Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Choisir ses arbres fruitiers : formes et variétés

C’est bien connu, "à la Sainte Catherine… tout bois prend racine". C’est bel et bien le moment idéal pour planter vos arbres fruitiers.

Pommiers, Cerisiers, Poiriers, Pruniers… Il n’est pas facile de faire le choix d’une variété. Tout se complique encore quand il s’agit de se décider pour une forme : scion, gobelet, demi-tige, tige, palmette simple U ou Verrier ? Plutôt que de capituler, souvenons-nous d’un autre proverbe :

Le meilleur moment pour planter un arbre était il y 20 ans. Le deuxième moment est maintenant.

et voyons ensemble comment choisir, dès aujourd'hui, vos prochains fruitiers.

Les différentes formes d’arbres fruitiers

Le choix d'une forme fruitière est essentiel car elle détermine la taille et la morphologie de l'arbre adulte. Mais ces formes sont très nombreuses et parfois si compliquées qu’il existe des encyclopédies dont l'unique objet est de les répertorier. L’objectif étant de vous simplifier le choix, nous ne parlerons donc ici que des plus courantes.

  • Les basses tiges : scion, gobelet

L’arbre fruitier en scion est tout jeune arbre, âgé de un à deux ans, qui a été greffé l’année précédente. Il se présente sous la forme d’une unique tige, plus ou moins ramifiée. Encore malléable, c’est un arbre que vous formerez vous-même, au fil des ans et des tailles. Son avantage principal réside dans son prix.

Le gobelet est un fruitier un peu plus âgé. Cultivé depuis 2 à 3 ans, son tronc mesure plus ou moins 60 cm de haut. Cet arbre est partiellement formé dans l’objectif d’obtenir un sujet assez bas, de 3 à 4 mètres de haut à l’âge adulte. Cette taille est particulièrement intéressante pour pouvoir récolter les fruits sans jouer les équilibristes ! Mais leur port bas est plus encombrant et ne facilite pas les déplacements autour de l’arbre.

Ce sont des arbres bien adaptés aux jardins de taille moyenne et aux vergers productifs, car les distances de plantation préconisées sont assez faibles : de l’ordre de 3 à 4 mètres entre chaque arbre.

  • Les hautes tiges ou arbres de plein vent : demi-tige et tige

Les arbres fruitiers en demi-tige ou tige se différencient par leur morphologie. Ils ne sont pas plus vieux qu’un gobelet, mais ont été greffés plus haut, à 110-130 centimètres pour la demi-tige et 180 cm pour la tige. Adultes, ils forment de beaux arbres. Les formes "demi-tige" atteindront 5 à 6 mètres de haut contre 6 à 10 mètres pour les tiges… mais leur emprise au sol est moindre. Ils ne requièrent pas de taille hormis un simple élagage et leur production est importante. Enfin, leur durée de vie est longue et peut aller jusqu’à 100 ans.

Ces arbres, de par leur hauteur et la largeur de leur couronne, seront plutôt plantés en grands jardins.

formes-fruitieres-libres

 

  • Les Palmettes et autres formes palissées courantes

Le palissage des fruitiers est un art qui donne naissance à des sujets très esthétiques, productifs et peu encombrants. A l'âge adulte, leur hauteur varie fortement suivant leur forme, contrairement à leur largeur qui reste d'environ 50 cm. Palmette simple U, double U, Verrier, cordon vertical (colonnaire) à un ou à deux bras… Toutes ces formes ont l’avantage de convenir aux petits jardins. Les fruitiers palissés ou en espalier sont très pratiques et trouvent leur place contre un mur bien exposé ou plantés en ligne. Appuyés sur un solide treillage, ils forment des haies fruitières ornementales qui animeront et délimiteront les espaces avec charme. Les formes colonnaires pourront même prendre place au potager.

Les fruitiers en palmettes requièrent un certain savoir-faire : ils doivent être taillés tous les ans avec discernement. Ils sont plutôt destinés aux jardiniers expérimentés et à tous ceux qui aiment apprendre. Néanmoins, les formes les plus simples comme les cordons (verticaux, simples ou doubles) sont à la portée de tous les sécateurs, y compris ceux des débutants !

 

formes-fruitieres-palissees

  • Les fruitiers nains : un cas particulier

Si les fruitiers nains ont le vent en poupe ces dernières années, c’est qu’ils se cultivent partout, en jardin de poche et même en pot, au balcon ou sur la terrasse. Sélectionnés pour leurs entrenoeuds très courts et greffés sur un porte-greffe nanifiant, leur développement est restreint (maximum 2 mètres de haut) mais ils offrent de belles récoltes de fruits tout aussi gros que les variétés classiques.

Pour tout savoir sur ces variétés et sur leur culture, découvrez notre fiche conseil : "Les arbres fruitiers nains"

Le choix de la variété

Le choix de la variété est, certes, une affaire de goût mais pas seulement...

Lors de la plantation de fruitiers ou de la création d’un verger, on pourra s’orienter vers des variétés connues et réputées comme la pomme 'Belle de Boskoop', la Poire 'William's’ ou le Cerisier 'Burlat', rechercher plutôt l’originalité avec le Nashi, par exemple, ou cultiver l’authenticité avec des variétés anciennes.

Néanmoins, certains critères devront vous conduire à d’affiner votre sélection.

  • Fruitiers et variétés adaptées à votre climat et à votre sol

Si les Figues d’Arras et les Mirabelles de Vendée ne jouissent pas d’une fabuleuse renommée, c’est que climat et sol jouent une part déterminante sur la production et la qualité des fruits… et même sur la survie de l’arbre ! En climat continental et océanique, l’éventail des possibilités est large, mais il se referme dès lors que les conditions deviennent plus difficiles.

Les plus persévérants pourront créer dans leurs jardins des micro-climats favorables ou se mettre en quête de fruitiers à porte-greffes adaptés à leurs contextes pédoclimatiques.  Mais, dans l’absolu, faire des choix avisés s’avère plus raisonnable. Inspirez-vous de ce qui est généralement cultivé aux alentours ou sélectionnez des variétés rustiques, accommodantes et résistantes au froid.

  • Autofertile ou non ?

La plupart des arbres fruitiers nécessitent la présence d’une autre variété pour bien fructifier (pollinisation croisée). A contrario, les variétés autofertiles offrent l’avantage de se suffire à elles-mêmes et peuvent donc être plantées seules, ce qui est très intéressant quand l’espace est réduit ou que l'on souhaite cultiver de nombreux fruits différents.

Le conditionnement : racines nues ou en conteneur ?

Nos fruitiers sont vendus en racines nues ou en pot. Les arbres en racines nues sont plus économiques, mais leur plantation n’intervient que sur la période de repos végétatif et nécessite une précaution supplémentaire : le pralinage des racines. Les arbres conditionnés en pot ou container, eux, se plantent simplement et toute l’année.

 

Vous voilà "briefés", il ne vous reste plus qu'à passer à l'action ! Pour réaliser vos plantations dans les règles de l'art, je vous invite à consulter notre fiche conseil : "Planter des fruitiers".

 

 

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(5 votes, moyenne: 4 sur 5)

5 réflexions au sujet de « Choisir ses arbres fruitiers : formes et variétés »

  • Roches

    Je voudrais planter un pommier et un poirier en palissade. J'habite dans les Vosges (près d'Epinal). Que me conseillez-vous ?
    Merci de votre réponse

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour !
      Vous trouverez ici : https://www.promessedefleurs.com/fruitiers/palmettes.html toute notre gamme de fruitiers en palmette. Nous vous conseillons d'opter pour une variété qui fleurit tardivement afin que les fleurs ne soient pas abimées par une gelée tardive. Cordialement,

      Répondre
  • CHAAR BELDIA

    Bonjour
    MERCI
    je vous contacterai pour des commandes prochainement

    Répondre
  • beerblock

    bonjour
    J'ai dans mon verger (enfin j'avais dans mon verger) deux abricotiers plantés l'un à côté de l'autre il y a 2 ans et qui ont très bien pris. L'année dernière alors que les abricotiers avaient fait de belles feuilles et semblaient en pleine forme, d'un coup l'un des abricotiers a eu ses feuilles qui sont devenues molles et pendantes comme si l'arbre manquait d'eau. Puis il a dépéri. le deuxième abricotier qui est planté juste à côté eu une branche qui a fait la même chose mais il s'est repris. Pourriez vous m'expliquer ce qu'il s'est passé pour que l'autre abricotier (le survivant) ne subisse pas la même chose. En vous remerciant par avance
    Cordialement

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour !
      Pourriez-vous m'indiquer si les feuilles portaient des tâches, une coloration inhabituelle ? Avez-vous détecté la présence de champignons au pied ? L'autres abricotier a-t-il fructifié normalement ? Cordialement, Ingrid

      Répondre
Laisser un commentaire