Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
arbres à port retombant
conseil

Les arbres à port pleureur

Notre sélection d'arbres à port retombant

Les arbres pleureurs offrent une silhouette à la fois singulière et mélancolique. A l’image du romantique saule pleureur, ils présentent une ramure souple et très retombante, leur conférant un atout charme incontestable. Il existe de nombreux arbres pleureurs, caducs ou persistants, dont les plus courants se retrouvent chez les saules, les bouleaux et les cèdres, mais aussi des poiriers, cytises et autres sapins.

Leur port unique, leur ramure irrégulière les fait souvent adopter en plantation isolée pour les mettre en valeur. Ils seront présents dans de grands ou petits jardins, car ils présentent, selon les variétés et les obtentions horticoles, des dimensions bien différentes, les plus grands d’entre eux ayant parfois besoin de « béquilles » pour supporter leur incroyable ramure.

Voici quelques petits bijoux que je vous invite à découvrir, pour orner de grands parcs ou jardins et des espaces bien plus restreints.

arbres pleureurs, port pleureur, pendula

Magie du Saule pleureur, éclat printanier d’un Prunus pendula ‘Beni Shidare’ (© Wendy Cutler), et port énigmatique d’un Cedrus atlantica ‘Glauca Pendula’

Le Sophora japonica ‘Pendula’ : une bien charmante pagode

Aussi appelée Pagode japonaise ou arbre aux pagodes, le Sophora japonica est un grand arbre de forme arrondie dont le nom invite au voyage. Voici une forme aux rameaux flexibles et très retombants qui permet d’inviter chez soi cet arbre admirable : Sophora japonica ‘Pendula’. Avec ses rameaux très longs et sa silhouette irrégulière et étalée, il ne manque pas de charme ni d’élégance, et apporte une vraie curiosité dans un jardin. Vous pourrez même créer une belle tonnelle estivale en taillant quelques branchages. Le feuillage caduc est vert foncé, composé de folioles mesurant environ 25 cm de long. Sa charpente et le tronc deviendront de plus en plus tourmentés avec l’âge, ce qui rajoute à son attrait. Attention, tout comme l’espèce type, Sophora japonica ‘Pendula’ ne fleurira qu’au bout d’une vingtaine d’années. Installez-le en isolé pour un bel effet, dans les grands ou moyens jardins (il mesure de 3 à 5 m de haut sur 3 à 4 m d’envergure).

arbres ombrage petit jardin

Sophora japonica ‘Pendula’, port et feuillage

→ En savoir plus sur le Sophora dans notre dossier complet : Sophora, planter, cultiver 

Le Cedrus atlantica 'Glauca Pendula’ : une crinière bleue d'exception

Le Cèdre de l’Atlas pleureur est un arbre d’exception, dont le port est remarquablement étalé et fortement pleureur avec un feuillage bleuté ployant jusqu’au sol. C’est un conifère de croissance lente, qui pousse sur un tronc court, en formant une végétation atypique de branches retombant au sol en arceaux de façon irrégulière. Il convient de l’aider dès son jeune âge grâce à une armature afin de le soutenir et le diriger. C’est en prenant de l’âge qu’il prend toute sa superbe, atteignant des dimensions majestueuses (environ 4 m de haut sur 8 de long), mais à 10 ans il mesure généralement de 1,50 à 2 m de haut, proportions qu’il garde souvent. Il se plaira idéalement en sol sec au soleil, mais accepte aussi des sols un peu plus frais s’il bénéficie de chaleur en été. Il mérite un emplacement isolé dans votre jardin, et si vous avez une grande pièce d’eau sera magnifique planté à son bord, apportant beaucoup de romantisme.

arbres pleureurs, port pleureur, pendula

Cedrus atlantica « Glauca Pendula » (© Jim the Photographer)

Le Cercidiphyllum japonicum ‘Pendulum’ : un petit arbre bijou

L’arbre au caramel séduit énormément par son feuillage, notamment ses sublimes couleurs automnales. Cet arbre de taille moyenne a été décliné en variété pleureuse avec Cercidiphyllum japonicum ‘Pendulum’, ce qui permet de l’introduire dans des espaces plus petits, puisqu’il mesure à l’âge adulte de 5 à 6 m de hauteur. Son port étalé est très généreux, tel une cascade végétale, avec une cime en dôme ravissante, et un grand feuillage arrondi comme l’espèce type vraiment séduisant. Il change de couleurs au fil des saisons, c’est tout l’intérêt de ce petit arbre passant du rosé au jaune orangé puis au rouge en automne, saison où il exhale un parfum de caramel, une attachante personnalité. Extrêmement rustique et ne nécessitant pas d’entretien particulier, sans exigence sur le type de sol, se plaisant au soleil ou à mi-ombre, c’est une essence qu’il est urgent de découvrir pour votre jardin !

arbre au caramel, arbres pleureurs, port pleureur, pendula

Cercidiphyllum japonicum ‘Pendulum’ (© Wendy Cutler) et son feuillage automnal

Le Laburnum alpinum ‘Pendulum’ : pluie d’or printanière

Les Cytises sont de splendides petits arbres caducs à l’impressionnante floraison jaune d’or au printemps. Ils ont tous plus ou moins un petit côté pleureur, donné par leur ramure et leurs grappes pendantes de fleurs rappelant celles de la glycine, mais en un jaune vif ultra lumineux.  Le Cytise des Alpes ou Laburnum alpinum ‘Pendulum’ est un cultivar qui présente une silhouette encore plus pleureuse, vraiment superbe, et de longues grappes de fleurs entre 20 cm 40 cm de long apparaissant vers le mois de mai. Restant de taille très modeste (2,50 m en tous sens à maturité), vous pouvez l’installer au soleil dans tout type de sol. On aime ce petit arbre pour sa rusticité et sa facilité de culture. Il est ravissant planté en isolé près d’un passage souvent emprunté pour profiter de ce port magique, ou bien en petit groupe de trois sujets, ou encore pour constituer une allée ou mini voûte enchanteresse au printemps, sous laquelle se diffuseront ses effluves divines. 

Laburnum anagyroides et Laburnum watereri ‘Vossii’ sont deux autres magnifiques Cytises que je vous conseille, un peu moins pleureuses certes, dont la taille atteint 5 m de haut, également d’intérêt.

arbres pleureurs, port pleureur, pendula

Le Salix caprea ‘Kilmarnock’ : remarquable du printemps à l’hiver

Le Saule marsault pleureur aussi rencontré sous les appellations de Salix caprea ‘Pendula’ ou saule à chatons pleureur possède un des ports pleureurs les plus singuliers, et de nombreux atouts pour qui recherche un arbre décoratif : d’abord de silhouette très étroite, il prend une forme pleureuse plus étalée, magique, avec des rameaux bruns pourprés retombants gracieusement jusqu’au sol. Quand il se couvre de chatons jaunes pâles à dorés sur le bois nu courant entre février et mars, il est féérique (ce cultivar ne porte que des fleurs mâles… donc de très beaux chatons) ! Le feuillage d’été, de couleur verte foncée est finement dentée, se pare de coloris jaunes à l’approche de l’automne. En hiver, son port est sculptural. Il est l’allié des petits jardins… et des terrasses contemporaines par son allure ultra graphique et sa taille modeste permettant de l’installer en bac. Moins contraignant que le saule type, il est sans réelle exigence, et demandera juste une exposition bien ensoleillée si possible.

arbres pleureurs, port pleureur, pendula

Salix caprea ‘Kilmarnock’

Le Betula pendula ‘Youngii’ : élégance et légèreté

La plupart des bouleaux greffés sont des arbres naturellement pleureurs avec leur fine et légère ramure retombant gracieusement presque jusqu’au sol. Une des variétés particulièrement ornementale de par son port parasol est le bouleau pleureur ‘Youngii’. Il possède non seulement une belle silhouette pleureuse avec une cime arrondie, mais aussi une superbe écorce lisse blanchâtre caractéristique du genre (elle s’exfoliera avec le temps), une ramure rouge brunâtre et un feuillage léger d’un vert tendre, virant dans des tons jaunes en automne. Avec une hauteur adulte entre 3 et 6 m, il convient à des jardins de taille moyenne. Betula pendula ‘Youngii’ apporte une belle note romantique au jardin, et une allure hivernale également mystérieuse. Enfin, il s’utilise bien en petit arbre d’ombrage, avec sa feuillaison légère. Complètement rustique, vous pouvez l’implanter vraiment partout en France.

arbres pleureurs, port pleureur, pendula

Betula pendula ‘Youngii’ (© Wendy Cutler)

Le Prunus subhirtella pendula ‘Rubra’ : romantique à souhait

Voici un petit arbre grandement ornemental par sa floraison printanière très abondante sur le bois nu, et son port pleureur présentant des rameaux retombants en cascade. Prunus subhirtella ‘Pendula Rubra’ est implantable en petit ou moyen jardin puisqu’il mesure à terme 4 m de haut sur 3 à 4 m de large. Sa ramure pleureuse se dévoile peu à peu en automne quand les feuilles prennent une belle couleur jaune orangée. C’est l’arbre à la silhouette parfaite, légèrement tortueuse, conservant des dimensions modestes pour de nombreux petits jardins. La floraison d’abord rose pâle devient rose soutenu à mesure que les fleurs s’épanouissent. Il est peu exigeant sur la nature du sol, et s’avère à la fois élégant et robuste dans tout l’hexagone. Il s’intègre particulièrement bien dans des environnements bucoliques.

