Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
conseil

10 arbustes persistants de terrain sec

Découvrez notre sélection !

En gardant leurs feuilles en hiver, les arbustes persistants ont l’avantage d’être décoratifs tout au long de l’année. Cela constitue un véritable avantage lorsqu’ils sont utilisés en haie brise-vue. Ainsi ils ne perdent rien de leur pouvoir occultant, même à la mauvaise saison. Certains d’entre eux se montrent aussi tout à fait résistants aux terrains secs. Ils sont peu exigeants et vous pouvez facilement les cultiver même si le sol de votre jardin a tendance à se dessécher rapidement. Découvrez notre sélection d’arbustes persistants qui supportent les sols secs, et tous nos conseils pour les cultiver !

Le Laurier-rose

Le Laurier-rose, ou Nerium oleander, est un arbuste typiquement méditerranéen qui offre durant tout l’été, de juin à septembre, une abondante floraison. Les fleurs sont souvent roses, parfois rouges, blanches, voire orangées ou jaune pâle, suivant les variétés. Elles sont formées de cinq grands pétales, soudés à la base en un tube. Il existe même des variétés à fleurs doubles ! Le laurier-rose porte également de belles feuilles allongées, vert foncé, avec une nervure centrale bien marquée. À maturité, il atteint 3 à 4 mètres de hauteur. Nous vous conseillons de le planter en plein soleil, à un endroit abrité des vents froids. Suivant les variétés, il supporte entre – 7 et – 15 °C. C’est une plante incontournable dans un jardin de style méditerranéen, et il est parfait en bord de mer. Il convient parfaitement à une plantation en haie.

Les fleurs du Laurier-rose

La délicate floraison du laurier-rose, Nerium oleander (photo Ian W. Fieggen)

Le Ciste

Le Ciste est un arbuste méditerranéen bien florifère, qui offre, en général d’avril à juin, de belles fleurs à l’aspect chiffonné. Elles sont généralement roses ou blanches, avec au centre un bouquet d’étamines jaunes, et certaines variétés portent de belles macules sombres vers le centre de la fleur. Bien qu’elles soient éphémères, les fleurs du Ciste ne cessent de se renouveler. Ses feuilles sont épaisses, parfois gaufrées ou rugueuses, et souvent de couleur vert – gris. C’est un arbuste peu exigeant et peu sensible aux maladies. Il a néanmoins besoin d’un emplacement chaud et ensoleillé, et se destine plutôt aux régions de climat doux, où les risques de gel sont faibles. C’est un arbuste idéal pour un jardin de bord de mer !

La floraison du Ciste

Le Cistus purpureus offre de belles fleurs rosées, tachetées de macules sombres, et à l’aspect chiffoné

Le Teucrium fruticans

La Germandrée arbustive, ou Teucrium fruticans, est un petit arbuste, qui ne dépasse pas 1,50 m de hauteur, au port arrondi, bien touffu et ramifié. Il porte de belles feuilles ovales couvertes d’un duvet gris argenté. Elles sont légèrement aromatiques lorsqu’on les froisse. Il offre durant tout l’été de petites fleurs bleues (parfois même dès l’hiver dans les régions au climat doux). Comme le Teucrium supporte très bien la taille, c’est un arbuste que l’on peut tout à fait former en topiaire, comme le buis ! Nous vous conseillons de le tailler juste après la floraison pour l’inciter à se ramifier et prendre un port bien dense. Il supporte de courtes gelées de l’ordre de – 10 °C, et se révèle parfait en bord de mer ou dans un jardin de style méditerranéen.

La floraison de la Germandrée, Teucrium fruticans

Les petites fleurs bleues et le feuillage vert-gris de la Germandrée, Teucrium fruticans ‘Azureum’ (photo peganum)

L'Elaeagnus ebbingei

Aussi appelé Chalef, l’Elaeagnus ebbingei est un arbuste bien dense et touffu, qui porte des feuilles elliptiques et épaisses. Chez l’espèce-type, les jeunes feuilles sont grises argentées, avant de devenir vert foncé, mais il existe aussi des variétés panachées : par exemple ‘Limelight’, aux feuilles vertes et jaunes, très lumineuses. L’Elaeagnus porte en automne une floraison parfumée, sous la forme de petites clochettes blanc crème, constituées de quatre pétales. C’est une floraison nectarifère, qui attire les insectes pollinisateurs. Les fleurs sont ensuite suivies par de petites baies. L’Elaeagnus pousse rapidement, et atteint jusqu’à trois ou quatre mètres de hauteur à maturité. Il est idéal pour constituer une haie, d’autant plus qu’il supporte bien la taille, et il forme un brise-vent efficace. Si vous le plantez en haie, respectez au moins 80 cm de distance entre deux plants. Il s’agit véritablement d’un arbuste facile à cultiver, bien rustique et peu exigeant. De plus, il supporte les embruns et peut donc être installé en bord de mer.

Le feuillage de l'Elaeagnus ebbingei

Les feuilles vertes et épaisses de l’Elaeagnus ebbingei

Le Ceanothus impressus

Le Céanothe impressus, joliment surnommé Lilas de Californie, est un arbuste apprécié pour sa belle floraison bleu – mauve, qui recouvre littéralement le feuillage ! Les fleurs sont petites mais nombreuses, et sont réunies en panicules arrondies. La floraison a lieu au printemps, en avril-mai, et peut se prolonger en été ou en automne suivant le climat. Nous vous conseillons en particulier la variété ‘Victoria’. Le Ceanothe impressus forme un arbuste au port dense et arrondi, qui atteint jusqu’à deux mètres en tous sens. Ses feuilles sont petites, vert foncé brillant, et dentées. Il existe aussi des variétés panachées, comme le Ceanothus impressus ‘Lemon & Lime’. Le Céanothe se plait en plein soleil et en terrain drainant, plutôt pauvre. Il convient plutôt bien aux jardins de bord de mer. Il supporte très bien la taille, et se montre rustique jusqu’à – 10 °C. Il

La floraison du Ceanothe

Le Ceanothus impressus var. nipomensis offre de belles fleurs bleu mauve, réunies en panicules arrondies (photo Stan Shebs)

Le Phillyrea angustifolia

Le Filaire à feuilles étroites, ou Phillyrea angustifolia, est un arbuste que l’on trouve naturellement dans les garrigues du bassin méditerranéen et du sud-ouest de la France, souvent en compagnie du chêne vert. Il porte des feuilles vert foncé, coriaces, longues et fines, qui rappellent celles de l’olivier… Il appartient d’ailleurs à la même famille ! Il constitue ainsi une bonne alternative à l’olivier. Le Filaire porte également au printemps de petites fleurs blanc – vert, qui sont assez discrètes mais ont l’avantage d’être parfumées et mellifères. Elles sont suivies par de petites baies noires bleutées, qui ressemblent à des olives, mais ne sont pas comestibles. Le Filaire est un arbuste qui pousse lentement, mais qui a une grande longévité. A maturité, il atteint jusqu’à trois mètres de haut pour deux mètres d’envergure. Vous pouvez l’installer au soleil ou à mi-ombre. C’est un arbuste facile et peu exigeant, qui s’adapte plutôt bien aux sols pauvres et rocailleux, et supporte les sols calcaires. Lorsqu’il est jeune, il peut se montrer un peu frileux, mais une fois bien installé, il est capable de supporter jusqu’à – 15 °C. Il supporte également les embruns et peut être installé en bord de mer.

Le Phillyrea angustifolia porte un feuillage fin, qui rappelle celui de l’olivier, ainsi que des baies arrondies (photo A. Barra)

Le Pittosporum tobira

Le Pittospore du Japon est un arbuste compact qui porte de belles feuilles vertes et brillantes, de forme obovale, et coriaces. La nervure centrale est bien marquée, et de couleur plus claire. La variété Pittosporum tobira ‘Variegatum’ se distingue par ses feuilles originales, vertes marginées de blanc. Le Pittosporum offre également au printemps des bouquets de fleurs blanc crème, formées de cinq pétales, dont le parfum rappelle celui des fleurs d’oranger. A maturité cet arbuste peut atteindre jusqu’à cinq mètres de haut pour deux mètres d’envergure. Il existe néanmoins une variété naine : Pittosporum tobira ‘Nanum’ (jusqu’à un mètre de haut). Le Pittosporum est assez peu rustique (jusqu’à – 5 °C) : mieux vaut le réserver aux régions au climat doux, où les risques de gel sont faibles. Dans les autres régions, il est préférable de le cultiver en pot et de le rentrer pour l’hiver. Hormis cette sensibilité au froid, le Pittosporum est un arbuste résistant et facile à vivre. Le vent et les embruns ne lui font pas peur… ainsi il peut être installé sans problème dans un jardin de bord de mer. Il supporte sans problème la taille, ce qui en fait un arbuste idéal en haie, mais on peut aussi le cultiver en isolé, ou l’associer à d’autres arbustes.

La floraison du Pittosporum

Le Pittosporum tobira est apprécié pour sa floraison blanc crème et son feuillage vert brillant, épais

Le Rhamnus alaternus

Typique des garrigues méditerranéennes, le Nerprun alaterne est un arbuste bien touffu, qui porte des feuilles coriaces, vert foncé. Il offre aussi au printemps une discrète floraison. Ses fleurs sont petites, de couleur jaunes verdâtres, mais sont mellifères, appréciées par les abeilles qui viennent les butiner. Elles sont suivies, chez les pieds femelles, par de petites baies rouges, qui sont consommées par les oiseaux. Le Nerprun alaterne est un arbuste très facile et peu exigeant, qui s’adapte à tout type de terrain, même calcaire, pauvre, argileux ou rocailleux. Il supporte même les embruns et la pollution atmosphérique. Il est tolérant quant à l’exposition, poussant aussi bien au soleil qu’à l’ombre… un véritable arbuste tout terrain ! De plus, il ne demande pas vraiment d’entretien, pousse rapidement, et peut atteindre à maturité jusqu’à cinq mètres de haut.

Les baies du Rhamnus alaternus

Les plants femelles de Nerprun alaterne portent des baies rouges, très décoratives (photo Colsu)

Le Myrtus communis

Le Myrte est un arbuste typiquement méditerranéen dont on apprécie durant tout l’été, de juillet à septembre, la splendide floraison. Il porte de ravissantes fleurs d’un blanc immaculé, munies au centre de nombreuses et longues étamines, très décoratives. Sa floraison est vraiment légère et délicate ! Les fleurs sont suivies par des baies, qui sont utilisées en confitures ou gelées. Il s’agit d’un arbuste qui pousse lentement et qui atteint 1,50 à 2 m de haut. Il offre de petites feuilles ovales, vert foncé, brillantes et épaisses. Elles sont aromatiques et ont des propriétés médicinales. Vous pouvez le planter aussi bien au soleil qu’à l’ombre. Concernant sa rusticité, le Myrte supporte jusqu’à – 12 °C.

Les fleurs du Myrte

La splendide floraison blanche du Myrtus communis, avec de nombreuses étamines très décoratives (photo Jonathan Billinger)

Le Pistacia lentiscus

Le Pistachier lentisque est un arbuste des garrigues et maquis méditerranéens qui offre un superbe feuillage, divisé en folioles fines. De plus, ses feuilles prennent de belles teintes bronze en hiver. C’est un arbuste dioïque : il existe des plants mâles et des plants femelles. Le Pistachier fleurit au printemps, mais les fleurs sont très discrètes, insignifiantes. Chez les plants femelles, celles-ci sont suivies par des grappes de petites baies rouges, devenant ensuite noires. Il pousse assez lentement et prend souvent un port étalé, un peu plus large que haut : il atteint jusqu’à deux mètres de haut pour trois mètres d’envergure. Le Pistachier a aussi la particularité de produire une résine aromatique, utilisée pour ses propriétés antiseptiques. Concernant l’exposition, il supporte aussi bien le soleil que l’ombre ! Très peu exigeant et facile à cultiver, le Pistachier lentisque est un arbuste tout terrain, qui accepte sans problème les sols pauvres, le vent et les embruns.

Les baies du Pistacia lentiscus

Les plants femelles de Pistachier lentisque portent des baies rouges ! (photo Michael Wunderli)

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire