Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Explorateurs botanistes : le voyage des plantes ornementales

La plupart des plantes ornementales de nos jardins ont été ramenées en Europe lors de grandes expéditions maritimes à travers le monde. En effet, à partir du 17ème, et surtout au 18ème siècle, des explorateurs et naturalistes ont entrepris de grands voyages autour du monde afin de découvrir de nouvelles plantes et animaux. Ils ont ainsi pu inventoriser et acclimater des plantes comestibles, utilitaires ou ornementales. Ils envoyèrent des plantes vivantes ou des graines dans les jardins d'acclimatation, par exemple au Jardin des Plantes de Paris ou au Jardin botanique de Kew. C'est de cette façon qu'elles sont parvenues jusqu'à nous. Nous vous invitons à découvrir l'incroyable histoire de ces explorateurs et des plantes ramenées de leurs voyages.

1- Charles Plumier (1646-1704)

Le Père Charles Plumier était un naturaliste et dessinateur français, qui fut nommé botaniste du roi Louis XIV. Il commença à voyager à partir de 1689, envoyé en expédition par Michel Bégon, intendant de la marine et ancien gouverneur des Antilles françaises. Plumier réalisa ainsi trois voyages sur ces îles françaises d’Amérique : Guadeloupe, Martinique, Saint-Domingue, ainsi qu’au Brésil. Il a découvert le bégonia, le fuchsia, le lobélia, la vanille... C’est Charles Plumier qui le premier entreprit de donner aux plantes les noms de grands botanistes ou naturalistes. Ainsi, les Begonia, Gesnera, Bauhinia, Bignonia, Fuchsia, Lobelia... rendent hommage à Bégon, Gesner, Bauhin, Bignon, Fuchs, de l'Obel... Plumier a décrit un grand nombre de plantes (dont de nombreuses fougères !) et réalisé plus de 4 000 dessins botaniques. Le naturaliste Carl von Linné s’est souvent basé sur ses dessins et informations pour nommer des plantes. Aux Antilles, Plumier a récolté de nombreuses plantes mais n’a malheureusement pas pu les ramener en Europe car le bateau qui les transportait a fait naufrage. Elles furent donc introduites plus tard. Le Plumeria, ou Frangipanier, a été nommé ainsi pour rendre hommage à Plumier.

Les plantes qu’il a découvert ou introduit :

  • Le Begonia. Charles Plumier a découvert le Bégonia aux Antilles et l’a nommé ainsi en hommage à Michel Bégon. On apprécie sa floraison aux couleurs vives, souvent rouge ou rose, ainsi que son feuillage épais et brillant. C'est une plante parfaite en pot ou jardinière, ainsi que pour fleurir les massifs.
  • Le Fuchsia. Découvert à Saint-Domingue, le genre a été dédié par Charles Plumier au médecin et botaniste allemand Leonards Fuchs. Il s'agit d'une vivace arbustive qui porte de ravissantes fleurs en clochettes retombantes, généralement bicolores.

Portrait de Charles Plumier, Begonia semperflorens et Fuchsia triphylla

2 - Philibert Commerson (1727-1773) et l’expédition de Bougainville

Philibert Commerson était un médecin et naturaliste français, qui participa de 1767 à 1769 à l’expédition autour du monde commandée par Bougainville. Commerson était accompagné de la botaniste Jeanne Barret, qui devint ainsi la première femme à avoir fait le tour du monde. Elle s’était déguisée en homme et se faisait appeler Jean Barret, puisqu’il était interdit aux femmes de naviguer.

L’expédition démarre en mettant le cap sur l’Amérique du Sud. Au Brésil, vers Rio de Janeiro, Commerson découvre une liane aux fleurs d’un beau violet vif, qu’il nomme Bougainvillea spectabilis, le Bougainvillier, en l’honneur du capitaine de l’expédition. Ensuite, les navires se dirigent vers Tahiti, puis les îles de l’Océanie, la Nouvelle-Guinée... Et traversent l’Océan Indien pour arriver en 1768 à l’île Maurice, où ils retrouvent Pierre Poivre, naturaliste et intendant de l’île. Celui-ci avait rapporté de Chine l’hortensia Hydrangea macrophylla. Commerson en fait alors une description, l’envoie en France sous forme d’herbier, et le nomme Hortensia, en hommage à une amie astronome qui se faisait appeler Hortense. Commerson alla ensuite explorer Madagascar puis revint sur l’île Maurice, où il restera jusqu’à sa mort en 1773.

Les plantes qu’il a découvert ou introduit :

  • Le Bougainvillea spectabilis. Dédiée par Commerson à Louis-Antoine de Bougainville, cette liane impressionne par sa généreuse floraison aux teintes vives, souvent mauve, rose ou rouge.
  • L’Hydrangea macrophylla. Originaire du Japon, l’Hortensia macrophylla est découvert par Commerson en 1768. Cet arbuste caduc s’épanouit en situation ombragée et offre de grandes inflorescences aux couleurs douces, souvent bleues, mauves ou blanches.

Philibert Commerson, Bougainvillea spectabilis (photo Teresa Grau Ros), Hydrangea macrophylla (photo Denolf)

3 - Sir Joseph Banks (1743-1820)

Contemporain de Commerson, Joseph Banks était un naturaliste et aristocrate britannique qui pris part au premier voyage de James Cook. Ils partirent en 1768 à bord de l’Endeavour, en direction de Madère, puis Rio de Janeiro. Après avoir exploré les îles Falklands, ils passent le Cap Horn, arrivent dans le Pacifique et à Tahiti. Ils débarquent ensuite sur la Côte Est de l’Australie, vers Sidney, où ils furent impressionnés par la diversité de plantes, ce qui valut à ce site d’être renommé Botany Bay. C’est ici que Banks découvrit la plante qui portera son nom, le Banksia. Banks a également introduit de nombreuses plantes en Europe, dont le mimosa (Acacia dealbata) et l’eucalyptus. A son retour de voyage, Banks fut nommé par le roi George III directeur du Jardin botanique de Kew. Sous son impulsion, le jardin s’enrichit de grandes collections de plantes exotiques. Il encouragea les expéditions botaniques et la collecte de plantes en Afrique du Sud, Asie, Amérique, Australie... Banks participa également à la création de la Royal Horticultural Society, en 1804.

Les plantes qu’il a découvert ou introduit :

  • Le Strelitzia. Joseph Banks a découvert le Strelitzia en Afrique du Sud. Il le nomma ainsi en l’honneur de l’épouse du roi George III, Sophie Charlotte de Mecklemburg-Strelitz. Le nom d’espèce, reginae, signifie : le Strelitzia « de la reine ». Cette vivace porte de majestueuses fleurs orangées qui évoquent la forme d'un oiseau. C'est une plante réservée aux climats doux, mais il est aussi possible de la cultiver en pot et de la rentrer sous une véranda pour l'hiver.
  • L'Eucalyptus. En Australie, Joseph Banks fut impressionné par l’Eucalyptus, qu’il introduit ensuite en Europe et surnomma « Gommier bleu ». Suivant les espèces, l'Eucalyptus peut former un arbuste ou un arbre imposant, aux feuilles persistantes et bleutées, très aromatiques. Il pousse rapidement.
  • Le Banksia. Découvert dans la « Baie des botanistes », sur la côte Est de l’Australie, le Banksia a été introduit en Europe et nommé ainsi en hommage à l’explorateur. Il s'agit d'un arbre ou arbuste qui offre une floraison originale, constituée de petites fleurs tubulaires réunies en épis.

Sir Joseph Banks, Strelitzia reginae, Banksia integrifolia (photo Krzysztof Ziarnek)

4 - Robert Fortune (1812-1880) 

Robert Fortune est un botaniste écossais qui fut envoyé en mission en Chine par la Compagnie britannique des Indes Orientales afin d'y prélever des plants de théier et percer le secret de la fabrication du thé. Ce fut en quelque sorte le premier vol industriel de l’histoire. Il a ainsi introduit environ 20 000 plants de thé en Inde et mis fin au monopole chinois sur le thé. Comme il était interdit pour les étrangers de voyager sur le territoire chinois, Robert Fortune se déguisa pour passer inaperçu. Il fit trois voyages en Chine entre 1843 et 1847, et explora également le Japon et Taiwan. Il ne s'intéressa pas seulement au thé, mais découvrit un grand nombre d'espèces végétales, et envoya environ 200 plantes en Angleterre. Il a ainsi introduit en Europe le kumquat, de nombreuses espèces de rhododendrons et d'azalées, des pivoines arbustives, des chrysanthèmes, des forsythias, le Cœur-de-Marie Dicentra spectabilis, le chèvrefeuille Lonicera fragrantissima, le Mahonia japonica, le Jasmin d’hiver Jasminum nudiflorum, le Skimmia japonica, le Weigela florida, l'Abelia chinensis... Il a également découvert la superbe Anémone du Japon Anemone hupehensis var. japonica. C’est également lui qui a introduit, en envoyant des graines au Jardin botanique de Kew, le palmier Chamaerops excelsa, aujourd’hui renommé Trachycarpus fortunei.  

De nombreuses plantes ont été nommées pour lui rendre hommage : Euonymus fortunei, Osmanthus x fortunei, Rhododendron fortunei, Hosta fortunei, Trachycarpus fortunei...

Les plantes qu’il a découvert ou introduit :

  • L'Anemone hupehensis var. japonica. Introduite en Angleterre en 1844 par Robert Fortune, l'Anémone du Japon offre en fin d'été de ravissantes fleurs roses ou blanc rosée, avec au centre un bouquet d'étamines jaunes. 
  • Le Trachycarpus fortunei. Nommé ainsi en l'honneur de Robert Fortune, ce palmier originaire du centre de la Chine est l'un des plus rustiques, puisqu'il supporte - 18 °C ! Il forme un stipe couvert de fibres brunes, au sommet duquel se déploie une couronne de grandes feuilles palmées.

Robert Fortune, Anemone hupehensis var. japonica, Trachycarpus fortunei (photo Georges Seguin)

5 - Armand David (1826-1900)

Le père Armand David fut un missionnaire français, botaniste et zoologiste, originaire du Pays-Basque. Il commença son voyage en Asie à partir de 1862 et réalisa ses premières missions vers Pékin, mais explora ensuite le centre de la Chine, la région du Sichuan, le Tibet, la Mongolie... Il passa au total onze années en Chine et collecta de nombreuses plantes pour le Museum d'histoire naturelle de Paris. Il est connu surtout pour avoir découvert le Panda géant, mais dans le monde des plantes son travail fut également très important puisqu'il a découvert 150 nouvelles espèces. Parmi elles, le Père David découvrit le Davidia involucrata, qui porte son nom, ainsi que de nombreuses espèces de Rhododendron, le Buddleia davidii, des primevères, des chrysanthèmes, Acer davidii, Viburnum davidii, Clematis armandii, Lilium davidii...

Les plantes qu’il a découvert ou introduit :

  • Le Davidia involucrata. Surnommé Arbre aux mouchoirs, cet arbre porte au printemps de grandes bractées blanches, très décoratives.
  • Le Buddleia davidii. Le Buddleia de David, aussi appelé Arbre aux papillons, porte durant tout l'été de longs épis de fleurs. Il pousse rapidement et se montre particulièrement résistant.
  • L'Acer davidii. Cet érable à peau de serpent est apprécié pour son écorce décorative, veinée de blanc. Son feuillage prend de belles teintes automnales.

Armand David, Davidia involucrata (photo S. Rae), Buddleia davidii (photo Léna Gahéry)

6 - Le Père Jean-Marie Delavay (1834-1895) 

Jean-Marie Delavay était un Prêtre missionnaire français, né en Savoie. Il a exploré la Chine à partir de 1867, notamment dans la région du Yunnan, ainsi que le Tibet. Il a rencontré en France le père Armand David, c’est d’ailleurs celui-ci qui l’a convaincu d’envoyer ses plantes au Museum d’histoire naturelle de Paris. Il a ainsi envoyé au Muséum des milliers d’espèces et 100 000 parts d’herbiers. Jean-Marie Delavay a ramené en Europe de nombreux rhododendrons, dont les Rhododendron delavayi, R. fastigiatum, R. yunnanense, R. racemosum, ainsi que des Deutzia, primevères, pivoines... Il a découvert 2 500 espèces en Chine, dont le superbe Pavot bleu de l’Himalaya, Meconopsis betonicifolia, et le rosier Rosa sericea pteracantha. Il tombe malade à partir de 1886, rentre se faire soigner en France mais, bien qu’affaiblit, il repart pour le Yunnan et continue à herboriser jusqu’à sa mort en 1895.

De nombreuses plantes portent son nom : Thalictrum delavayi, Magnolia delavayi, Aster delavayi, Rhododendron delavayi, Lonicera delavayi, Osmanthus delavayi, Paeonia delavayi...

Les plantes qu’il a découvert ou introduit :

  • Le Meconopsis betonicifolia. Surnommé le Pavot bleu de l’Himalaya, il s'agit d'une superbe vivace qui offre des fleurs d’un bleu intense. Délicate à cultiver, elle a besoin d’un sol drainant, qui reste frais tout au long de l’année, et d’un emplacement abrité du soleil direct.
  • Le Thalictrum delavayi. Le Pigamon de Delavay porte en été une floraison très légère, sous forme de petites fleurs couleur lilas, réunies en panicules.

Jean-Marie Delavay, Meconopsis betonicifolia (photo Kenpei), Thalictrum delavayi (photo Schnobby)

 

 

Articles connexes


Blog

Plantes méditerranéennes : d'où viennent-elles vraiment ?

Nous approchons de la fin des vacances d'été et nombreux parmi nous sont ceux qui...
Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(4 votes, moyenne: 4.5 sur 5)
Laisser un commentaire