Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Calebasse ou gourde : semis, culture et récolte

La calebasse en quelques mots

  • Plante potagère annuelle de la famille des cucurbitacées, la calebasse (Lagenaria siceraria) est également appelée gourde
  • La calebasse est une plante grimpante ou coureuse particulièrement vigoureuse, ses tiges peuvent atteindre 10 mètres de long
  • Elle offre des fleurs blanches suivies de fruits aux dimensions variées et aux formes parfois étonnantes
  • Les gourdes sont comestibles jeunes mais deviennent amères à maturité
  • D’une résistance rare, les calebasses bénéficient d’un aspect décoratif et permettent de réaliser des ustensiles ou des instruments de musique

Le mot de notre experte

Les raisons de cultiver la calebasse (Lagenaria siceraria) sont multiples. En effet, cette étonnante et atypique plante potagère annuelle, originaire d’Afrique, a quelques atouts pouvant plaire au jardinier curieux. D’abord, cette plante grimpante (ou coureuse) dispose d’une vigueur exceptionnelle qui lui permet de recouvrir une pergola, une treille ou un grillage très rapidement. Ses tiges peuvent en effet atteindre une longueur de 10 mètres.

On peut aussi cultiver la calebasse pour ses fleurs quelque peu atypiques dans la grande famille des cucurbitacées. À la différence de ses cousines, la calebasse offre une floraison crépusculaire blanche. Ensuite, des fruits aux formes bizarres naissent. Des fruits qui disposent d’un épiderme lisse et verruqueux, d’une grande dureté qui permet de fabriquer divers objets de la vie quotidienne ou des instruments de musique. Comestibles 2 mois après le semis, ces fruits sont marqués d’une forte amertume à maturité de par leur forte teneur en cucurbitacine.

calebasse

La calebasse est une plante herbacée idéale pour habiller une pergola

La calebasse a besoin de soleil et d’une terre fraîche et enrichie en matières organiques. D’ailleurs, une culture les pieds dans le compost lui convient à merveille.

Description botanique

La calebasse est l’une des plus anciennes plantes domestiquées. Elle serait originaire d’Afrique subsaharienne. Mais comme c’est une grande voyageuse, on retrouve ses traces aussi bien en Amérique qu’en Asie. En effet, la calebasse aurait pu être emportée par les flots jusqu’aux côtes du Nouveau Monde. Une fois sa chair rétractée qui abrite les graines, elle a la capacité de flotter. D’autres historiens avancent qu’elle aurait pu être transportée par les hommes préhistoriques au cours de leur migration. Les plus anciennes traces de Lagenaria siceraria ont été découvertes au Pérou et dateraient de 13000-8000 avant J.C.

Toujours est-il qu’on retrouve Lagenaria Siceraria dans les écrits de Pline l’ancien (23-79) et dans le Capitulaire de Villis, rédigé au Moyen-Âge sous Charlemagne, et qui répertorie toutes les plantes qu’il est utile de cultiver dans un château-fort.

Étymologiquement parlant, Lagenaria siceraria vient du latin lagoena  qui signifie bouteille, flacon, et du latin sicaeraria qui veut dire sec.

La calebasse est une plante herbacée annuelle appartenant à la famille des cucurbitacées. Elle est du genre Lagenaria qui comprend 5 autres espèces sauvages africaines. Toutes sont marquées par leurs fruits amers. Lagenaria siceraria est la seule espèce cultivée qui compte de nombreuses espèces locales qui varient en forme et en taille. Elle est aussi connue sous le nom de Gourde à fleurs blanches.

calebasses

Les calebasses varient en forme et en taille

C’est une plante herbacée monoïque munie de vrilles qui lui permettent de grimper ou de ramper très facilement. Particulièrement vigoureuse, elle peut être utilisée pour couvrir une pergola ou un grillage costaud, ou pour masquer une butte de terre. Si elle dispose de conditions culturales optimales, les tiges de la calebasse peuvent atteindre 10 mètres de long pour certaines variétés.

Ses feuilles alternes sont cordiformes, légèrement lobées et ondulées. Elles mesurent de 15 à 25 cm de diamètre et sont velues et rugueuses. En cas de froissement, elles peuvent distiller une odeur désagréable.

Ses fleurs sont unisexuées, solitaires et placées à l’aisselle des feuilles. Elles peuvent atteindre 15 cm de diamètre. Elles portent 5 pétales, soudés à la base, qui forment une étoile. De couleur blanche à la différence des autres cucurbitacées, les fleurs s’ouvrent au crépuscule pour se refermer de 8 à 20 heures plus tard. La calebasse fleurit au printemps. Les fleurs mâles naissent sur des pédicelles plus longs que les fleurs femelles. Ces dernières se distinguent par un renflement correspondant à l’ovaire, densément poilu. En fanant, les fleurs prennent l’aspect d’une originale dentelle blanche.

calebasse

Avec le temps, les fleurs deviennent dentelle

Suite aux fleurs apparaissent des fruits très variables de par leur taille et leur forme, évoquant souvent une bouteille ou une massue. Certains peuvent mesurer jusqu’à 1 mètre de long. Leur couleur varie du jaune-blanc au vert foncé, qui vire au brun une fois que la calebasse est mûre et sèche. Certaines variétés peuvent être tachetées de blancs. Toutes ont une peau dure, coriace et épaisse, lisse ou couverte de verrues, qui cache une chair blanche et molle qui se rétracte. Quant aux graines, elles sont oblongues, marginées à la base, plutôt plates et lisses, et longues de 2 cm environ. Suivant les coutumes locales, ces fruits peuvent être consommés immatures. À maturité, ils deviennent très amers. Mais c’est surtout une fois que la coque est sèche que la calebasse est utilisée pour une multitude d’usages. En Afrique, elle est très utilisée comme contenant pour transporter ou stocker l’eau potable, la bière, le lait, le miel, le sel, la graisse animale, les semences… On les utilise aussi comme vases, mangeoires, pots, masques ou marionnettes, objets décoratifs de toute sorte. D’autant qu’elles se peignent ou se sérigraphient facilement.

Les calebasses sont également très utilisées pour la fabrication d’instruments de musique. Elles servent en effet de boîtes de résonance pour la kora, le balafon, le berimbau, certains tambours, les maracas…

Les différentes variétés de calebasses

Il existe une multitude de variétés de calebasses qui se distinguent par leur forme. Certaines sont rondes, d’autres comportent un col plus ou moins renflé, d’autres encore prennent une forme de massue. On distingue donc la gourde massue, la gourde pèlerine, la gourde siphon, la gourde amphore, la gourde poire à poudre,  la courge plate de Corse. La gourde massue peut atteindre des dimensions hors normes avec des fruits de 60 cm à 2 mètres, pour un diamètre de 10 à 12 cm. Quant à la gourde siphon, autrement appelée gourde-bouteille, elle offre des calebasses en forme de massue de 90 cm avec un très long col. La Col de cygne a des fruits vert foncé mouchetés de blanc et rappelle le col d’oiseaux lorsqu’elle pousse au sol. La Plate de Corse produit des fruits vert clair ronds et plats de 15 cm de diamètre.

Nos préférées

Gourde Pélerine ou Calebasse Bio - Ferme de Sainte Marthe Graines

Période de floraison Juil. à Août

Hauteur à maturité
1.20 m

Ses fruits blancs ressemblent à des poires. Les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle la portaient à la ceinture d'où son nom

Courge Marenka Bio - Ferme de Sainte Marthe

Période de floraison Juil. à Août

Hauteur à maturité
45 cm

Cette gourde produit des calebasses tourmentées recouvertes de reliefs

La plantation des calebasses

Quels sol et exposition pour la calebasse ?

Les gourdes se complaisent au soleil. Elles peuvent accepter un emplacement à mi-ombre mais la fructification risque d’être moins abondante. De par leur croissance très rapide, les gourdes sont parfaites pour palisser un mur, habiller une pergola ou un grillage disgracieux (mais solide !). Pensez tout de même à la taille des fruits à maturité. Certains atteignent 50 à 60 cm de long et peuvent être gênants si vous devez déjeuner sous votre pergola ! Les gourdes rondes, plates au col courbé peuvent aussi trouver leur place sur une butte. Enfin, la plantation en pot sur un balcon ou une terrasse reste possible à condition que l’espace soit suffisamment vaste.

Quant au sol, il doit être riche. Très riche même, c’est pourquoi un bon apport de fumure est conseillé. Il n’est également pas rare de voir pousser des calebasses directement dans le tas de compost où elles trouvent tous les nutriments dont elles ont besoin. La nature du sol lui importe peu. En revanche, il doit rester frais et doit être parfaitement drainé et meuble. L’apport de paillis est d’ailleurs conseillé pour garder une certaine fraîcheur.

Quand semer la calebasse ?

Les graines de calebasse se sèment au printemps, en mars ou avril suivant les régions, et d’une façon générale, trois semaines avant le repiquage en pleine terre. On sème en godets remplis d’un substrat riche en matières organiques à conserver sous serre ou au chaud à une température de 20 °C. Ne mettez qu’une seule graine par godet, graine que vous enfoncerez à 4 à 5 cm de profondeur. Le substrat doit être humide.

La levée est très rapide, en une dizaine de jours environ. Dès que les risques de gelées sont écartés, les plants sont repiqués en pleine terre. Si les plantules traînent dans les godets, elles deviennent fibreuses. De plus, sa reprise sera compromise et sa croissance ralentie.

La plantation en pleine terre

  • Ameublissez la terre avec un croc
  • Creusez des cuvettes d’environ 30 cm de diamètre et 30 cm de profondeur, séparées les unes des autres d’un mètre
  • Remplissez avec du compost
  • Mettez les plants de calebasse en terre et ramenez la terre autour du pied
  • Arrosez.

Pour une plantation en pot, il faut choisir un terreau de très bonne qualité, riche en éléments nutritifs.

L'entretien de la gourde

Les gourdes ont besoin d’avoir un sol frais. Les arrosages doivent donc être copieux, plutôt en fin de journée, en dehors des fortes chaleurs. Bien évidemment, il ne faut pas mouiller le feuillage pour éviter le développement des maladies cryptogamiques. Un paillage est recommandé car il conserve une certaine humidité, appréciée des calebasses.

Veillez à désherber régulièrement l’espace autour du pied de gourde que d’assurer une bonne aération du feuillage. Ce désherbage doit se faire à la main car, durant la période de fructification, il n’est pas recommandé de retourner la terre trop systématiquement. En effet, le système racinaire de la calebasse est assez superficiel.

langenaria siceraria calebasse

Les calebasses ont souvent besoin d’être tuteurées

Il est indispensable d’aider les tiges à s’accrocher au fur et à mesure de leur développement. La taille est totalement inutile.

Quelques maladies peuvent s’attaquer à la calebasse, en particulier l’oïdium, le mildiou et l’anthracnose. Pour prévenir ces maladies, il faut avant tout éviter de mouiller le feuillage lors des arrosages et supprimer toutes les feuilles atteintes. Contre l’oïdium et l’anthracnose, une pulvérisation de décoction de prêle permet d’éviter l’apparition des maladies. Et la bouille bordelaise est efficace contre le mildiou.

Quand récolter les calebasses ?

Si vous souhaitez manger vos gourdes comme des courgettes, la récolte se fait avant maturité complète des fruits, soit au mois de juin, deux mois après le semis. Les fruits sont en effet comestibles s’ils sont jeunes, tendres et encore verts.

Si vous voulez utiliser vos calebasses comme objets de décoration, la récolte intervient 5 à 6 mois après le semis, soit en août ou septembre. Pour savoir si c’est le bon moment, observez le pédoncule qui doit être sec. De plus, le feuillage aura lui aussi séché et les fruits seront prêts à se détacher d’eux-mêmes. Le fruit aura également pris ses couleurs définitives.

lagenaria siceraria celebasse

Les calebasses se récoltent lorsque le pédoncule et le feuillage sont secs

Si vous voulez utiliser vos calebasses comme récipients, il est très important de les laisser sur le plant jusqu’à complète maturité. Après récolte, faites tremper les fruits dans de l’eau puis enlevez la pulpe et les graines avec un bâton. Il ne reste plus qu’à nettoyer l’écorce au savon de Marseille et à soigneusement la sécher. Un lustrage à la cire d’abeille apporte du brillant à l’épiderme.

Si l’automne est chargé en humidité qui compromet le mûrissement des calebasses, il est possible de les ramasser. Ensuite, elles finiront de sécher à l’intérieur.

N’oubliez pas de conserver les graines.

Les différentes utilisations de la calebasse

Une fois séchée, la calebasse peut être peinte, gravée, ciselée, lustrée, vernie…On peut en faire de jolis objets décoratifs comme un luminaire ajouré, un photophore, une suspension ou un abat-jour. Ou bien de petits paniers suspendus, des mangeoires à oiseaux, des cache-pots pour les plantes. On peut aussi s’en servir de récipient : au Japon, on utilise la calebasse traditionnellement pour le saké, en Amérique latine pour le maté, en Afrique pour les bières artisanales ou l’eau potable. En Afrique, l’utilisation des calebasses est d’ailleurs profondément ancrée dans les cultures des différents pays du continent.

caklebasse

Les calebasses peuvent être vernies, sculptées, peintes, gravées…

De nombreux instruments de musique sont fabriqués à base de calebasses tels que la kora, le balafon, certains xylophones, le kalimba, le tambour d’eau, le djabara… sans oublier les maracas.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire