Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Draba : planter, cultiver et entretenir

Les Draba en quelques mots

  • Les Draba sont de ravissantes petites plantes de rocaille, qui ne dépassent pas 15 cm de haut
  • Elles forment de charmantes rosettes de feuilles allongées, persistantes
  • On apprécie au printemps leurs fleurs jaunes ou blanches réunies en petits bouquets
  • Elles se plaisent en plein soleil dans un sol parfaitement drainé, caillouteux ou sablonneux
  • La Draba aizoides offre une superbe floraison jaune vif, très lumineuse !

Le mot de notre experte

Les Draba ou draves sont de petites plantes tapissantes qui donnent au printemps des fleurs jaune vif ou blanches. Encore trop peu connues et rarement cultivées, elles ne sont pas fréquentes dans les jardins. Il existe pourtant de superbes espèces, comme la Draba aizoides, aussi appelée Drave faux aïzon. Cette charmante vivace forme de petites rosettes de feuilles allongées, persistantes, et porte d’avril à juin des fleurs jaunes à 4 pétales, très lumineuses, réunies en grappes. C’est une petite plante, qui mesure entre 10 et 15 cm de haut lorsqu’elle est en fleurs. On trouve également de très belles espèces à fleurs blanches, comme la Draba sakuraii.

Les Draba sont des plantes idéales à intégrer dans une rocaille ensoleillée. Elles ont besoin d’un sol parfaitement drainé, sableux ou caillouteux, car elles redoutent l’humidité stagnante. Hormis cette précaution, les Draba sont faciles à cultiver. Elles sont tout à fait rustiques, supportant des températures de l’ordre de – 15 ° C, et même au-delà. Elles s’associent facilement avec d’autres plantes de rocaille au port tapissant, comme les joubarbes, sédums, Arenaria montana, aubriètes, ibéris, Alyssum… Découvrez tous nos conseils pour réussir la culture des Draba au jardin !

Botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Draba sp.

Famille : Brassicaceae

Nom commun : Drave

Floraison : printanière, entre mars-avril et juin

Hauteur : jusqu’à 10-15 cm

Exposition : plein soleil

Sol : drainant, caillouteux

Rusticité : - 15 à – 20 °C

Les Draba, ou Draves, rassemblent plus de 400 espèces de plantes généralement vivaces, plus rarement bisannuelles ou annuelles. Ce sont de petites plantes herbacées, au port généralement tapissant. En général elles sont très discrètes, avec de minuscules fleurs blanches ou jaunes, ce qui fait qu’on ne les remarque pas vraiment lorsqu’on les voit dans la nature (à l’image de la Draba verna, une petite annuelle qui pousse spontanément en France). A l’état sauvage, les Draba poussent dans les régions tempérées et arctiques de l’hémisphère Nord, ainsi qu’en Amérique du Sud dans les Andes. On les trouve principalement en altitude, dans les éboulis et rocailles. Plusieurs espèces poussent à l’état sauvage en France (les plus répandues sont les espèces Draba aizoides, Draba muralis et Draba verna). La Draba aizoides se rencontre sur les rochers et falaises calcaires, dans les régions montagneuses d’Europe, jusqu’à 3 500 mètres d’altitude.

La Draba appartient à la famille des Brassicacées, anciennement nommées Crucifères. Il s’agit de la famille du chou, du navet, du colza, de la moutarde, du radis… Cette famille est caractérisée par des fleurs à quatre pétales libres, en forme de croix, souvent jaunes ou blancs, et des fruits en siliques. En plus des Draba, quelques autres espèces sont cultivées comme plantes d’ornement : giroflées, aubriètes, iberis, Alyssum, Hesperis matronalis

Illustration botanique représentant la drave faux-aïzoon

Draba aizoides : planche botanique

Etymologiquement, le nom de la drave provient du grec drabé, qui signifie « âcre », en raison du suc acre que certaines espèces renferment dans leurs tissus.

La Draba ne doit pas être confondue avec le Lepidium draba, le passerage drave, une autre plante de la famille des Brassicacées.

Puisqu’elle pousse naturellement dans les régions montagneuses et plutôt froides (régions arctiques et septentrionales), la Draba est une plante tout à fait rustique. Elle supporte aisément entre – 15 et – 20 °C, voire au-delà, suivant les espèces.

Les Draba sont toutes de petites plantes : elles mesurent entre 5 et 20 cm de hauteur. Elles ont généralement un port tapissant ou en coussinets, et s’étalent progressivement avec le temps. La Draba aizoides, elle, atteint entre 10 et 15 cm de haut lorsqu’elle est en fleurs.

La Draba bryoides est surprenante, car elle forme vraiment un petit coussin arrondi qui ressemble à de la mousse, constitué de nombreuses feuilles minuscules, imbriquées les unes contre les autres. Cette forme particulière lui permet de résister aux conditions extrêmes de la montagne (froid, vent, dessication) !

D’une manière générale, les feuilles des Draba sont petites, souvent ovales, lancéolées ou linéaires, de couleur verte. Elles sont entières, non divisées. Elles sont nombreuses et réunies de façon dense, en rosette. Certaines espèces ont des feuilles pubescentes, couvertes de petits poils.

La Draba aizoides forme des rosettes de feuilles allongées. Elles sont lancéolées, étroites, et raides. Réunies de façon dense, elles mesurent 0,2 à 2 cm de long et sont munies de soies raides et blanches sur le bord du limbe.

Les Draba portent de petites feuilles réunies en rosettes

Le feuillage de la Draba aizoides : vue d’ensemble (photo Ghislain118) et détail des feuilles / le feuillage de la Draba verna (photo AnRo0002)

Les feuilles de la Draba aizoides sont persistantes : elle conserve donc son feuillage en hiver. Les autres espèces de Draba sont persistantes ou semi-persistantes.

Les Draba sont des plantes qui fleurissent au printemps, entre avril et juin. Leurs fleurs peuvent être jaune vif, comme chez la Draba aizoides, ou blanches, comme chez la Draba verna. Réunies en petites grappes terminales, elles sont constituées de quatre pétales libres disposés en croix, plus ou moins échancrés au sommet, et de quatre sépales. Les fleurs portent au centre six étamines (quatre longues et deux plus courtes) : ce sont les organes sexuels mâles, qui portent le pollen. Celui-ci se déposera sur le pistil (organe sexuel femelle) pour produire des graines.

La floraison des Draba aizoides et D. sakuraii

Les fleurs de la Draba aizoides (photos : Björn S. / febs), et de la Draba sakuraii (photo Ghislain118)

Suivant les régions et le climat, la Draba aizoides fleurit entre mars-avril et juin. Elle produit alors à partir de ses rosettes des tiges dressées, non ramifiées, qui n’excèdent pas 15 cm de haut. Elles portent à leur extrémité une grappe de fleurs jaune vif, constituée de pétales d’environ 0,5 cm de long. Les fleurs sont assez grandes par rapport à d’autres espèces.

Si vous préférez les fleurs blanches, choisissez plutôt la Draba sakuraii, une plante rare originaire des montagnes du Japon et qui a, elle aussi, de belles qualités ornementales. Elle porte en mai-juin des fleurs composées de quatre larges pétales d’un blanc pur.

La Draba verna, ou Drave de printemps, est une petite plante annuelle qui pousse à l’état sauvage en France. Elle possède des fleurs discrètes constituées de quatre pétales très fins fortement échancrés, qui donnent l’impression que la fleur compte huit pétales.

Le fruit des Draba est une silicule ovale ou elliptique, terminée en une longue pointe (style persistant). À maturité, elle s’ouvre en deux valves pour libérer les graines.

Les fruits et graines des Draba

Les fruits en silicules de la Draba aizoides (photo Jason Grant) / ceux de la Draba verna (photo Danny S.), avec le détail des graines contenues à l’intérieur (photo Rasbak)

Plantation

Où planter ?

Dans la nature la Draba pousse en montagne dans des milieux rocailleux, dans des éboulis ou sur des falaises, ainsi elle se plait dans un milieu minéral, et sera parfaite en rocaille. Elle a besoin d’un sol parfaitement drainé, sableux ou caillouteux, car elle craint l’humidité stagnante. Elle supporte sans problème les sols secs et pauvres. De même, elle a besoin d’une excellente luminosité et se plaira si vous l’installez en plein soleil. La Draba aizoides a une préférence pour les sols calcaires.

Comme elle n’apprécie pas d’avoir de l’eau directement sur son feuillage, si vous en avez la possibilité, n’hésitez pas à la placer au pied d’une grosse pierre qui la surplomberait et l’abriterait un peu de la pluie.

Comme il s’agit d’une petite plante, assez discrète, n’hésitez pas à planter plusieurs plans rapprochés dans une rocaille. Cela créera un plus bel effet et ils se remarqueront plus facilement, sans avoir besoin d’attendre des années que les plants s’étoffent.

La Draba peut aussi être cultivée en pot, dans un substrat drainant. Cela permettra en plus de l’abriter facilement de l’humidité hivernale, en la plaçant dans une serre froide ou sous un débord de toiture.

N’hésitez pas à consulter notre fiche-conseil pour créer une rocaille !

Quand planter ?

Nous vous conseillons de planter la Draba au printemps, vers le mois d’avril, ou en automne (octobre).

Comment planter ?

Pour une plantation en pleine terre :

  1. Trouvez un emplacement adapté, par exemple entre des pierres dans une rocaille
  2. Creusez un trou de plantation.
  3. Ajoutez dans le trou du terreau mélangé à un peu de graviers ou de sable grossier, pour le drainage.
  4. Sortez la Draba de son pot et plantez-la.
  5. Comblez le trou en ajoutant un peu de substrat tout autour, afin de bien la caler, mais sans enterrer le feuillage.
  6. Tassez légèrement.
  7. Arrosez en évitant de mouiller les feuilles.

Pour une plantation en pot :

  1. Prenez un pot, muni au fond de trous de drainage.
  2. Placez une petite couche de billes d’argile au fond du pot.
  3. Placez dans le pot un mélange de terre, de terreau de feuilles et de sable grossier.
  4. Plantez la Draba.
  5. Replacez du substrat autour, en veillant à ne pas enterrer le collet ni les feuilles basales.
  6. Disposez une petite couche de graviers à la surface du substrat, autour de la plante. Cela l’isolera de l’humidité et limitera les risques qu’elle ne pourrisse.
  7. Arrosez, en évitant de mouiller les feuilles.
Les fleurs jaunes de la Drave faux aïzoon

Draba aizoides (photo Andrea Moro)

Entretien

Nous vous conseillons d’arroser la Draba dans les semaines qui suivent la plantation. Dirigez l’eau autour d’elle, mais évitez de mouiller ses feuilles, car en stagnant sur les rosettes l’eau risquerait de les faire pourrir. Comme il s’agit d’une plante de rocaille, adaptée aux sols secs et pauvres, elle se passera d’arrosages par la suite. Elle n’a d’ailleurs pas non plus besoin d’engrais. Vous pouvez simplement lui apporter un peu d’eau en cas de sécheresse prolongée.

La Draba est facile à cultiver, mais elle craint l’excès d’humidité. Mieux vaut la protéger des grosses pluies hivernales, par exemple en installant au-dessus d’elle une plaque en verre ou en plastique transparent. Vous pourrez retirer cette plaque au printemps.

Comme il s’agit d’une plante de petite taille, si vous voyez des mauvaises herbes pousser autour d’elle, n’hésitez pas à les retirer régulièrement, afin d’éviter qu’elle soit étouffée par celles-ci. De même, nous vous conseillons de déposer une petite couche de graviers autour de la Draba, car cela limitera la croissance des adventices, en plus de l’isoler de l’humidité.

La Draba est peu sensible aux maladies et parasites. Néanmoins, lorsqu’elle est cultivée en serre, elle peut être attaquée par des pucerons et des araignées rouges.

Multiplication

Semis

La Draba se multiplie principalement par semis.

  1. Les graines doivent subir une vernalisation pour pouvoir germer : placez-les au réfrigérateur durant environ un mois. Cette étape permet d’imiter l’hiver, et de lever ainsi la dormance des graines.
  2. Prenez un pot ou une caissette.
  3. Remplissez-le avec du terreau spécial semis, puis tassez légèrement et égalisez le niveau.
  4. Placez les graines à la surface.
  5. Recouvrez-les d’une très fine couche de substrat.
  6. Arrosez en pluie fine.
  7. Placez le pot ou la caissette à un endroit lumineux, sans soleil direct. L’idéal est une température comprise entre 15 et 20 °C.

Les Draba mettent en général entre 1 et 3 mois à germer.

Division de touffes

Si vous avez un plant de Draba âgé de plusieurs années et dont la touffe s’est étalée, il est possible de prélever des rosettes périphériques et de les replanter afin de la multiplier. La meilleure période pour intervenir est le printemps.

Association

La Draba aizoides est une plante de montagne qui sera tout à fait à sa place dans une rocaille alpine. Choisissez en plein soleil un emplacement surélevé, ou aménagez une butte. Mélangez à la terre des graviers, des pierres ou du sable pour améliorer le drainage, et disposez quelques grandes pierres de façon à retenir la terre. Veillez à bien les caller pour qu’elles ne bougent pas par la suite. Il ne vous reste plus qu’à planter la Draba aizoides avec d’autres vivaces alpines dans les espaces libres entre les pierres. Intégrez par exemple des Edelweiss, la plante emblématique des Alpes ! Pensez aussi aux Arenaria montana, Saxifraga arendsii, aubriètes, Alyssum… Ces plantes forment de ravissants petits coussins arrondis, qui habilleront joliment l’espace entre les pierres. Profitez des ravissantes petites feuilles palmées de l’Alchémille des Alpes, et du feuillage en rosette des joubarbes. Découvrez aussi les belles fleurs étoilées, roses orangées, du Lewisia cotyledon.

Si vous souhaitez plus de conseils pour aménager une rocaille, n’hésitez pas à consulter notre fiche « Créer une rocaille : nos conseils pour la réussir »

Inspiration pour associer la drave dans une rocaille, avec d'autres plantes alpines

La Draba aizoides s’intègre sans problème dans une rocaille, par exemple avec d’autres plantes alpines. Saxifraga arendsii ‘Pixie’, Edelweiss Leontopodium alpinum (photo Franz Xaver), Gentiana acaulis (photo Ghislain118), Draba aizoides (photo Tigerente), Sempervivum arachnoideum (photo Kristine Paulus), Alchemilla alpina (photo Udo Schmidt)

Vous pouvez aussi planter la Draba sur un muret en pierre, en compagnie de la campanule des murs, de sédums, joubarbes, globulaires, Erigeron karvinskianus, Iberis… Sans oublier la généreuse floraison colorée des aubriètes. Ces plantes se contentent de très peu de substrat et glisseront facilement leurs racines dans les anfractuosités entre les pierres. Pour plus d’idées, découvrez notre sélection de plantes vivaces pour agrémenter un muret.  

Ressources utiles

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire