Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
conseil

L'oïdium ou la maladie du blanc

Prévention et traitement

L’oïdium, souvent appelé la maladie du blanc, est une maladie causée par des champignons microscopiques. L’oïdium est très fréquent dans les jardins et peut toucher plusieurs familles de plantes notamment les rosiers, certaines vivaces comme les asters et les cultures vivrières comme la vigne, la courgette et le concombre, l’artichaut ou encore la tomate.

Les symptômes de l'oïdium

L’oïdium se caractérise par un feutrage blanc grisâtre, d’aspect farineux qui tapisse les feuilles, les nouvelles pousses ainsi que les boutons floraux. En cas de forte attaque, les jeunes feuilles, les tiges tendres et même les bourgeons attaqués se déforment.

Pied de courgette touché par l’oïdium (Photo cristina sanvito sur Flickr)

Sur les plantes ornementales, le problème est principalement d’ordre esthétique et ne porte pas préjudice à la vie de la plante. Sur les plantes potagères et fruitières, la qualité des fruits et légumes en est parfois affectée.

Au jardin d’ornement, l’oïdium peut apparaître dès le milieu du printemps, mais au potager, c’est une maladie qui intervient plutôt en fin de saison lorsque les productions sont sur le déclin. Aussi, ce n’est bien souvent pas utile de traiter.

L’oïdium est favorisé dans les ambiances confinées, avec un air chaud et plutôt sec.

Les traitements contre l'oïdium

Si l’oïdium s’invite dans votre jardin, vous avez le choix entre plusieurs traitements possibles autorisés en agriculture biologique :

  • Le fongicide à base de soufre

Le soufre est un élément chimique simple doté de propriétés fongicides reconnues. Il est surtout efficace en traitement de printemps lorsque la température se situe entre 18 et 25°C. Au-delà, il y a un risque de brûlure pour la plante. Le soufre peut être irritant. En conséquence, portez un masque et des gants lors de l’utilisation.

On trouve dans le commerce le soufre en fleur et le soufre mouillable.

Le soufre en fleur est utilisé en poudrage pour lutter contre l’oïdium, en traitement préventif sur feuillage sec. Le dosage est de 20 g de poudre pour 10 m2 de jardin.

Le soufre mouillable est utilisé en pulvérisation après l’avoir mélangé à de l’eau. Préventif et curatif, il est efficace contre de nombreuses maladies, notamment l’oïdium. Le dosage est de 7,5 g de poudre dilué dans 1 litre d’eau pour les plantes en général : potagères, fruitières ainsi que les rosiers. Par contre, pour la vigne, le dosage est de 12,5 g.

Enfin, le soufre a un impact négatif sur la faune du jardin, utilisez-le avec raison.

  • Le bicarbonate de soude

Bien connu en usage domestique, le bicarbonate de soude possède un pH alcalin lui permettant de bloquer le développement des champignons. En effet, à dose très faible, il est efficace contre tous les types d’oïdium (concombre, courges, haricot, etc…).

Voici la recette extraite du livre « Maladies et ravageurs au potager bio » des éditions « Terre vivante », pour préparer 5 litres de fongicide au bicarbonate de soude :

– Commencez par mélanger dans un récipient 5 cuillères à café de bicarbonate avec 3 cuillères à soupe de savon noir qui sert à améliorer l’adhérence de la solution sur les végétaux.

– Ajoutez un peu d’eau tiède en fouettant pour obtenir une solution bien homogène.

– Versez la préparation dans un pulvérisateur et complétez avec le reste d’eau.

Surtout n’attendez pas ! Pulvérisez dès l’apparition des premiers symptômes et de préférence le soir. Le traitement est à renouveler 1 fois par semaine pendant la période favorable à l’oïdium.

Enfin, ne dépassez pas la dose au risque de brûler le feuillage.

  • Le lait de vache écrémé, plus efficace que le soufre contre l’oïdium

Le lait de vache est riche en micro-organismes qui permettent de lutter contre toutes les formes d’oïdium et de stimuler la résistance des plantes. Vous pouvez l’utiliser même périmé. Préférez le lait le moins riche en lipides soit l’écrémé pour éviter que la matière grasse se décompose sur les végétaux.

Préparez votre solution avec 1 volume de lait pour 1 volume d’eau pour les plantes les plus touchées. Cela dit, le ratio 1 volume de lait pour 10 volume d’eau est déjà très efficace.

Pulvérisez 1 ou 2 fois par semaine.

  • La macération huileuse à l’ail

Facile à préparer, cette préparation est insecticide, insectifuge et fongicide.

La recette, extraite du livre « Maladies et ravageurs au potager bio », est simple :

– Écrasez 100 g d’ail avec sa peau dans un mortier. Couvrez simplement d’huile de tournesol ou de colza et laissez macérer à couvert pendant 24h.

– Filtrez au travers d’une passoire fine, puis écrasez bien la pulpe avec le dos d’une cuillère à café, pour en extraire le maximum de principes actifs.

– Ajoutez une cuillère à café de savon noir liquide, fouettez puis versez 1 litre d’eau.

Conservez la préparation au frais et à l’abri de la lumière pendant environ 3 semaines.

Pulvérisez ce macérat dilué 5% soit 50 ml de macérat pour 1 l d’eau. Vaporisez le soir et renouvelez régulièrement.

Prévenir l'apparition de l'oïdium

Sachez que vous pouvez vous prémunir de l’apparition de l’oïdium dans votre jardin en suivant ces quelques conseils préventifs :

  • D’une manière générale : taillez, espacez vos plantations et aérez. C’est le meilleur moyen de tenir l’oïdium à distance !
  • Évitez les excès d’engrais azotés qui rendent les plantes plus sensibles à la maladie.
  • Rabattez les tiges contaminées au printemps et en été.
  • Ramassez les plantes atteintes, les feuilles mortes et brûlez-les afin d’éviter la conservation hivernale du champignon.
  • Arrosez et nourrissez bien les plantes.
  • Paillez pour éviter la sécheresse du sol.
  • Choisissez des variétés peu sensibles lorsque cela est possible.
  • Les décoctions et les extraits fermentés (ou purins) aident le jardinier à se prémunir de bon nombre de ravageurs et maladies. La décoction de prêle notamment est particulièrement indiqué en prévention de l’oïdium.

Pour réaliser 5 litres de décoction de prêle, il vous faut :

– 500 g de prêle sèche

– 5 litres d’eau de pluie

Faites bouillir la prêle dans l’eau pendant 1 heure puis laissez infuser une nuit. Enfin, pulvérisez la décoction diluée à 20% soit 1 litre de décoction pure pour 4 litres d’eau de pluie dans un pulvérisateur de 5 litres.

Vous pouvez aussi réaliser du purin de prêle afin de renforcer l’immunité des plantes :

– 200 g de prêle sèche

– 10 litres d’eau de pluie

Pulvérisez votre extrait fermenté dilué à 5% soit 0,5 l de purin pur complété avec de l’eau dans un arrosoir de 10 l. Arrosez préventivement au pied des plantes sujettes à l’oïdium.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(2 votes, moyenne: 4.5 sur 5)

3 réflexions au sujet de « L'oïdium ou la maladie du blanc »

Laisser un commentaire