La Serre Walipini : pour cultiver des légumes toute l'année

La Serre Walipini : pour cultiver des légumes toute l'année

Un abri semi-enterré bioclimatique pour vos cultures

Sommaire

Rédigé le 4 Juin 2023  par Sophie 5 min.

Originaire de Bolivie, la serre Walipini a été développée dans les années 1990 par les agriculteurs locaux pour répondre aux défis climatiques et environnement aux auxquels ils étaient confrontés dans des zones où les conditions climatiques difficiles rendaient les cultures en plein champ quasi impossibles.

Innovation révolutionnaire dans l’agriculture durable, cette serre semi-enterrée permet aux jardiniers et agriculteurs de produire des légumes et des fruits frais toute l’année, même dans des environnements peu propices aux cultures. Dans cet article, nous allons explorer les avantages de la Serre Walipini et voir comment elle peut être installée par tout jardinier.

Difficulté

La serre Walipini, qu'est-ce que c'est ?

La Serre Walipini tire son nom de la langue aymara, parlée par les populations autochtones des Andes boliviennes. « Walipini » signifie littéralement « place chaude » ou « endroit où l’on place des choses chaudes ». Les agriculteurs locaux ont utilisé leur connaissance de l’environnement et des techniques de construction locales pour la concevoir.

Le concept de la serre Walipini consiste à construire une serre semi-enterrée en creusant un trou dans le sol. L’inertie thermique de la terre permet de réguler la température à l’intérieur de la structure tout au long de l’année. Sur les hauts plateaux où elle a été conçue, l’ensoleillement est très important même en hiver, ce qui permet d’emmagasiner la chaleur, à l’abri du froid et du vent. Cette chaleur est restituée la nuit, ce qui maintient une température pratiquement constante entre 10 et 15°C, sur 24 heures et toute l’année.

serre semi-enterrée bioclimatique

Comment est construite une serre Walipini ?

Elle peut être construite à la base en utilisant une pente de terrain naturelle, en l’adossant à un talus ou à un muret existants, ce qui permet à la fois de réduire les coûts de construction et d’améliorer l’efficacité thermique.

  • Il faut prendre en compte au préalable la nature du sol, qui doit être au-dessus de la nappe phréatique et non rocheux. Le choix de l’emplacement est aussi primordial : la pente du terrain doit permettre d’éviter que les pluies noient la partie enterrée et il doit être dégagé et non ombragé, idéalement orienté plein sud.
  • On commence par creuser un trou, car pour être pleinement efficace, la serre walipini doit être située sous le niveau du sol, à un minimum de 1,5m, sachant qu’un minimum de 2m est plus confortable pour se maintenir debout. Les espaces cultivés peuvent être creusés moins profondément que les zones de passage, pour simplifier les travaux de terrassement et avoir des planches de culture surélevées.
  • Un drainage doit être prévu afin d’évacuer les surplus d’eau d’arrosage et de ruissellement, ainsi qu’une ventilation efficace.
  • Selon la configuration, les murs peuvent être construits, doublés ou surélevés en utilisant des matériaux isolants de récupération tels que des bouteilles en plastique remplies d’eau, qui absorbent la chaleur du soleil pendant la journée et la libèrent lentement durant la nuit pour maintenir une température constante à l’intérieur de la serre. Certains jardiniers y mettent des pierres, des pneus, des bottes de pailles ou tout autre matériau naturel pouvant absorber la chaleur. Si ce n’est pas nécessaire, les parois peuvent simplement être en terre.
  • Le toit est composé de matériaux transparents, pour laisser entrer un maximum de lumière et de chaleur, comme du verre ou du plastique. S’agissant d’auto-construction alternative, les jardiniers utilisent souvent ce qu’ils ont à disposition, comme des fenêtres de récupération, de la bâche plastique, des plaques de PVC type plexiglas, des plaques alvéolaires en polycarbonate… etc. Ce toit doit être étanche et orienté vers le sud pour profiter pleinement de l’ensoleillement.

serre semi-enterrée bioclimatique

  • Un escalier ou une rampe d’accès en pente doivent être prévus pour accéder dans la serre en contrebas.
  • Les cultures peuvent prendre place à même le sol ou dans des planches de culture surélevées. Il faut prendre soin de remettre de la bonne terre végétale comme support aux cultures.
  • Un point de collecte d’eau de pluie permettant de disposer d’eau d’arrosage à proximité est également à prévoir.

Que cultive-t-on dans ce type de serre ?

Le principe est qu’il ne gèle jamais dans une serre Walipini et que la différence de température entre le jour et la nuit reste faible contrairement à une serre extérieure normale.

La serre Walipini peut donc être utilisée pour cultiver une grande variété de plantes, y compris des légumes, des fruits, des herbes et des fleurs. On peut y avoir des cultures toute l’année : radis, salades, fèves, petits pois, choux, aromatiques…

serre semi-enterrée bioclimatique

Que dit la loi à propos des serres de ce type ?

Vous devez faire une déclaration en mairie pour la construction d’un serre walipini si :

  • sa surface au sol dépasse 5m2

ou

  • si sa hauteur dépasse 1,8m.

Si l’une de ces deux conditions est remplie, vous devez la déclarer, même si votre surface taxable est au final inférieure à 5 m² et que vous ne paierez pas de taxes.

Commentaires

serre semi-enterrée