Si vous avez un faible comme moi pour les Cerisiers du Japon pleureurs, Prunus serrulata ‘kiku shidare zakura’ est un autre cultivar absolument gracieux, se couvrant lui de grandes fleurs roses doubles.

Prunus pleureur, arbres pleureurs, port pleureur, pendula

Prunus subhirtella ‘Pendula’ Rubra

Le Pyrus salicifolia ‘Pendula’ : un petit air d’olivier… plus rustique

Le nom latin de ce poirier nous renseigne facilement : il s’agit là d’un poirier à feuilles de saules et à port pleureur. Une bizarrerie botanique ? Non, juste un hybride obtenu par greffage, assurément intéressant par ses multiples qualités ornementales : Pyrus salicifolia ‘Pendula’ fleurit fin avril jusqu’à juin selon les régions, se couvrant de délicates fleurs blanches groupées en bouquets terminaux, son feuillage est superbe, étroit et d’une belle couleur argentée, faisant un peu penser à un olivier. Et surtout, il offre une silhouette très particulière portant de longs rameaux retombant jusqu’au sol. Autres atouts de ce poirier pas comme les autres, il supporte bien la pollution urbaine et son feuillage gris argenté s’adapte complètement aux embruns et la chaleur, voire la sécheresse. Une vraie trouvaille pour votre petit jardin !

arbres pleureurs, port pleureur, pendula

Pyrus salicifolia ‘Pendula’ (© Wendy Cutler)

Le Picea abies 'Inversa' : une forte personnalité, érigée ou rampante

Les Epicéas ont aussi une forme pleureuse avec Picea abies ‘Inversa’ : ce conifère devient un arbre presque colonnaire quand on maintient son tronc par une armature, et il reste de port étalé et rampant sans le subterfuge d’un tuteur. Cela en fait un conifère vraiment intéressant, que vous pourrez ainsi guider à votre guise, avec des branches qui invariablement retombent et enserrent fortement le tronc ou couvrent le sol en de longues traines d’un vert vif. Il peut donc être planté en isolé pour profiter de son allure surprenante qui ne laisse pas indifférent, ou bien dans un massif de rocaille ou un grand talus. Conduit en arbre, il atteindra 6 à 8 m de haut pour 2 m de large, croissant plus vite en terrain frais. Il apprécie le soleil ou la mi-ombre, supporte bien la taille, est complètement rustique… un conifère à ne pas oublier si vous voulez apporter un peu d’originalité et de caractère dans votre jardin !

arbres pleureurs, port pleureur, pendula

Picea abies ‘Inversa’ (© FD Richards)

→ En savoir plus avec notre fiche complète Epicéas, planter, tailler, entretenir

Le Morus alba ‘Pendula’ : un original pour petit jardin

Voici un autre petit arbre idéal en petit jardin, ou constituant un point focal sur une grande pelouse : le Murier blanc pleureur possède un charme indéniable, en toutes saisons, par sa ramure dense formant une masse très graphique même au cœur de l’hiver, et son feuillage retombant en rideau végétal très compact du printemps à l’automne. II présente une cime arrondie et un port irrégulier avec ses longues branches souples, des feuilles vertes dentées, et mesure de 4 à 6 m de haut pour une envergure similaire. Les fruits sont ceux du murier classique, sous forme de drupe ressemblant à des framboises blanches, très prisées des oiseaux. Il se plait indifféremment au soleil ou à mi-ombre, est parfaitement rustique, et vraiment pas difficile sur le sol.

Mûrier pleureur, arbres pleureurs, port pleureur, pendula

Morus alba ‘Pendula’, à droite au printemps avant l’apparition du feuillage (© Gwenaëlle David)

Mais encore...

Vous n’avez pas trouvé votre bonheur dans cette sélection ?

Allez donc voir du côté de ces somptueux arbres à feuillage caduc : Salix sepulcralis ‘Chrysocoma’, Ulmus glabra pendula, Corylus avellana ‘Pendula’, Nyssa sylvatica pendula, Fagus sylvatica (et purpurea) ‘Pendula’, Fraxinus excelsior var Pendula, Acacia pendula, ou Hamamelis japonica ‘Pendula’.

Si ce sont les conifères qui vous séduisent, certaines espèces se distinguent également : Cedrus deodora ‘Pendula’, Chamaecyparis nootkatensis ‘Pendula’ pour grands jardins, Tsuga canadiensis ‘Pendula’, Abies alba ‘Pendula’ et Picea Abies « Pendula’.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire