Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Zéro déchet (ou presque) au jardin, c'est possible !

Comme de nombreux foyers, nous tendons, doucement, mais sûrement, vers le zéro déchet.

À la maison, nous sommes encore loin de l’exemplarité (allez donc expliquer à un ado que le shampoing solide ne se conserve pas en eau stagnante), mais, au jardin, je peux crâner un peu car nous y sommes presque !

Ne prenez pas la fuite, je ne fais partie d’aucune brigade verte et l’idée n’est pas de vous asséner un énième discours moralisateur, mais plutôt d’explorer les pistes de ce qui peut être fait, concrètement, pour concilier jardinage et écologie.

Le déchet vert : biodégradable, mais pas sans incidence

Tout d’abord, faisons le point : le déchet vert est biodégradable, cela va de soi. Collecté au sein des déchetteries ou même à domicile dans certaines communes, il peut paraître sans incidence. Recyclé, il est valorisé, ce qui est globalement positif. Néanmoins, il faut savoir que tout cela a un coût. Outre le transport (aïe, le bilan carbone !), la valorisation des déchets verts à grande échelle exige l’installation de plates-formes de compostage qui respectent les normes en vigueur pour éviter tout risque de pollution. Bref, cela coûte cher et c’est chacun de nous qui paie la note !

Déchets verts : le traitement des déchets verts
Les petits ruisseaux font les grandes rivières... Ici, dans une plate-forme de compostage - Photo : Jean Weber

Rappelons aussi, au passage, que dans une majeure partie de la France, il est désormais interdit de brûler les déchets verts

À la question : « peut-on avoir un jardin et ne jamaisbâ aller à la déchetterie ? », je réponds oui. Mieux, je recycle même les tontes de mon voisin ! Comment ? En adoptant le mode « mulching » pour ma pelouse et en paillant le potager avec gazon de mon voisin. Les tailles des arbustes passent au broyeur et rejoignent les massifs de vivaces ou sont laissées, en menus morceaux, au pied des haies. Les déchets verts excédentaires et ceux de la cuisine partent au compost… ou servent de nourriture aux poules. Mais, nous en avons souvent parlé, je ne m’attarde pas !

zéro déchet, la solution compost
Un espace de compostage bien organisé permet de traiter les déchets organiques excédentaires de façon efficace.

Le meilleur déchet : celui qu’on ne produit pas

Le meilleur déchet (même vert) est celui que l’on ne produit pas. Cela doit donc être étudié en amont, anticipé. D’ailleurs, savez-vous pourquoi, désormais, le règlement de nombreux lotissement interdit la plantation de Thuya et de Laurier palme ? Parce que ça pousse vite, que cela requiert des tailles fréquentes et surtout, parce que ces déchets se décomposent très lentement.

La solution est dans le problème : évitez les végétaux à croissance trop rapidetaillez moins, voire pas du tout ! Sachant que la plupart du temps, les tailles sont destinées à limiter la croissance de l'arbre ou arbuste, essayez, à chaque plantation, de réserver l’espace nécessaire à leur croissance naturelle. Une autre option consiste à se tourner vers des variétés naines (leur nom comporte souvent "nana", "nanum", "compactum"... ou "dwarf". Par exemple : le Betula nana Golden Treasure, Pittosporum tobira Nanum ou encore le Viburnum opulus compactum.

Qui n’a jamais pesté contre un gazon qui poussait trop vite et rêvé d’une pelouse à la croissance moins « dynamique » ? Et bien, sachez que l’herbe qui pousse lentement, ça existe. Certains mélanges de semences sont étudiés pour. Pensez-y si vous êtes amené, un jour, à refaire votre pelouse !

Zéro déchet : non au jetable, oui au durable ! Et vive le biodégradable !

des outils solides et durables
Solides, ces outils sont forcément durables

Le jardin est un marché où le jetable n’a pas trop percé. L’on pourrait s’en féliciter si les outils de jardin de piètre qualité n’étaient pas si nombreux. Pour moins de 3 euros, vous pouvez acheter un plantoir. Bien qu’il ne soit pas étiqueté comme jetable, il tiendra une demi-heure si votre sol est comme le mien. Recommencez l’opération avec toute la panoplie du parfait jardinier et vous aurez rempli votre poubelle en même temps que vous aurez vidé votre porte-monnaie.

Peu ergonomiques, fragiles et non réparables (contrairement aux bons outils traditionnels), ce type de matériel est à bannir. Faites plutôt un tour sur Le Bon coin ou en recyclerie, achetez d’occasion et remettez en état. Si vous optez pour le neuf, investissez sérieusement : vous y gagnerez au final et la planète aussi !

Du côté des consommables, misez sur les matières naturelles, biodégradables comme le jute ou le raphia pour la ficelle. L’idée est de bannir le plastique. Pour le débroussaillage, j’ai pris l’habitude d’utiliser, chaque fois que c’est possible, la lame au détriment du fil. (Attention, il existe désormais des fils oxobiodégradables, mais il semble fort qu’ils n’aient pas encore fait leurs preuves).

Concernant le paillage, évitez absolument les bâches ou toile de paillage en polypropèline tissé (j'en parle ici) : elles se dégradent au fil du temps et forment des micro-plastiques qui filent droit vert la mer.

Pour les semis, j’ai quelques terrines depuis de nombreuses années. Et pour les salades, je sème en mini mottes, confectionnées grâce à une… mini motteuse ! Mais il est tout à fait possible d’utiliser les rouleaux de papier toilette, ou de faire des petits pots en papier journal. Je ne vous ferais pas l’affront de vous signaler que l’on peut semer dans un pot de yaourt, ou dans une brique de lait coupée en deux… et dans des godets de récupération, bien sûr !

Zéro déchet : misez sur le biodégradable
La ficelle naturelle pour les haricots grimpants ou les rouleaux de cartons : tous biodégradables !

Traitements :  fabriquez-les vous-même !

Efficaces, les décoctions et purins sont naturels et écologiques. Comme les produits ménagers, vous pouvez les fabriquer vous même. La matière première se trouve dans votre jardin et elle y retourne en n’engendrant aucun déchet. Si vous utilisez du ferramol, du soufre ou de la bouillie bordelaise : optez toujours pour de la poudre à diluer (l’emballage carton ira rejoindre le compost, une fois découpé en petits morceaux) plutôt qu’une préparation toute prête vendue en bouteille plastique. Et si vous êtes du genre casse-pied ou militant (on me dit que ça va souvent ensemble), suggérez donc à votre jardinerie de proposer du vrac !

Zéro déchet : soigner son jardin avec les plants (purins ou décoctions)
Ortie, Prêle, Tanaisie, Consoude : les plantes pour fabriquer des traitements naturels au jardin.

Pour conclure, sachez que chez Promesse de Fleurs, nous faisons aussi notre possible pour réduire au maximum les déchets plastiques. Pour en savoir plus sur notre cheminement, je vous invite à découvrir l'article de Pascal : "Promesse de Fleurs, le plastique et la chimie : une longue histoire de désamour".

 

Articles connexes


Blog

Promesse de Fleurs, le plastique et la chimie : une longue histoire de désamour - Green Friday

Le plastique est partout : alimentation, maison, cosmétique et même dans le jardin, via les...
Lire la suite +

Blog

Toile de paillage : pour ou contre ?

La toile de paillage ou bâche de plantation est devenue, en quelques années, un grand...
Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(3 votes, moyenne: 3.67 sur 5)

15 réflexions au sujet de « Zéro déchet (ou presque) au jardin, c'est possible ! »

  • anne

    Bravo pour votre article qui dit ou rappelle des choses essentielles
    et en plus avec de l'humour

    Répondre
  • Nounise

    Plutôt que de les mettre au compost, faites donc des soupes absolument délicieuses avec les fanes de radis, navets, betteraves, persil, coriandre, etc... On lave les feuilles, on les coupe en petits morceaux et on congèle ! Simple non ?! et on les ressort pour préparer la soupe.

    Répondre
    • Ingrid

      Oui, c'est une bonne idée ! Malheureusement, je suis une piètre cuisinière... et nos poules les aiment bien. Mais, j'inscris cela dans mon "plan d'amélioration" :-)

      Répondre
      • Nounise

        Pas besoin d'être une cuisinière émérite ! SOUPE DE PERSIL OU CORIANDRE

        Préparation : 20 mn
        Cuisson : 10 mn (autocuiseur)

        Ingrédients (pour 4 personnes)
        2 litres d'eau
        2 cubes de bouillon de légumes
        200 g de persil (pas plus, c’est très parfumé)
        4 pommes-de-terre moyennes
        Poivre
        crème fraîche

        Faire fondre les 2 cubes de bouillon dans l'eau chaude.
        Y ajouter du poivre, le persil ainsi que les pommes-de-terre, le tout coupé en morceaux.
        Faire cuire 10 mn à partir de la mise en rotation de la soupape (feu moyen).
        Moulinez et server !

        SOUPE AUX FANES DE NAVETS OU FEUILLES DE BETTERAVES

        Temps de préparation : 15 minutes
        Temps de cuisson : 15 minutes en autocuiseur

        Ingrédients (pour 4 personnes) :
        - 50 g de beurre ou graisse de canard
        - fanes de 2 bottes de navets (350 g)
        - 2 jaunes d'oeufs
        - 2 cuillères a soupe de crème fraîche
        - 1 grosse pomme-de-terre farineuse ou 1 cuillère à soupe de maïzena
        - 1 L d'eau
        - muscade
        - sel et poivre

        Nettoyer les fanes et les égoutter. Les faire venir doucement dans le beurre chaud , ou mieux, de la graisse de canard pendant 5 mn, assaisonner et saupoudrer de muscade.
        Ajoutez l'eau, la pomme-de-terre coupée en morceaux, remuer le tout, couvrez et laisser cuire doucement 10 mn à partir de la mise en rotation.

        Mélanger les jaunes d'œufs et la crème fraîche. Mouliner la soupe et ajouter le mélange œufs + crème. Servir accompagné de croûtons (J'ai ajouté des croûtons revenus dans de l'ail du beurre et du persil, ainsi qu'un peu d’emmental râpé).

        SOUPE A LA SALADE

        Temps de préparation : 15 minutes
 Temps de cuisson : 15 minutes (autocuiseur)

        Ingrédients (pour 2 personnes) :
        1 ou 2 scaroles
        2 pommes de terre moyennes
        1 oignon
        2 gousses d'ail
        1 cube bouillon de volaille
        Poivre
        1 cuillère à soupe d'huile d'olive ou graisse de canard
        75 cl d'eau
        1 ou 2 portions de vache qui rit (facultatif)
        100 g de lardons fumés (facultatif)

        Cette préparation permet d'utiliser les feuilles vertes des salades qu'il faut éplucher et laver (de préférence à l'eau vinaigrée). Ciseler les feuilles de salade.
        Éplucher et laver les pommes de terre, émincer l'oignon et l'ail.

        Dans le faitout mettre l'huile et y faire blondir l' oignon (3 min). Ajouter les feuilles de salade et les faire fondre légèrement.

        Mouiller avec les 75 cl d'eau. Ajouter les pommes de terre coupées en dés ainsi que l'ail, le cube de bouillon de volaille et si vous le souhaitez, des lardons.

        Laisser cuire 15 mn à partir de la mise en rotation de la soupape.
        Mouliner pour obtenir un velouté dans lequel vous ajoutez les portions de vache qui rit avant de redonner un coup de mixer. Servir chaud avec des petits croûtons.

        P.S. Dans toutes ces recettes, on peut remplacer les pommes-de-terre par des courgettes (régime).

        Répondre
  • Virginie

    Merciii, super article, comme je les aime. Si tout le monde pouvait ne serait-ce que faire de son mieux, ce serait déjà un progrès considérable et on n'en serait pas là. Je te conseille aussi la soupe de fanes (100% végétale pour moi ;-) ), c'est délicieux. Bon dimanche Ingrid :-)

    Répondre
  • Catherine D

    Bravo !
    Je pratique aussi, et j'essaie de convaincre mais ce n'est pas facile les tenants du "propre" ont la tête dure...
    Il m'arrive de mettre au compost des légumes défraichis, comme les radis qui se décomposent vite au frigo... et bien dans le bas à compost ils rescuscitent. j'y ai même récupéré un jour un coeur de salade qui s'était refait une santé. Etonnant !

    Répondre
  • Emilie

    Un bel article. Nous aussi nous essayons de réduire nos déchets en compostant, on achetant moins et en faisant "maison".
    https://lejardindemilie.wordpress.com/2017/01/21/composter-ses-dechets/

    Répondre
  • justine

    Bonjour, très instructif. Je suis adepte de la diminution des déchets et je pense que le jardinage peut diminuer nos dechets domestiques. Par contre, je butte encore sur les déchets du jardinage : godets, sac de terreau vide.
    Je mets un lien sur mon article qui traite du même sujet : https://unmatinaujardin.fr/pourquoi-il-est-interessant-de-jardiner-bio-quand-on-veut-faire-du-zero-dechet/

    Pour les outils, je suis 100% d'accord. Et avoir de bons outil c'est donner de la valeur à ses capacités de jardinier.

    Répondre
    • Ingrid

      Merci pour le lien vers votre article. Pour les déchets de tonte de de taille, la réponse est dans l'article et consiste à tout recycler, en compostant ou en paillant. Pour éviter d'avoir à jeter les sacs de terreau, on peut aussi fabriquer son propre terreau de feuilles, la "recette" figure dans cette fiche conseil : https://www.promessedefleurs.com/conseil-plantes-jardin/ficheconseil/comment-utiliser-les-feuilles-mortes-dans-votre-jardin/ Concernant les godets plastique, il n'y a, pour l'instant pas de véritable solution en horticulture. Certes des alternatives biodégradables existent mais leur coût est encore conséquent. Cependant, je suis plutôt optimiste, nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir réduire nos déchets, le compostable sera certainement la norme dans quelques années.

      Répondre
  • uneplumedanslacuisine.com

    Hello, merci pour ces infos tres interessantes. Bcp de bonnes choses dans ce site :)

    Répondre
  • Jenny

    Mais que faites-vous, une fois arrachées, des pestes et mauvaises herbes dont vous voulez limiter l'extension?
    On recommande de ne surtout pas les mettre au compost!

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour Jenny,
      Avant de mettre les adventices problématiques au compost (comme le liseron), je les laisse se déssecher complètement plusieurs jours au soleil sur une bâche plastique noire. Quand je suis certaine qu'elles sont bien "cuites", je peux les mettre au compost. Le problème, ce sont surtout les graines. Pour cela, je désherbe avant la montée en graines. Néanmoins, le problème se pose si vous avez des plantes réputés invasives, les mettre à la décheterie n'est pas non plus une solution car ils font également du compost qui, même s'il chauffe à de hautes températures, risque d'être contaminé.

      Répondre
Laisser un commentaire