Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
comment bien arroser dans la serre
conseil

Comment gérer l’arrosage en serre ?

Nos conseils pour bien arroser les cultures

Pour avoir de belles cultures sous serre, la gestion de l’arrosage est l’un des points fondamentaux.

Dans ces espaces clos, les plantes sont généralement isolées de toutes précipitations. De plus, les températures ont tendance à monter rapidement, surtout en saison estivale, entraînant l’évaporation de l’eau, le dessèchement du sol et des cultures.

Parmi les nombreux systèmes d’irrigations qui existent pour serre de jardin, il est indispensable de choisir celui qui sera adapté aux besoins des cultures comme au confort du jardinier.

Voici donc nos conseils pour un arrosage performant sous serre, du choix du type d’irrigation aux moyens naturels pour limiter l’évaporation.

Quel type d’eau utiliser sous serre ?

Eau de pluie

Économique et écologique, l’eau de pluie est idéale pour l’arrosage des cultures sous serre.

Mais selon la région et la saison, il n’est pas toujours possible de profiter de l’eau du ciel toute l’année.

L’idéal est donc de disposer d’un système de stockage, qui permet de récupérer l’eau de pluie dans une citerne, un tonneau ou un récupérateur d’eau raccordé aux gouttières.

Si vous avez la chance de disposer d’un puits, vous pouvez bien sûr utiliser l’eau pour arroser semis, plantes en pots, légumes et autres fruitiers, en prenant toutefois soin de la laisser monter à température ambiante, pour éviter les chocs thermiques.

Eau du robinet

L’eau du robinet présente l’avantage d’être accessible et toujours disponible. Toutefois, l’arrosage d’une serre exclusivement avec l’eau du réseau peut finir par représenter une dépense financière importante. Cette solution moins économique et écologique est donc à réserver si possible aux périodes où l’eau de pluie n’est pas disponible.

En outre, l’eau du robinet se révèle parfois trop chlorée et calcaire pour les plantes. Pour les cultures particulièrement sensibles, vous pouvez utiliser un anticalcaire à diluer dans l’eau  d’arrosage.

Prévoir une réserve d’eau

Pour stocker l’eau, vous pouvez soit installer une réserve directement dans la serre, soit à l’extérieur.

L’installation d’une réserve d’eau fixe sous la serre de jardin présente de nombreux avantages :

  • accessibilité
  • eau à température ambiante
  • augmentation de l’hygrométrie (taux d’humidité) au sein de la serre

Cette réserve peut se présenter sous la forme classique d’un tonneau, mais aussi d’une mare creusée, construite avec des matériaux de récupération étanches ou même recyclée, en réutilisant par exemple une vieille baignoire recouverte d’une moustiquaire.

La réserve d’eau peut être reliée à un système d’arrosage automatique sans électricité, si elle est placée en hauteur. L’arrosage sera ainsi naturellement effectué par gravité.

Si l’eau est stockée à l’extérieur, il est tout à fait possible d’installer une pompe permettant d’irriguer l’eau jusque dans la serre. Préférez dans ce cas une citerne placée à l’ombre, afin que l’eau reste à température acceptable même en été, prévenant ainsi les chocs thermiques au moment de l’arrosage.

Certains kits d’arrosage contiennent d’ailleurs des pompes pour réserve d’eau fonctionnant à l’énergie solaire, ce qui permet une installation partout dans le jardin sans électricité.

Pensez également à installer un filtre dans votre réserve d’eau, permettant de limiter les dépôts d’algues susceptibles à terme de boucher les évacuations.

réserve d'eau pour arrosage serre

L’arrosage manuel : simple, mais fastidieux

L’arrosage manuel peut s’effectuer de 2 façons : via un arrosoir ou via un tuyau d’arrosage.

Idéalement, pour un arrosage manuel répondant aux besoins de la majorité des cultures, vous aurez besoin : d’un arrosoir à long bec pour un arrosage précis, d’un arrosoir avec pomme pour les cultures délicates, d’accessoires pour contrôler le débit du tuyau d’arrosage et d’un brumisateur.

Les + :

  • simple
  • peu onéreux
  • parfaite maîtrise des doses d’arrosage

Les –  :

  • chronophage
  • fatiguant (en fonction du poids de l’arrosoir et des allers-retours à effectuer)
  • pas d’arrosage des cultures en cas d’absence

Ce type d’arrosage est donc à réserver pour les serres de petites tailles, les serres ombragées dans lesquelles la terre se dessèche moins rapidement ou les jeunes semis.

Privilégiez un arrosage manuel le matin ou en fin de journée, afin de limiter les risques d’évaporation et laisser aux plantes le temps de s’hydrater suffisamment.

arrosage manuel serre, arroser manuellement

Arrosoir à bec long, arrosoir avec pomme et pistolet d’arrosage avec réglage du débit

L’arrosage automatique : un investissement utile

Il existe de nombreux systèmes d’arrosages automatiques, à choisir selon les budgets, les besoins des cultures et du jardinier.

Pour les jardiniers ayant l’habitude de s’absenter, un système d’arrosage automatique couplé à un programmateur sera par exemple indispensable.

Idéalement, le système d’irrigation choisi sera mis en place avant les cultures de l’année.

Les + :

  • arrosage régulier
  • système presque autonome
  • couplé à un programmateur, arrosage programmable aux moments les plus frais de la journée, même la nuit
  • économies d’eau
  • gain de temps

Les – :

  • plus onéreux
  • installation à penser
  • hivernage du matériel
  • branchement électrique peut être nécessaire (consommation énergétique supplémentaire à prendre en compte)

Le goutte-à-goutte

C’est l’un des systèmes les plus utilisés en serre chez les particuliers. Le goutte-à-goutte permet un arrosage doux et régulier directement au pied des plantes et non sur les feuillages, limitant ainsi les risques de maladies cryptogamiques (champignons comme l’oïdium, le mildiou ou la rouille). L’arrosage au goutte-à-goutte est ainsi particulièrement adapté aux cultures de tomates, salades, courgettes, etc.

Le goutte-à-goutte se compose de tuyaux en polyéthylène posés à même le sol. Ces tuyaux perforés laissent passer l’eau à intervalle régulier ou sur toute leur longueur. Ce système d’irrigation est idéal aussi bien pour les parterres que pour les pots.

Certains kits proposent en plus des vannes d’arrêt selon les lignes d’arrosage et des réducteurs de débits, pour contrôler précisément l’apport d’eau en fonction des cultures.

Facile à installer, il permet un arrosage ciblé et adaptable à toutes les organisations sous serre, grâce à des raccords coudés et des raccords de déviation. Reliés au tuyau principal, ils permettent de quadriller l’ensemble de la zone à arroser.

A noter que plus le tuyau sera long et large, plus il aura besoin de pression pour atteindre la totalité des plantations à arroser en bout de ligne.

Le tuyau microporeux

Les tuyaux microporeux sont des tuyaux souples dont les « pores » permettent à l’eau de suinter régulièrement et en douceur.

Il est simplement déroulé au sol entre les cultures, sans montage particulier nécessaire. Accessible et peu coûteux, il se révèle toutefois moins durable qu’un goutte-à-goutte. Sa proximité avec la terre et ses minuscules trous ont en effet tendance à se boucher, occasionnant un débit irrégulier, voire défaillant.

L’arrosage est aussi moins précis et ne peut être adapté en fonction des besoins de chaque plante.

Le système d’aspersion

Les systèmes d’aspersion ou les tubes suspendus sont généralement moins utilisés en serre non professionnelle. Ils distribuent l’eau de façon globale sur les plantes de la tête au pied et ne permettent pas un arrosage de précision.

Ce système est à réserver aux grands espaces, aux serres tropicales ou aux cultures dont le feuillage a besoin d’être humidifié régulièrement.

L’ajout d’un programmateur

Qu’il soit solaire ou électrique, le programmateur permet de lancer automatiquement l’arrosage, sans aucune intervention ou presque du jardinier. Couplé à l’arrosage automatique, il assure donc un système 100% autonome.

En cas d’absence ou la nuit lorsque les températures sont particulièrement élevées : l’arrosage peut être programmé à tout moment, en choisissant précisément la durée et la fréquence souhaitées.

Certains modèles proposent même une sonde qui déclenche l’arrosage automatiquement selon le taux d’hygrométrie, quand d’autres peuvent être activés directement à distance depuis un smartphone.

arrosage automatique serre, investir arrosage auto

Arrosage par goutte à goutte, arrosage par aspersion et programmateur

Découvrez également nos conseils : Comment installer un arrosage automatique sur balcon ou terrasse ?

D’autres systèmes d’irrigation

La nappe capillaire

La nappe capillaire est une nappe synthétique absorbante, qui restitue l’eau en douceur aux plantes.

Elle est utilisable uniquement pour les cultures en pots, qui seront directement déposées sur la nappe, leur substrat en contact avec le système. Elle s’avère particulièrement utile en cas d’absence du jardinier.

Ce système permet un arrosage progressif par capillarité, sans mouiller le feuillage : le substrat de la plante puise petit à petit l’eau emmagasinée par la nappe.

Le tarif varie selon la taille de la nappe capillaire. Facile à installer, sa durée de vie est toutefois limitée, puisque l’humidité constante peut induire le développement de mousse ou d’algues et détériorer le matériel.

La table d’irrigation

Beaucoup plus onéreuses, surtout utilisées dans les serres professionnelles, ces tables de culture, aussi appelées table à marée ou table d’inondation, permettent d’irriguer les plantes en pots.

Celles-ci sont placées dans  un bac en métal avec fond subirrigant, permettant un arrosage du substrat par le dessous.

Ces systèmes ont généralement plusieurs options pour le confort du jardinier : réglables en hauteur, déplaçable avec des roulettes, etc.

table d'irrigation serre, système d'arrosage conseils

Table en métal formant un bac grâce à son haut rebord et permettant d’irriguer les plantes par capillarité.

Le paillage pour espacer les arrosages

Au jardin comme en serre, le paillage est une solution idéale pour espacer les arrosages.

Installer un paillage organique (carton, paille, lin, chanvre, BRF…) en couche de quelques centimètres autour des plantes. Cette protection, en plus de garder une température du sol plus constante et de lutter contre l’apparition d’adventices (« mauvaises » herbes), limite grandement les phénomènes d’évaporation.

Selon la température ambiante, le paillage peut ainsi permettre de gagner plusieurs jours d’arrosage.

pailler serre, comment espacer les arrosages

Des solutions d’arrosage complémentaires sous serre

Que vous choisissiez un système manuel ou automatique, vous pouvez tout à fait ajouter des solutions d’arrosage à libération lente :

  • des cônes en céramique poreuse (carotte d’irrigation ou d’arrosage), plantés dans la terre pour diffuser en douceur l’eau aux plantes ;
  • des ollas ou oyas (à acheter ou simples à fabriquer soi-même avec des pots en terre cuite), dont la matière poreuse permet de laisser suinter l’eau petit à petit près des racines des plantes ;
  • des arrosoirs ou bouteilles en plastiques percés de petits trous et placés aux pieds des cultures.

Efficaces, personnalisables, économiques et écologiques, ces systèmes pourront être utilisés en complément pour un arrosage optimal dans votre serre de jardin.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(1 votes, moyenne: 5 sur 5)
Laisser un commentaire