrte du Chili

Période de floraison Juil. à Oct.

Hauteur à maturité
3.00 m

Ce myrte chilien est un grand arbuste persistant un peu frileux, très buissonnant, doté d'une très belle écorce couleur cannelle à orangé qui s'exfolie en dévoilant un bois luisant. Son petit feuillage sombre et aromatique s'enveloppe, du coeur de l'été jusqu'en automne, d'un nuage parfumé de petites fleurs blanc-crème. Il s'épanouit dans un sol frais mais drainé, au soleil ou à mi-ombre.

Myrtus ugni Flambeau - Myrte ugni

Période de floraison Juin à Juil.

Hauteur à maturité
1.10 m

Ce myrte chilien est un petit arbuste persistant un peu frileux, doté d'une délicieuse fructification dont la saveur et le parfum évoquent la fraise des bois. Son petit feuillage panaché de jaune et de crème et très aromatique s'enveloppe, à la fin du printemps, d'un doux parfum émanant de petites fleurs en forme de cloches blanc-rosé. Il s'épanouit en climat océanique doux, dans un sol frais mais drainé, au soleil ou à mi-ombre.

Plantation

Le myrte commun du fait de ses feuilles coriaces résiste bien à la sécheresse. Il pousse dans des sols schisteux, filtrant en hiver mais frais en été, acides et apprécie les conditions fraîches depuis le niveau de la mer jusqu’en moyenne altitude. Il tolère de très courtes gelées de -10°C mais sa sous-espèce tarentina résiste jusqu’à -12°C voire plus.

Les myrtes chiliens et néo-zélandais sont plus exigeants au niveau de l’humidité ambiante. Ils se plaisent particulièrement le long de la côté atlantique ou dans un coin abrité, uniquement ensoleillé le matin. Leur rusticité descend jusqu’à -8 à -10°C pour Luma apiculata, Luma chequen et Ugni molinae et jusqu’à -6°C pour Lophomyrtus ‘Magic Dragon’. Les Lophomyrtus supportent assez bien la sécheresse et il en existe de jolies formes panachées pourpre et crème, idéales pour un sujet en pot que l’on rentre l’hiver.

Dans tous les cas, placez le myrte à l’abri des vents froids.

Plantez le myrte dans un sol léger, bien drainé mais assez frais en été. L’espèce type Myrtus communis tolère peu le calcaire alors que la sous-espèce tarentina, ou les cultivars ‘Alhambra’, ‘Baetica’ (variété naine de 60 cm), ‘Guilli’ (boule de 30-40 cm) tolèrent parfaitement un pH supérieur à 7.

Le myrte possède des propriétés allélopathiques qui empêchent les graines de germer autour tout comme l’Eucalyptus, une autre Myrtacée. Ce caractère est intéressant pour éviter la corvée du désherbage !

Quand planter ?

Plantez les Myrtes de préférence au printemps pour éviter de les confronter à des gels importants avant qu’ils ne s’installent. En climat doux, plantez-le en septembre-octobre afin que les pluies automnales facilitent son enracinement.

Comment planter ?

Pour planter un myrte :

  1. Plongez la motte dans un seau d’eau pour bien l’humecter.
  2. Creusez un trou de plantation, de 50 cm en tous sens ou une tranchée dans le cas d’une haie.
  3. Ajoutez une couche drainante de 10 cm (gravier, sable…) si votre sol est argileux.
  4. Installez la plante dans le trou de plantation.
  5. Rebouchez le trou avec de la terre enrichie de compost et tassez légèrement.
  6. Arrosez copieusement.
  7. Étalez une couche de paillage au pied afin de maintenir une bonne fraîcheur autour des racines. 

Veillez au maintien d’un sol frais au cours des 2-3 premières années qui suivent la plantation.

En bac, veillez à placer une couche drainante au fond puis remplissez avec un mélange de terreau de feuilles, de tourbe ou terre de bruyère et de terreau.

Myrte commune

Jolies fleurs aux étamines incroyables du Myrtus communis ‘Pumila’.

Entretien et taille

Arrosez régulièrement les deux ou trois premières années, en particulier lors des périodes chaudes et sèches. Cet arbuste ne demande pas d’autre entretien, si ce n’est la taille si elle est nécessaire, qui sera légère et pourra se faire en avril et en octobre afin de ne pas compromettre la floraison.

Les jeunes sujets étant plus sensibles au froid, pensez à les protéger avec un double voile d’hivernage à l’approche de l’hiver. Si un hiver rigoureux grille la végétation, un myrte bien installé repart facilement de souche.

En bac, réalisez un apport d’engrais complet au démarrage de la végétation, en mars-avril et /ou surfacez avec du compost à l’automne. Rentrez le pot dans une pièce hors gel, lumineuse et peu chauffée si les gels son à craindre. Réalisez le rempotage au printemps.

Le myrte commun est peu sensible aux maladies et ravageurs.

Multiplication

Le Myrte est un arbuste difficile de multiplication. Il ne se bouture pas très facilement car le bois est dur, vous pouvez toutefois tenter le bouturage sur la période de mai à juillet avec des tiges tendres. Le semis est possible au printemps sous un châssis froid. Il requiert au moins 2 ans de culture avant la mise en place du plant.

Bouturage

Préparez un pot profond en le remplissant de tourbe mélangée à du sable.

  1. Prélevez des boutures à talon en tirant sur la pousse afin d’arracher un bout d’écorce du rameau porteur.
  2. Supprimez les feuilles situées près de la base de la bouture.
  3. Piquez les boutures sur les 2/3 de leur hauteur en évitant qu’elles ne se touchent.
  4. Tassez délicatement tout autour afin d’éliminer les poches d’air et d’assurer un bon contact entre le terreau et la bouture.
  5. Placez-les à l’étouffée à l’ombre à 18°C dans une mini-serre ou en posant une bouteille en plastique transparent recoupée, par-dessus.
  6. Prenez soin d’aérer tous les jours pour éviter la condensation.
  7. Au bout de 2-3 mois, ouvrez la serre ou ôtez la bouteille et placez la culture sous châssis jusqu’au printemps.
  8. Séparez les boutures racinées au printemps pour les planter en pots individuels et pincez les tiges.

Utilisations et association

Les myrtes communs sont des plantes robustes parfaitement adaptées aux jardins secs de style méditerranéen même soumis aux embruns. Formez un damier coloré avec d’autres arbustes comme le grenadier à fleurs ou à fruits, le mimosa des quatre saisons, le Leptospermum, le romarin, la lavande, l’euphorbe characias, les sauges arbustives, les armoises arborescentes ou sur une terrasse bien exposée. Choisissez des variétés peu vigoureuses comme Myrtus communis ‘Pumila’ ou ‘Guilli’ voire ssp. tarentina pour une plantation en pot que vous accompagnez d’agapanthes pour une scène estivale colorée. Tapissez le sol d’une épaisse couche de graviers ou pouzzolane afin de garder la fraîcheur et mettre en relief leurs silhouettes.

En lisière de bosquet ou de sous-bois, il rejoindra l’oranger du Mexique, le Ciste à feuilles de laurier (grand ciste rustique à -15°C), le Cornus sanguinea, l’amelanchier ou encore le fusain d’Europe ‘Red Cascade’.

Le Myrtus est aussi un bon arbuste de haie persistante en climat doux. Dans une haie persistante, il s’associera bien avec d’autres méditerranéennes tolérantes au sol sec et calcaire et à la taille comme le Pistacia lentiscus, le Rhamnus alaternus variegatus, le Phyllirea, le laurier tin…

Le Myrtus de Tarente serait sans doute davantage utilisé dans les petites haies taillées ou libres, et dans l’art topiaire.

Associer myrte commune

Un exemple d’utilisation du Myrtus communis en topiaire sur un tapis lumineux de Sedum reflexum ‘Angelina’.

Le saviez-vous ?

Chez le myrte commun tout en bon : les feuilles fraîches ou séchées, les boutons floraux, les fleurs, les fruits frais ou séchés, les racines et l’écorce.

Les fruits séchés du myrte commun s’utilisent comme le genièvre pour parfumer les pâtés, les sauces mais aussi un bon vin destiné à l’apéritif. La liqueur de myrte (baies macérées dans de l’eau de vie pendant 1 mois à laquelle on rajoute un sirop) se boit très fraîche après un repas pour ses vertus digestives !

L’huile essentielle antibiotique et antiseptique est incorporée aux dentifrices , lotions après-rasage, savons…

L’infusion de feuilles de myrte a des propriétés astringentes et digestives, utilisées notamment pour combattre la diarrhée chez les enfants.

Pour aller plus loin

Découvrez notre large gamme de Myrtes.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)

11 réflexions au sujet de « Myrte, Myrtus : planter, tailler et entretenir »

  • Carrée Françoise

    Bonjour! J'ai depuis 2 ans un myrte "tarentina" qui se développe bien mais ne fait pas de fleurs (une fleur en mai) !!! Par ailleurs, il a tendance à se dégarnir de la base des branches en fin d'été. Je précise que j'habite Aix en Provence, et que l'on arbuste est à mi-ombre (plutôt ombre). Dois-je le placer au soleil? Puis- je le tailler? Merci de votre réponse.

    Répondre
    • Lionel

      Bonjour,

      Vous devez impérativement placer votre arbuste au soleil pour obtenir une belle floraison.
      Il manque de lumière et c'est la raison probable le fait qu'il se dégarni de la base.

      Cordialement

      Lionel

      Répondre
  • Pierre

    Bonjour, j'ai une tendance à confondre le filaire à feuilles allongées et le myrte; les feuilles et les fruits se ressemblent.
    Je fais donc appel à vos connaissances pour dissiper la source d'erreur qui rend les 2 arbustes similaires malgré des appellations différentes. Remerciements

    Répondre
    • Lionel

      Bonjour,

      https://www.promessedefleurs.com/arbustes/arbustes-de-a-a-z/phillyrea-angustifolia-filaria-a-feuilles-etroites.html
      https://www.promessedefleurs.com/arbustes/arbustes-de-a-a-z/myrtus-communis-subsp-tarentina-myrte-commun.html

      Vous avez toutes ces explications sur ces fiches techniques

      Cordialement

      Lionel

      Répondre
  • Carrée Françoise

    Merci Lionel pour vos conseils. Placé au soleil (avec un amendement en poudre d'os), mon myrte a effectivement fleuri cet été. Début timide, mais prometteur!

    Répondre
  • Vanessa

    Bonjour j'ai acheté 1 myrte microphylla il y a 2 mois. Mais il semble avoir séché...les feuille tombent par dizaines et elles font ce bruit de feuilles sèches...je sais pas collent le sauver? Est il trop tard? Il est dans 1 pièce très lumineuse et de temps en temps je le met au soleil sur le balcon. Je n'ai pas mis d engrais, je n en ai pas, lequel faudrait? Merci de vos conseils ?

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour,
      Il s'agit d'une plante d'extérieur qui doit être cultivée au jardin ou en grand pot sur le balcon ou la terrasse. Je pense tout simplement qu'elle souffre de l'ambiance trop asséchée de votre appartement. Pour sauver votre myrte, une seule solution : la mettre dehors ! Cordialement, Ingrid

      Répondre
  • Laurence J

    Bonjour,
    Je souhaiterai déplacer mon myrte pour l'intégrer dans une haie bocagère.
    Est ce encore possible, sans risque ?
    Faut-il que je le taille avant ?
    merci de vos conseils

    Répondre
    • Virginie

      Bonjour,
      Il vaudrait mieux procéder à l'automne. Pour le mettre en forme, vous pourrez rabattre les tiges après la floraison. Vous disposerez un paillage après la transplantion.
      Cordialement,
      Virginie

      Répondre
  • louise

    bonjour, merci pour toutes ces informations précieuses!
    j'ai acheté une myrte que j'ai mise en pot sur un balcon ensoleillé mais très exposé au vent, et je crains de ne pas l'avoir assez arrosée, elle a complètement séché en 15 jours.
    puis-je avoir l'espoir de la sauver en la coupant à ras?
    Merci de votre réponse!

    Répondre
    • Virginie D.

      Bonjour,
      Oui, vous pouvez essayer de la rabattre, essayez de la mettre dans un coin moins exposé aux vents desséchants et arrosez (en laissant sécher le substrat entre deux arrosages).
      Cordialement Virginie

      Répondre
Laisser un commentaire