Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Hellébore fétide, de l'intérêt de persévérer

Collectionneuse dans l’âme, j’ai expérimenté bon nombre de plantes dans mon jardin. Souvent avec succès, parfois avec échec, surtout dans ma folle jeunesse. Cependant, aussi pénibles soient-ils, les échecs font partie intégrante de la vie du jardinier. On n’y échappe pas et on perd tous une plante un jour ou l’autre, quelle que soit la raison. J’ajouterais que ce n’est pas toujours notre faute, n’est-ce pas ?

Un jardin d’expérience

Parcourir les fêtes des plantes me donne toujours le sourire jusqu’aux oreilles. J’aime aller à la rencontre de pépiniéristes passionnés et passionnants, dénicher de petites pépites tels le Mahonia nitens ou encore le lilas de Perse, ramenés de Saint-Jean de Beauregard en septembre dernier. Rien n’est trop beau pour mon jardin ! Seulement voilà, une fête des plantes demeure pour moi un lieu de perdition. Toutes ces belles plantes un rien aguicheuses murmurent en boucle : « Adopte-moi ! » Comment résister ? Alors, de temps en temps, je cède à l’une ou l’autre et je teste. Évidemment, n’allez pas croire que je teste des plantes dont je suis certaine qu’elles ne tiendront pas. Il est hors de question de planter un bananier ou un oranger sur le sol ardennais !

La plante au bon endroit

Depuis des années, je cherche l’endroit adéquat pour un Hellébore fétide. Je sais qu’il se plaît beaucoup dans d’autres jardins où il se ressème à foison. Mais dans mon jardin, il m’aura fallu plusieurs essais infructueux. L’Hellébore fétide est bien rustique, ce n’est pas le problème. En revanche, il redoute l’eau stagnante. C’est là que le bât blesse ! La terre est lourde et des sources souterraines font qu’elle reste humide toute l’année. J’en conviens, c’est une bénédiction en été mais le jardin devient marécageux par endroits en hiver.

Jolies clochettes de l'Hellébore fétide qui, je vous rassure, ne sent pas mauvais tant que l'on ne froisse pas le feuillage !

Essai 1 

J’ai d’abord essayé près de mon Cornus alba ‘Sibirica’. Je souhaitais marier ses rameaux rouges aux inflorescences vert pâle bordées de pourpre de l’Hellébore. L’endroit est légèrement caillouteux mais je pense que le drainage n’était pas suffisant et il n’a donc pas passé son premier hiver.

Essai 2

Le second essai était entre les racines d’un cerisier à fleurs... nouvel échec. L’endroit ne lui convenait visiblement pas non plus, il est parti rejoindre le plantouille paradise.

Essai 3

Ne m’avouant pas vaincue, j’essaie au pied d’un érable negundo, près du ruisseau. La terre ne doit pas être trop sèche en profondeur et l’érable pompe tout l’excès d’eau, je tente une dernière fois. La belle était en fleur lors de sa plantation. L’hiver passé, la plante mère avait elle aussi trépassé mais… elle s’était ressemée ! Plein de bébés qui ont parfaitement résisté l’hiver dernier et l’un d’eux m’offre ses jolies clochettes en ce moment même.

Il ne faut jamais désespérer !

Je pense que maintenant les plantes vont s’approprier l’espace. A proximité, j’ai planté l'année dernière un Mahonia media ‘Charity’. Ce n’est pas l’association que j’espérais au départ mais je suis certaine que ce sera très joli aussi. L'Hellébore 'Pirouette' et de petites primevères les accompagnent.

Les couleurs de la fin d'hiver/début de printemps : Mahonia media 'Charity', Helleborus foetidus, Primula vulgaris, Helleborus x ericsmithii 'Pirouette'

D’autres plantes sont également présentes à cet endroit mais en fleurs plus tard dans la saison : Rosier liane 'Paul's Himalayan Musk' parti à l'assaut de l'érable, Geranium macrorrhizum ‘White Ness’, Brunnera macrophylla ‘Jack Frost’, Geranium phaeum ‘Album’, Rosa rubrifolia, Aster ‘Pink Buttons’ et Miscanthus sinensis ‘Red Chief’ vers le côté du massif le plus ensoleillé. Sans oublier les Narcisses poeticus Actaea que j’adore, en compagnie de muscaris, rejoins de quelques tulipes botaniques 'Peppermint Stick'. Oui, il y a du monde !

Il ne reste plus qu’à patienter que tout cela gagne en maturité.

Et vous ? Est-ce qu’il y a une (des) plante(s) que vous avez tentée plusieurs fois sans succès ?

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(1 votes, moyenne: 5 sur 5)

6 réflexions au sujet de « Hellébore fétide, de l'intérêt de persévérer »

  • marie

    J'ai du mal à croire que cette plante ne pousse pas partout !!! J'en ai une dans un pot depuis 5 années après déménagement et elle repousse toujours de plus en plus belle...j'ai même pu la diviser et en replanter sans aucun soin dans la terre du jardin qui lui même n'est guère entretenu ! Par contre, je ne savais pas que ça sentait mauvais, je vais la regarder d'un autre oeil ;)
    Bonne continuation

    Répondre
    • Virginie D.

      Bonjour Marie,
      Et oui, comme je le disais, c'est parfois rageant de voir qu'une plante tant désirée se plait (limite increvable) chez d'autres et chez soi, pas moyen. D'un jardin à l'autre (même proches), une plante peut se plaire où pas. Et même (j'ai eu le cas), en déplaçant une plante qui végète 50cm plus loin, ça peut tout changer ! ^^ C'était un exemple parmi d'autres… Autre exemple : le romarin, je n'ai pas encore trouvé le moyen de le garder en vie alors que dans le jardin d'un village pas loin, il y en a un énorme dans une petite auge en pierre.
      Cordialement Virginie

      Répondre
  • Capucine

    Bonjour Virginie,
    Pas de problème chez moi avec les différentes variétés d' hellébores en revanche comme vous je suis à la recherche de la variété de romarin qui s'adapterait chez moi. Je pense que la nature très acide du terrain ne lui convient pas. J'ai réussi après plusieurs essais à acclimater du thym en testant une variété que m'avait proposé un producteur collectionneur. Je ne désespère pas de voir un jour un pied de romarin pour terres acides. Rêvons

    Répondre
    • Virginie D.

      Bonjour Capucine,
      Oui, une terre franchement acide, ce ne doit pas être facile non plus ! C'est quel thym, vous savez son nom ? Ca pourrait intéresser d'autres lecteurs qui sont dans votre cas… ;-) Bon, pour le romarin, je ne perds pas espoir ! Je vais retenter, il faut juste que je trouve une auge en pierre et lui mettre un substrat ultra-mega-drainant ! :P Vous avez essayé le romarin en pot ?
      Clt Virginie

      Répondre
  • capucine

    ouf après maintes recherches (plusieurs cahiers dans lesquels je note mes achats ) j'ai retrouvé le nom du thym que Promesse de fleurs a aussi en vente. C'est le thym nitens
    https://www.promessedefleurs.com/vivaces/vivaces-aromatiques/thymus-nitens-thym-luisant.html
    Il est planté dans mon jardin du Sud-ouest à mi-ombre dans une terre sableuse et il se porte comme un charme et comme il est chez moi un peu envahissant , j'en fais profiter d'autres personnes.
    Je ne plante plus en pot car chez moi les aromatiques ont leur place dans les massifs pour des raisons ornementales et répulsives et j'ai décidé de planter le romarin sur un talus et pas ailleurs. Je vais y arriver ......ou pas

    Répondre
Laisser un commentaire