Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Orme, Ulmus : planter, tailler et entretenir

L’Orme, en quelques mots

  • Les ormes proposés en pépinière sont des arbres très ornementaux, assez compacts, destinés à des jardins modestes, et de culture facile.
  • Arbres ou arbustes, ils se reconnaissent à leurs feuilles moyennes dissymétriques et doublement dentées qui déclinent de chaudes couleurs automnales et à leurs rameaux fins et sinueux.
  • L’orme champêtre fournissait un bois d’œuvre comparable à celui du chêne. Très répandu autrefois, il a quasiment disparu de nos campagnes et villes, décimé par la maladie de la graphiose.

Le mot de notre experte

L’Orme appelé Ulmus, en latin a bien failli disparaître de notre paysage en raison des ravages causés par la maladie de la graphiose. On s’en remet petit à petit en favorisant l’implantation de variétés hybrides résistantes ou l’installation de sujets de faible dimension, moins sensibles aux vecteurs de la maladie. Ulmus hollandica ‘Jacqueline Hillier’ est un exemple de petit orme très ornemental par son port tourmenté et ses couleurs d’automne et facile à vivre.

Les ormes sont des arbres ou arbustes caducs qui ont une silhouette et des branches au graphisme intéressant. Les rameaux plats présentent deux rangées de feuilles d’assez petite taille, finement dentées, torsadées et dorées chez Ulmus x hollandica Wredei, d’un vert sombre qui vire au jaune orangé chez Ulmus x hollandica ‘Jacqueline Hillier’. Ulmus minor var. suberosa est par ailleurs une forme rare et singulière de l’Orme champêtre, trésor de notre flore indigène, qui s’en distingue par une croissance très lente et un développement réduit allant jusqu’à 7 m de hauteur sur 3 de large. L’écorce de ces rameaux se hérisse avec le temps de curieuses crêtes liégeuses de couleur gris-brun, particulièrement visibles après la chute des feuilles qui déploient de splendides couleurs automnales avant de tomber.

Parfaitement adaptés à nos climats, les ormes s’accommodent d’une large gamme de sols neutres à basiques y compris lourds, calcaires et secs, et conviennent aux jardins de toute taille, faisant même le bonheur des amateurs de bonsaï.

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Ulmus

Famille : Ulmaceae

Nom commun : Orme

Floraison : mars

Hauteur : entre 2,50 et 30 m

Exposition : soleil

Sol : tout sol drainé à humide, même calcaire

Rusticité : Excellente (-25 °C)

Le genre Ulmus réunit de 20 à 40 espèces selon les classifications, composées d’arbres ou arbustes caducs, très rustiques, tous originaires de l’hémisphère nord tempéré : Europe, Chine, Japon et Amérique du Nord. Les ormes appartiennent à la famille des Ulmacées comme le Zelkova et anciennement le Micocoulier (Celtis). En France, l’orme était un arbre très utilisé le long des routes et des avenues à l’instar du platane aujourd’hui, dès le XVIe siècle mais qui a subi à plusieurs reprises les affres d’une terrible maladie, la graphiose de l’orme appelée aussi Maladie hollandaise.

L’orme forme un bel arbre en isolé muni d’une large couronne en dôme maintenu par de grosses branches mais aussi un imposant arbre forestier capable d’atteindre 30 à 40 m de hauteur. Il était en effet apprécié pour son bois d’œuvre avant que la maladie de la graphiose ne le décime et a beaucoup servi dans la fabrication de pièces d’artillerie lors de la guerre de cent ans. Un orme est en mesure de dépasser 500 ans. En Europe, se côtoyaient trois espèces d’orme : Ulmus glabra (Orme des montagnes, Orme blanc), Ulmus procera (Orme d’Angleterre, Orme rouge) et Ulmus minor (Petit orme) sachant que les dénominations scientifiques comme vernaculaires ont souvent été confondues.

L’écorce gris brun des ormes devient cannelée et se crevasse verticalement ou de manière oblique avec l’âge. Des espèces comme Ulmus procera  présentent quelquefois des crêtes liégeuses sur les rameaux, devenues un caractère particulièrement remarquable chez Ulmus minor var. suberosa. Les ormes ont la particularité d’avoir la pousse terminale qui avorte, cédant la place à un bourgeon latéral pour assurer le prolongement de la branche d’où la sinuosité de ses rameaux.

orme

Ulmus glabra – illustration botanique

Les rameaux grêles latéraux présentent une ramification en arête de poisson qui donne un style très graphique. Les bourgeons écailleux sont ovoïdes et asymétriques.

Les ormes sont généralement caducs mais les espèces asiatiques sont semi-persistantes. Les feuilles simples de forme ovale pointue à l’extrémité sont alternes et disposées sur 2 rangs le long du rameau. Le limbe épais, doublement denté, et marqué de nervures parallèles (parfois ramifiées) présente une dissymétrie à la base qui permet de différencier l’orme du charme ou du hêtre sans laisser de doute. Les feuilles sont rêches ou pubescentes avec un court pétiole doté de stipules (feuilles minuscules) qui tombent rapidement. Le limbe est à 3 pointes et le pétiole presque absent chez Ulmus glabra, ses pousses portent des poils rudes et l’arbre ne présente aucun drageon contrairement à Ulmus minor et Ulmus procera. Ce dernier se distingue par ses rameaux pubescent parfois ornés de crêtes liégeuses.

La floraison irrégulière paraît avant la pousse des feuilles sous forme de grappes de fleurs sans pétales vert pourpre, sur les rameaux de 1 ou 2 ans. Les fleurs sont pollinisées essentiellement par le vent mais certaines espèces comme Ulmus procera sont totalement infertiles.

Aux fleurs succèdent des fruits ailés bicolores, les samares, rouge clair au centre et vert-jaune tilleul en bordure qui virent au brun à maturité. Ils sont formés d’une graine entourée d’une aile membraneuse de 1 à 2 cm de diamètre présentant au sommet une échancrure variable selon l’espèce. Ils sont disséminés par le vent ou l’eau au printemps avant l’apparition des feuilles.

Le bois d’orme est un bois lourd résistant, dur et flexible, d’une belle teinte blanche à brun pâle (orme blanc ) ou rouge (orme rouge) à grain fin. Le bois rouge imputrescible et résistant au gel de l’orme d’Angleterre (U. procera) servait à la fois dans la construction,  à constituer des canalisations étanches, à fabriquer des arcs ou comme bois de chauffage. L’orme était aussi connue pour ses vertus médicinales  comme la décoction d’écorce utilisée pour soigner les brûlures et autres maux.

ulmus

Feuilles et fruits ailés de l’orme

Les principales variétés d’Ormes

Variétés naines

Ulmus hollandica Jacqueline Hillier sur tige

Période de floraison Avril

Hauteur à maturité
2.50 m

Petit arbuste au port tourmenté et aux chaudes couleurs automnales qui met en valeur de petits espaces et les jardins d’inspiration japonaise.

Variétés à croissance lente

Ulmus hollandica Wredei - Orme doré

Période de floraison Mars à Avril

Hauteur à maturité
9.50 m

Variété d'orme à croissance lente qui deviendra au fil du temps une pièce maîtresse du jardin avec sa silhouette colonnaire de 10 m de hauteur. Présente un petit feuillage ondulé et doré très lumineux durant toute la saison. A placer à mi-ombre pour éclairer la zone.

Ulmus minor suberosa - Orme champêtre

Période de floraison Mars à Avril

Hauteur à maturité
7.00 m

Forme rare de l'Orme champêtre à croissance très lente devenant un grand arbuste ou un petit arbre munie de rameaux couverts de curieuses crêtes liégeuses, très décoratives en hiver. Le feuillage de 10 cm de long vert franc prend de superbes couleurs à l’automne. Il supporte bien le froid et s'adapte aux sols secs et calcaires.

 

Plantation de l'orme

Où planter ?

L’orme pousse dans tous sols drainés même secs et calcaires pour l’espèce minor (Petit orme, ormeau) même s’il préfère un sol frais, humifère, riche et profond. Choisissez un emplacement très ensoleillé sauf pour les variétés à feuillage doré.

Quand planter ?

Plantez l’orme à l’automne de préférence surtout s’il est en racines nues. Une plante en pot supporte une plantation toute l’année hormis en période de gel et à condition de lui assurer un bon arrosage en été.

Comment planter ?

Cette plante est de culture très facile. Choisissez plutôt un petit sujet qui pourra ainsi s’implanter profondément.

  • Plongez le pot dans un seau d’eau pour bien l’humecter ou pralinez les racines avec de la boue si le sujet est en racines nues.
  • Creusez un large trou au moins 3 fois plus large que la motte.
  • Ajoutez quelques poignées de sable et graviers afin d’assurer un bon drainage autour des racines.
  • Apportez une dose de corne broyée si la terre est sableuse.
  • Installez la plante dans le trou de plantation.
  • Plantez un tuteur sans endommager la motte.
  • Replacez la terre et tassez légèrement.
  • Liez le tronc à son tuteur.
  • Arrosez et paillez.

Entretien et taille de l’orme

  • Maintenez un sol frais en paillant et arrosant bien en profondeur durant l’été.
  • Apportez du compost à l’aplomb de la limite de la couronne à l’automne.
  • Effectuez une taille de formation classique en relevant progressivement les branches basses. Éliminez les rejets éventuels.

Mise à part la terrible maladie de la graphiose qui affecte des sujets d’assez grande taille, l’orme connaît peu d’ennemis. Surveillez les pucerons qui engendrent parfois des galles boursouflées rougeâtres assez spectaculaires et les acariens du genre Eriophyes ou Tetraneura qui créent des pustules sur les feuilles sans gravité.

La graphiose de l’orme ou maladie hollandaise est responsable de ravages commis sur les populations d’ormes en Hollande vers 1917. L’épidémie se répand en Amérique du Nord dans les années 40 puis en Europe de l’ouest dans les années 70 via les États-Unis. C’est un champignon qui bouche les vaisseaux conducteurs de sève brute Ophiostoma ulmi qui est responsable du jaunissement suivi d’un dessèchement  brutal du sommet de l’arbre. Ce champignon est véhiculé par de petits insectes coléoptères, les scolytes  qui creusent des galeries sous l’écorce pour effectuer leurs pontes. Il semble que l’avenir des ormes soit de nouveau assuré grâce aussi au maintien d’une certaine diversité génétique au sein des populations locales et aux divers croisements avec des espèces résistantes comme Ulmus parviflora.

Multiplication de l'orme

La multiplication de l’orme est très délicate car d’une part la germination des graines est faible, et d’autre part la greffe de cultivars reste une affaire de spécialistes. La séparation de rejets sur la souche ou de drageons peut s’envisager si l’espèce drageonne comme Ulmus minor ou bien le bouturage en milieu d’été.

Semis

  • Ne tardez pas à semer après la récolte des graines car elles germent rapidement. Protégez-les avec un grillage fin si vous les semez à l’extérieur
  • Placez le pot à mi-ombre le temps qu’elles germent puis au soleil au cours de l’année qui suit.

Bouturage

  • Prélevez des extrémités de rameaux semi-aoûtés  de 15 cm de long.
  • Supprimez les feuilles situées près de la base de la bouture.
  • Piquez celles-ci sur les 2/3 de leur longueur en évitant qu’elles ne se touchent.
  • Tassez délicatement tout autour afin d’éliminer les poches d’air et d’assurer un bon contact entre le terreau et la bouture.
  • Placez-les à l’étouffée à l’ombre, en posant, par exemple, une bouteille en plastique transparent recoupée, par-dessus.
  • A l’automne, séparez les boutures racinées et plantez-les en pot que vous maintenez sous châssis jusqu’au printemps.
  • Cultivez ensuite vos plants à l’extérieur jusqu’à leur plantation définitive.

Utilisations et associations

Ces petits ormes aux silhouettes remarquables ou au feuillage d’exception comme chez Wredei’ méritent une place de choix dans le jardin. Tenez compte malgré tout de l’exposition qui doit être abritée du plein soleil chez les cultivars dorées et du vent. Vous pouvez les placer en isolé dans un jardin de taille modeste, ou au centre d’un massif d’arbustes bas ou rampants comme des Cotoneaster horizontalis, fusains, genévriers rampants. LOrme peut aussi se cultiver dans une rocaille ou encore en bac pour offrir de jolis bonsaïs sinueux comme l’orme de Chine (Ulmus parvifolia), entouré de Pieris, de graminées ou encore de buis.

Les sujets de taille plus grande comme hollandica Wredei peuvent aussi se placer en arrière-plan, dans une zone doucement ensoleillée du jardin.

Forcez le caractère remarquable d’un petit arbre en constituant un bosquet de trois sujets pour marquer une allée ou une entrée d’un jardin plus grand.

Créez un esprit contemporain en mariant la forme dorée de l’orme Jacqueline Hillier’ avec le pourpre d’un noisetier pourpre, d’un charme commun ‘Purpurea’ ou d’un arbre à perruque.

Misez sur les couleurs flamboyantes de l’automne au sein d’un décor plus informel et champêtre en lui associant de petits érables, des viornes caduques, du charme Orange Retz et du Parrotia persica.

 

Pour aller plus loin

Découvrez notre gamme d’Ormes.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire