Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
saule plus belles variétés
conseil

Saules-Salix : les plus belles variétés

Des saules pour tous les goûts !

Si vous cherchez un genre botanique vaste et diversifié, pourquoi ne pas se pencher un peu sur le genre Salix : les Saules ? En effet, il en existe plus de 350 espèces réparties à travers tout l’hémisphère nord : des arbres, des arbrisseaux, des grands arbustes, des petits rase-moquettes… Certains sont appréciés pour leur floraison spectaculaire (et nectarifère !), parfois très colorés, d’autres seront choisis pour la beauté de leur feuillage. Il en existe à port pleureur, tortueux, prostré, buissonnant, dégingandé… Des saules arborent des rameaux rouge vif, bordeaux ou carrément bleuâtre. Généralement très rustiques, ils s’accommodent de quasiment tous les sols pourvus qu’ils soient relativement frais. Bref, il existe des saules pour tous les goûts et pour tous les jardins. Venez découvrir notre petite sélection de nos variétés de saules préférées !

Cultiver un saule pour ses magnifiques chatons

Tous les chatons de saules sont beaux. Cependant, certaines espèces et cultivars nous gratifient de couleur de chatons (floraison des saules) parfois spectaculaire ou originale. C’est le cas de deux saules particuliers.

Salix chaenomeloides ‘Mount Aso’ ou Saule du Mont Aso

Des chatons roses ! Cette espèce japonaise se distingue par ses jolis chatons duveteux de couleur rose-rouge, originaux et très décoratifs, qui éclosent dès le mois de février et persistent durant plusieurs semaines. Ce petit saule (pas plus de 3 m de haut pour 2.50 m de large) aux jeunes pousses rougeâtres et aux belles couleurs automnales sera parfait en isolé ou dans un bosquet d’arbustes.

Salix gracilistyla var. melanostachys ou Saule ‘Griffe de loup’

Des chatons noirs ! De février à avril, de gros chatons noirs, soyeux, aux anthères rouges, évoquant des griffes de loup apparaissent sur ses rameaux rougeâtres. Le Salix gracilistyla est un arbuste caduc au port étalé et à croissance rapide. L’arbuste peut atteindre rapidement 2 m de haut pour 4 m de large. Les rameaux rouges portent des feuilles lancéolées vert grisâtre évoluant vers un beau vert luisant

Culture : Ces deux saules sont originaires d’Asie et apprécient les mêmes soins. Du soleil et un sol ordinaire qui reste frais toute l’année. Une taille après la floraison sera bénéfique pour que les deux arbustes se ramifient et développent des rameaux plus colorés.

Saule les plus belles varietes, saules rares, saules, saules remarquables

Salix chaenomeloides Mount Aso (© Olivier Allard) et Salix gracilistyla var. melanostachys (© Virginie Douce)

Cultiver un saule pour la couleur des rameaux

On connait au jardin les rameaux de couleur blanche, verte, rouge ou même jaune parmi les cornouillers ou les Rubus. Ils sont si importants durant la morne saison. Mais est-ce que ça vous dirait un arbuste aux rameaux bleus ? Oui, oui, vous avez bien lu ! Le Salix acutifolia ‘Blue Streak’ est une jolie variété de saule provenant de Sibérie, dont le bois rouge (« comment ça rouge ? Mais, on avait dit bleu !« ) brandit de gros chatons argentés au printemps. Mais attention, ce bois rouge se couvre avec le temps d’une teinte blanc-bleuté à violacée très originale, mais surtout particulièrement décorative, notamment en hiver.

Provenant de Sibérie, ce Salix acutifolia est un grand arbuste rompu aux climats les plus rudes. Il montre un port buissonnant et étalé avec de longs rameaux souples presque horizontaux.  Sa croissance est rapide et il peut atteindre en quelques années une hauteur de 4 mètres en tous sens. Son feuillage caduc est composé de longues feuilles lancéolées vert foncé au revers teinté de bleu, devenant jaune vif en automne.

Culture : ce saule aime le soleil et pousse dans n’importe quel sol pourvu que celui-ci reste frais tout en étant relativement bien drainé. À installer en haie, en isolé ou au sein d’un massif, pourquoi pas avec d’autres arbustes à rameaux colorés.

Cultiver un saule pour la beauté de son feuillage

Le feuillage chez les saules n’est pas toujours vert. Il peut être doré comme dans le cas du Salix sachalinensis ‘Golden Sunshine’ ou carrément panaché de rose de vert et de blanc dans le cas du désormais célèbre saule crevette.

Salix sachalinensis ‘Golden Sunshine’ ou Saule doré

Le Saule doré est un arbuste caduc à la fois robuste et décoratif grâce à un feuillage doré qui le rend particulièrement lumineux. C’est un arbuste à croissance rapide qui peut atteindre en quelques années seulement sa taille adulte (entre 2,5 et 4 mètres de hauteur). Sa silhouette champêtre au port buissonnant est égayée par une floraison printanière sous forme de chatons, mais surtout ses feuilles lancéolées d’un beau et gai doré.

Culture : soleil et sol frais. Très rustique, il apprécie une taille courte après la floraison.

Salix integra ‘Hakuro Nishiki’ ou Saule crevette

Le Saule crevette possède un feuillage multicolore et changeant, extrêmement décoratif du printemps à l’automne. Ses jeunes pousses teintées de rose saumon (ou crevette) se panachent de rose et de vert tendre au printemps, puis de blanc et de vert moyen en été. C’est un arbuste de croissance rapide, aux rameaux rouges fins et souples, assez compact, doté d’un port naturellement arrondi. La floraison intervient entre mars et avril avant l’apparition du feuillage.

Culture : comme son feuillage est panaché, le saule crevette préfère plutôt une exposition mi-ombre. Le sol doit rester frais toute l’année. Son développement modeste (1.50 m en tous sens) convient aux petits espaces : en sujet isolé, au centre d’un massif de vivaces ou d’arbustes, ou même dans un grand pot.

Saule les plus belles varietes, saules rares, saules, saules remarquables

Salix sachalinensis ‘Golden Sunshine’ et Salix integra ‘Hakuro Nishiki’

Cultiver un saule pour son port atypique

Les saules ne sont pas toujours des « grosses boules » aux rameaux souples. Certains arborent un port particulier : prostré, élancé, pleureur ou tortueux. Difficile de tous les citer, mais en voici deux beaux exemples : le Salix (X) erythroflexuosa au port tortueux et le Salix caprea ‘Kilmarnok’ au port pleureur.

Salix (X) erythroflexuosa ou Saule tortueux

Contrairement au Salix matsudana, un autre saule tortueux dont il est issu en partie, le Salix (X) erythroflexuosa possède en plus un port pleureur. Ce saule développe de longues branches torsadées en spirales, d’abord dressée puis retombantes aux extrémités, couvertes d’une belle écorce rouge-orangé. Les feuilles caduques de couleur verte sont également bouclées et torsadées. De stature modeste (pas plus de 4 m de haut), décoratif tout au long de l’année, ce petit arbre a sa place même dans un petit jardin. Cette variété produit en mars, avant l’apparition des feuilles, des chatons mâles blanc grisé. 

Culture : sol profond frais à humide et le plein soleil.

Salix caprea ‘Kilmarnok’ ou Saule marsault pleureur

Le Salix caprea ‘Kilmarnok’ est une ancienne variété qui se distingue par son joli port pleureur et sa stature modeste (3 m de haut et 2 m de large). Il développe une couronne de longs rameaux retombants jusqu’au sol qui forment un parasol bien régulier. De février à mars, ses rameaux nus s’ornent de très décoratifs chatons mâles aux poils soyeux argentés, virant au jaune par la suite. Le feuillage est vert foncé est constitué de feuilles elliptiques épaisses et coriaces. Ce saule est parfaitement adapté aux petits jardins, mais aussi à la culture en bac sur la terrasse.

Culture : très rustique. Le Saule marsault s’accommode d’un sol ordinaire, dans toutes nos régions. Il n’exige pas un sol frais ou détrempé tout au long de l’année, et s’avère même capable de résister à des périodes de sécheresse modérée. Une taille annuelle après la floraison est recommandée pour qu’il produise de nombreux rameaux florifères.

Saule les plus belles varietes, saules rares, saules, saules remarquables

Salix erythroflexuosa et Salix caprea ‘Kilmarnock’

Cultiver un tout petit saule

Un saule nain ? Mais, vraiment tout petit ? Oui, oui, ça existe !

Le Salix repens ‘Nitida’ est une variété de saule rampant au développement encore plus réduit que l’espèce type. Son joli port semi-pleureur en nid d’oiseau et son feuillage couvert d’un duvet argenté au printemps devenant gris en été le rend particulier et parfait en couvre-sol caduc. La floraison intervient en avril sous la forme de petits chatons soyeux virant au jaune à maturité.

On peut utiliser cet arbrisseau pour réaliser de belles potées pour la terrasse, de lumineuse haies basses ou encore en tant que couvre-sol un peu original qui s’étalera rapidement grâce à ses drageons. Le cultivar ‘Nitida’  est plus compact et plus touffu que l’espèce type : il ne dépassera pas 60 cm de haut pour 75 cm d’étalement.

Culture : une exposition très ensoleillée ou mi-ombragée en climat chaud. Un sol assez profond de préférence neutre à acide, riche en argile, frais à humide, même gorgé d’eau. Parfaitement résistant au froid.

Nota bene : Le Saule rampant ou Salix repens est une espèce originaire d’Eurasie. On en trouve à l’état spontané en France : sur les dunes, dans les landes humides et les tourbières à sphaignes.

Cultiver un saule dans le Sud

La culture des saules peut parfois être compliquée dans les zones plus chaudes et aux étés très secs, comme c’est le cas dans une bonne partie de la France, notamment la moitié Sud. Cependant, quelques saules peuvent être tentés dans une terre relativement argileuse et assez profonde. Les Salix caprea, Salix fargesii, Salix matsudana et Salix gracilistyla supportent bien les sols calcaires et les étés secs, une fois bien installés. Mais celui qui s’en sortira le mieux est sans aucun doute le Salix exigua ou Saule des coyotes.

Le Salix exigua ou Saule des coyotes est une espèce botanique caduque originaire de l’ouest de l’Amérique du Nord. L’arbuste affiche un port élancé, mais un peu hirsute. Le feuillage est constitué de longues feuilles soyeuses, gris bleuté et argentées qui lui confèrent un aspect léger et lumineux. À maturité, ce saule de croissance rapide atteindra 4 m de hauteur pour 5 m d’envergure. L’arbuste fleurit tardivement pour un saule : entre avril et mai. Les chatons mâles mesurent jusqu’à 10 cm de long et les chatons femelles 8 cm de long.

Culture : Très rustique. Au soleil et dans tous sols ordinaires. Le saule des coyotes n’exige pas un sol frais ou détrempé tout au long de l’année et résiste même plutôt bien aux sécheresses ponctuelles.

Saule les plus belles varietes, saules rares, saules, saules remarquables

Salix exigua ou saule des coyottes

Cultiver un saule en montagne

Il est parfois difficile de choisir ses plantes lorsqu’on jardine en montagne : climat rude, vents à décorner les bœufs, forte pente, sols pauvres et peu profonds… Dans le cas des saules, on pourra choisir une espèce particulièrement adaptée au climat montagnard, car c’est son milieu naturel : le Salix hastata ou Saule hasté.

Le Salix hastata ‘Wehrhahnii’ est une ravissante variété de Saule hasté, sélectionnée pour son abondante floraison. C’est un mignon petit saule buissonnant (pas plus d’1 m en tous sens), développant des rameaux d’un superbe rouge vineux. Entre avril et mai apparait une foule de gros chatons argentés, auréolés d’or à maturité, en même temps qu’apparaît son feuillage vert et duveteux.

Culture : ce saule montagnard s’épanouit au soleil dans les sols bien drainés, légèrement acides et même dans les grandes rocailles restant fraîches. Il est extrêmement rustique. 

Nota bene : Le Saule hasté est spontané en France dans les Vosges, les Alpes savoyardes, dauphinoises et provençales, ainsi que dans les Pyrénées centrales.

Saule les plus belles varietes, saules rares, saules, saules remarquables

Salix hastata

Bonus : deux saules rares pour les collectionneurs

Salix magnifica ou Saule magnifique

Le saule magnifique (au nom évocateur !) provient du Sichuan, une province montagneuse de la Chine. C’est un petit arbre (pas plus de 7 m de haut) assez rare en culture qui se distingue au printemps grâce à ses jeunes rameaux, ses bourgeons et ses pétioles qui s’empourprent pour embraser les longues feuilles ovales vertes teintées de bleu de près de 20 cm de long. Par la suite (mars-avril), des chatons plumeux rouges apparaissent et virent au vert pomme au fil des semaines.

Culture : au soleil, si possible en situation abritée pour le protéger des fortes gelées qui pourraient abîmer le jeune feuillage, et dans un sol riche régulièrement amendé, impérativement frais à très humide.

Salix fargesii ou Saule de Farges

Le Salix fargesii ou Saule de Farges est aussi une espèce chinoise. C’est un arbuste plutôt buissonnant qui ne dépassera pas 2 m en tous sens. Ce saule est intéressant pour son feuillage, mais aussi pour sa facilité de culture dans presque tous les sols. Ses grandes feuilles de magnolia vert foncé, bien brillantes sont magnifiques et étonnantes pour un saule. Mais cet arbuste possède d’autres atouts : des jeunes pousses rouges d’où naissent de gros bourgeons couverts de soies argentées, un bois lisse d’un beau brun cuivré, que l’on admirera en hiver et des chatons dressés de couleur verte au printemps.

Culture : soleil ou mi-ombre en sol ordinaire. Le Saule de Farges n’exige pas un sol frais ou détrempé tout au long de l’année, et il tolèrera des courtes périodes de sécheresse estivale. Très résistant aux froids, ses jeunes pousses peuvent cependant, chez lui aussi, être abîmées par les gelées tardives.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire