Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Buis : plantation, taille, entretien

Le buis en quelques mots

  • Le buis est un bel arbuste caractéristique des jardins à la française : un grand classique, élégant, indémodable!
  • Avec son feuillage dense et persistant, aussi attractif l’hiver que l’été, il est l’incontournable de l’art topiaire
  • Très accommodant, rustique, il tolère une large gamme de sols et d’expositions,
  • Grâce à la taille, le buis prend la forme que vous voulez : boule, haie, sculptures végétales, bordure
  • Extrêmement graphique, cet arbre de légende est idéal pour structurer de façon permanente jardins et terrasses d’inspiration classique ou contemporaine
  • Malheureusement, il est actuellement très vulnérable face à la pyrale présente dans de nombreux départements français

Le mot de notre experte

Le Buis est l’arbuste qui caractérise le mieux le jardin à la française ! Avec son petit feuillage vernissé, cet arbuste persistant, décoratif toute l’année, est le roi de l’art topiaire pour former des sculptures végétales grâce à la taille mais également des bordures basses ou des haies taillées aux formes régulières. Ces dernières années, il a fait son entrée également dans des jardins plus paysagés et moins dessinés.

Des variétés naines aux petits arbres pouvant atteindre les 2 m de hauteur, il existe différentes sortes de buis. Le plus cultivé dans nos jardins est sans aucun doute le Buxus sempervirens ou buis commun, que nous vous proposons en buis ‘boule’ ou en version panachée. A l’état sauvage, le buis est un arbuste capable d’atteindre 4 et 6 mètres de haut.

Le buis possède un bois remarquablement dur très recherché depuis l’antiquité pour fabriquer instruments de musique, outils…

Très résistant aux maladies, rustique, il est se moque littéralement du sol qui l’accueille, du froid et pousse en toute situation ensoleillée ou mi-ombragée. Longtemps considéré comme increvable, le buis est néanmoins de moins en moins planté, en grande partie à cause de la pyrale du buis qui affaiblit ou détruit de nombreux sujets chaque année.

Comment sauver un buis jauni, comment se taille le buis ou comment replanter un buis, découvrez les conseils de nos experts jardin et notre sélection de buis qui allient sobriété et robustesse.

Indémodable, en haie libre ou taillée, en arbuste libre, en topiaire ou en bonsaï façonnés par la main du jardinier, le buis se prête à toutes vos envies !

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Buxus

Famille : Buxacées

Noms communs : Buis

Floraison : avril-mai

Hauteur : 0,30 à 10 m

Exposition : Soleil, mi-ombre, ombre

Sol : tous types de sol

Rusticité : -15°C

Le Buis, en latin Buxus est un arbuste de la famille des Buxacées, comme le Sarcococca et le Pachysandra, originaire du bassin méditerranéen mais aussi d’Asie mineure où il pousse jusqu’à 1600 m d’altitude. On le rencontre à l’état sauvage sur les coteaux arides et calcaires de Corse comme dans certaines régions situées au nord de la Loire, notamment en Allemagne, en Angleterre, au sud de la Belgique, au Luxembourg et en Suisse. Son aire de répartition géographique est très vaste, le rendant capable de s’adapter à tout type de sol et de climat.

Si le genre Buxus compte environ 30 espèces, la plus cultivée dans nos jardins est sans aucun doute le Buxus sempervirens, le buis commun et ses nombreux cultivars tels que ‘Elegans’, à feuillage panaché ou encore ‘Suffruticosa’, le buis à bordure. On rencontre également le Buxus microphylla, le buis à petites feuilles, et sa variété la plus connue ‘Faulkner’ un incontournable en topiaire ou en bonsaï et de la culture en pot.

De croissance vraiment très lente, le buis forme à partir d’un réseau de racines fines et très ramifiées, un arbuste persistant, décoratif toute l’année, dont la taille varie de quelques dizaines de centimètres pour les espèces naines à 5 m de haut pour les espèces les plus hautes. Il présente un port dense, plus ou moins compact, buissonnant, très ramifié et homogène qui se prête à toutes les tailles, des plus géométriques aux plus fantaisistes et à l’art topiaire; ainsi vous pourrez aussi bien le maintenir en bordure basse ne dépassant pas 15 cm de hauteur comme d’en faire de spectaculaires spirales ou pyramides de 2 m de hauteur ou des figures animalières.

buis

Buxus sempervirens – illustration botanique de P.J. Redouté

Son extraordinaire lenteur à croître n’a d’égal qu’une remarquable longévité : le buis ne pousse que de 5 à 10 cm par an mais vit très longtemps, on rencontre de nombreux buis plus que centenaires dans les grands parcs à la française. Un buis demande des années pour obtenir la forme définitive souhaitée. Le Buxus balearica ou « buis de Mahon » se distingue par une croissance plus rapide.

Le bois du buis d’une couleur blanc-jaunâtre est d’une dureté et d’une densité remarquables, il est l’un des plus denses du règne végétal (juste derrière l’ébène).

Le feuillage vert sombre, luisant, persistant et coriace toute l’année constitue le principal attrait de cet arbuste. Il se compose d’une multitude de petites feuilles opposées alternent, portées par des rameaux de section carrée recouverts d’une écorce lisse gris clair. Lancéolées, ovales ou arrondies, elles sont très légèrement échancrées à leur extrémité et mesurent de 2 à 4 cm de long et dégagent une odeur  typique, parfois jugée désagréable. Le Buxus microphylla possède des feuilles plus petites. Généralement vert clair à vert émeraude, vernissé au revers plus clair, elles sont plus étroites et largement marginées de blanc chez le Buis sempervirens ‘Elegans’ et chez le Buxus microphylla ‘Golden Dream’. Le Buxus sempervirens ‘Myrtifolia’ se distingue par ses feuilles ovales ressemblant à celles des myrtilles.

En automne ou en hiver, parfois plus tôt, sous l’effet du gel, le feuillage prend une coloration bronze ou orangée. Le feuillage du buis est changeant ; dans les endroits humides ou ombragés, il sera d’un vert plus sombre, tandis que dans les endroits très secs, et ensoleillés, il prendra des tonalités plus claires.

Ces belles touffes buissonnantes intéressantes pour leur feuillage se dotent au printemps d’une floraison assez insignifiante sans grand intérêt ornemental. De mars à avril selon le climat, des fleurs très discrètes apparaissent regroupées en glomérules à l’aisselle des feuilles. Chaque grappe est composée de plusieurs fleurs mâles groupées autour d’une fleur femelle. Ces inflorescences étoilées de couleur crème exhibent un bouquet d’étamines jaunes et rappellent celles de la fleur d’oranger. Elles sont odorantes, très mellifères et nectarifères et très convoitées par les abeilles.

Elles sont suivies par la formation de petits fruits, des capsules à 3 cornes renfermant des graines noires et brillantes mûres en fin d’été, facilement disséminées par les fourmis. Ces fruits exsudent un suc dont les abeilles font un délicieux miel.

De culture facile, rustique jusqu’à -15-20°C, le buis a sa place dans toutes nos régions et tolère à peu près toutes les conditions de terrain et d’exposition, préférant toutefois une terre neutre ou légèrement calcaire, riche et drainée. De croissance lente, le buis est la plante indispensable pour confectionner des bordures de toutes tailles et peut même se cultiver en pot. Avec sa silhouette toujours verte, il donne également de la structure aux massifs, souligne les allées et peut délimiter les carrés de plantes dans les jardins structurés.

buxus

Buis taillé en boule

Le buis est la plante la plus prisée dans l’art topiaire, car il se prête à toutes les tailles, classiques, modernes ou animalières.

A Pâques, à l’occasion de la « fête des Rameaux », comme pour l’olivier, on fait bénir le buis pour symboliser l’immortalité et la résurrection. On peut également faire des décoctions de feuilles de buis et on le trouve sous forme de gélules de poudre de feuilles, appréciées pour leurs vertus drainantes.

Le bois du buis a toujours été très recherché par les tourneurs et les sculpteurs qui l’apprécient une fois poli, pour la confection de toupies, flûtes, manches d’outils…

Principales espèces et variétés

On trouve principalement le Buxus sempervirens et ses nombreux cultivars qui se distinguent essentiellement par la couleur, la forme et la taille des feuilles. Certaines sont parfaitement adaptées à l’art topiaire, d’autres sont idéales pour les pots ou pour les bordures basses ou moyennes.

Les plus populaires

Buis de haie - Buxus sempervirens Suffruticosa en godet

Période de floraison Jan.

Hauteur à maturité
70 cm

Très compacte, de croissance plus lente, c'est la variété naine du buis commun la plus couramment utilisée pour confectionner des bordures basses.

Buis bordure - Buxus sempervirens godet de 9 cm

Période de floraison Jan.

Hauteur à maturité
1.50 m

C'est le buis commun. Polyvalent, il se prête très bien aux bordures comme à la taille en boule, pyramide ou autre.

Buis boule - Buxus sempervirens diamètre 20cm


Hauteur à maturité
1.50 m

Buis - Buxus microphylla Faulkner

Période de floraison Avril à Mai

Hauteur à maturité
1.00 m

Un petit buis parfaitement adapté aux petits espaces et à l'art topiaire. Son port naturellement dense, compact et dressé, se se prête à toutes vos envies !

Nos préférées

Buis commun panaché - Buxus sempervirens Elegans

Période de floraison Avril à Mai

Hauteur à maturité
1.50 m

Une très belle sélection, parfaite pour éclairer les zones ombragées du jardin. Il formera de jolis buissons lumineux toute l'année. Il se taillera ou gardera une forme libre selon vos envies.

Plantation

Où planter le buis ?

Rustique jusqu’à -15-20°C, le Buis se plante théoriquement partout en France. Néanmoins, si votre région est touchée par la pyrale, nous ne pouvons vous conseiller sa plantation et vous invitons plutôt à vous orienter vers ses alternatives. Pour les découvrir, rendez-vous dans cet article : Quels arbustes pour remplacer le buis ?

Il se montre vraiment très accommodant et s’adapte à tout type de sol, de climat et à toutes expositions. Il préfère une exposition au soleil, même s’il poussera aussi à la mi-ombre ou à l’ombre. Malgré un feuillage épais qui résiste même aux incendies, il pourra redouter les expositions trop brûlantes qui risqueraient de le faire jaunir, dans nos régions les plus chaudes. Il se développera plus vigoureusement dans les endroits ombragés.

Il s’accommode de tout type de sol, même argileux mais s’installera plus rapidement dans une terre neutre ou légèrement calcaire, riche, bien drainée car il ne supporte pas les terrains où l’eau stagne durant la période hivernale car il est assez sensible aux champignons. Au Nord de la Loire, évitez de planter des buis en situation trop ombragée où les maladies cryptogamiques liées à l’humidité se développeraient plus rapidement.

Extrêmement graphique, le buis forme tout au long de l’année de jolies touffes vertes dans de grandes ou petites bordures très graphiques, en guirlandes dans des haies basses bien régulières pour délimiter des espaces dans un jardin structuré, pour combler les vides dans un massif. Il s’adapte aussi dans une zone un peu sauvage du jardin, sous les grands arbres par exemple. Il est indispensable pour composer la structure d’un jardin à la française.

Dans les jardins de curé ou dans un potager, il peut délimiter les carrés de plantes aromatiques. Il peut aussi être cultivé en pot sur la terrasse ou le balcon pour sa forte valeur décorative toute l’année. Coriace, il tolère parfaitement la pollution et trouvera facilement sa place dans les jardins de ville.

Quand planter le buis ?

La plantation du buis se fait au printemps de février à mars après les gelées ou à l’automne de septembre à novembre en climat chaud.

Comment planter des Buis ?

En pleine terre

Pour composer une bordure de buis, comptez 5 godets au mètre, soit tous les 15 à 20 cm. Pour une haie, espacez les pieds de buis de 60 cm à 1 m environ. Il lui faut un bon drainage, car ses racines n’aiment pas l’humidité stagnante. Dans un massif, n’hésitez pas à les grouper par 3 ou 5 pour créer un bel effet de masse.

  • Creusez un trou plus large que profond, car les racines du buis sont superficielles
  • Décompactez bien la terre
  • Étalez des graviers sur 10 cm d’épaisseur au fond du trou de plantation
  • Placez la motte
  • Comblez avec la terre extraite additionnée d’un mélange terreau et de tourbe
  • Tassez puis arrosez

En pot

La plantation du Buis en pot est classique, dans un contenant en terre cuite, en céramique ou en pierre, large et profond, plantez votre buis dans un mélange à parts égales de terre de jardin et de terreau. Le buis ne supporte pas d’avoir les pieds dans l’eau: tapissez le fond du pot d’une couche de gravier ou de billes d’argile. Tassez et arrosez. Il formera un buisson permanent sur une terrasse ou un balcon de préférence ombragés afin d’éviter trop de chaleur aux racines et de faire griller ses feuilles.

Comment entretenir un buis ?

Hormis une taille régulière, le buis ne demande que très peu d’attention.

En pleine terre

Veillez à l’arroser les premières années suivant la plantation. Au sud de la Loire, et en cas de sécheresse prolongée, arrosez plus régulièrement, tous les 15 jours au printemps et une fois par semaine en été.

En cas de temps chaud et sec, offrez-lui un paillis organique et arrosez plus généreusement.

En pot

En pot, le buis ne craint ni le gel ni la sécheresse passagère, il pourra donc passer l’hiver à l’extérieur sans problème. Dans les régions les plus rudes, placez de préférence le pot à l’abri des gels extrêmes. Au printemps et à l’automne, apportez un engrais « spécial buis ». En été, ne laissez pas trop la motte s’assécher.

Rempotez à l’automne ou au printemps tous les 3 à 5 ans dans un pot plus grand.

Quand et comment tailler le buis ?

Avec sa végétation compacte et toujours verte, le buis peut être conduit avec rigueur et persévérance ou tout simplement laissé libre. Il est l’arbuste le plus prisé pour tous les types de sculptures végétales, des plus simples aux plus complexes, animalières, géométriques ou fantaisistes.

→ Pour tout savoir, découvrez notre fiche conseil : Buis : quand et comment le tailler ?

Maladies du buis

Le buis est plutôt robuste mais peut être sujet à certaines maladies et parasites. Observez régulièrement vos buis, histoire de repérer le plus rapidement possible la présence d’un parasite pour pouvoir intervenir en conséquence. Attention : le buis craint les désherbants.

Les parasites du buis

Parmi son ennemi public numéro un, la pyrale du buis, une chenille qui provoque des dégâts considérables, finissant par faire dépérir totalement le buis. Arrachez les plants les plus atteints et remplacez-les par des arbustes équivalents moins sensibles.

pyrale

Chenille et papillon du la fameuse pyrale du buis

La cochenille-virgule, un insecte au corps en forme de virgule s’amasse en colonies sur les rameaux qui finissent par jaunir puis dépérir.

Pour combattre la Psylle du buis qui laisse un amas cotonneux blanc sur les jeunes pousses, faîtes des pulvérisations de purin d’ortie ou de prêle, efficaces par leur effet répulsif.

La Cécidomyie du buis ou mouche du buis est un véritable fléau qui se nourrit de la sève et provoque des boursouflures décolorées sur les feuilles qui prennent une teinte jaune orangé.

Le tétranyque du buis, un acarien repérable aux stries argentées qu’il laisse sur le feuillage.

Le Phytopte du buis, un autre acarien qui cause une déformation des jeunes pousses et une formation de galles.

Contre ces espèces d’acariens, il est possible de traiter à l’aide d’un acaricide.

Maladies du buis

Le buis est également menacé par le Cylindrocladium buxicola, un champignon qui entraîne des taches brunes et rondes sur les feuilles et des stries noires sur les tiges puis un dépérissement en seulement quelques jours. Les feuilles finissent par se dessécher complètement et tomber, le buis meurt subitement en quelques semaines : évitez les sols mal drainés, arrosez au pied et non sur les feuilles, taillez les tiges malades jusqu’à une zone saine, brûlez-les. Volutella buxi, est un autre champignon parasite du buis, qui provoque également des dépérissements foliaires, un jaunissement des feuilles par touffes et des lésions sur les rameaux. Traitez comme pour le Cylindrocladium buxicola.

Ces deux champignons du buis se développent lorsque le climat est humide.

Un fongicide est idéal pour enrayer ces maladies cryptogamiques du buis, vous pouvez éventuellement pulvériser du soufre en prévention.

La rouille se manifeste par l’apparition de petites tâches brunes sur le jeune feuillage surtout si en cas d’été humide. Sans conséquence, elle est surtout inesthétique. En préventif, traitez avec une solution de purin ou de décoction de prêle.

Autres symptômes du buis

Sous l’effet d’un gel intense, les jeunes pousses peuvent jaunir à la suite d’une gelée printanière entraînant une décoloration et un brunissement spectaculaire mais sans conséquence : de nouvelles feuilles remplaceront le feuillage abîmé.

A savoir :  il existe des traitements bio pour traiter vos buis. Cependant, face aux difficultés que posent désormais les buis au jardin, découvrez notre sélection d’arbustes qui constituent d’excellentes alternatives aux buis.

Multiplication du buis

Si les semis de buis sont possibles uniquement pour les espèces type, ils exigent énormément de patience. Le bouturage reste la méthode la plus simple pour multiplier le buis.

  • En fin d’été, prélevez des rameaux aoûtés de 10 à 15 cm de long
  • Supprimez les feuilles du bas des tiges
  • Enfoncez ces boutures aux ¾ en caissette ou dans des godets remplis de terreau et de terre
  • Maintenir le substrat humide tout l’hiver
  • Gardez sous-châssis froid et repiquez en plaine terre au bout d’une année ou deux, l’enracinement du buis étant très lent

Associer le buis au jardin

Taillé au cordeau ou laissé libre, classique ou fantaisiste, par sa facilité à être taillé, le Buis offre une infinité de possibilités au jardinier. Le Buis taillé a toujours une présence forte au jardin. Les réelles qualités graphiques du buis s’imposent naturellement dans la conception d’un jardin contemporain, tout en sobriété.

Dans une zone un peu sauvage du jardin, il formera également de jolis buissons verts toute l’année. Il aura également sa place dans les jardins de curé pour délimiter les carrés potagers, de plantes aromatiques ou de fleurs à couper. La permanence rassurante du buis structure durablement un massif au tracé géométrique, marque les allées, borde une terrasse. Sa silhouette persistante ponctue toujours le paysage dans un jardin ou en pot sur une terrasse où il permet de créer des effets de symétrie parfaite.

Il est parfait pour confectionner de véritables guirlandes végétales, se fondre dans la masse pour mettre en valeur toutes les plantes voisines. Dans un jardin de ville, il remplacera avantageusement les haies de thuyas ou de troènes. Le buis permet de conserver un beau jardin même en hiver.

Dans les massifs d’arbustes, le buis peut être associé à des plantes plus épanouies et à des feuillages plus légers comme ceux des céanothes. L’aspect strict des buis y contrastera avec d’opulents rosiers, des vivaces ou annuelles un peu folles comme les achillées, les asters, les cosmos, les cléomes, les Coreopsis. Dans un jardin graphique jouez les contrastes de formes avec des graminées comme Stipa tenuifolia, Gigantea, pennisetum. Peu encombrant, le buis permet également de combler les vides dans un massif.

Il peut aussi être accompagné par des conifères nains ou d’autres petits arbustes comme le houx crénelé, les Euonymus fortunei et japonicus pour créer des buissons de verdure persistants dans un massif épuré et moderne. Dans une bordure, il pourra alterner avec des Cotonéaster.

Dans une jolie scène de sous-bois, il émergera d’un tapis de lierre ou de Vinca Minor, jouxtera un Pachysandra et servira d’écrin aux Bruyères d’hiver, Heuchères et aux petits bulbes de printemps ou d’été.

Dans un jardin zen ou japonais, des buis aux formes très arrondies, voisineront avec un Ilex crenata taillé en arbre à nuages (Niwaki) et avec un bambou non traçant comme le Fargesia murielae ‘Bimbo‘, des petits acer palmatum et des Herbes du Japon. Avec son beau feuillage panaché, le Buis sempervirens ‘Elegans’ sera magnifique aux côtés d’un Choisya ternata ‘Sundance’.

Le saviez-vous ?

Le Buxus sempervirens fut sans doute l’arbuste le plus prisé dans les jardins à la française aux XVIIe et XVIIIe siècles et notamment par Le Nôtre, jardinier de Louis XIV qui l’introduit largement dans les jardins du château de Versailles. L’usage du buis s’est ensuite généralisé dans les jardins bourgeois comme dans les jardins anglais.

La taille du buis a été élevée au rang d’art-l’art topiaire- et fait encore de nos jours le succès des jardins de Villandry ou Gourdon. Oublié aux XVIIIe et XIXe siècles, l’art topiaire a retrouvé ses lettres de noblesses ces dernières années, ré-inspirant les paysagistes contemporains, ce même dans nos petits jardins de ville.

Questions souvent posées par les jardiniers

Mon buis jaunit : que faire ? 

Plusieurs causes expliquent le jaunissement d'un buis: champignons pathogènes ou présence de chenilles.
En cas de maladie cryptogamique : pulvérisez du soufre en préventif, surtout par temps frais et humide.
Autre cause de jaunissement, et pas des moindres : la pyrale du buis qui se nourrit des feuilles et entraîne la mort de vos buis. Elle se combat par une pulvérisation de Bacillus thuringiensis, suivez tous nos conseils pour lutter contre cet insecte dévastateur dans notre fiche dédiée.

Ressources utiles

 

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire