Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
arbres résistants à la sécheresse
conseil

Arbres résistants à la sécheresse

Une sélection d'arbres pour jardins petits et grands, parfaitement adaptés aux sols secs

Force est de constater que le climat se modifie et que les vagues de chaleur et de sécheresse se multiplient, quelles que soient les régions. Alors, on nous exhorte à végétaliser et à planter des arbres, ces climatiseurs naturels qui nous offrent une ombre si bienvenue, qui nous font respirer et qui offrent le gîte et le couvert à tout une biodiversité. La question que se posent les jardiniers en région soumise à la sécheresse est inévitablement : « quel est l’arbre le plus résistant ? Quel est l’arbre qui ne craint pas la chaleur et qui résiste à la sécheresse ? Mais en même « quel arbre sera le plus adapté à mon jardin » ? Nous vous invitons à nous suivre pas à pas dans 4 jardins, 4 espaces de taille et de configuration différentes afin de découvrir ceux que vous pourrez choisir parmi notre collection et planter pour votre plus grand bonheur, celui des générations futures et surtout sans arrosage automatique !

Petit arbre pour petit jardin

Nous sommes ici dans un jardinet ensoleillé. Imaginez un petit clos de ville ou de village dont les propriétaires sont si fiers, ou encore un petit terrain en lotissement qui demandera peu d’entretien mais permettra aux enfants de jouer dehors et de recevoir les amis. Même tout petit, ce morceau de nature dont la terre est plutôt caillouteuse et pauvre, a besoin d’un peu de volume, de verticalité et d’ombre. Et si les arbres envisagés peuvent servir à s’isoler du voisinage, c’est encore mieux. Mais quel sujet choisir en terrain si sec ?

De multiples variétés pour cet arbre à petit développement, qui selon celle que vous choisirez attendra entre 5 et 6 m de haut pour une envergure de 4 à 5 m. Les plus courantes sont les variétés ‘Ombrella’ et ‘Rosea’ mais les Albizia sont tous de petits arbres à l’aspect plumeux aux rameaux étalés en parasol. Leur feuillage – pourpre pour la variété ‘Summer Chocolate’ et ‘Evey’s Pride’ – est caduc et se replie la nuit. Les grandes feuilles composées, sont très légères et les rameaux portent une longue floraison estivale en jolis plumeaux rose à rouge. Malgré leur aspect un peu exotique ce sont des arbres rustiques qui apprécient le soleil, les sols bien drainés et surtout la sécheresse !

Arbre à soie

Albizia julibrissin ‘Rosea’, dans un petit espace près de la maison, détail des rameaux et détail des fleurs

Un incontournable du jardin sec, typique des paysages du Sud mais qui peut s’acclimater dans de nombreuses régions. L’olivier préfère un sol profond, bien drainé et sec. Il peut atteindre une hauteur de 5 à 10 m mais sa croissance est lente et il supporte bien la taille, ce qui permet de le maîtriser dans les petits espaces. La variété ‘Cipressino’ est très intéressante pour son port compact et érigé. Idéal donc si l’espace est vraiment restreint en largeur.

Olivier

Olea europaea, planté dans un jardinet structuré, dans un petit massif Olea europaea ‘Cipressino’ au port vertical.

Impeccable pour qui cherche une ombre bien dense avec un arbre de taille modeste, soit une hauteur de 8 m pour un étalement de 6 m. Ses grandes feuilles découpées sont caractéristiques et d’un beau vert lumineux, notamment pour la variété ‘Golden Shadow’ qui illumine le jardin d’un beau jaune doré. Il pousse assez rapidement et supporte tous types de sol, même très calcaires ou sablonneux. La sécheresse ne lui fait pas peur, et on pourra le planter en plein soleil ou à mi-ombre. Pour la petite histoire, depuis la nuit des temps son écorce est utilisée en Asie pour confectionner du papier à calligraphie.

Mûrier à papier

Broussonetia Papyrifera, silhouette et détail du feuillage

Pour un jardin de quelques centaines de mètres carrés

Ce jardin est un peu plus grand, assez pour accueillir une belle terrasse, quelques massifs, peut-être même un coin piscine. Mais si vous l’observez d’un œil critique, vous allez très vite trouver de nombreuses occasions d’accueillir un ou plusieurs arbres pour parfaire le décor. Le sol est sec et caillouteux, le soleil tape fort, et il manque quelques beaux sujets, faciles à cultiver et surtout pas gourmands en eau, cette précieuse ressource qu’on économise pour le petit potager. Voici la sélection idéale pour ce type de jardins :

Son nom commun provient à la fois de la forme de ses feuilles apparentées à celles du  Charme, et de celle de ses fruits ressemblant à ceux du Houblon. C’est un arbre de développement moyen, qui fera entre 10 et 15 m de hauteur pour une envergure d’environ 5m. Etant plutôt bien résistant à la sécheresse, on le trouve dans une grande partie du bassin méditerranéen. Il prend naturellement un port conique. Son feuillage est caduc, de vert tendre à jaune doré en automne. Parfaitement rustique, il préfère un sol drainé, même ingrat, sec et calcaire.

Charme houblon

Ostrya carpinifolia, silhouette, feuillage en automne et détail des fruits

La légende raconte que Judas se serait pendu à cet arbre après avoir trahi Jésus. Quoi qu’il en soit, cet arbre fait partie des plus beaux spécimens à fleurs, puisqu’il se couvre de rose vif en mars-avril. Sa multitude de fleurs apparait avant les feuilles et attire les insectes pollinisateurs.  A taille adulte, il atteint une dizaine de mètres pour un étalement d’environ 4 m. Ses feuilles caduques en forme de cœur sont d’une belle couleur vert tendre. Il résiste à des températures d’environ -10°C et préfère une terre bien drainée où il résistera à la sécheresse une fois installé. Il aime le plein soleil ou la mi-ombre.

Arbre de Judée

Cercis siliquastrum, silhouette et détail des feuilles et des fleurs.

  • Le Faux-poivrier – Schinus molle

Un bel arbre, originaire d’Amérique du Sud, très intéressant par sa croissance rapide d’environ 1 m par an pour atteindre une dizaine de mètres de hauteur et son feuillage persistant. Il adopte naturellement un port pleureur et son feuillage aromatique dégage une douce odeur de poivre lorsqu’on le froisse. Au printemps sa floraison discrète prend la forme de petites fleurs jaune pâle regroupées en grappes. Elles sont suivies de baies roses comestibles au goût poivré. C’est un arbre épatant mais un peu frileux, à réserver aux régions à climat doux car il souffre à partir de -5°C. Il tolère les sols pauvres et secs de préférence bien drainés.

Faux-poivrier

Schinus molle, silhouette et détail des baies roses comestibles

  • Le Lilas de Perse – Melia azedarach

Arbre originaire d’Asie, le Mélia est intéressant par son aspect très ornemental tout au long de l’année. Au printemps et début d’été sa magnifique floraison parfumée lilas à violet foncé attire les abeilles, et il se pare d’un beau feuillage dense vert franc brillant. Caduc, ses feuilles virent au jaune d’or en automne, lorsque apparaissent les fruits sous forme de grappes garnies d’une multitude de petites baies sphériques. Elles passent du crème au jaune et restent sur l’arbre tout l’hiver jusqu’au printemps suivant. Sous climat approprié, il fera de 8 à 12 m de hauteur. Il aime les sols drainés, même peu fertiles est rustique jusqu’à -12°C et est parfaitement adapté à la sécheresse.

Lilas de Perse

Melia azedarach, silhouette, détail des fleurs et des baies

Pour un grand jardin de plus de 800 mètres carrés

Ici l’échelle change. Le jardin est spacieux et mérite de plus grands sujets, à isoler de préférence pour créer un effet majestueux ou ombrager une partie des espaces où il fait décidément trop chaud en été.

Cultivés autrefois pour leurs fruits comestibles, les mûriers sont aussi intéressants pour leur feuillage et leur silhouette ample. Tous deux feront ente 10 et 15 m de haut, pour un étalement d’environ 8 m et leur feuillage caduc est bien dense, ce qui en fait de parfaits sujets d’ombrage. Délaissés de nos jours, leurs fruits sont savoureux et si le jardinier les oublie, ils feront en tout cas le bonheur des oiseaux ! Parfaitement rustiques, ils supportent également très bien la sécheresse et se plaisent dans tout type de sol.

Mûrier noir et blanc

Morus nigra : silhouette et détail des fruits et détail des fruits de Morus alba

Parmi les alliés du jardin sec, on trouve ce chêne qui recouvrait autrefois  la plupart des terres méditerranéennes. C’est un arbre persistant de 15 à 20 m de hauteur, à la croissance plutôt lente. Son feuillage de petite taille est coriace et vert luisant sur le dessus et grisâtre au revers.  C’est un chêne très accommodant, qui pousse aussi bien dans une atmosphère sèche qu’en bord de mer. Ses glands sont appréciés des écureuils et des sangliers. Il apprécie les sols secs, drainés et préfère le calcaire.

Chêne vert

Quercus ilex, silhouette et détail des fruits et du feuillage

Pour un vaste espace vert… pas si vert !

Ici, on peut oublier le gazon bien vert façon green de golf. Il a laissé la place à la prairie-pelouse, bien plus riche de biodiversité et bien plus facile à entretenir, mais sèche en été. On peut laisser pousser l’herbe et les fleurs des champs, juste tondre quelques chemins sinueux, et planter de majestueux arbres. Dans ce grand espace, on peut se permettre les géants, ceux qui à l’âge adulte ou aux environs de 20 ans ont une hauteur qui fait lever les yeux, à plus de 20 mètres de hauteur.

Une plantation en cuvette en automne dans un trou travaillé bien en profondeur, un drainage de graviers si la terre est vraiment trop argileuse, et un arrosage une fois tous les 10 jours le premier été, pour favoriser un enracinement profond. La nature fera le reste…

Pour beaucoup, l’ambiance des jardins secs, c’est d’abord les pins. Parmi ces espèces de conifères à grand développement le pin parasol est l’un des plus majestueux. Lorsqu’il est jeune, sa couronne a une forme arrondie et en prenant de l’âge, elle adopte son allure étalée en large parasol. Ces pins, que l’on voit regroupés en pinèdes dans les paysages du Midi, peuvent très bien être plantés en isolé au jardin ou par groupe si l’espace s’y prête car il aura un étalement de 10 à 15 m, pour une hauteur de 15 à 20 m! Il est parfaitement rustique, adapté aux embruns, au vent et à la sécheresse.

pin parasol

Pinus pinea, silhouette et détail

Un magnifique conifère qui, comme son nom l’indique, est originaire du Liban où il est emblème national. On trouve en France de nombreux Cèdres du Liban remarquables, car il est rustique et pas très exigeant sur la nature du sol, à condition qu’il soit profond et bien drainé. Son port d’abord conique s’étale avec l’âge, et son feuillage persistant vert bleuté est regroupé en bouquets d’aiguilles. Il préfère le soleil, et supporte bien la sécheresse une fois installé. Il faut lui réserver une place adéquate car avec une hauteur moyenne de 25 à 30 m, il aura un étalement de plus de 15 m.

Cèdre du Liban

Cedrus libani, silhouette et détail

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire