Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
plantation

Comment repiquer des poireaux au potager ?

Les techniques et nos conseils

Stars incontestables du potager, les poireaux ne sont pas pour autant les légumes les plus simples à réussir. Plusieurs étapes comme le semis et le repiquage nécessitent un certain savoir faire et un bon timing pour éviter les déceptions.

Découvrez quand et comment repiquer vos poireaux, une étape indispensable pour réussir sa culture et vous régaler de ce légume durant tout l’hiver.

 

Pourquoi repiquer les poireaux ?

Les semences de poireaux sont très petites, il est presque inévitable de procéder à un repiquage. Les plantes trop serrées rentreraient fatalement en concurrence pour la lumière ainsi que pour l’eau et les nutriments du sol. Ceci entrainerait un rendement médiocre lors de la récolte.

Quand planter les poireaux ?

Le repiquage des poireaux interviennent aux alentours de mai/juin pour les variétés précoces et la deuxième quinzaine de juillet pour les variétés hivernales, voire mi-août au sud de la Loire. Ce lapse de temps est cependant assez variable et dépend de la date de semis et des conditions météo qui vont fortement influencer la croissance de ce légume. Il faut de toute façon patienter deux à trois mois de végétation avant le repiquage.

On donne souvent comme repère aux jardiniers d’attendre que le poireau ait la taille (environ 15 cm) et le diamètre d’un crayon avant d’y toucher.

L’astuce de François : Le repiquage peut aussi se faire plus tôt si votre poireau est repiqué en motte (godet).

Repiquer poireaux au potager

Jeunes plants de poireaux (Photo : G. David)

Comment séparer vos poireaux ?

Les plantes apprécient la délicatesse et un minimum de stress durant leur vie. Pour faire ce peu, on procédera au démariage des petits plants uniquement lorsque le sol (ou le terreau dans le cas d’un semis en serre) est humide. Si ce n’est pas le cas, arrosez le substrat  la veille, de manière généreuse : cela vous évitera de trop abîmer le système racinaire.

  • Munissez-vous ensuite d’une fourche bêche (dans le cas de plants en pleine terre) ou de tout autre outil (crayon, fourchette, petit couteau, plantoir…) si vos plants sont dans une terrine, un châssis ou tout autre contenant de taille réduite ;
  • Soulevez délicatement votre outil afin de déterrer les plantules ;
  • Une fois levées, attrapez-les et séparez-les en les secouant doucement avec vos doigts ;
  • Il est possible de laisser les plants se ressuyer sur le sol dans un endroit à l’ombre pendant deux jours (facultatif) ;
  • Une fois séparés les uns des autres, dirigez-vous vers la parcelle de plantation définitive (préparée à l’avance).

NB : certains maraîchers n’hésitent pas à laisser leurs poireaux hors de terre quelques jours afin de les « endurcir » (stresser volontairement ses plants). Cela n’est pas indispensable mais cette méthode pourrait rendre vos plantules plus résistantes aux attaques d’insectes et de champignons par la suite.

L’astuce de François : Le mieux est de procéder à la séparation des poireaux par temps doux, couvert et sans vent. Toutes ces conditions agressent moins les plantes lors du repiquage.

L'habillage et le pralinage des poireaux

L’habillage

Avant de démarrer le repiquage en racines nues, il vous faudra « habiller » vos plants. En d’autres termes, raccourcir la longueur des racines et des feuilles avant la transplantation. Cette technique est nécessaire pour éviter un déséquilibre entre la proportion de racines (qui ont forcément un peu souffert lors du déterrage) et la surface de feuillage. Pour cela, raccourcissez donc le feuillage d’1/3 et les racines à 2 à 3 cm du collet.

Le pralinage

Le pralinage n’est pas une obligation. Il consiste à enrober les racines des poireaux d’une boue à base de terre de jardin, de compost et d’eau, afin d’améliorer la reprise.

Comment planter les poireaux ?

Un sol préparé à l’avance est évidement une étape indispensable avant de transplanter vos poireaux à leur emplacement final : aérez votre sol à l’aide d’une griffe et d’une fourche bêche. N’hésitez pas à étaler un compost ou un fumier bien décomposé car les poireaux sont des légumes très gourmands !

Il existe presque autant de méthodes de repiquages que de jardiniers. Voici 3 des méthodes les plus couramment pratiquées dans la plupart des jardins :

La méthode en « rangs »

  • Creuser un sillon à l’aide d’une houe, d’une serfouette ou d’une binette d’une profondeur d’environ 8-10 cm ;
  • Disposez ensuite vos poireaux dans le fond du sillon à l’oblique. Comptez une distance de 10 à 15 cm entre les poireaux d’une même ligne pour le bon développement des plants ;
  • Rebouchez ensuite ce sillon avec la terre décaissée préalablement ;
  • Arroser copieusement vos poireaux.

La méthode du plantoir

Comme son nom le précise, vous utiliserez un plantoir ou tout autre objet (par exemple le manche d’une bêche) pour repiquer vos plants. Il est possible de gagner du temps en utilisant des plantoirs multi-dents afin de percer plusieurs trous à la fois.

  • Enfoncez l’outil à une profondeur minimale de 8 cm. Si votre terre est trop sèche, le trou de plantation s’effondrera malgré le plantoir. Il faudra donc préalablement mouiller votre sol pour créer un trou digne de ce nom ;
  • Placez le plant dans le trou en prenant garde à ce que les racines ne soient pas retroussées vers le haut ! Afin d’obtenir un beau fût (aussi appelé « blanc » du poireau), enterrez la tige jusqu’au niveau des premières feuilles sans les inclure pour autant dans le trou ;
  • Pas besoin de reboucher avec de la terre : l’arrosage copieux rempliera parfaitement cet office.

À noter que cette technique permet généralement d’obtenir de plus beaux poireaux que la première méthode.

Repiquer poireaux au potager

La méthode du plantoir

Le repiquage en motte

Cette méthode est une belle alternative aux deux précédentes : elle consiste à replanter des poireaux en motte directement en terre. Elle a l’avantage de réduire le stress de la plante en épargnant la totalité des racines. De plus, vous n’avez pas à habiller vos plants avec cette technique ce qui vous fera gagner du temps. On utilise souvent des plaques de semis où deux graines par cellule seront semées.

Ensuite, avec cette méthode, le repiquage est également très simple :

  • Utilisez un plantoir et repiquez un poireau en motte tous les 10 à 15 cm dans le rang, sans oublier d’enterrer la tige du légume pour obtenir plus de « blanc » ;
  • Arrosez copieusement et le tour est joué !

À noter que contrairement aux idées reçues, il est possible avec cette technique de laisser 2 voir 3 poireaux par motte et d’obtenir deux sujets de belle taille sans les avoir démariés ! N’hésitez pas à essayer de nouvelles méthodes, le jardinage est avant tout une passion créative !

Le conseil de François : peu importe la méthode que vous choisirez, un paillage est toujours recommandé et encore plus après un repiquage de plantules. Il permettra au sol de conserver jusqu’à 3 fois plus d’humidité qu’un sol nu. 

Repiquer poireaux au potager

mini mottes de poireaux prêtes à être plantées

Articles connexes


Fiche Famille

Les poireaux : semer, planter, cultiver, récolter

Lire la suite +

Blog

Retourner la terre, bonne ou mauvaise pratique ?

Que ce soit au jardin potager ou ornemental, il est important d'avoir une terre meuble pour...
Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire