Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
conseil

Quels arbres planter près d'une terrasse ?

Quels arbres planter près d'une terrasse

Fruits qui tâchent, racines destructrices, mauvaises odeur… On ne plante pas n’importe quel arbre à proximité d’une terrasse !

Lorsque l’on achète un arbre, il est jeune, mais il va pousser et peut atteindre des dizaines de mètres de haut pour plusieurs mètres de large. Sachant que les racines équivalent environ à l’envergure du houppier, elles pourraient briser des canalisations ou même soulever la maison. De plus, les fruitiers, bien que goûteux, ont des fruits qui tombent et peuvent tâcher votre revêtement et vous contraindre à nettoyer quotidiennement la terrasse. Certaines essences, comme le Ginkgo biloba femelle, dégagent une odeur nauséabonde lorsque les fruits se décomposent. De plus, la terrasse est un espace au sein duquel vous passez du temps. Déjeuners en famille, dîners entre amis, lecture… Mieux vaut être bien installé ! Pour cela, favorisez plutôt des arbres de petite taille, parfumés, florifères et aux racines peu conquérantes.

Le Chionanthus

Aussi appelé « arbre de neige », le Chionanthus compte deux espèces : virginicus et retusus. Au printemps, il est maculé d’une floraison blanche que ses fins pétales dessinent en étoile. Les deux espèces ont des ports différents. Le Chionanthus retusus a une silhouette de petit arbre en parasol atteignant 3m de haut. Rustique, cet espèce apprécie une situation ensoleillée ou à la mi-ombre, abritée du vent. Pour obtenir une forme d’arbre, il est nécessaire de couper les branches les plus basses. Le Chionanthus virginicus quant à lui, forme un buisson au port large et arrondi. Il peut aussi être conduit en arbre en élaguant les branches basses. Ses feuilles, un peu plus larges que le retusus, se parent d’un jaune d’or à l’automne. Le Chionanthus aime les sols profonds, acides et riches. On évite de le placer en sol calcaire et sec. À côté de la terrasse, il amènera lors de la floraison, en mai juin, un parfum légèrement mentholé des plus agréables.

Le Pinus strobus ‘Radiata’

Faisant partie des pins blancs, le Pinus strobus ‘Radiata’ est une variété qui ne dépasse pas les 1,75m de haut. À hauteur d’homme, il ne risque pas d’abîmer la terrasse. En revanche, il pourra parfaitement la dissimuler. Ses rameaux d’abord lisses, crevassent et blanchissent avec le temps. Ils accueillent de très nombreuses aiguilles, fines, souples d’un vert bleuté. Elles lui confèrent un port dense, idéal pour créer un petit coin cosy et se cacher du vis-à-vis. Aussi appelé pin de Weymouth ‘Radiata’, il est très rustique et tolère jusqu’à -40°C. Le pin de Weymouth nain est une espèce utilisée pour reboiser grâce à une croissance rapide et une culture facile. En termes de sol, il faut éviter le calcaire, mais une fois bien installé, il peut supporter un sol sec. Le substrat le plus adapté reste un sol frais, drainé et acide. Ce conifère doit être placé au soleil, ou à une exposition légèrement ombragée dans les régions chaudes. Une fois par an, il convient de lui faire un apport d’engrais, aux alentours d’avril. Les premières années, il faut bien l’arroser, pour qu’il ait un sol frais, mais pas détrempé.

Le Gleditsia triacanthos 'Sunburst’

Cette variété de février d’Amérique à l’avantage de ne pas avoir d’épines. Sa silhouette est aérienne, gracieuse, ornée d’un feuillage fin et décoratif. Les feuilles sont d’abord vert anis au printemps, puis, évoluent progressivement vers le doré en été, avant de tomber en automne. Le cultivar ‘Rubylace’ a quant à lui des feuilles mêlant vert et bronze. À proximité de la terrasse, il promet une ombre légère en été et des couleurs chatoyantes. Cette essence est rustique et accepte des températures inférieures à -15°C. Il peut atteindre 10m de haut et 8m de large à maturité, il faut donc veiller à lui laisser une place assez large près de la terrasse. S’il est à proximité d’un massif, ne plantez pas trop près. Toutefois, il dispose d’une racine pivot, c’est-à-dire une racine qui se dirige en profondeur mais ne s’étale pas. Elle ne viendra pas perturber la maison ou la terrasse. En revanche, faites attention aux canalisations, vérifiez leur emplacement avant de planter. Pour l’exposition, on évite le vent et on privilégie le soleil. Appréciant les sols drainés, n’hésitez pas à ajouter une couche de graviers ou de billes d’argiles au fond du trou, lors de la plantation. Les terres argileuses seront mélangées à du sable. Dans tous les cas, vous pouvez lui octroyer un peu de compost et l’arroser copieusement au moment de planter. Par la suite, il ne demande pas d’entretien.

L'Érable du Japon

On se présente plus l’Acer palmatum et ses feuilles décoratives. Vertes ou rouges, elles passent par une multitude de tonalités en automne. Jaune doré, rouge vif, pourpre profond, orange lumineux… Une belle palette de couleurs chaudes se décline sous le ciel automnal. Ce feuillage coloré se démarque par des formes variées : palmées, découpées, voire ciselées ! Ce petit arbre, mesure entre 1 m et 10 m de haut. Ces variations de tailles sont dues aux différents ports : pleureur, buissonnant ou élancé. Quel que soit le port, ses rameaux sont élégants, fins et graphiques. Certains cultivars comme le ‘Sangokaku’ ont des rameaux rouges vifs qui dénotent de leurs feuilles vert tendre. Souvent plantés en pot ou dans des petits jardins, vous pouvez tout à fait le planter proche de votre terrasse. Isolé, vous profiterez de sa jolie silhouette. En massif, il s’associe bien avec les plantes terre de bruyère. En effet, ce bel arbre a besoin d’une exposition mi-ombre, avec soleil le matin. Il aime les sols frais, drainants et légèrement acides. On évite de le mettre en plein soleil, au risque de voir ses feuilles se dessécher. Côté entretien, pensez à mettre une couche de paillage à son pied. En été, arrosez le régulièrement, de manière à laisser sécher la terre entre chaque. Prenez également l’habitude de lui fournir un peu de compost une fois par an.

→ à lire : Erables du Japon : comment choisir la bonne variété ?

Le Trachycarpus wagnerianus

Vous rêvez d’une terrasse exotique ? Vous n’avez pas de sable fin ni de mer turquoise, mais vous pouvez avoir les cocotiers ! Plus précisément, un Trachycarpus wagnerianus. Ce palmier miniature atteint 6,50 m de haut et 1 m de large avec ses feuilles de 50 cm de long. Il est un peu plus petit que le Trachycarpus fortunei, mais tout aussi exotique ! Ses feuilles d’un vert sombre sont palmées, rigides et compactes. Le stipe (sa tige ligneuse), est recouvert de fils enlacés qui le protègent du froid. En effet, ce palmier est l’un des plus rustiques ! Il supporte jusqu’à -15°C, de quoi s’offrir les tropiques, même avec un climat froid. Ses racines sont assez superficielles, ce qui est idéal proche d’une maison. Des inflorescences, support de fleurs jaune crème, apparaissent au début de l’été. Toutefois, ce n’est pas sa floraison qui fait sa réputation. Il peut être cultivé en bac ou en pleine terre, dans un sol léger, riche et plutôt frais. Les trois premières années, il aura besoin d’arrosages réguliers en été et plus espacés en hiver, afin de garder un sol frais. Attention, ce dernier ne doit pas être gorgé d’eau. Par la suite, il s’accommodera d’un substrat sec.

Le Cornus kousa

Le cornouiller du Japon se distingue par une floraison originale. Entre mai et juillet, il se pare d’une multitude de petites fleurs roses, blanches ou vertes. Elles comptent 4 grandes bractées régulières et disposées de manière symétriques, que l’on confond facilement avec des pétales. Les petites fleurs sont en réalité au niveau du coeur, d’une couleur vert-jaune. Ses feuilles sont simples, ovales et opposées. Après l’apparition de petits fruits rouges en septembre, le feuillage devient écarlate avant de tomber, laissant la silhouette graphique à nu. Du printemps à l’automne, le Cornus kousa est donc décoratif au bord de la terrasse, tantôt grâce aux fleurs, aux fruits ou aux feuilles. De plus, le système racinaire superficiel ne risque pas d’abîmer les constructions alentours. Ce petit arbre de 7 m de haut maximum est très rustique, il accepte des températures en dessous de -15° C. Le Cornus kousa aime les sols bien drainés, fertiles, légèrement acides. En revanche, il redoute l’humidité en hiver. À chaque printemps, apportez-lui un peu de compost et de tourbe pour enrichir et acidifier de sol. Les deux premières années, il faudra l’arroser régulièrement entre mai et octobre, ensuite, ce n’est plus nécessaire.

Le Magnolia stellata

Une pluie de fleurs étoilées s’ouvrent dès le début du printemps sur les branches du magnolia étoilé. Avant l’apparition de ses feuilles, les fleurs roses ou blanches, embaument la terrasse de leur doux parfum. Son port buissonnant, s’étale petit à petit pour habiller parfaitement le fond d’un massif. Il ne dépassera pas les 3m de haut et de large. Ainsi, il peut tout à fait être planté au bord de la terrasse, faisant profiter ses heureux propriétaires de ses nombreuses fleurs. Supportant jusqu’à -15°C, c’est une espèce rustique, qui peut être aussi bien au soleil qu’à la mi-ombre. En revanche, comme les autres magnolias, elle demande un sol frais, drainé et acide. Le Magnolia stellata supporte un sol neutre à légèrement calcaire, si vous mélangez de la terre de bruyère à votre terre de jardin au moment de la plantation. Il se mariera à merveille avec des arbustes terre de bruyère comme les rhododendrons, azalées et camélias). Ce massif fleuri une grande partie de l’année, égayera la terrasse à coup sûr !

Le Dicksonia antarctica, une alternative au palmier

Les régions les plus chaudes pourront se permettre une fougère arborescente. La Dicksonia antarctica est l’une des plus rustiques, elle supporte jusqu’à -10°C. Pour supporter ces températures basses, elle doit impérativement être protégée du vent, au sein d’un climat doux et humide. De plus, cette plante exige un fort taux d’humidité. Elle trouverait sa place dans un espace ombragé, encastré entre des murs, dans une région aux hivers doux. Si elle est exigeante avec le jardinier, elle le rend bien avec un magnifique stipe fibreux, surmonté d’une couronne de frondes vert tendre. Elle pousse lentement mais sûrement, à condition d’être bien installée. In fine, elle atteint 6m de haut pour 3m de large et dépayse à elle seule, la terrasse tout entière. Mieux vaut la pailler, afin de préserver l’humidité du sol en été et la protéger du froid en hiver. Plantez-la dans un sol frais, riche en humus, neutre, voire acide. Intégrée dans un massif au bord de la terrasse, elle accueillera volontiers d’autres fougères à ses pieds, comme l’Athyrium filix-femina ‘Victoriae’, adepte du même type de sol.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire