Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Polygala : planter, tailler et entretenir

Le Polygala, en quelques mots

  • Ce petit arbuste persistant aux accents méditerranéens, offre une floraison vive, très abondante du printemps aux gelées.
  • Ses petites feuilles vert gris à vert moyen s’ornent de bouquets éparses de fleurs de pois mauve violacé souvent jusqu’en décembre dans les zones de climat doux.
  • L’arbuste compact et résistant à la sécheresse et aux embruns convient aussi bien en pot que dans une rocaille bien ensoleillée, un talus ou sous forme de petite haie fleurie.

Le mot de notre experte

Les Polygala plantés pour l’ornement sont généralement des arbustes de l’espèce myrtifolia (à feuilles de myrte) ou des hybrides issus du croisement de cette espèce avec une autre arbustive. L’allure générale de leurs fleurs rose violacé rappelle beaucoup celle des Fabacées qui évoquent un vol de papillons. La végétation persistante constituée de petites feuilles vert grisé apporte incontestablement une touche méditerranéenne avec l’avantage de fleurir tout au long de l’été contrairement à beaucoup de plantes de ce type qui entrent dans une phase de repos estival.

Vous pouvez créer une très jolie scène en plaçant simplement l’arbuste dans une poterie de terre, posée devant un mur ou sur les marches d’un escalier de pierre. Le Polygala s’insère aussi bien dans un jardin moderne avec son port compact et ses fleurs de couleur vive que l’on peut mettre en valeur dans un bac teinté de prune, de vert pomme ou anthracite.

Il s’agit d’une plante de climat doux, tolérante au vent, aux embruns, à la salinité du sol et à la sécheresse qui se plaît aussi bien sur la côte méditerranéenne que le long du littoral atlantique. Le seul bémol reste sa faible rusticité – de l’ordre de -5°C, chez le Polygala myrtifolia – mais Polygala hybride Bibi Pink’ balaye cet inconvénient puisqu’il est capable de supporter des gels jusqu’à -12°C. Son port plus dense et compact permet en outre de le remiser aisément dans une pièce lumineuse peu chauffée, si vos hivers l’exigent.

En climat doux, les Polygalas s’intègrent aussi avec bonheur dans les petites haies, les massifs, les rocailles, associés à d’autres arbustes exotiques tels que Melaleuca, Leptospermum, Medicago arborea, céanothes persistants, Abelia ou Escallonia. Plantez-les en sol bien drainé, et recevant un maximum d’ensoleillement, dans un jardin de ville comme en bord de mer.

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Polygala

Famille : Polygalaceae

Nom commun : Polygale

Floraison : entre mars et octobre selon l'espèce

Hauteur : entre 15 cm et 2 m

Exposition : soleil

Sol : tout sol meuble et bien drainé, même calcaire

Rusticité : Faible à moyenne (-5 à -14 °C)

Le genre Polygala englobe de nombreuses plantes annuelles, vivaces et quelques arbustes comptant près de 500 espèces qui occupent les régions chaudes du monde entier. Il fait partie de la famille des Polygalacées proche de celle des Fabacées avec des différences qui portent sur la forme de la fleur et du fruit.

Les polygalas notamment les herbacés, se rencontrent dans de nombreux milieux allant des prairies sèches (Polygala comosa, calcarea) aux prairies humides (Polygala austriaca, amarella) en passant par les lisières de forêts des zones montagneuses (Polygala chamaebuxus, vulgaris), reconnaissables à leurs petites fleurs bleues ou rose vif , parfois bicolores, à toupet blanc. Cependant le Polygale à feuilles de myrte (Polygala myrtifolia), qui est la principale espèce arbustive cultivée chez nous pour l’ornement, requiert un milieu ensoleillé et un climat doux, comme le climat du littoral atlantique ou méditerranéen. On le rencontre à l’état naturel, en Afrique du Sud, aussi bien sur les dunes, les pentes rocheuses, les berges de ruisseaux qu’en forêt ou dans les zones de prairies ou de broussailles. Sa rusticité ne dépasse guère -5°C mais il peut très bien s’hiverner dans une véranda (entre 0 et 15°C) et continuer à fleurir durant 10 mois. Il existe cependant de nouveaux hybrides plus compacts comme Polygala hybride ‘Bibi Pink’ tolérant des gels jusqu’à -12°C qui permettent une plus large utilisation sur le territoire. Polygala chamaebuxus,  indigène mais assez méconnue, est une vivace des montagnes méridionales, présent depuis la France (Alpes et Pyrénées) jusqu’en Roumanie, qui résiste jusqu’à -14°C en sol drainant.  Sa floraison jaune et rose est cependant plus limitée dans le temps que l’espèce sud-africaine myrtifolia.

La fleur du Polygala présente 2 grands sépales colorés évoquant les ailes d’un papillon tout comme les ailes de la fleur du pois et 3 autres sépales classiques, plus discrets de par leur taille et couleur verdâtre. La corolle forme un tube composé de 3 à 5 pétales soudés, imitant la carène de la fleur des Fabacées (pétale du bas). Elle se termine généralement par une houppette de filaments blancs, disposés en Y, très caractéristique des polygales, qui contraste avec la couleur des pétales et correspond à des étamines transformées. Les fleurs dites « papillionacées » comme celles des Fabacées, mesurant 2 à 3 cm chez Polygala myrtifolia sont réunies en courtes grappe terminales très ornementales. La floraison de ce dernier peut s’étirer sur 10 mois de l’année du moment qu’il ne gèle pas.

Les fruits sont des petites capsules aplaties ailées, parfois difficiles à repérer sur l’arbuste mais qui diffuse de nombreuses graines. Ce polygala, comme beaucoup d’autres, se ressème, parfois abondamment, dans les endroits les plus inattendus du jardin, en climat et sol favorables.

polygale

Polygala myrtifolia : un bel arbuste fleuri pour climat doux

Le feuillage simple – non composé, contrairement à celui de la plupart de Fabacées -, est disposé de manière alterne et ne présente quasiment pas de pétiole comme l’indique le nom des différentes espèces de Polygala (myrtifolia, serpyllifolia, chamaebuxus…) se référant aux feuilles du myrte, du serpolet et du buis. Chez Polygala myrtifolia, elles sont persistantes, ovales ou pointues, vert tendre plus ou moins teintées de gris, mesurant 2-3 cm de long, avec une nervure médiane plus marquée. L’arbuste compact constitué de rameaux fins et souples enchevêtrés verts ou pourprés peut atteindre 1,50 à 2 m en tous sens au bout de 4 ans dans de bonnes conditions, alors que l’hybride Baby Pink ne dépasse pas 0,8 à 1 m. On peut dire que sa croissance est rapide ce qui permet de se consoler en cas de perte due au froid ou à sa faible longévité. A l’inverse, Polygala chamaebuxus  qui possède un port rampant de 15 cm de haut qui s’étale sur plus de 50 cm de diamètre, montre une croissance lente à très lente.

L’étymologie du nom Polygala vient du grec et signifie « lait abondant » en référence aux propriétés de certaines espèces de polygale qui augmenteraient la lactation chez la femme, selon les Grecs anciens.

Les principales variétés de Polygala

Espèce la plus répandue

Polygala myrtifolia - Polygale à feuilles de myrte

Période de floraison Mai à Oct.

Hauteur à maturité
2.00 m

Buisson assez bas et arrondi à végétation dense, doté de petites feuilles persistantes, d'un beau vert tendre. Il se couvre de nombreuses petites fleurs de pois blanches et rose violacé, par vagues successives, pendant 10 mois. Résistant à la sécheresse, mais peu rustique, il se cultivera selon le climat en pleine terre ou en pot, à remiser en hiver.

Espèces plus rustiques et compactes

Polygala Bibi Pink - Polygale à feuilles de myrte

Période de floraison Juin à Oct.

Hauteur à maturité
80 cm

Très semblable à l’espèce myrtifolia, cet hybride offre l’avantage de résister beaucoup mieux au froid et de présenter un port plus compact, plus adapté à la culture en pot. Ses petites feuilles persistantes, d'un beau vert un peu gris mettent en valeur les fleurs de pois bicolores, mêlant un vibrant mauve-violacé au rose pâle.

Polygala chamaebuxus Grandiflora - Faux buis

Période de floraison Mars à Mai

Hauteur à maturité
15 cm

Sous-arbrisseau rampant et prostré, à petit feuillage persistant, coriace et vert foncé, qui ressemble à celui du buis. De petites fleurs bicolores violacées et jaunes, particulièrement lumineuses, éclosent au printemps. Parfaite pour les rocailles alpines au sol sec, exposées à l’ombre. Rusticité: -12/-14°C.

Plantation

Où planter le Polygala ?

Le polygala à feuilles de myrte ne peut résister en pleine terre que dans les régions exemptes de gel, (-5°C maxi), hormis le cultivar Baby Pink qui se montre un peu plus tolérant (-12°C). Dans les zones un peu limites, entourez l’arbuste d’un voile d’hivernage afin de gagner quelques degrés de rusticité. Vous pouvez parfaitement cultiver l’arbuste en pot et le placer en serre non chauffée, hors gel ou dans une véranda durant l’hiver où il peut continuer à fleurir. Choisissez une belle céramique ou un grand bac afin de bien le mettre en valeur.

Placez le polygala de préférence en plein soleil excepté Polygala chamaebuxus, adepte de la mi-ombre dans le Midi, à conduire comme une plante de rocaille sur un talus ombragé ou un dessus de muret, en compagnie d’anémones blanda ou de Cyclamen coum par exemple.

Les Polygalas ne sont pas difficiles quant au sol : acide, neutre, calcaire, frais, sec, pourvu qu’il soit bien drainé.

Quand le planter ?

Choisissez de préférence le printemps après la fin des gelées pour installer le polygala sauf en méditerranée où une plantation à l’automne est recommandée.

Comment planter ?

Cette plante de croissance rapide est de culture facile notamment en pot.

  • Plongez le pot dans un seau d’eau pour bien l’humecter.
  • Creusez un large trou assez profond, de 2 à 3 fois plus large que la motte.
  • Ajoutez une pelletée de sable ou graviers dans le fond de la fosse ou du pot, afin d’assurer un bon drainage autour des racines. En sol lourd, optez pour une plantation au sein d’une rocaille.
  • En pot comme en pleine terre, rebouchez le trou avec un mélange composé de  1/3 terre de jardin, 1/3 de terreau et 1/3 de sable de rivière (sable grossier) ou de gravillons.
  • Tassez légèrement en formant une cuvette.
  • Arrosez copieusement.

Entretien et taille

  • Pensez à arroser le polygala en pot régulièrement pendant les périodes de chaleur. Une fois bien implanté, il tolère assez bien la sécheresse lorsqu’il pousse en pleine terre.
  • Surfacez le pot avec du terreau neuf au printemps afin de maintenir une bonne fertilité . En pleine terre, un peu de compost au pied fera l’affaire de temps à autre.
  • Taillez les quelques rameaux qui débordent si nécessaire en fin de printemps avant qu’il n’entame une deuxième vague de floraison. Mais de manière générale, le Polygala arbustif ne se taille pas car il redémarre difficilement sur le vieux bois, à l’instar des cistes ou romarins. Une taille à l’automne risque de l’inciter à émettre de nouvelles pousses sensibles au froid.
  • Ôtez le bois sec au début du printemps.
  • Le polygala est rarement sujet à des maladies ou ravageurs en extérieur. A l’intérieur, on peut observer des mouches blanches (aleurode) et pucerons sur les jeunes pousses. Appliquez un purin d’ortie, du savon noir, de la pyréthrine ou taillez les pousses atteintes pour en venir à bout.

Multiplication

La multiplication la plus simple consiste à semer des graines fraîches au printemps ou en début d’été, car le bouturage est difficile.

Semis

  • Prélevez les fruits plats contenant les graines dans le Polygala en fin d’été et stockez-les dans un local sec.
  • Effectuez le semis des graines fraîches sous châssis ou en zone abritée par un mur et pas trop ensoleillé, sur une terre ameublie et humidifiée, en les recouvrant légèrement
  • La germination prend quelques semaines.
  • Repiquez les plantules en godets lorsque vous pouvez les manipuler en prenant soin de ne pas casser la radicule.
  • Gardez les plants à l’abri pendant les deux premiers hivers avant de les mettre en place.

 

Utilisations et associations

Les polygalas à feuilles de myrte et Pink Baby peuvent garnir de petits massifs ou rocailles ensoleillées parmi des cistes, céanothes rampantes, lavandes ou romarins, Medicago arborea ou dans un esprit plus austral avec des Melaleuca, Leptospermum, Westringia… Les céanothes, Escallonia, Euphorbia mellifera ou x martinii, Euryops, Leucadendron, Watsonia sont de bons compagnons du Polygala myrtifolia en Bretagne sur un talus exposé face à l’océan.

Associer le Polygala : nos idées et conseils

Une idée d’association en climat doux : Leucadendron (‘Fireglow’ ou ‘Safari Sunset’ par exemple), Polygala myrtifolia, Westringia fruticosa, Festuca glauca et Alternanthera ‘Little Prince’ ou ‘Purple Night’. Un palmier bleu du mexique (Brahea armata) serait parfait aussi

Vous pouvez aussi former des bordures libres, fleuries quasiment toute l’année ou bien garnir des rocailles. Polygala chamaebuxus ‘Grandiflora’, aux allures de cotonéaster rampant, convient particulièrement à ce genre d’utilisation. Ce sous-arbrisseau est idéal pour épouser la forme des rochers et animer la rocaille de sa floraison vive printanière en compagnie d’alysses ou d’aubriètes. C’est aussi une excellente plante pour habiller les bordures ombragées, les talus un peu ingrats qui reçoivent peu de soleil, le dessus d’un muret inhospitalier pour les plantes de soleil. On l’associera par exemple aux hépatiques (Hepatica nobilis), anémones blanda ou à des Cyclamen coum qui fleurissent en même temps et apprécient les mêmes conditions.

N’hésitez pas à remplir de grands pots en céramique pour fleurir vos balcons, terrasses ou entrées de maison, même pour une seule saison, avec le Polygala à feuilles de myrte. Il est tout indiqué pour les jardins de bord de mer, car il se montre très tolérant vis-à-vis des vents violents et de la salinité du sol et de l’air.

Question fréquente

Mon polygala à feuilles de myrte jaunit et perd ses feuilles. Pourquoi ?

Il est normal que les feuilles âgées de la base de l'arbuste finissent par jaunir et tomber mais un jaunissement général traduit souvent un excès d'eau au niveau des racines. Ne laissez pas stagner de l'eau dans une soucoupe après l'avoir arrosé car cet arbuste apprécie les sols drainants bien aérés. Rempotez si nécessaire dans un nouveau substrat bien drainant mélange de terreau, de sable et de terre de jardin.

Pour aller plus loin

Découvrez notre gamme de Polygala.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire