Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Marronnier, aesculus hippocastanum : planter, cultiver et entretenir

Les Aesculus en quelques mots...

  • Les marronniers sont de beaux arbres, bien connus pour leur fruits, les marrons parfois confondus avec les châtaignes,
  • On connait bien le marronnier d’Inde, mais il existe d’autres espèces et variétés plus compactes
  • On plante ces arbres ou arbustes pour leur feuillage de couleur changeante et pour leur floraison spectaculaire
  • Les marronniers et les paviers aiment pousser au soleil ou à la mi-ombre, ils apprécient les sols riches, profonds et frais
  • La floraison attire de nombreux papillons

Le mot de notre expert

Ah les Aesculus… Ces charmants arbres et arbustes sont… Comment ça : quoi ? Ah oui, c’est vrai qu’on les appelle rarement par leur nom de genre… Mais si je vous dis « pavier » ou surtout « marronnier ». Ah voilà ! Cela vous parle déjà plus.

Le plus célèbre d’entre eux, le marronnier d’Inde, que l’on retrouve dans nos parcs et le long des avenues, est bien trop imposant pour s’offrir une place dans nos jardins malgré sa floraison spectaculaire. Pas de panique cependant, d’autres Aesculus bien plus compacts existent.

Comme le simple mais toujours efficace Pavier blanc ou Aesculus parviflora, qui forme un buisson plus large que haut avec un feuillage d’abord bronze puis vert foncé et enfin jaune en automne. Ou bien un sympathique marronnier nain Aesculus mutabilis ‘Induta’, un arbuste caduc à couronne arrondie qui ne dépassera jamais 2,50 m de hauteur, avec un feuillage palmé d’un beau vert tilleul servant d’écrin à une superbe floraison printanière en forme de chandelles rouges à rose saumoné. On peut citer encore un autre marronnier tout à fait étonnant : l’Aesculus neglecta ,qui lui est un petit arbre mais à croissance lente et qui ne dépassera pas dix mètres de haut, superbe au printemps avec ses jeunes feuilles bronze-cuivrées qui virent au vert clair en été, avant de prendre sa parure d’automne d’un rouge-orangé flamboyant.

En bref, ne vous arrêtez pas au marronnier d’Inde lorsqu’on vous parle d’Aesculus. Il en existe plusieurs espèces et variétés différentes qui peuvent être accueillies sans problème dans les plus petits jardins. Ils possèdent chacun leurs atouts : feuillage, forme et floraison.

Tous les marronniers doivent être plantés au soleil ou à la mi-ombre. Ces arbustes ou petits arbres aiment pousser dans n’importe quel sols pourvu qu’ils soient suffisamment riches, profonds et restant frais.

A noter que la floraison des Aesculus n’est pas là que pour faire jolie car les fleurs parfumées attirent de nombreux papillons et autres insectes butineurs.

Botanique et description

Fiche d'identité

Nom latin : Aesculus sp.

Famille : Sapindacées

Noms communs : Marronnier, Pavier

Floraison : d'avril à juin selon les espèces

Hauteur : de 2 m à 30 m en fonction des espèces

Exposition : soleil ou mi-ombre

Sol : drainé, plutôt riche et frais

Rusticité : au moins -15°C

Le genre Aesculus comprend une trentaine d’espèces d’arbres ou d’arbustes caducs dont une grande partie sont originaires  d’Amérique du Nord : ce sont dans ce cas les paviers. Les autres espèces proviennent d’Europe et d’Asie tempérée : ce sont les marronniers. Autrefois, le genre était inclus dans la famille des Hippocastanacées mais, désormais et selon la classification issue de l’APG III, le genre est classé dans la famille des Sapindacées : rien à voir avec les sapins mais ce nom se rapporte au genre Sapindus, l’arbre à savon en Asie.

Le marronnier d’Inde, l’arbre dont on pense immédiatement lorsqu’on parle de marronniers, est un arbre imposant pouvant atteindre 40 mètres de haut et développant une cyme globuleuse sur un haut tronc. A côté de ce géant, on retrouve aussi des marronniers nains ou paviers souvent originaires d’Amérique du Nord ne dépassant pas parfois deux mètres de haut et au port très arrondi.

L’écorce est de couleur brun-gris et lisse (ex : Aesculus indica) ou au contraire fissurée (ex : Aesculus X carnea) en fonction des espèces. Les bourgeons sont brun-rougeâtres, parfois visqueux et protégés par deux couches d’écailles.

Le feuillage est caduc, opposé et longuement pétiolé. Les feuilles sont composées de 5 à 7 folioles pétiolées (munies d’un pétiole) ou sessiles (sans pétioles). Ces folioles sont, en fonction des espèces, oblongues (plus longues que larges et arrondies aux extrémités) à elliptiques (longueur double de la largeur et extrémités effilées), souvent dentelées au revers glabre et poilus au niveau des nervures. Les folioles centrales sont plus longues que les latérales, l’ensemble de la feuille faisant ainsi songer à une main. Au débourrement, les feuilles peuvent être de teinte rosée puis deviennent bien verte en été pour enfin prendre des teintes chaudes en automne : jaune, orange et même rouge en fonction des espèces et des variétés.

maronnier

Aesculus hippocastanum – illustration botanique

Les inflorescences particulières des Aesculus sont appelées : thyrses. Ces thyrses dressés et pyramidaux se développent au printemps (entre avril et juin). Sur un même pied, on peut retrouver des fleurs hermaphrodites mais aussi des fleurs mâles ou des fleurs femelles : c’est ce qu’on appelle la trimonécie. En réalité, les fleurs mâles possèdent des pièces florales femelles avortées et vice-versa. Les marronniers et les paviers sont entomogames, ils ont besoin des insectes pour être pollinisé. Voilà pourquoi les fleurs produites sont très parfumées et nectarifères.

Chaque fleur se compose d’un calice en forme de cloche à 5 dents inégales. La corolle est constituée de 4 à 6 pétales inégaux de couleur blanche, jaune, rose ou rouge et souvent tachetés pour deux d’entre eux :  les taches jaunes des pétales deviennent rouges quand la fleur est pollinisée, cela indique à l’insecte butineur que cette fleur ne produira plus de nectar et qu’il est inutile de la visiter. Les insectes en effet voient la couleur jaune mais pas le rouge. Les étamines sont au nombre de 5 à 9 et plus ou moins longues selon l’espèce. Le reste de la fleur est constitué d’un pistil à 3 carpelles, soudés et surmontés d’un style aussi long que les étamines et d’un stigmate aigu ou bifide. 

Les fruits issues de la fécondation sont en réalité des capsules sèches déhiscentes : les  bogues correspondent à l’enveloppe du fruit,  et proviennent de la transformation de la paroi des carpelles (remarque : la bogue des châtaigniers, quant à elle, est issue de la transformation des bractées de la fleur). Ces bogues sont différentes selon les espèces : parfois hérissées de pointes ou simplement lisses, et de forme ovale, ronde ou pyriforme (en forme de poire). Les bogues contiennent une graine (parfois deux mais c’est rare) : le marronDéhiscentes, elles s’ouvrent en général par 3 fentes correspondant au nombre de carpelles. La dispersion est, vous l’aurez compris, barochore, c’est-à-dire que le fruit tombe par gravité juste au pied de la plante mère. Sauf si vous avez gardé l’habitude depuis l’enfance de remplir vos poches de marrons et… de les perdre un peu partout par la suite.

La croissance de ces arbres et arbustes est, sauf exception, assez rapide. Les arbres peuvent vivre entre 200 et 300 ans, tandis que les arbustes ont une durée de vie moyenne d’environ 50 ans. La maturité sexuelle chez le marronnier d’Inde se situe aux alentours de 15 à 20 ans.

aesculus

Fruits du Marronnier : les fameux marrons et leurs bogues !

Courte présentation des principales espèces

Aesculus hippocastanum

Le marronnier d’Inde est très utilisé comme arbre d’alignement ou grand arbre de parc. Paradoxalement, il est assez sensible à la pollution urbaine, sans compter les maladies qui l’affecte. C’est un arbre assez haut, jusqu’à 30 m à cime étalée arrondie. La floraison, de mai à juin, est parfumée et de couleur blanc jaune puis rouge orangé.

maronnier

Aesculus x carnea

Ce marronnier est un hybride entre Aesculus hippocastanum et Aesculus pavia, apparu au début du XXe siècle. C’est un arbre plus petit que le marronnier d’Inde, environ 9 m de haut, mais il supporte mieux la sécheresse que celui-ci. Le feuillage est de couleur vert moyen avec des bourgeons poisseux. La floraison est de couleur rose et arrive en mai-juin.

maronnier

Aesculus pavia

Ce petit marronnier ou plutôt pavier, est originaire de l’est des États-Unis et de culture facile. Il est assez rustique pour être cultivé partout chez nous. C’est un arbre de 7 m de haut ou un arbuste de 3 m selon la variété. Le feuillage est constitué de petites feuilles à 5 folioles d’un fabuleux rouge à l’automne. En juin, une flopée de fleurs tubulaires écarlates fait son apparition.

maronnier

Aesculus parviflora

Le Pavier blanc est originaire du sud-est des États-Unis, de la Géorgie à la Floride. C’est un marronnier drageonnant qui forme un gros arbuste dense et arrondi pouvant atteindre 4 m de large sur 2,50 m de hauteur. Les feuilles caduques naissent teintées de bronze puis deviennent vert foncé avant de virer au jaune d’or à l’automne. En juin-juillet, de splendides épis dressés de 30 cm de haut à l’allure de chandelier et de couleur blanche avec des étamines rouge vif apparaissent. Elles attirent d’ailleurs de nombreux papillons. A noter, que les marrons sont petits à la peau brun clair et sont enfermés dans une bogue en forme de poire, non épineuse.

maronnier

Aesculus indica

Cet arbre pousse sur les pentes de l’Himalaya et est une espèce menacée dans son milieu naturel.  Il est parfaitement rustique et pousse facilement jusqu’à une hauteur de 20 m. Les fleurs estivales sont fines et d’un blanc rosé.

maronnier

Aesculus californica

Ce petit arbre résiste particulièrement bien à la sécheresse. Sa taille relativement petite, jusqu’à 5 m, permet de le cultiver dans des petits jardins.  Le feuillage est vert grisâtre et les fleurs sont parfumées et de couleur crème teintées de rose.

maronnier

Aesculus flava

C’est un grand marronnier surnommé le marronnier jaune à cause de ses fleurs… jaunes. Il peut mesurer en culture jusqu’à 25 m de haut pour 15 m d’étalement.

maronnier

Aesculus mutabilis

L’Aesculus (x) mutabilis est un hybride entre l’Aesculus sylvatica, très compact, originaire des forêts appalachiennes des Etats-Unis, et  l’Aesculus pavia. C’est un petit marronnier arbustif de 2 m de hauteur et de 2 m d’envergure, parfaitement rustique.  Ses feuilles caduques sont de couleur vert tilleul à reflets bleutés et se colorent superbement de jaune ou d’orangé-rose en automne. Les petites fleurs, apparaissant de mai à juin,  sont de couleur rose foncé à saumon, la couleur saumonée étant due à la présence de petites zones jaunes à leur extrémité.

maronnier

Aesculus neglecta

L’Aesculus (x) neglecta est un hybride horticole récent qui possède les mêmes parents que l‘Aesculus hybride cité précédemment. Il est pourtant bien différent. Ce marronnier de taille moyenne forme un tronc surmonté d’une couronne arrondie pour atteindre en 10 ans, la taille de 6  m de hauteur pour 3 m de large. Les jeunes pousses, remarquablement colorées, se déploient en  grandes feuilles palmées qui virent rapidement au vert clair. Dès la moitié du mois de septembre, cet arbuste recouvre son manteau automnal de couleur rouge-orangé. Les  inflorescences, en forme de petites panicules dressées de 10 à 15 cm, éclosent entre mai et juin. Les fleurs sont de couleur jaune pâle, puis foncent en rose saumoné.

maronnier

Nos meilleures variétés

Aesculus pavia Koehnei - Marronnier d'ornement

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
3.00 m

Cet arbuste est un marronnier nain, compact et de croissance lente. Il fleurit en mai-juin, sous forme de panicules dressées de couleur rose foncé à saumoné. Son feuillage palmé, bronze au débourrement, devient vert jusqu'en fin d'été, avant de virer au rouille en automne.

Pavier blanc - Aesculus parviflora en pot de 4L/5L

Période de floraison Août à Sept.

Hauteur à maturité
3.00 m

L'Aesculus parviflora ou Pavier blanc, est un arbuste originaire du Sud-Est des États-Unis, parfaitement rustique, au feuillage d'abord bronze puis vert foncé et enfin jaune à l'automne. L'arbuste se pare de panicules de fleurs blanches, à l'aspect plumeux à la fin de l'été.

Maronnier nain - Aesculus mutabilis Induta

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
2.25 m

Adorable arbuste caduc à couronne arrondie, ce marronnier nain ne dépassera pas 2m de hauteur. Son feuillage palmé, découpé en 5 grandes folioles d'un vert tilleul, sert d'écrin à une superbe floraison printanière en forme de chandelles rouges à rose saumoné suivie par la formation de petits marrons ovales.

Marronnier d'ornement Autumn Fire - Aesculus neglecta

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
9.00 m

Bel arbre d'ornement, ce marronnier est de croissance lente et n'atteint que lentement 6 à 8m de hauteur. Superbe au printemps avec ses jeunes pousses bronze-cuivré, il vire au vert clair en été, avant de prendre sa parure d'automne d'un rouge-orangé flamboyant. Il fleurit en mai-juin, sous forme de chandelles jaune pâle devenant roses.

Plantation

Où planter votre marronnier ?

En règle général, les marronniers ou les paviers se plantent dans n’importe quel sol profond bien drainé et restant frais même en été.

Ils sont tous assez rustiques pour pouvoir pousser n’importe où en France et en Belgique mais ils redoutent les bords de mer à cause des embruns. Ils ont une préférence pour les zones avec des saisons bien marquées : hiver froid et été chaud.

Les marronniers se plantent au soleil ou à la mi-ombre. Seul les Paviers blancs peuvent prospérer à l’ombre totale.

Remarque : comme pour tous les arbres, prévoyez son développement et choisissez judicieusement votre marronnier en fonction de sa taille et de celle de votre jardin.

Quand planter votre marronnier ?

Les marronniers se plantent de préférence en automne (novembre) ou en hiver en dehors de périodes de gel. Une plantation au printemps pour les marronniers américains peut être envisagée.

Comment planter votre marronnier ?

  • Plongez le pot de votre nouvel Aesculus dans un seau d’eau durant quelques minutes pour réhumidifier la motte
  • Creusez un trou deux fois plus profond et plus large que le volume de la motte de l’arbre
  • Jetez une ou deux poignées de compost bien mûr dans le fond du trou
  • Si votre terre est lourde, vous pouvez y apporter quelques graviers pour améliorer le drainage
  • Commencez à « détruire » un peu la motte pour dégager les racines. Faites cela à la main délicatement ou avec une petite griffe pour ne pas abîmer les racines
  • Posez le restant de la motte au fond du trou en déployant bien les racines
  • Remplissez le trou avec la terre extraite et préalablement ameublie
  • Tassez délicatement la terre autour de l’arbre avec vos mains (pas avec les pieds !)
  • Apportez au pied un arrosoir de 10 litres d’eau pour réduire le risque de « poches d’air » entre les racines et la terre
  • Appliquez un paillage pour protéger le jeune arbre de la sécheresse ou plantez au pied de l’arbre directement quelques petites plantes couvre-sol (Bugle rampante, aspérule, Glechoma, Geranium macrorrhizum, …)
maronnier

Superbe Aesculus californica en situation

Entretien et soins

Entretien

Pensez à arroser régulièrement votre marronnier durant les premières années qui suivent son installation. Ces arbres ou arbustes redoutent la sécheresse du sol.

Taille

Taillez simplement les branches gênantes ou qui se croisent et les drageons éventuels sur certaines espèces (Pavier blanc notamment). Évitez de sectionner des branches d’un diamètre supérieur à 5 cm. Les marronniers réagissent mal aux tailles, souvent drastiques en milieu urbain. Ils forment de gros bourrelets cicatriciels mais l’intérieur du tronc ou de la branche pourrit facilement. Prudence donc… Le mieux est de choisir un emplacement suffisant pour accueillir un marronnier de taille adulte ou de choisir une espèce à développement plus petit.

Maladies et nuisibles éventuels

Contrairement aux autres Aesculus qui ne contractent quasiment pas de maladies ou ne sont pratiquement pas attaqués par des ravageurs, l’Aesculus hippocastaneus ou Marronnier d’Inde est lui confronté à quelques soucis…

  • Chancre bactérien du marronnier

Cette maladie décime les marronniers de nos villes et est causée par une bactérie nommée Pseudomonas syringae. Cette pathologie se retrouve surtout sur les marronniers issus de pépinières (donc à faible brassage génétique), ceux ayant subit un stress (stress hydrique, pollution, chocs aux racines) ou ceux ayant souffert d’une taille inadaptée.  Les symptômes sont multiples : débourrement ralenti, retard de croissance, présence de chancre suintant et enfin dessèchement du feuillage sur une partie de l’arbre ou la totalité. Pour l’instant divers traitements sont testés, sans réelles avancées mais l’idéal est d’offrir aux marronniers un environnement sain et des soins adéquats en amont. Ainsi, le risque de dépérissement sera minime.

  • Cochenilles

La cochenille Pulvinaria regalis se retrouve souvent sur les marronniers, sans causer de réels dégâts. N’y faites pas attention !

  • Maladie des taches rouges

Lors de printemps humides et frais, le marronnier d’Inde est parfois sensible à la maladie des taches rouges ou black-rot. En début d’été, des taches foliaires d’abord jaune puis brune auréolées de jaune apparaissent. Elles sont rapidement suivies du dessèchement et de la chute du feuillage.

Cette maladie est surtout problématique pour les jeunes arbres.

aesculus black rot

Maladie des taches rouges du Marronnier (Guinardia aesculi sur Aesculus hippocastaneum)

  • Mineuse du marronnier

La Mineuse des feuilles du marronnier (Cameraria ohridella) est un lépidoptère (papillon) originaire des Balkans qui occasionne des dégâts importants sur les marronniers d’Inde, mais aussi parfois sur les Aesculus pavia. Les chenilles creusent des galeries dans les feuilles formant des taches brun roux aboutissant à la chute du feuillage au cours de l’été. La ponte est réalisé en 1 à 3 générations d’avril à la fin de l’automne. Les chenilles se développent puis se nymphosent à l’intérieur des feuilles durant l’hiver pour sortir « papillon » au printemps et recommencer le cycle. Le meilleur moyen de lutter contre ce papillon est de privilégier un jardin accueillant pour les oiseaux insectivores (mésanges notamment) et, dans les cas les plus graves, de ramasser et brûler les feuilles pour éliminer les chrysalides.

Multiplication du marronnier

Par semis

En octobre-novembre ou en mars, vous pouvez semer les « marrons » dans un substrat maintenu humide et assez léger : 40% terreau, 40% pouzzolane ou sable et 20 % terre franche. Une fois la germination démarrée, en début de printemps, la plantule va développer un pivot important avant de se ramifier. Votre jeune pousse devra être placée à la mi-ombre et à l’abri du vent. Ne laissez pas ce jeune marronnier trop longtemps en pot, l’idéal est de le planter en début d’automne qui suit à un endroit ensoleillé.

Par greffe

Pour reproduire les cultivars, on peut réaliser la multiplication à l’aide d’une greffe en écusson sur un Aesculus franc (porte-greffe). La technique est assez compliquée et n’est à réserver qu’aux professionnels.

Par séparation des drageons

Dans le cas des paviers la germination est assez longue mais heureusement, l’arbuste produit des drageons que l’on peut séparer de la plante-mère en novembre ou en mars. Il suffit pour cela de creuser autour de l’arbuste en dégageant un ou plusieurs drageons que vous sectionnerez à la bêche ou au sécateur.

Associations au jardin

Des idées pour l’automne…

L’Aesculus pavia ‘Koehnei‘ est un ravissant pavier qui se révèle surtout en automne lorsqu’il a l’occasion de nous offrir son feuillage d’un bel orange vif. Pour l’accompagner, rien de tel qu’un petit arbre originaire lui aussi du continent Nord-américain en la présence d’un Franklinia alatamaha. Cet arbre a disparu à l’état naturel mais persiste dans les parcs et les jardins grâce à des passionnés. Non content de nous offrir un feuillage rouge-orangé en automne, il s’offre même le luxe de nous éblouir par une floraison très tardive, parfois même jusqu’aux gelées, dont les fleurs ressemblent à celles d’un camélias à fleurs simples : blanches avec des étamines d’or. Au pieds de nos deux compères, un tapis de Cornus canadensis, l’un des rares représentants du genre qui soit une vivace, sera du plus bel effet. En automne, ces petits cornouillers miniatures ne passent pas inaperçus lorsque les bractées blanches ont laissé place aux fruits rouges et que le feuillage prend des teintes pourpres. Quelques touffes ça et là de Canches cespiteuses ‘Goldschleier’ apporteront de la légèreté avec leurs grandes inflorescences en panicules lâches où se mêlent l’or et l’argent. Et pour terminer… Si on tentait des bergénias ? Non, attendez, ne fuyez pas ! Il existe désormais de très belles variétés qui n’ont plus rien à voir avec les bergénias d’antan. Comme cette superbe variété nommée ‘Eden’s Dark Magic’ dont le feuillage luisant vert foncé mais liseré de pourpre prend, en automne, des teintes de pourpres et de bruns tout à fait spectaculaires.

Ou pour le printemps…

Mais les Aesculus sont aussi plantés pour leur floraison spectaculaire comme ce petit arbre à croissance lente qu’est l’Aesculus neglecta ‘Autumn Fire’. Son nom, vous l’aurez compris, lui vient de son feuillage automnal orange feu mais il est tellement beau aussi au printemps lorsque ses jeunes feuilles débourrent dans des tons bronze-cuivrés. S’ensuit rapidement une floraison d’abord jaune pâle puis saumon au fil des jours. C’est véritablement un bijou à isoler… ou pas. Car bien accompagné, il sera encore plus beau ! Quelques arbustes au feuillage de couleur jaune doré répondront parfaitement au jeune feuillage et aux fleurs du marronnier : comme un Cornus alba ‘Aurea‘, un grand classique indémodable et toujours beau de janvier à décembre, ainsi qu’une poignée de Spirée japonaise ‘Magic Carpet’ en bordure. Une touche de bleu sera parfaite pour contraster avec tous ces précédents éléments. Comme notre exclusivité : l’Hydrangea macrophylla ‘The Original’ à fleurs bleues, un hortensia très robuste et très florifère. Un feuillage bleu vous tente ? Est-ce qu’un petit Picea pungens ‘Glauca Globosa‘ pourrait vous ravir ? Ce petit conifère est une merveille au printemps lorsqu’il prend ses teintes bleutées.

Questions fréquemment posées par les jardiniers

Je n'ai qu'un petit jardin. Puis-je planter un marronnier chez moi ?

Et bien oui ! De nombreuses espèces américaines et asiatiques ne dépassent pas les 3 m de haut pour les plus petits d'entre eux. Certains finissent par former des petits arbres comme l'Aesculus neglecta mais ils poussent lentement et restent de dimension modeste.

On m'a dit que les marronniers étaient souvent malades ? Est-ce que c'est vrai ?

En réalité, c'est surtout l'Aesculus hippocastanum, soit le marronnier d'Inde, qui souffre de nombreuses maladies et soucis de ravageurs. Tous les autres sont bien moins problématiques et sont des arbres et arbustes sans soucis.

Le saviez-vous ? à completer

  • Les fleurs des Aesculus sont nectarifères et mellifères mais ce n’est pas tout, les écailles des bourgeons fournissent aux abeilles de la propolis : une substance résineuse qui leur permet de calfeutrer leurs ruches, de colmater les fissures et de fixer les rayons de cire.
  • Les botanistes s’arrachèrent les cheveux durant longtemps pour savoir d’où pouvait provenir le marronnier d’Inde. Si bien qu’une expédition fût envoyée en Inde au XIXe siècle à la recherche des origines de l’arbre. Sans réel succès, bien que l’Aesculus indica, un proche parent, pousse bel et bien dans l’Himalaya depuis l’Afghanistan et le Pakistan jusqu’à l’ouest du Népal.
  • Le marronnier d’Inde connut un tel engouement qu’un recensement datant de 1870 démontre que près de 80 % des arbres, qui ont été plantés dans les espaces publics de Paris, étaient des marronniers d’Inde.
  • Le nom de genre Aesculus signifie en réalité « succulent », ce qui est paradoxal pour des arbres et arbustes dont les fruits ne sont pas comestibles.
  • Le fruit contient de la saponine et on en a tiré, durant la Seconde Guerre mondiale, un succédané de savon. Durant cette guerre, les marrons servaient également à préparer une fécule nourrissante pour les humains, après traitement pour enlever les tanins et cette saponine. Encore aujourd’hui, en France, on récolte les marrons pour la préparation d’extraits secs.
  • L’Aesculus parviflora est introduit en Angleterre au XVIIIe siècle grâce au botaniste britannique John Fraser après son premier voyage en Amérique et devient rapidement une plante que l’on s’arrache dans les pépinières. Tant et si bien qu’elle finit par obtenir le Mérite de jardin de la Royal Horticultural Society (RHS).
  • Si vous vous retrouvez dans une joute d’énigmes, vous pouvez toujours lancer cette redoutable énigme pour vous en sortir : « Qu’est-ce qui est petit et marron ? » La réponse étant bien évidement : un marron.

Ressources utiles

Retrouvez vite notre sélection d’Aesculus dans notre pépinière en ligne !

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire