Limaces : 7 façons de lutter efficacement et naturellement

Limaces : 7 façons de lutter efficacement et naturellement

au jardin et au potager

Sommaire

Mis à jour le 6 Juin 2024  par Ingrid B. 5 min.

La limace, ou plutôt les limaces, car il en existe près de 10 000 espèces, font partie des ravageurs les plus redoutés au jardin… et en particulier au potager.

Les limaces sévissent généralement par temps humide et occasionnent des dégâts qui peuvent n’être esthétiques ou, en une nuit, avaler tout un rang de laitues, faire disparaître les premières feuilles d’un hosta ou d’un dahlia ou encore s’attaquer aux fraises sur lesquelles vous comptiez, justement, mettre au menu dominical !

Dans les jardins, face aux attaques de ces gastéropodes la lutte s’organise. Chacun expérimente ses propres armes : cendre, coquilles d’œuf brisées, marc de café, pièges à bière… Certains jardiniers ont tout essayé ou presque : trouver un anti limace naturel et efficace n’est pas forcément simple !

Découvrons donc aujourd’hui les moyens et l’éventail des possibilités pour lutter et prévenir les dégâts des limaces, naturellement.

Pour en savoir plus sur les différentes méthodes de luttes contre les limaces, écoutez aussi notre podcast :

Hiver, Printemps, Automne Difficulté

Faire barrage aux limaces

La première façon de protéger vos plantes des limaces est de leur compliquer la vie. Pour empêcher ou tout moins ralentir leur progression, vous pouvez épandre sur le sol des barrières physiques constituées :

  • de cendre,
  • de coquilles d’œufs cassées en petits morceaux,
  • de paillettes de chanvre,
  • de pierre de lave…

On cite aussi parfois le marc de café mais l’efficacité de ce « remède de grand-mère » n’est pas prouvée.

Au potager, il est également possible de protéger les jeunes plants (de salade, par exemple) grâce à des collerettes adaptées. Cette solution semble plus efficace que les anneaux de cuivre sur lesquels les avis sont plutôt mitigés.

Deux façons de lutter physiquement contre les limaces : la pierre de lave et les collerettes (image : http://www.windhager.eu)

L’avantage de cette stratégie est que certains de ces ingrédients sont gratuits et, à condition d’être un peu organisé, ils sont facilement disponibles. Par ailleurs et à l’exception de la cendre qui ne doit pas être utilisée en excès, ils sont sans danger pour le sol et les animaux (voir l’article « Cendre de bois : comment l’utiliser au jardin ? »). Enfin, ils ne tuent pas les limaces, ce qui est souvent un critère important pour les grands amoureux de la nature.

Les inconvénients de ces barrières résident dans le fait que, à l’exception de la pierre de lave, la protection n’est pas durable : la cendre n’est plus efficace dès la première pluie et la paillette de chanvre, une fois tassée, perd son caractère rugueux. Il faut donc penser à renouveler fréquemment les protections.

Efficacité : 3/5

Poser des pièges à limaces

Fabriquer et poser des piège à limaces permet de réguler leur population. Vous trouverez ici notre version :

Le piège à bière est un grand classique : attirées par ce breuvage dont elles raffolent, les limaces viennent de loin pour finalement s’y noyer.

Ces pièges se fabriquent facilement, avec une bouteille d’eau, une boîte de glace dans laquelle on ménage une petite ouverture. Ils se trouvent aussi dans le commerce. On les dispose au milieu des cultures ou des massifs puis on vient relever régulièrement les pièges, pour éliminer les limaces mortes et renouveler la bière.

Notez bien qu‘il ne faut surtout pas se contenter de disposer un simple récipient rempli de bière : les hérissons en sont également amateurs et l’ébriété les rend très vulnérables. Il semble même qu’ils puissent mourir d’un coma éthylique.

Efficacité : 3/5

Utiliser des granulés

Si les granulés bleus anti-limaces suscitent souvent de la méfiance de la part des jardiniers, c’est qu’ils ont longtemps été synonymes, à juste titre, de poison. En effet, à ce jour, subsistent encore deux types d’anti-limaces qui se présentent sous cette forme :

  • les granulés à base de métaldéhyde, une substance polluante qui est, effectivement, un poison convulsivant pour les chiens et les chats… Nous vous recommandons de ne surtout pas utiliser,
  • les granulés à base de phosphate de fer ou « Ferramol », sans danger pour l’environnement ni pour les animaux domestiques… que vous pouvez utiliser même en jardin bio. Notez, au passage, que ces granulés sont plutôt bleu vert.

Le Ferramol est attractif pour les gastéropodes (limaces et escargots). Il résiste à la pluie, son pouvoir est même renforcé par temps humide. Une fois ingéré, il produit un puissant effet coupe-faim et les limaces meurent dans leur abri. Il s’utilise aussi bien au potager qu’au jardin d’ornement et s’avère assez économique : quelques granulés répartis uniformément suffisent pour limiter la présence des limaces.

Efficacité : 4/5

Le Ferramol, un anti-limace utilisable en agriculture biologique

Semer des plantes répulsives

La bourrache, l’achillée, le souci, l’hysope mais aussi l’absinthe et la tanaisie sont réputées pour éloigner les limaces. Ces graines de plantes anti-limaces, vendues en mélange constituent une solution intéressante au potager car elle permet de tenir les « baveux » à distance. Pour cela, il convient de semer ces fleurs en bordure de parcelle ou entre les rangs. Cette solution n’est pas miraculeuse mais elle permet de renforcer l’efficacité des autres moyens de lutte.

Efficacité : 2,5/5

répulsif anti limace

Achillée millefeuille, bourrache, souci et hysope : des plantes qui repoussent les limaces

Ramasser les limaces à la main

Les jardiniers n’y pensent pas forcément mais la collecte des limaces, à la main (ou à la pince à cornichons pour les plus délicats) est un bon moyen d’éliminer ces indésirables. Pour cela, agissez tôt le matin, quand elles se promènent encore en toute impunité… ou ménagez-leur des abris avec des tuiles, des cagettes retournées ou encore des planches de bois où elles se réfugient la journée. Il ne vous reste ensuite qu’à partir à la « cueillette ».

L’intérêt de cette pratique réside aussi dans le fait que leur destin est entre vos mains : vous pouvez, comme le font certains, les découper sur place, sans pitié, ou choisir de les emmener en « vacances », dans bois ou un coin très reculé du jardin.

Malheureusement, cette technique ne fonctionne que sur les sujets de bon calibre : il est vite fastidieux de s’attaquer aux toutes petites limaces qui peuvent, néanmoins, faire de gros dégâts.

Efficacité : 4/5

Une limace, en vacances… loin du potager

Engager un tueur à gages

La lutte contre les limaces peut être sous-traitée, vous pouvez confier cette tâche à deux principaux agents :

  • les nématodes Phasmarhabditis hermaphrodita

En cas d’invasion sévère et récurrente, le recours à une solution de biocontrôle peut-être nécessaire. Biologique et sans réel impact sur l’équilibre du jardin, ce moyen de lutte est également très efficace. Elle consiste à inoculer dans le sol des nématodes (ici, Phasmarhabditis hermaphrodita). Ces vers microscopiques vont parasiter les limaces qui cesseront de s’alimenter… jusqu’à ce mort s’ensuive. Bien qu’assez simple, l’utilisation de ces nématodes demande quelques précautions : il faut les utiliser à la bonne période, en sol préalablement réchauffé (5 °C minimum) et humide.

Pour en savoir plus, consulter notre fiche dédiée aux nématodes auxiliaires.

  • les canards coureurs indiens

Moins discrets que les nématodes, les coureurs indiens ou « canards pingouins » sont, eux aussi, des champions de l’éradication biologique ! Véritables assistants-jardiniers, ces volatiles à la démarche comique ont la réputation de travailler avec délicatesse, car, contrairement aux poules, ils ne grattent pas la terre. Pour les accueillir, il vous faudra néanmoins prévoir un abri sûr et un petit plan d’eau où ils pourront s’ébattre.

Les coureurs indiens, de redoutables chasseurs de limaces

Efficacité : 5/5

Laisser faire la nature !

Les limaces (comme les escargots) ne servent pas uniquement à contrarier les jardiniers, ils ont une réelle utilité au jardin et plus largement, dans la nature. En effet, ils font partie des décomposeurs sans qui l’humus, si recherché au jardin, n’existerait pas. Les limaces font également partie de la chaîne alimentaire de la faune du jardin : elles sont un mets de choix pour les hérissons mais aussi la grive musicienne, les crapauds, les orvets, les lézards…

qui mange les limaces

Le hérisson, l’orvet et la grive consomment des limaces et protègent ainsi le jardin

En jardin naturel, on privilégiera donc la présence des prédateurs des limaces plutôt que leur extermination systématique.

Pour en savoir plus, découvrez l’article qui est consacré à la protection naturelle des cultures

Et pour éviter qu’elles viennent systématique grignoter vos jeunes feuilles d’hosta, de dahlias ou vos jeunes laitues, faites diversion en mettant à leur disposition, au jardin, leur nourriture préférée : des plantes mortes dans un compost ou encore des plantes qu’elles adorent comme la moutarde.

Bien entendu, le résultat ne sera pas immédiat…  mais il sera plus durable et véritablement écologique.

Efficacité : 5/5

Commentaires

  • Pierrette sanchez, le 21 Juin 2021

    bonjour,
    je viens de découvrir votre site ,je suis une grand-mère qui ne connais rien de rien aux plantes et ont viens de m'offrir un hortensia grimpant du japon (moonlight) que je vais planter dans une grande poubelle dans ma cours, et en consultant votre site qui est vraiment très complet car il y atout , l'exposition , la terre ,comment le planter et l'entretien, je suis ravie de vous avoir trouvé.
    a très bientôt.
    Pierrette

    • Réponse de Virginie D., le 22 Juin 2021

      Bonjour,
      Merci beaucoup, votre message nous fait très plaisir !

  • Bertrand, le 1 Mai 2022

    Mes jeunes kiwaï plantés récemment se sont fait largement grignoter leurs feuilles par les limaces . Mon sol est largement couvert de paillage et autre broyat qui protège et fortifie le sol mais à l'inconvénient d'être un réservoir à limaces. Je me suis rendu compte que seul mon jeune plant mâle était intact. Il est planté dans un carré de potager avec des jeunes salades. Depuis quelques temps je répands le contenu destiné à mon compost directement dans ce carré de potager (épluchures et autres déchets végétaux). C'est le seul endroit de mon potager où les limaces respectent mes jeunes plants, préférant les déchets de cuisine. Il faut savoir que les limaces sont des 'éboueurs' du sol, appréciant les champignons (donc moisissures). J'ai tout essayé par le passé, et finalement je pense que c'est la méthode la plus efficace, moins chère et moins contraignante au printemps, même si esthétiquement il n'est pas très joli de voir toutes ces épluchures et peaux de bananes rependues sur le sol.

    • Réponse de Ingrid, le 3 Mai 2022

      Bonjour. Merci pour cette idée très ingénieuse ! Effectivement, elles apprécient les végétaux en décomposition et les déchets de cuisine. De plus, les résidus nourrissent la terre. On peut également mettre des rondelles de pommes de terre sous le paillage, elles adorent ça.

  • de Cazenove, le 30 Mai 2023

    Salut !
    Aucun des moyens 1 à 6 n'est miraculeux ni adapté à certains jardins... Les deux miens représentent 1500m2 au milieu des herbages et cultures.
    J'ai plongé des limaces dans la cendre et elles s'en sont fort bien portées ; je n'ai pas utilisé la pierre de lave, mais les limaces rigolent en chevauchant les coquilles d'oeufs et dévorent les plantes "répulsives" ! le Ferramol attire toutes les limaces pars trop fainéantes des hectares à la ronde, de même que la bière qui a aussi la propriété (néfaste, non ?) de noyer les carabes dorés, grands prédateurs de limaces... Je n'ai pas utilisé de nématodes... La cueillette est fastidieuse : 300 limaces par matin (une heure et demie quand même) pendant 23 jours une année. Exténuant. Et il est hilarant de les déplacer dans un coin du jardin ! ! ! Qui fait des hectares. De même que je leur laisse généreusement des tas de compost de plusieurs m3 et des immensités d'herbages qui ne les empêches pas de ravager les semis.
    Tuer des centaines de limaces voire des milliers de mande une certains dose de haine, mais contribue à sauver des légumes, indispensable dans un jardin vivrier.

    L'idéal est de n'avoir pas de jardin. Ou alors, d'attendre la sécheresse ! ! !
    Salut et bons jardins !

    • Réponse de Ingrid, le 1 Juin 2023

      Bonjour. merci pour votre retour d'expérience. effectivement, qui dit grand jardin dit beaucoup de limaces ! Est ce que vous avez tenté les cabanes à hérisson pour les attirer dans votre jardin ou de faire en sorte d'accueillir des oiseaux ? Crtains jardiniers prennent le parti de "nourrir" les limaces à certains endroits pour qu'elles délaissent le reste....d'autres n'installent que des plantes qui ne craignent presque rien et vivent avec.

  • Catherine, le 18 Septembre 2023

    Propriétaire depuis 3 ans d'une jolie maison en centre ville, agrémentée d'un petit jardin de 500m², très rare dans le quartier, quartier très "bétonné" dans lequel je dois être la seule à m'essayer au potager je me confronte donc depuis 2 ans aux gastéropodes, qu'ils soient coqués ou nus, ils saccagent totalement mes tomates, mes fraises, je n'essaie même plus les salades, et j'ai abandonné l'idée des hostas que pourtant j'adore, comme les lupins, les pervenches, même les courgettes sont croquées depuis mi-août... Nous sommes désespérés, nous avons essayé les pièges et les granulés mais j'avoue que j'ai l'impression d'en avoir attiré encore plus, nous en avons ramassé des centaines et des centaines, puis nous en avons coupé des autres centaines mais rien n'y fait, elles sont toujours là, toujours aussi nombreuses... Chez nous pas de hérissons (c'est trop en ville), pas de crapauds (pas de point d'eau aux alentours) et pas de canards qui ne seraient pas heureux dans un si petit endroit, nous avons toujours les oiseaux mais vue la taille de mes bestiaux de limaces, il me faudrait des aigles je crois !
    Je cherche "the solution" depuis un moment mais je crois qu'il n'y en a pas, alors que faire ? Abandonner toutes les cultures qui attirent les baveux ?

    • Réponse de Ingrid, le 2 Octobre 2023

      Il semble que vous ayez un défi particulier avec les gastéropodes dans votre jardin en milieu urbain. Étant donné que vous avez déjà essayé plusieurs méthodes couramment recommandées, comme les pièges et les granulés, et que vous ne pouvez pas introduire de prédateurs naturels comme les hérissons, crapauds ou oiseaux, cela va être difficile ! À part la chasse de nuit pour réduire le nombre (vous n'avez pas trop le choix que de remplacer le prédateur en son absence !) ou l'emploi de granulés (essayez une autre marque ? vu qu'il n'y a pas trop de risque pour les prédateurs). Malheureusement, si cela ne marche pas, vous avez raison, il ne vous reste plus qu'à abandonner (pour le moment) toutes les cultures qui attirent les baveux.

  • Emily, le 18 Mars 2024

    Bonsoir
    Quelle belle initiative de chercher des alternatives naturelles pour protéger votre jardin des limaces ! Dans un monde où l'équilibre écologique est de plus en plus important, adopter des méthodes respectueuses de l'environnement est essentiel. Les barrières anti-limaces naturelles offrent une solution ingénieuse et sans danger pour préserver vos cultures. En utilisant des matériaux tels que les coquilles d'œufs écrasées, la cendre de bois ou même des bandes de cuivre, vous créez un environnement dissuasif pour ces petits nuisibles tout en préservant la biodiversité de votre jardin. C'est une approche qui témoigne d'une conscience écologique et d'un engagement envers une agriculture durable. Bravo pour cette démarche responsable et inspirante !"

    • Réponse de Ingrid, le 18 Mars 2024

      Merci beaucoup pour vos encouragements !

  • Nicole, le 6 Mai 2024

    La bourrache est loin d’être un répulsif , bien au contraire ! J’ai l’expérience , l’an passé , de bourrache broyée laissée sur place une nuit , et qui s’est révélée le lendemain avoir certainement réuni toutes les limaces du jardin !!!!! Alors oubliez la bourrache en tant que répulsif, par contre , en engrais ou en purin , le top !!!!

    • Réponse de Ingrid, le 6 Mai 2024

      Bonjour. C'est à nuancer. Je m'explique : les gastéropodes sont attirés par les plantes en décomposition et arrachées, car plus faciles à consommer et riches en nutriments. Ainsi, utiliser la bourrache comme répulsif n'est effectivement pas efficace une fois arrachée.

      Par contre, la bourrache est très utile comme engrais vert (attention cependant à son potentiel de multiplication dans ce cas de figure !) ou pour faire du purin. Riche en minéraux et en azote, elle peut être incorporée dans le sol pour l'enrichir ou fermentée pour produire un purin qui nourrit les plantes et améliore la structure du sol.

Nous ne livrons que les articles des catégories graines et bulbes dans votre pays. Si vous ajoutez d'autres articles à votre panier, ceux-ci ne pourront pas être expédiés.