Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
8 arbustes faciles à marcotter
conseil

8 arbustes faciles à marcotter

Découvrez nos conseils pour les multiplier !

Le marcottage est une technique idéale pour multiplier les plantes ligneuses et les plantes grimpantes. Il existe différentes techniques de marcottage, mais la plus simple est le marcottage par couchage. Le marcottage constitue une bonne alternative au bouturage, pour les plantes difficiles à multiplier de cette façon. Par rapport au semis, le marcottage a l’intérêt de conserver toutes les caractéristiques des variétés horticoles : les nouveaux plants obtenus sont des clones du pied-mère, génétiquement identiques. De plus, le marcottage permet d’obtenir plus rapidement des plants assez grands, prêts à être installés au jardin. Et il est évidemment possible de faire plusieurs marcottes sur un même arbuste.

Pour plus de conseils et d’explications sur les différentes techniques de marcottage, découvrez notre fiche complète : Marcottage : comment faire ? ainsi que les plantes grimpantes à marcotter facilement.

Le Viburnum

La Viorne se multiplie facilement avec la technique du marcottage par couchage, plus efficace que le bouturage ou le semis. Cette technique marche très bien notamment pour les Viburnum plicatum.

Quand marcotter le viburnum ?

La meilleure période est le début de l’automne (septembre-octobre).

Comment faire ?

Commencez par repérer une branche basse, saine et vigoureuse. Courbez-la pour la rapprocher du sol, puis travaillez le sol à cet emplacement, en creusant une petite tranchée, et en y apportant du terreau. Pratiquez une petite entaille sur la branche, sur environ 3 cm de longueur, sur la face inférieure du rameau. Ramenez la branche vers le sol, dans le sillon, puis recouvrez-la de terreau et tassez. Maintenez-la en place à l’aide d’un crochet ou d’une pierre. Des sardines de camping peuvent tout à fait convenir ! Redressez l’extrémité de la branche à la verticale en l’attachant à un tuteur. Il ne vous reste plus qu’à arroser généreusement.

Un an plus tard, à l’automne suivant, vous pourrez vérifier si elle s’est bien enracinée, et la sevrer en coupant la branche juste avant les racines.

Si vous ne trouvez pas de branche suffisamment proche du sol et souple pour être enterrée, vous pouvez aussi pratiquer un marcottage aérien.

Viburnum plicatum Kilimandjaro Sunrise

Les Rhododendrons et Azalées

Le marcottage est une excellente technique pour multiplier les rhododendrons ! En effet, les semis et bouturages sont plus difficiles à réussir et prennent plus de temps. Vous aurez bien plus de chances de succès avec le marcottage. Il arrive d’ailleurs que les rhododendrons se marcottent naturellement.

Quand marcotter le rhododendron ?

En automne, vers le mois d’octobre.

Comment faire ?

Choisissez une branche parmi les plus basses. Elle doit être longue et souple. Dirigez-la vers le sol pour repérer l’endroit où elle touche le sol. Creusez à cet endroit un sillon de 10 à 15 cm de profondeur. Ensuite, préparez la marcotte : supprimez les feuilles situées sur la partie qui sera enterrée ou en dessous, mais conservez néanmoins des feuilles à l’extrémité de la branche ! Réalisez une incision à l’aide d’un couteau aiguisé pour enlever de l’écorce et saupoudrez de l’hormone de bouturage afin de favoriser le développement de racines.

Apportez du terreau, éventuellement additionné de sable, dans le sillon. Enterrez la partie incisée en la recouvrant avec du terreau, et maintenez-le en place à l’aide d’un crochet ou d’une pierre. Puis relevez l’extrémité de la branche en l’attachant à un tuteur. Il ne vous reste plus qu’à arroser généreusement la partie enterrée.

Le rhododendron met longtemps à s’enraciner ! En général, il faudra attendre au moins deux ans avant de pouvoir sevrer la marcotte. Vérifiez au préalable s’il y a assez de racines pour permettre de la séparer et regardez si la marcotte a bien repris, en développant de nouvelles feuilles. Coupez la branche juste avant la partie enracinée, et déterrez la marcotte délicatement, en creusant assez large, pour la replanter à un nouvel emplacement.

La floraison d'un rhododendron

Le Lilas

Le lilas ne donne pas vraiment de branches proches du sol que l’on peut facilement plier, il faut donc le multiplier par marcottage aérien. Puisque l’on ne peut pas amener la branche au niveau de la terre, on amène la terre au niveau de la branche !

Quand marcotter le lilas ?

La meilleure époque pour le marcotter est le printemps, entre mars et mai.

Comment faire ?

Choisissez de préférence un plant âgé d’au moins trois ans.

Sélectionnez une belle branche, saine et vigoureuse, mesurant environ le diamètre d’un crayon. Dégagez si besoin les branches qui l’entourent, en les coupant, afin d’y voir plus clair. Vous pouvez aussi couper les ramifications, les brindilles et les feuilles qui se situent sur la partie où vous allez effectuer la marcotte, mais conservez des feuilles à l’extrémité de la branche, qui lui permettront de faire sa photosynthèse et d’être irriguée en sève. Supprimez également les fleurs ou boutons floraux.

Pratiquez une incision, à l’aide d’un couteau, pour retirer un peu d’écorce sur la partie à marcotter. Réalisez une entaille de 2 à 3 cm de largeur. Vous pouvez appliquer de l’hormone de bouturage pour encourager l’apparition de racines. Prenez ensuite du terreau, que vous mélangerez à de la mousse naturelle, et humidifiez-le. Placez-le sur la branche en le maintenant à l’aide d’un sac en plastique (vous pouvez utiliser un sac congélation). Fermez la partie la plus basse du sac, puis tassez bien le terreau, et refermez le sac sur sa partie haute. Dans l’idéal, la marcotte doit mesurer environ 15 cm de long. Le sac doit être fermé hermétiquement. Utilisez par exemple du ruban adhésif imperméable. Le terreau doit être compact, bien tassé, et humide. Recouvrez la marcotte avec un sac opaque ou une feuille d’aluminium, pour l’abriter de la lumière. Ouvrez de temps en temps la marcotte pour vérifier que le substrat est toujours humide, et arrosez si nécessaire. Le lilas mettra quelques mois à s’enraciner.

Vous pourrez sevrer la marcotte en automne (septembre – octobre), ou au printemps suivant, après avoir vérifié qu’elle s’est bien enracinée. Coupez à la base de la marcotte, juste avant les racines, et replantez-la aussitôt en terre ou en pot, sans enlever le substrat de la marcotte, pour ne pas abimer les racines.

La floraison du Lilas, Syringa vulgaris

Le Daphné

Le marcottage est la technique la plus simple pour multiplier le Daphné.

Quand marcotter le Daphné ?

La période idéale pour le faire est le printemps, vers le mois de mai.

Comment faire ?

Choisissez une branche, longue et relativement souple, puis plaquez-la au sol, pour repérer l’endroit où vous pourrez l’enterrer. Creusez-y une petite tranchée, dans laquelle vous installerez du terreau. Amenez ensuite la branche dans cette tranchée, et maintenez-la en place à l’aide d’un crochet, de sardines, ou d’une pierre. Recouvrez-la avec du terreau, et tassez. Relevez l’extrémité de la branche à la verticale, en la maintenant à l’aide d’un tuteur. Arrosez la partie se trouvant en terre.

En fin d’été – début d’automne, regardez si la marcotte a produit des racines. Si c’est le cas, sevrez-la du pied mère en la coupant juste avant les racines, puis transplantez-la à un nouvel emplacement.

Il est aussi possible de faire un marcottage aérien.

Daphne odora Aureomarginata

Le Cognassier du Japon

Le Cognassier du Japon se multiplie facilement par marcottage en couchant une branche au sol.

Quand marcotter le Cognassier du Japon ?

Nous vous conseillons de marcotter le Cognassier du Japon en automne.

Comment faire ?

Repérez une branche, longue et souple, dans la partie basse de l’arbre. Courbez-la vers le sol et creusez une petite tranchée, d’environ 10 cm de profondeur, à l’endroit où elle touche le sol. Supprimez les feuilles et les éventuelles ramifications sur la partie qui sera enterrée. Faites une petite incision sur la branche pour retirer une section d’écorce. Placez du terreau dans la tranchée, enterrez-y la branche, et recouvrez de terre. Vous pouvez maintenir la branche en place à l’aide d’un crochet, de sardines ou d’une pierre. Recouvrez de terreau et tassez légèrement. Relevez l’extrémité de la branche en l’attachant à un tuteur. Arrosez la partie enterrée.

Au printemps, vérifiez si la marcotte s’est suffisamment enracinée, et si c’est le cas, séparez-la du pied mère en coupant la branche juste avant les racines (sinon, attendez l’automne pour la sevrer). Replantez aussitôt puis arrosez copieusement pour faciliter sa reprise.

Il y a de grandes chances que le plant ainsi obtenu fleurisse dès la première année, tandis que par semis il faut attendre au moins 5 ans avant que les plants ne donnent des fleurs.

La floraison du Cognassier du Japon (Chaenomeles)

Le Figuier

Le marcottage du figuier est facile à réussir. On peut faire un marcottage aérien ou un marcottage par couchage. Si vous avez de belles branches, longues et souples, assez proches du sol, préférez le marcottage par couchage, sinon, si les branches sont plus hautes, réalisez un marcottage aérien.

Quand marcotter le figuier ?

Dans tous les cas, nous vous conseillons d’intervenir en mai ou juin.

Comment faire ?

Pour effectuer un marcottage aérien, choisissez une branche saine et vigoureuse, âgée d’au moins deux ans. Retirez une partie de l’écorce en utilisant un couteau, sur environ deux centimètres de longueur. Fixez un sac en plastique sur la partie basse de la marcotte, puis remplissez-le avec du terreau humide. Tassez bien pour le compacter. Fermez ensuite le haut de la marcotte. Recouvrez avec un sac en plastique opaque (éventuellement un sac poubelle ou une feuille d’aluminium).

Le figuier devrait mettre quelques semaines à s’enraciner.

En début d’automne, ouvrez le sac en plastique pour vérifier si la marcotte s’est bien enracinée. Si c’est le cas, vous pouvez la sevrer en coupant la branche, puis la planter en pot. (Dans le cas contraire, attendez le printemps pour la séparer du pied mère, et couvrez-la d’un voile d’hivernage pour l’hiver)

Au printemps, plantez le figuier en pleine terre à un nouvel emplacement.

Vous pouvez aussi marcotter le figuier par couchage : repérez une jeune branche, assez longue et proche du sol. Rapprochez-la du sol, et creusez à cet emplacement une petite tranchée. Incisez la partie de la branche qui sera enterrée. Placez du terreau dans la tranchée. Placez-y la branche incisée, puis recouvrez-la de terreau et maintenez-la en place à l’aide d’un crochet ou de sardines. Installez un tuteur pour maintenir droit l’extrémité de la branche. Arrosez ensuite la partie enterrée. Vérifiez à l’automne si elle s’est enracinée. Si c’est le cas, vous pouvez la séparer du pied mère.

Le Figuier, Ficus carica

L'Osmanthe

Pour l’Osmanthe, on pratique le marcottage par couchage. C’est une bonne solution pour multiplier cet arbuste, car il est difficile à bouturer (Les boutures nécessitent d’être mises à l’étouffée, avec hormones et chaleur de fond…)

Quand marcotter l’Osmanthe ?

On le marcotte en automne ou au printemps.

Comment faire ?

Choisissez une branche basse, longue et souple. Rapprochez-la du sol et creusez un sillon à cet emplacement, sur 10 à 15 cm de profondeur. Retirez les feuilles sur la partie qui sera enterrée, et incisez l’écorce à l’aide d’un couteau, sur 3 à 4 cm de longueur. Placez du terreau dans le sillon. Placez la tige en terre, et recouvrez-la de terreau. Vous pouvez la maintenir en place à l’aide d’un crochet ou d’une pierre. Redressez l’extrémité de la branche, en la tuteurant. Arrosez la partie enterrée.

L’Osmanthe est assez lente à s’enraciner. Vérifiez un an plus tard, au printemps ou à l’automne, si la marcotte a développé des racines. Si c’est le cas, vous pouvez couper la partie qui la relie au pied mère, la déterrer et la replanter à son emplacement définitif. N’oubliez pas de bien arroser pour faciliter sa reprise.

Osmanthus burkwoodii

Le Houx

Le houx se marcotte avec la technique du marcottage par couchage.

Quand marcotter le houx ?

Faites-le en automne, vers le mois d’octobre.

Comment faire ?

Choisissez une branche basse et saine, qui peut facilement être amenée au niveau du sol. Pratiquez une petite incision sur l’écorce en dessous de la branche (sur la face proche du sol), à l’aide d’un couteau aiguisé, sur 3 à 4 cm de longueur. Ameublissez le sol à l’endroit où la branche touche le sol, et apportez du terreau. Enterrez-y ensuite la branche, en la recouvrant de terreau, puis tassez et arrosez. Pensez à redresser l’extrémité de la branche, à l’aide d’un tuteur.

Le houx met longtemps à s’enraciner : attendez deux ans avant de sevrer la marcotte.

Le Houx, Ilex aquifolium

Articles connexes


conseil

Le marcottage : comment faire ?

Lire la suite +

Blog

Échange de plantes : vivre son jardin autour du partage

Vous l'avez peut être remarqué si vous me lisez de temps en temps, j'ai un...
Lire la suite +

Blog

10 astuces pour jardiner sans trop dépenser

En bonne mère de famille, jardiner sans trop dépenser fait partie de mes habitudes. Mais...
Lire la suite +

conseil

Le bouturage : tout savoir sur les différentes techniques et nos conseils

Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(2 votes, moyenne: 5 sur 5)
Laisser un commentaire

Plantfit,

Plantez adapté

 

Plantfit c’est notre tout nouveau service de conseils personnalisés. Gratuit, cet outil apporte à chacun des recommandations équivalentes à celles d'un bon jardinier et permet de sélectionner les végétaux les mieux adaptés à son jardin et à ses compétences en jardinage.

Que vous soyez débutant ou expérimenté, vous pouvez ainsi (re)découvrir les caractéristiques uniques de votre jardin et choisir les plantes qui pourront s’y épanouir sans difficultés. Observer et s’inspirer de la nature permet d’obtenir de meilleurs résultats. C’est aussi le premier pas vers une démarche de jardinage responsable !

 

Conseils sur mesure

Solution brevetée, Plantfit analyse les paramètres de votre jardin puis les croise avec les facteurs clés de réussite de chaque plante (zone climatique, exposition soleil et vent, type de sol, savoir-faire requis), établis d’après notre base de connaissances pour chacune des 12 000 plantes de la pépinière. Nous intégrons également à notre algorithme vos souhaits de couleur, hauteur ou style de massifs recherchés. 

 

Plantfit c’est tout simple !

Laissez-vous guider et répondez en quelques minutes à notre questionnaire. C'est une étape indispensable pour que nous puissions vous présenter le profil de votre jardin en quelques lignes, puis vous conseiller des plantes naturellement adaptées :

1- Organisez votre jardin ou votre terrasse en différents espaces

2- Répondez à nos questions sur les différents paramètres clés de chaque espace

3- Naviguez sur le site et pour chaque plante sélectionnée, découvrez si celle-ci est adaptée ou non à ces espaces, et pourquoi.

 

Que verrez-vous pour chaque plante ?

Cette plante nous paraît inadaptée à votre jardin ou votre massif
Cette plante nous paraît assez adaptée à votre jardin ou votre massif
Cette plante nous paraît bien adaptée à votre jardin ou votre massif !
Cette plante est peut-être un peu trop volumineuse pour votre massif 
Cette plante présente des caractéristiques ornementales que vous recherchez

Nos recommandations sont disponibles pour les végétaux d’ornement. Les plantes potagères et les fruitiers arriveront dans un second temps. 

 

À tout moment et d’un simple clic, vous pouvez choisir d’activer ou de désactiver Plantfit de votre navigation sur le site.

 

Compléter votre questionnaire >>>  Créer mon Jardin