Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
potager sol acide
conseil

Comment faire un potager en sol acide ?

Conseils et plantes potagères adaptées

Si vous souhaitez entamer la culture d’un potager dans votre jardin, sachez qu’il est d’abord important de connaître l’acidité de votre sol. En effet, toutes les plantes potagères n’ont pas les mêmes besoins, et toutes ne croissent pas de la même façon selon les conditions environnementales. Croissance, développement et productivité sont ainsi directement impactés par l’acidité du potager. Les sols acides sont connus pour avoir quelques inconvénients de fertilité. Ils ont toutefois aussi des avantages, et bien des végétaux y poussent sans aucun problème. Le cas échéant, certaines méthodes permettent de rééquilibrer le pH du sol.

Retrouvez ici tous nos conseils pour faire un potager en sol acide.

Comment savoir si le sol du potager est acide ?

Chimiquement parlant, le sol se définit par son alcalinité et son acidité, que l’on mesure grâce au pH. Cette unité de mesure va de 1 à 14. La nature du pH de votre sol dépend directement du type de roche qui se trouve dans le sous-sol, mais aussi de sa composition (argileux, limoneux, etc.), de sa teneur en calcaire, et de vos propres apports en fertilisant.

pH du sol du potager

Qu’est-ce qu’un sol acide ?

Un sol dont le pH se situe entre 6,9 < pH <7,2 offre une terre fertile, avec une vie microbienne riche, et qui permet une assimilation optimale des nutriments par les plantes qui y poussent. En revanche, lorsque le pH du sol est inférieur à 7 (3,5 < pH <6,8), cela signifie que la terre est acide. Un sol avec un pH supérieur à 7 (7,3 < pH <9,0) est appelé basique ou alcalin.

Concentrons-nous ici sur les sols acides. Notons que ces derniers sont aussi multiples que variés, puisque la terre peut n’être que légèrement acide (5 < pH < 6), situation la plus courante, et donc sans réelles conséquences sur vos plantes potagères. Mais le sol peut également présenter une acidité critique, voir être carrément tourbeux (5 <  pH < 3,5), situation bien plus rare.

Comment reconnaître un sol acide ?

Observez attentivement la végétation qui pousse spontanément à l’emplacement de votre futur potager. Certaines plantes apprécient particulièrement les milieux acides, et notamment les :

  • bruyères ;
  • fougères aigle ;
  • renoncules rampantes ;
  • châtaigniers ;
  • digitales ;
  • genêts à balais ;
  • myrtilles ;
  • orties ;
  • et l’oseille des prés.

Ces plantes acidophiles sont un bon révélateur de l’acidité du sol. Autres indices, les terres acides ont généralement une couleur plus sombre. La terre de bruyère et les sols sableux sont également majoritairement acides.

Test d'acidité du sol

Si ces indices s’avèrent de bons indicateurs, seule l’analyse d’un échantillon de terre provenant de votre potager vous permet de connaître précisément le taux de pH de votre sol. Il existe notamment des kits d’analyses que l’on trouve facilement en jardinerie, et qui permettent de mesurer précisément le pH d’un sol.

Pour aller plus loin, découvrez notre fiche conseil : Sol acide, sol neutre ou sol calcaire : comment savoir ?

Quels sont les inconvénients d’un sol acide au potager ?

Il est d’abord très intéressant de souligner que les terres les plus riches en humus sont très souvent acides. Ces sols, parfaits pour un potager, présentent en effet un pH oscillant entre 5.6 et 6.6. Aucune correction n’est à prévoir si la terre de votre potager présente ce taux d’acidité. En effet, l’activité biologique d’un tel sol, ainsi que ses éléments nutritifs, sont tout à fait normaux.

En revanche, cultiver un potager dans un sol très acide (pH inférieur à 5,6) a de nombreux inconvénients. Pour commencer, ce type de sol présente une activité biologique plus faible. De fait, les micro-organismes comme les bactéries, les levures et les champignons, agissent au ralenti. La terre est alors peu humifère et les matières organiques se dégradent très lentement. De même, on y trouve beaucoup moins de vers de terres, coléoptères, myriapodes, etc. Ensuite, les éléments nutritifs (azote, potassium, phosphore et oligo-éléments) ne parviennent pas jusqu’aux plantes. Il s’agit pourtant d’éléments essentiels à la croissance de vos légumes et fruits qui souffrent alors de carences, et sont davantage sensibles aux maladies. Pour finir, une terre très acide augmente le taux d’absorption des plantes en ions métalliques (aluminium, cuivre, plomb, cadmium, mercure…). Des métaux qui peuvent être néfastes à la santé, et dont on se passe donc volontiers dans nos légumes !

Quels légumes peuvent être plantés en sol acide ?

Un sol moyennement acide n’est pas un réel problème au potager, du moment que vous optez pour des plantes potagères qui en apprécient les caractéristiques.

Les légumes à privilégier dans un sol légèrement acide

Si votre sol profite d’un pH compris entre 6 et 7, cela signifie qu’il est parfaitement équilibré et qu’il offre une bonne alimentation minérale aux plantes qui y poussent. Dans ce cas, vous n’êtes pratiquement pas restreint dans vos choix de plantations puisque la plupart des plantes s’y développent très bien.

Les légumes à privilégier dans un sol légèrement acide

  • Du coté des fruits et légumes, n’hésitez pas à cultiver toutes les variétés de choux, ainsi que les asperges, poirées, céleris, radis, tomates, concombres, poivrons, haricots, laitues et fraises.
  • En matière d’herbes aromatiques, planter de l’ail, du basilic, de la ciboulette, ou encore du thym.
  • Agrémentez les abords de votre potager avec des fleurs pour attirer les pollinisateurs, comme les pois de senteur, l’aster, les chrysanthèmes, dahlias, glaïeuls, jacinthes ou encore les roses.

Les légumes à privilégier dans un sol acide

Le champ des possibles dans les sols plus acides, dont le pH est compris entre 5 et 6, est un peu plus restreint. Misez donc sur des légumes acidophiles qui ont de forts besoins en fer.

Les légumes à privilégier dans un sol acide

  • Du coté des fruits et légumes, cultivez des pommes de terre et des courges (qui apprécient particulièrement les milieux acides), des carottes, panais, artichauts, épinards, piments et échalotes, de la rhubarbe, ainsi que des framboises, mûres, myrtilles et canneberge.
  • En matière d’herbes aromatiques, planter du fenouil, du persil, de l’oseille et de la ciboulette.
  • Du côté des fleurs, installez des coréopsis, cosmos et iris aux abords du potager.

En revanche, évitez absolument d’y cultiver des choux pommés, du thym, des pavots, des géraniums, des lavandes, de la moutarde, des centaurées, des primevères et des hellébores.

Et dans les sols très acides ?

Si le pH de votre sol est inférieur à 5, vous ne pourrez malheureusement rien y semer en l’état. Reportez-vous donc à nos conseils visant à rectifier le pH d’un sol trop acide.

Comment rééquilibrer le sol acide d’un potager ?

Pour profiter d’un bon rendement au potager, il est parfois nécessaire de s’approcher le plus possible d’un pH neutre. Une analyse poussée de votre sol est donc tout à fait essentielle pour vous assurer de ses caractéristiques exactes.

Pour rééquilibrer le sol trop acide de votre potager, différentes solutions s’offrent à vous.

Amender le sol

Vous pouvez apporter un amendement basique à la terre, en procédant toutefois avec parcimonie afin de ne pas provoquer de déséquilibre inverse. Optez ici pour un amendement riche en calcaire, car le sol basique en manque justement. Celui-ci aura pour effet d’alléger la terre tout en relevant le pH. La dolomie, la cendre de bois, la chaux agricole, la marne, le calcaire broyé, ou encore le lithotamme… Sont autant de produits à envisager ici. Procédez à l’amendement à l’automne, ou au tout début de l’hiver, en l’incorporant à la terre par un griffage léger du sol. Arrosez ensuite régulièrement l’emplacement du potager de façon à ce que l’amendement soit bien actif. Si le sol est très acide, sachez que son rééquilibrage demandera de la patience, car l’opération devra sûrement être renouvelée sur quelques années. Autre option, vous pouvez incorporer du compost bien décomposé à la terre du potager, toujours par léger griffage du sol. Le compost mûr a en effet cette faculté à rendre le sol neutre.

Planter une couverture végétale

Autre solution, vous pouvez semer une couverture végétale à l’emplacement de votre futur potager. Celle-ci se chargera alors de corriger l’acidité, mais aussi la structure de votre sol. Composez votre couverture végétale en associant diverses plantations de lupin, de mélilot, de millet, ou encore de sarrasin.

Couverture végétale pour pH neutre

Miser sur l’effet du temps et de la nature

Dernière solution, vous pouvez tout simplement laisser agir la nature. Bien évidemment, cette option particulièrement reposante pour le jardinier, est aussi la plus longue. N’intervenez pas et laissez donc la végétation en place s’assurer seule de rééquilibrer le pH du sol. La durée du « traitement » peut beaucoup varier, d’un an à plusieurs années selon les cas. En revanche, il sera facile d’en constater les effets, puisque les plantes acidophiles finiront par disparaître au profit de plantes neutrophiles.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire

Plantfit,

Plantez adapté

 

Plantfit c’est notre tout nouveau service de conseils personnalisés. Gratuit, cet outil apporte à chacun des recommandations équivalentes à celles d'un bon jardinier et permet de sélectionner les végétaux les mieux adaptés à son jardin et à ses compétences en jardinage.

Que vous soyez débutant ou expérimenté, vous pouvez ainsi (re)découvrir les caractéristiques uniques de votre jardin et choisir les plantes qui pourront s’y épanouir sans difficultés. Observer et s’inspirer de la nature permet d’obtenir de meilleurs résultats. C’est aussi le premier pas vers une démarche de jardinage responsable !

 

Conseils sur mesure

Solution brevetée, Plantfit analyse les paramètres de votre jardin puis les croise avec les facteurs clés de réussite de chaque plante (zone climatique, exposition soleil et vent, type de sol, savoir-faire requis), établis d’après notre base de connaissances pour chacune des 12 000 plantes de la pépinière. Nous intégrons également à notre algorithme vos souhaits de couleur, hauteur ou style de massifs recherchés. 

 

Plantfit c’est tout simple !

Laissez-vous guider et répondez en quelques minutes à notre questionnaire. C'est une étape indispensable pour que nous puissions vous présenter le profil de votre jardin en quelques lignes, puis vous conseiller des plantes naturellement adaptées :

1- Organisez votre jardin ou votre terrasse en différents espaces

2- Répondez à nos questions sur les différents paramètres clés de chaque espace

3- Naviguez sur le site et pour chaque plante sélectionnée, découvrez si celle-ci est adaptée ou non à ces espaces, et pourquoi.

 

Que verrez-vous pour chaque plante ?

Cette plante nous paraît inadaptée à votre jardin ou votre massif
Cette plante nous paraît assez adaptée à votre jardin ou votre massif
Cette plante nous paraît bien adaptée à votre jardin ou votre massif !
Cette plante est peut-être un peu trop volumineuse pour votre massif 
Cette plante présente des caractéristiques ornementales que vous recherchez

Nos recommandations sont disponibles pour les végétaux d’ornement. Les plantes potagères et les fruitiers arriveront dans un second temps. 

 

À tout moment et d’un simple clic, vous pouvez choisir d’activer ou de désactiver Plantfit de votre navigation sur le site.

 

Compléter votre questionnaire >>>  Créer mon Jardin