Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Hysope, Hyssopus officinale : semis, plantation, culture, bienfaits

L'Hysope en quelques mots

  • L’Hysope ou herbe sacrée est une jolie plante condimentaire et officinale
  • Ses feuilles au goût de thym et de romarin sont indispensables en cuisine et possèdent de nombreuses vertus
  • Ce sous-arbrisseau vivace exhibe une abondante floraison estivale en épis, bleue, blanche ou rose
  • Rustique et frugale, elle se plante en plein soleil dans un sol très drainant, même sec et pauvre
  • Indispensable dans le carré d’aromatiques, elle a aussi sa place en rocaille et massif méditerranéen

Le mot de notre experte

L’Hysope ou Hysope officinale est une plante vivace condimentaire très appréciée en cuisine pour son feuillage très aromatique au goût de thym et de romarin permettant d’aromatiser de nombreuses recettes ! Elle entre également dans la fabrication de nombreux alcools et liqueurs comme la bière, la Grande-Chartreuse, la Bénédictine, le Pastis… L’Herbe sacrée est réputée pour ses nombreuses vertus, en particulier pour soigner les affections digestives et respiratoires. Dans certaines croyances africaines, l’Hysope sert à se purifier.

Tout l’été, elle fleurit en longs épis le plus souvent bleu-mauve rappelant la lavande.

De culture facile, elle se plaît au soleil et aime les terres arides et les sols drainants, pauvres et plutôt calcaires.

Ce sous-arbrisseau méditerranéen trouvera sa place dans les jardins de plantes aromatiques, en pot sur un balcon ou la terrasse comme dans les massifs et les rocailles.

Utilisez-la pour ses qualités ornementales et olfactives au jardin ou pour ses propriétés condimentaires, au potager !

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Hyssopus officinalis

Famille : Lamiacées

Noms communs : Hysope, Herbe sacrée

Floraison : Estivale

Hauteur : 0,45 à 0,60 m

Exposition : Soleil, mi-ombre

Sol : sec, pauvre et filtrant

Rusticité : au-delà de -15°C

L’Hysope ou « Herbe sacrée » est un sous-arbrisseau aromatique, semi- ligneux appartenant à la famille des Lamiacées comme le thym, le romarin et la lavande. Elle pousse spontanément dans les régions méditerranéennes, et notamment en Haute Provence où on la rencontre sur les collines arides jusqu’à 2 000 m d’altitude.

Si le genre Hyssopus comprend plus de 8 espèces d’arbustes ou de vivaces aromatiques, la seule cultivée dans nos jardins est l’Hyssopus officinalis à la floraison bleu violet. Il a donné naissance à 3 cultivars qui se différencient de l’espèce type par la couleur de leurs fleurs (blanches ou roses) ou leur développement. L’Hyssopus officinalis var. Montana ou hysope couchée est un hybride utilisé en phytothérapie. L’ hysope est parfois confondue avec l’agastache, une autre lamiacée dont elle est proche et surnommée « hysope anisée ».

A partir de racines ligneuses, ramifiées et dures, la plante s’élève en petites touffes buissonnantes, régulièrement arrondies, légèrement évasées et odorantes allant de 40 à 60 cm de haut et jusqu’à 1 m de large.

Les nombreuses tiges carrées et ligneuses, caractéristiques des lamiacées portent un feuillage comestible très aromatique et semi-persistant.

De petites feuilles glabres, linéaires, ovales à lancéolées, opposées, alternent le long des rameaux dressés. Elles mesurent 3 à 5 cm de long, sont entières et présentent une seule nervure médiane. Vertes, légèrement brillantes et très aromatiques, elle diffusent un parfum évoquant la sarriette, le camphre et le romarin, dont la saveur rappelle celle de la menthe. Ses feuilles, fraîches ou séchées, sont utilisées pour aromatiser de nombreux plats.

Sur ce buisson dense, de juillet à septembre, de jolies fleurs tubulaires paraissent, réunies en épis étroits à l’extrémité des tiges. Elles sont bilabiées et abritent un bouquet d’étamines saillantes. Généralement bleu violacé, elles sont parfois blanches ou roses selon les cultivars.

hysope officinale

L’Hysope officinale aux jolies fleurs bleu violacé mellifères, existe aussi en blanc et même en rose

Cette très belle floraison rappelant la lavande est particulièrement mellifère et attire abeilles et papillons.

Pour une plante méditerranéenne, l’Hysope supporte très bien le froid jusqu’à – 15°C au moins. Ce sous-arbrisseau nain est capable de s’installer partout. Il se développe facilement dans les terres plutôt arides, pauvres, caillouteuses, bien drainées et calcaires pourvu que l’exposition soit très ensoleillée, il tolérera toutefois la mi-ombre dans nos régions les plus chaudes.

Il trouvera sa place dans les jardins de plantes aromatiques. Au  Moyen-Âge, il était très répandu dans les jardins de simples et les jardins médiévaux. La beauté de sa floraison lui permet de s’afficher également au jardin d’ornement dans les massifs champêtres et les rocailles sèches.

En plus de ses qualités gustatives très prisées dans les cuisines orientales et d’Europe du sud, l’Hysope possède des vertus médicinales notamment digestives, antiseptiques et stimulantes, reconnues depuis l’Antiquité. Elle est souvent citée dans la Bible comme plante purificatrice lors de cérémonies religieuses ou pour soigner les lépreux.

Plantation et semis

Où planter et semer l’hysope ?

Malgré ses origines méditerranéennes, l’Hysope supporte assez bien le froid  jusqu’à -15°C en sol bien drainé et pousse partout en France. Dans les régions les plus rudes, il est prudent de la cultiver en pot sur la terrasse ou le balcon, que vous protégerez  hors gel en hiver.

De culture facile, elle pousse au soleil, même si elle tolère la mi-ombre en sol ordinaire, sec, pauvre même rocailleux. Elle s’adapte à la plupart des sols à condition qu’ils soient impérativement bien drainés. Elle préfère le plein soleil et les expositions chaudes. Elle déteste en revanche les excès d’humidité comme les inondations hivernales qui lui sont fatales : en sol argileux ou trop humide, ne renoncez pas mais installez-la sur une butte.

Prévoyez un espacement suffisant entre les plants.

Très mellifère, l’Hysope  est une plante utile pour améliorer la pollinisation au verger comme au potager où ses fleurs riches en nectar attireront irrésistiblement les insectes pollinisateurs. L’Hysope officinale est en prime un répulsif naturel des fourmis, limaces et escargots.

Elle a toute sa place dans un carré de plantes aromatiques. Avec son port buissonnant, ses jolis épis fleuris et son fin feuillage décoratif, elle s’intègre également facilement dans les jardins naturels ou sauvages comme plante de rocaille, en massif ou en bordure. Dans les jardins rocheux et sans arrosage, elle est idéale pour former des touffes fleuries tout l’été dans les petites rocailles ou les talus arides.

Dans les petits espaces ou sur un balcon, elle se prête également très bien à la culture en pot.

Quand semer, quand planter ?

La plantation de l’hysope a lieu de préférence à l’automne en septembre-octobre ou éventuellement au printemps de mars à mai, après les gelées. Semez les graines d’Hysope de mars-avril à mai.

Comment planter ?

En pleine terre

En sol lourd et incorrectement drainé : incorporez du sable grossier ou un mélange de cailloux à la terre du jardin pour améliorer le drainage. Espacez les plants de 40 à 60 cm et prévoyez 4 à 5 pieds au m2.

  • Creusez un trou de diamètre 2 à 3 fois plus grand que la motte
  • Décompactez bien la terre extraite
  • Étalez un lit drainant au fond du trou de plantation
  • Déposez la motte au milieu du trou
  • Comblez avec un apport de compost
  • Tassez légèrement
  • Arrosez à la plantation puis modérément sans inonder les racines

En pot

Vous pouvez également cultiver l’Hysope en pot (choisissez un contenant assez grand et haut d’au moins 50 cm de diamètre). Le substrat doit être léger et très drainant pour éviter que l’eau ne stagne aux racines.

  • Dans un grand pot, étalez une bonne couche de gravillons, cailloux, billes d’argile
  • Plantez dans un terreau pour plantes méditerranéennes et de sable grossier de rivière ou de pouzzolane
  • Arrosez à la plantation puis sans excès
  • En région froide, remisez le pot pour l’hiver et ressortez-le dès que les températures se radoucissent

Comment semer l’hysope ?

Semis sous châssis :

Semez les graines d’Hysope en mars sous châssis en barquette ou godet dans un terreau léger spécial semis. Recouvrez à peine les graines. Maintenez au chaud à 15-20°C jusqu’à la levée. Repiquez les plants en pots lorsqu’ils sont suffisamment costauds pour être manipulés. Lorsque tout risque de gel est passé et que les plants atteignent environ 20 cm de hauteur, vous pourrez les planter à l’extérieur, au soleil dans une terre drainée.

Semis en place :

  • D’avril à mai, semez en lignes espacées de 30 cm ou à la volée sur une terre fine
  • Recouvrir les graines de 1 ou 2 cm de terreau puis tasser avec le dos d’un râteau
  • Arrosez en pluie fine et maintenez humide jusqu’à la levée qui prend habituellement 14 à 21 jours
  • Éclaircissez pour ne garder qu’un seul plant tous les 40 à 60 cm

Tous nos conseils pour réussir les semis des aromatiques sont sur notre blog !

hysope officinale

 

Récolte, conservation et utilisation de l'Hysope

Quand et comment récolter ?

Les sommités fleuries se cueillent en début de floraison. Les feuilles fraîches se récoltent au fur et à mesure des besoins.

Conservation :

Les tiges de feuilles fraîches se conservent quelques jours enroulées dans du papier absorbant et placées dans le bac du réfrigérateur ou plongées dans un verre d’eau. Les feuilles d’Hysope peuvent être séchées mais elles perdront en arôme : coupez les tiges avant la floraison et faites-les sécher à l’air libre et à l’ombre. Conservez-les dans des sachets en papier ou des boîtes hermétiques.

Utilisations et bienfaits :

Les feuilles fraîches finement hachées et les fleurs d’Hysope s’utilisent pour parfumer les salades, les légumes, les soupes, mais aussi  les farces pour le porc, l’oie ou le canard. Les fleurs d’hysope séchées sont employées comme aromate pour parfumer huiles et vinaigrettes. Elle aromatise également certaines liqueurs comme le Vermouth, le pastis, c’est l’un des ingrédients principal de l’élixir de la Grande-Chartreuse et de la Bénédictine.

C’est une plante très utilisée en phytothérapie. Toutes les parties de la plante possèdent des vertus thérapeutiques : antiseptiques, stimulantes, digestives, anti-rhumatismales et expectorantes pour soulager la toux. L’Hysope officinale s’emploie aussi en infusion (20 g de feuilles par litre d’eau bouillante) pour lutter contre les infections respiratoires (affections des poumons et des bronches), les troubles ORL, faciliter la digestion et apaiser le système nerveux. Au potager, cette infusion se pulvérise pour lutter contre certaines maladies bactériennes.

Attention l’huile essentielle d’Hysope est toxique, elle doit être utilisée avec une précaution extrême, exclusivement en usage externe, et uniquement sur avis médical.

Entretien et soins

Ce sous-arbrisseau  vivace demande peu d’attention.

Arrosez avec parcimonie durant la croissance et seulement en cas de sécheresse prolongée, si le sol est vraiment très sec.

Désherbez régulièrement le sol entre les jeunes plants. Paillez pour limiter les arrosages.

Sans être indispensable, une taille annuelle permet de favoriser une repousse vigoureuse et des floraisons plus abondantes. En fin de floraison ou en mars, au sécateur, taillez les tiges défleuries à 3 cm du vieux bois. Une taille régulière et la suppression des tiges florales permettront d’obtenir de nouvelles pousses plus tendres.

Tous les 4 ans, rajeunissez les touffes anciennes d’hysope en les divisant.

Dans les régions du Nord de la Loire, rentrez les Hysopes en pot, avant les premières gelées, à l’abri du froid dans une pièce non chauffée et maintenez le substrat presque au sec.

Robuste, l’hysope est rarement malade, il peut néanmoins être sensible à la rouille, une maladie cryptogamique assez courante. L’Hysope officinale est répulsif des fourmis, limaces et escargots: faites des infusions à pulvériser contre ces indésirables.

Multiplication

Deux façons de multiplier facilement l’Hysope : en fin de printemps, début d’été par boutures ou par division des souches au printemps ou à l’automne.

Bouturage

  1. Prélevez des rameaux de 10 cm
  2. Supprimez les feuilles de la base
  3. Piquez les boutures dans un bon terreau drainant
  4. Placez à l’ombre et maintenez juste humide jusqu’à la reprise
  5. Repiquez-les pleine terre ou en pot lorsque les plantules mesureront 20 cm

Division

  1. Divisez les plus vieilles souches
  2. Avec une fourche bêche soulevez les touffes
  3. Avec le tranchant d’une bêche, divisez des éclats munis de rameaux et de racines
  4. Replantez-les sans attendre
  5. Arrosez régulièrement pour faciliter la reprise

Associer au jardin

Dotée de propriétés répulsives et mellifères, l’Hysope est une bonne alliée au potager. Elle éloigne les limaces, les escargots, et les fourmis tout en attirant les pollinisateurs qui favorisent la fertilisation de vos plantes potagères. Elle s’intégrera facilement également dans un jardin de curé, dans un carré d’aromatiques évoquant la garrigue, en compagnie d’autres  plantes vivaces aromatiques de soleil tels que le Thym, le Romarin, la Camomille romaine, la Marjolaine ou encore sa cousine l’Agastache.

associer l'hysope

Un exemple d’association en massif naturel en terre sèche : Hysope et camomille dorée (ou non), valériane des jardins, panicaut et origan

Plante méditerranéenne par essence, elle trouve sa place dans un jardin sec avec des plantes aussi frugales qu’elle. Vous pourrez l’installer au sein d’une rocaille ou en bordure d’un massif méditerranéen et l’associer avec des vivaces résistantes à la sécheresse et de vivaces méditerranéennes aromatiques comme des lavandes, des santolines, quelques touffes de nepetas, l’Helichrysum italicum, des Sauges, des Cistes, des armoises et des sedums.

Ressources utiles

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire