Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Kalmia latifolia : planter, cultiver et entretenir

En quelques mots

  • En mai-juin, il se pare d’une multitude de fleurs aux corolles d’une délicatesse sans pareil
  • Il aime l’ombre et l’acidité : il s’épanouit à la mi-ombre et dans une terre de bruyère
  • Il garde toute l’année son beau feuillage persistant vert franc brillant
  • De croissance très lente, il est en revanche très rustique jusqu’à -30°C
  • Polyvalent, il s’utilise en massif, en isolé ou en pot

Le mot de notre experte

Si on connaît bien le Kalmia latifolia, remède homéopathique largement utilisé pour le traitement de la douleur, le Kalmia appelé aussi Laurier des montagnes ou Laurier américain est un bel arbuste très rustique injustement méconnu. Le plus connu du  genre est le Kalmia latifolia qui compte de nombreux cultivars aux coloris variés. Son parent, le Kalmia angustifolia,  plus compact, ne dépasse pas un mètre de haut. Plus confidentiel, le Kalmia microphylla est une espèce naine, peu cultivée dans nos jardins.

D’avril à mai, le Kalmia latifolia se couvre d’une multitude de corymbes de boutons rose évoquant des petites meringues, qui s’épanouissent en corolles rose pâle à blanches, d’une infinie délicatesse. Son beau feuillage persistant vert luisant sert d’écrin à cette floraison fraîche et généreuse.

Originale, elle offre des brassées de fleurs lumineuses au printemps et éclaire les recoins ombragés.

Plus exigeant que son cousin le Rhododendron, il est comme lui acidophile et a besoin d’une terre de bruyère, souple et fraîche pour s’épanouir.

Cet hôte des sous-bois se montre conciliant en sol léger, acide, frais mais bien drainé dans lequel il pousse très lentement à l’ombre des arbres, à l’abri des vents froids et de l’humidité stagnante.

Avec sa  taille raisonnable, son port buissonnant et compact, il se plie à toutes les utilisations. Il fait merveille dans un massif de vivaces, en isolé ou même en bac sur une terrasse ombragée. Il est le compagnon idéal des plantes de terre de bruyère comme les Rhododendrons, Azalées, Camélias, Bruyères, Hydrangeas, Andromèdes

Remarquablement florifère, avec son feuillage persistant, le Kalmia compte parmi les plus beaux arbustes de terre de bruyère. Découvrez notre large gamme et laissez-vous séduire par sa floraison singulière !

Botanique

Fiche d'identité

Nom(s) latin(s) : Kalmia

Famille : Ericacées

Noms communs : Laurier d'Amérique, Laurier américain, Laurier des montagnes

Floraison : mai-juin

Hauteur à maturité : 0,30 cm pour les espèces naines à 3 mètres pour les plus hautes

Exposition : soleil, mi-ombre

Sol : Bruyère (Acide)

Rusticité : - 30°C

Le Kalmia est un arbuste persistant qui appartient à la famille des Ericacées, comme la Bruyère et le Rhododendron. Aussi appelé  Laurier d’Amérique ou Lauriers des montagnes, il est originaire des forêts, des marais et des prairies d’Amérique du Nord. Le genre comprend sept espèces dont la plus connue est le Kalmia latifolia qui atteint 2 à 3 m de hauteur dans nos jardins et compte de nombreux cultivars aux coloris variés. Son parent, le Kalmia angustifolia, plus compact, au port arrondi, ne dépasse pas un mètre de haut sur un mètre de large. Moins spectaculaire, le Kalmia microphylla est une espèce naine (10 à 30 cm de haut) qui préfère les zones  humides et marécageuses.

Le Kalmia est un bel arbuste à port buissonnant et touffu, quelque peu érigé, plus ou moins ramifié selon les espèces,  qui peut atteindre 2 à 3 m de haut pour autant de large (près de 10 m dans son habitat naturel). Son tronc devient parfois tortueux surtout en prenant de l’âge.  Le bois, très dur de ses rameaux était autrefois prisé, notamment pour la fabrication  des cuillères en bois, d’où son surnom anglais de « Spoonwood ».

Un peu paresseux à l’installation, le Kalmia se rattrape ensuite par sa longévité : certains pieds-mère avoisinent les 60 ans ! Ses racines fines et superficielles, se développent très lentement dans le sol. De ce fait, il convient bien aux petits jardins et aux jardins de ville et peut aussi se cultiver en bac sur une terrasse.  Il faudra attendre de nombreuses années pour le voir constituer de vrais fourrés (il pousse de plus ou moins 1 m en dix ans). Une patience récompensée par sa floraison qui est vraiment unique !

Kalmia latifolia : éléments botaniques

Kalmia latifolia : planche botanique

Sa floraison printanière est un enchantement ! Le Kalmia se couvre entièrement, entre mai et juin, de splendides fleurs au graphisme très original. Une singularité qui a fait de la fleur du Kalmia latifolia l’emblème des Etats du Connecticut et de la Pennsylvanie.

Issues de boutons floraux plissés, rose foncé ou rouge vif, les fleurs ressemblant à de petites tulipes en sucre, s’épanouissent en coupes plates, très évasées ou campanulées, de 2 à 2,5 cm de diamètre formées de 5 pétales qui s’étalent autour d’un cœur bordé d’étamines pourpre ou jaune d’or. Elles se réunissent à l’extrémité des rameaux en grappes généreuses pouvant porter jusqu’à une centaine de fleurs.  D’une infinie délicatesse, ces corolles un peu cireuses, se déclinent dans toutes les nuances de rose, allant du blanc rosé, rouge, rose pâle à rose pourpré en dégradé au revers plus foncé et, évoquent la porcelaine. Selon les variétés, ces clochettes prennent à maturité  une teinte plus foncée ou sont veinées de bandes rayonnantes comme chez le Kalmia latifolia ‘You Can’. Certaines nouvelles obtentions comme le  Kalmia latifolia ‘Tad’  possèdent même des fleurs d’une couleur chocolat surprenante.

Une floraison exquise qui dure un bon mois et s’échelonne : les boutons floraux joliment nervurés comme des petites meringues, voisinent avec les fleurs déjà écloses créant un heureux contraste. Non parfumées,  elles compensent largement ce manque de parfum par leur remarquable floribondité.

Kalmia : feuillage, boutons et fleurs

Feuillage, bouton et fleurs

Après floraison, des fruits en forme de capsules globuleuses brunes persistantes en hiver apparaissent.

Le Kalmia offre un beau feuillage graphique et élégant toute l’année. Il forme des touffes buissonnantes intéressantes pour leur feuillage persistant, un peu semblable à celui du Rhododendron ou du Laurier. Son  feuillage  est composé de petites feuilles vernissées de 3 à 8 cm de long,  coriaces et épaisses. Simples, alternes ou opposées,  lancéolées ou elliptiques selon les variétés, elles composent un fond de verdure permanent vert intense lustré. Les rameaux de certaines variétés comme le Kalmia latifolia ‘Pinkobello’ prennent des teintes rougeâtres qui contrastent joliment avec le feuillage.

Malgré un feuillage épais et une touffe robuste, le Kalmia redoute trois choses : le soleil direct, les vents froids et le calcaire.

Dans la nature, cet arbuste de terre de bruyère  s’épanouit dans les lieux mi-ombragés, en lisière de sous-bois où la lumière du soleil est filtrée par les arbres. Il apprécie une exposition au soleil, quelques heures le matin ou en fin de journée.

S’il tolère une légère brise marine, une plantation le long d’un mur ou en sous-bois, à l’abri des vents froids et desséchants pour préserver son feuillage persistant est impérative. En revanche, il ne craint pas le froid. Le Kalmia est parfaitement  rustique et supporte bien des températures jusqu’à -30 ° C, parfois davantage, à condition d’être planté en situation abritée.

Le Laurier des montagnes s’installe un peu partout en France avec une préférence pour le climat océanique, frais et pluvieux : il aime la fraîcheur et une hygrométrie importante.

Si le Kalmia est un arbuste peu contraignant, il est exigeant sur la nature du sol. Si le sol ne lui convient pas, il dépérira.  Comme son cousin le Rhododendron, le Kalmia est un arbuste de bruyère qui a impérativement  besoin d’une terre acide,  plutôt fraîche, humifère mais bien drainée, et non calcaire. Très sensible à l’excès d’eau, il craint l’humidité stagnante des terres lourdes et asphyxiantes.

Le genre Kalmia est dédié à Piehr Kalm, célèbre botaniste suédois du 18ème siècle, qui fut l’un des premiers à explorer la flore dans certaines parties de l’Amérique du Nord.

Très polyvalent, le Kalmia s’utilise aussi bien en haie libre avec d’autres arbustes de terre de bruyère, qu’en massif  avec des vivaces, en isolé et même en pot : plantez les variétés hautes dans un emplacement abrité pour constituer une haie libre ou habiller un mur, en compagnie de Rhododendrons, de Camélias, d’Azalées, de  Piéris  ou d’Enkianthus. Il sera aussi un  compagnon idéal des Bruyères, Hydrangeas, Erables du Japon et Magnolias. Sa croissance très lente et les dimensions modestes de certaines variétés permettent de le planter en pot : il sera un joli sujet décoratif toute l’année avec son feuillage persistant vert et luisant.

Espèces et variétés

Le genre Kalmia comprend  sept espèces de taille et de couleur de fleurs variables. Si on trouve dans le commerce le Kalmia angustifolia, compact, plus large que haut,  l’espèce la plus cultivée dans nos jardins et surtout la plus connue est le Kalmia latifolia qui compte de nombreux cultivars aux coloris variés de rose, issus la plupart du temps d’obtentions Nord-Américaines.

Les plus populaires

Kalmia latifolia Minuet - Laurier des montagnes

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
1.00 m

L’un des plus florifères avec ses fleurs blanc rosé pâle et des plus petits. Compact, il se plaira en massif ou en rocaille d’ombre.

Kalmia latifolia - Laurier des montagnes rose pâle

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
2.00 m

: C’est l’espèce type avec ses fleurs rose pâle au cœur pourpre, il est très rustique.

Kalmia latifolia You Can - Laurier des montagnes en camaieu de rose

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
2.00 m

Ce kalmia est différent, par ses feuilles pointues et par sa floraison rose qui prend une teinte plus soutenue à maturité. Très frais, d'une grande poésie !

Kalmia latifolia Olympic Fire - Laurier des montagnes rose vif et blanc

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
1.00 m

Les boutons floraux d’un superbe rose vif s’épanouissent en fleurs blanche et rose, plus vives que l’espèce type. Il présente un port particulièrement ramifié.

Kalmia latifolia Peppermint - Laurier des montagnes rose très pâle à rayons rouges

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
1.50 m

Un grand arbuste au port plus ou moins arrondi et fortement branchu. Il se distingue par son abondante floraison rose pâle, marquée de bandes rayonnantes et de spots rouges. On adore le côté très bonbon anglais de ses fleurs !

Kalmia latifolia Tad - Laurier des montagnes blanc et chocolat

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
1.00 m

Cette nouvelle obtention est réellement étonnante avec ses fleurs plus nombreuses, couleur chocolat finement bordé et ponctué de blanc.

 

Kalmia latifolia Ewa - Laurier des montagnes rose pâle veiné de pourpre

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
1.30 m

Il est remarquablement florifère. Il se couvre d'innombrables boutons rose pâle veinés de rouge sombre, qui s'épanouissent en corolles, rose pâle et blanches.

 

Nos préférées

Kalmia latifolia You Can - Laurier des montagnes en camaieu de rose

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
2.00 m

On aime ce kalmia bien différent, à la fois par ses feuilles pointues et par sa floraison rose, très fraîche, d'une grande poésie !

 

Kalmia latifolia Minuet - Laurier des montagnes

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
1.00 m

C'est l’un des plus petits et des plus florifères avec ses fleurs blanc rosé pâle.

 

Kalmia latifolia Olympic Fire - Laurier des montagnes rose vif et blanc

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
1.00 m

Les boutons floraux d’un superbe rose vif s’épanouissent en fleurs blanche et rose, plus vives que l’espèce type. Il présente un port particulièrement ramifié.

Kalmia latifolia Elf - Laurier des montagnes

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
75 cm

Une variété compacte et naine qui possède de très jolies fleurs et les feuilles les plus petites du genre. C'est une exclusivité parfaite en petit jardin !

Autres variétés intéressantes

  • Kalmia angustifolia f. ‘rubra’  ou Laurier des moutons : c’est une variété plus petite (0,80 cm) aux fleurs rouge pourpre foncé qui apparaissent un peu plus tardivement en juin-juillet.
  • Kalmia latifolia  ‘Ostbo Red’ : son feuillage vert luisant sert d’écrin aux boutons rouge vif, puis aux  fleurs rose pâle. Très compact.
  • Kalmia latifolia  ‘Carousel’ : à fleurs blanches rayées de rouge aux dessins complexes.
  • Kalmia latifolia  f. fuscata ‘Freckles’ : un anneau cannelle pourpre marque l’intérieur de la corolle blanche.

Plantation du Kalmia

Où planter ?

Le Kalmia besoin d’ombre et d’acidité pour s’épanouir.  Il craint le soleil brûlant et plus encore… les vents glacés qui abîment son feuillage. Autant de paramètres à prendre en compte lors de son installation au jardin.

Cet arbuste s’installe un peu partout en France, sauf peut-être au Sud de la Loire, car il redoute le soleil brûlant en région chaude. Il préfère un sol qui reste frais. Il a une préférence pour les climats frais et pluvieux, comme celui de la Bretagne sous lesquels il se montre très vigoureux. Dans la nature, la plupart des plantes de terre de bruyères poussent en sous-bois ou lisière de sous-bois, là où l’hygrométrie est élevée. Il peut tolérer une exposition ensoleillée de quelques heures le matin ou en fin de journée.

Il se cultive dans un coin ombragé du jardin, à l’abri du soleil direct, le long d’un mur ou sous l’ombre tamisée de grands arbres. Évitez l’ombre trop dense, il a besoin de lumière pour bien fleurir.  Idéalement, il  aime les expositions ouest, sud-ouest ou nord-ouest.

Très rustique, le Kalmia ne craint pas le froid, il résiste jusque -20° et tolère l’air marin mais redoute les tempêtes et les vents froids qui brûlent son feuillage persistant : une plantation  l’abri des courants d’air froids est nécessaire.

Facile à cultiver, le Kalmia est cependant exigent sur la nature su sol : il lui faut de l’acidité ! C’est un acidophile qui a besoin d’une terre acide, impérativement  proche de la terre de bruyère et non calcaire pour se développer.

Kalmia latifolia : plantation

Kalmia latifolia : un arbuste qui se plaît en sol plutôt acide

Il craint  aussi les terres lourdes, compactes, asphyxiantes et pousse en terrain frais, voire humide, mais où l’eau ne stagne jamais : le Kalmia est très sensible à l’excès d’eau, évitez donc les zones inondées, surtout en hiver. L’excès d’eau favorise la contamination par le Phytophthora, un champignon tellurique, dont l’attaque peut le tuer de manière aussi soudaine que radicale.

Si votre sol trop calcaire et/ou trop lourd, mieux vaut l’améliorer  avec un apport de terre dite de bruyère ou… tout simplement renoncer à contrarier  la nature du Kalmia. Tournez-vous plutôt vers un arbuste moins exigeant sur la nature du sol sous peine de devoir faire des apports fréquents  de terre de bruyère, d’obtenir pour toute récompense, un sujet souffreteux et sensible aux attaques de champignons.

Vous pouvez opter pour une culture en pot. Son petit développement permet parfaitement ce type d’utilisation. Il se plaira de nombreuses années  dans un large  bac rempli au deux tiers de terre de bruyère et d’un tiers d’une bonne  terre de jardin non calcaire, maintenue toujours humide.

Très polyvalent au jardin, le Kalmia s’utilise aussi bien en massif avec des vivaces, en lisière de sous-bois, en haie libre, qu’en isolé ou en pot sur une terrasse ombragée. Plantez les variétés les plus hautes dans un endroit boisé  abrité, pour garnir une haie, les plantes basses comme le Kalmia latifolia ‘Minuet’ en rocaille fraîche ou en bordure de plate-bande exposées à mi-ombre. De croissance très lente, c’est un arbuste peu encombrant, qui convient bien aux petits jardins ou aux jardins de ville.

Quand planter ?

Le Kalmia se plante toute l’année, en évitant les périodes de gelées et de sécheresse. Idéalement, pour favoriser sa reprise, on privilégie une plantation à l’automne, de septembre à novembre dans les régions chaudes, de préférence au printemps en avril-mai, dans le reste du pays.

Comment planter ?

La plantation  est l’étape cruciale ! Le secret réside dans la qualité du sol.

  • Évitez la terre calcaire : il n’y survivrait pas. Si vous souhaitez quand même tenter sa culture : remplacez la terre extraite par un mélange de terre de bruyère, de terreau de feuilles et de tourbe. Les sols calcaires provoquent chez ces arbustes un jaunissement du feuillage appelé chlorose qui  finit souvent par le faire mourir. Vous pouvez aussi  tapisser le fond et les côtés d’un feutre végétal empêchant ainsi les remontées de calcaire.
  • Évitez les zones où l’eau stagne : ajoutez du gravier ou pouzzolane ou un bon lit de billes d’argile dans le fond de la fosse pour assurer un bon drainage (ses racines n’aiment pas l’humidité stagnante surtout en hiver et sont particulièrement sensibles aux attaques du champignon Phytophthora).
  • Creusez un trou 5 à 10 fois plus large que la motte et profond de 50 cm.
  • Plantez l’arbuste au niveau du collet, dans un mélange composé idéalement d’1/5 de terre franche mélangée à proportion égale à de la tourbe, terre de bruyère, terreau de feuilles et pouzzolane.
  • Étalez un paillis organique d’écorces de pin de 8-10 cm ou plantez des petites vivaces pour protéger le pied et limiter les arrosages : il aime que ses racines soient maintenues au frais durant l’été.
  • Arrosez régulièrement avec de l’eau non calcaire (eau de pluie), mais sans excès, les premières semaines suivant la plantation pour maintenir le sol humide et frais. Lors de la première année de plantation, durant la période estivale et surtout en cas de sécheresse, arrosez abondamment.

Culture en pot

Le Kalmia est un arbuste qui convient très bien à la culture en pot. Nous vous recommandons de vous orienter vers des variétés naines comme le Kalmia latifolia ‘Minuet’.  Prévoyez impérativement un mélange frais, très drainant, à base de terre de bruyère véritable et de compost bien décomposé, car il ne supporte pas l’humidité stagnante. Choisissez un grand contenant d’une trentaine de litres (30 à 40 cm de diamètre) et faites un lit de gravier ou de billes d’argiles au fond. En pot, il ne supportera pas la sécheresse même momentanée. Le Kalmia a besoin d’eau toute l’année et, s’il est cultivé en pot une surveillance accrue de l’arrosage sera indispensable. Étalez un paillis ou installez de petites vivaces comme les cyclamens nains  pour conserver la fraîcheur.

Kalmia latifolia 'Minuet'

Le Kalmia latifolia ‘Minuet’ : une variété idéale pour la culture en pot

Entretien, taille et soins

Un Kalmia bien installé ne requiert que peu de soins pour préserver sa bonne santé. Chaque printemps, en fin d’hiver, vous pouvez, pour entretenir la fertilité du substrat, incorporer un peu de compost par griffage superficiel autour du  pied. Il est également possible d’apporter un engrais spécial terre de bruyère.

Étalez ensuite, une couche de paillage organique (écorces ou aiguilles de pin, tapis de feuilles), renouvelé chaque année, afin de maintenir ses racines au frais durant les chaleurs estivales.

Le Kalmia a besoin d’eau en été mais craint les excès d’eau en hiver. En été : arrosez 2 à 3 fois par mois, pas plus  avec de l’eau non calcaire. Pour cet intolérant au calcaire, préférez l’eau de pluie.

De croissance lente, sa taille est inutile. N’intervenez que pour supprimer d’éventuels rameaux morts ou pour effectuer un très léger rafraîchissement  afin de maintenir un port équilibré. Supprimez les fleurs fanées après la floraison pour éviter la formation de graines qui épuisent la plante.

Maladies éventuelles

Cultivé dans de bonnes  conditions, le Kalmia se montre peu sensible aux maladies et aux parasites.

Il redoute essentiellement les maladies cryptogamiques, causées par les champignons. Ces ennuis proviennent généralement d’un sol mal drainé ou d’humidité stagnante au niveau des racines.  Son principal ennemi : le Phytophthora, un champignon tellurique dont l’attaque peut le tuer de manière aussi soudaine que radicale.

Le Phytophthora, littéralement « destructeur de plantes » en grec, se développe dans des conditions d’humidité persistante favorisées lors d’arrosages trop fréquents. Le feuillage se décolore, brunit ou rougit, puis se dessèche. La plante meurt alors rapidement. Il n’existe pas de méthode de lutte mais ces ennuis sont rares si les conseils de culture sont respectés : plantez en sol sain, évitez les excès d’eau dans le sol et améliorez le drainage. Si malgré ces précautions, l’attaque a eu lieu : arrachez les plantes atteintes et enlevez la terre qui entoure leurs racines. Ne replantez jamais des espèces sensibles au même endroit.

Intolérant au calcaire, les feuilles du Kalmia se décolorent et jaunissent en cas d’excès de calcaire (chlorose). La responsable peut-être tout simplement  l’eau d’arrosage. Arrosez uniquement avec de  l’eau de pluie.

Multiplication

  • Par boutures semi-aoûtées

Après floraison, en juillet-août, prélevez des rameaux semi-ligneux ou semi-aoûtés de 10 à 20 cm, (c’est-à-dire à partir de tiges qui ont poussé au printemps et commencent à partir de juillet-août leur transformation de bois tendre en bois dur). Plantez-les dans un substrat léger et drainant. Humidifiez régulièrement les boutures avec un pulvérisateur. Installez-les en godets dès qu’elles ont formé des racines. Hivernez-les hors gel : une température constante d’au minimum 20 °C est indispensable à un enracinement en 8 à 10 semaines. Plantez en pleine terre au printemps suivant, si le développement racinaire est suffisant.

  • Par boutures herbacées

Les boutures herbacées se font généralement au printemps, en mai. Coupez une tige sous une feuille ou sous un œil. Supprimez les feuilles de la base.  Plantez en pots ou en caissettes dans un substrat composé de terre de jardin et de sable de rivière. Humidifiez régulièrement les boutures et maintenez-les sous abri avec une température d’au moins 20°C. Repiquez-les en pots individuels, puis en pleine terre lorsque le système racinaire est suffisamment développé. Il faudra peut-être plusieurs hivernages.

  • Par marcottage

SI le marcottage est la méthode la moins fastidieuse pour multiplier le Kalmia, il faut en revanche s’armer de patience : le développement racinaire est très lent.  En août, couchez un de ses rameaux en l’inclinant vers le sol, en enterrant une partie en vue de son enracinement. Tuteurez la partie aérienne. A l’automne ou au printemps suivant, vous pourrez séparer la marcotte du pied mère lorsqu’ elle a suffisamment de racines, en sectionnant la tige à l’endroit où elle s’enfonce dans le sol.

Associer le Kalmia

Très polyvalent, le Kalmia s’utilise aussi bien en haie libre avec d’autres arbustes de terre de bruyère, qu’en massif  avec des vivaces, en isolé et même en pot : plantez les variétés hautes dans un emplacement abrité pour constituer une haie libre ou habiller un mur, en compagnie de Rhododendrons, de Camélias, d’Azalées, ou d’Enkianthus. Il sera aussi un  compagnon idéal des Bruyères, HortensiasHydrangeas, Erables du Japon, Magnolias ou d’Andromèdes, Sarcococcas, Daphnés ou Skimmias.

Associer le Kalmia

Mariez le Kalmia rose pâle avec le Magnolia Fairy Blush® (Michelia hybride) ou le Magnolia sieboldii

Sa croissance très lente et les dimensions modestes de certaines variétés permettent de le planter en pot : il sera un joli sujet décoratif toute l’année avec son feuillage persistant vert et luisant.

Questions/Réponses

J'ai un sol lourd et légèrement calcaire, puis-je installer quand même un Kalmia ?

Oui, mais ce n’est pas gagné ! Le Kalmia est un arbuste de terre de bruyère, cousin du Rhododendron, qui se développe là où il n'y a pas de calcaire. Ses feuilles se décolorent et jaunissent en cas d’excès de calcaire (chlorose). Il craint également les terres lourdes, compactes, gorgées d’eau surtout en hiver. Il aime les sols légers et frais en été. L’excès d’eau favorise la contamination par le Phytophthora dont l’attaque peut le tuer de manière aussi soudaine que radicale. Si votre sol est trop calcaire et/ou trop lourd, tournez-vous plutôt vers un arbuste moins exigeant sur la nature du sol sous peine de devoir faire des apports fréquents de terre de bruyère, et d’obtenir pour toute récompense, un sujet souffreteux et sensible aux maladies. Si malgré ça, vous souhaitez tenter sa culture, préparez le sol avec un substrat composé à part égale de terre de bruyère ou tourbe, de terreau et de ma terre végétale, tapissez le fond et les côtés de la fosse d'un feutre végétal empêchant ainsi les remontées de calcaire.

En terre depuis deux ans, mon Kalmia ne pousse pas !

C’est normal. Le Kalmia est très paresseux à l’installation : ses racines se développent très lentement dans le sol. Il faudra attendre de nombreuses années pour le voir constituer un vrai buisson, il pousse de plus ou moins 1 m en dix ans. Une patience récompensée par sa floraison qui est vraiment unique !

Mon Kalmia est mort subitement après deux ans, pourquoi ?

Plusieurs explications sont possibles. Il est mort par excès d’eau, ses racines ne supportent pas l’humidité stagnante qui favorise la prolifération du Phytophthora, un champignon dont l’attaque peut le tuer de manière aussi soudaine que radicale. Il est trop au soleil : une lumière tamisée suffit à son bonheur. Il craint le soleil brûlant, aux heures les plus chaudes de la journée. Déplacez-le à la mi-ombre, sous un soleil filtré par de grands arbres.

Mon Kalmia végète, perd ses feuilles qui jaunissent avant de tomber. Pourquoi ?

Le Kalmia apprécie d’être nourri chaque année en surface avec du compost décomposé et un terreau de feuilles, la terre est peut-être trop pauvre pour lui. Intolérant au calcaire, ses feuilles se décolorent et jaunissent en cas d’excès de calcaire (chlorose). La responsable peut-être tout simplement l'eau d'arrosage. Arrosez uniquement avec de l'eau de pluie.

Ressources utiles

Articles connexes


Blog

5 trucs à savoir pour réussir les arbustes de terre de bruyère

Si les petites fleurs discrètes mais très parfumées des Sarcoccocas et des Daphnés ont stimulé mon...
Lire la suite +

plantation

Planter les arbustes de terre de bruyère

Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)