Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Les taupes au jardin : s'en débarrasser ou vivre avec ?

Imaginez un repas entre jardiniers... et une conversation qui s’épuise un peu. Tout semble avoir été dit et tout le monde est d’accord. L’assoupissement vous guette et, côté ambiance, cela commence à ressembler au salon TV d’une maison de retraite. Pour remettre un peu d’animation, je vous livre un sujet de choix : les taupes.

Vous allez voir, c’est formidable : chacun aura quelque chose à dire et surtout… personne ne sera d’accord. Si les convives sont de bonne composition, c’est-à-dire pas trop portés sur le consensus, la mayonnaise montera à coup sûr et l’assemblée formera rapidement deux camps bien distincts… dont je propose de brosser le portrait.

Les anti-taupes, le camp n°1

Les anti-taupes sont facilement identifiables : ce sont des jardiniers exigeants, intraitables sur l’aspect esthétique de leur jardin et ils ne sont pas franchement du genre à se laisser faire. Une pelouse minée de monticules de terre ? Indigne, intolérable ! Un massif fraîchement planté complètement labouré ? Cauchemardesque.

Mais ce sont aussi des experts. Car, pour se débarrasser ou faire décamper ce nuisible, ils ont tout essayé. Pacifistes par nature (normal, ils sont jardiniers), ils ont commencé par les répulsifs : quelques plants d’Euphorba lathyris, des Fritillaires, des Incarvillées, le tout assaisonné de tourteau de ricin. Quelques-unes s'en sont allées, d'autres sont restées. Alors, ils sont passés aux ultra-sons. Visiblement pas assez bruyants, ils ont investi dans les solutions explosives et ont acheté des mégas pétards pour, finalement, s’en remettre aux vibrations et ficher une vingtaine de bâtons surmontés de bouteilles de bière considérant qu’après tout, le style troisième mi-temps pouvait être un thème de décoration comme un autre. Las, ils se sont résignés et ont acheté des pièges. Et en se pinçant les doigts, ils n’ont pas manqué de hurler « maudites taupes » ! Mais, ça, ils ne s'en vantent pas.

Dégât des taupes
Les taupes, vues par le camp n° 1

Les pro-taupe, le camp n°2

N’exagérons pas : les pro-taupes n’iraient pas jusqu’à en faire un élevage mais, un peu fatalistes, ils se sont fait une raison. Dans leur jardin, tout au long de l’année, ils ratissent stoïquement ou récupèrent la terre fine des taupinières pour faire leurs semis ou garnir leurs potées. Au départ, ils n’étaient pas franchement contents. Puis, ils ont fait connaissance avec l’intruse, lorsqu’ils l’ont, instinctivement (bêtement diront les autres), libérée des griffes du chat. Quel joli pelage, quel charmant minois ! Alors, ils l’ont relâchée et l’ont vue creuser dans le gazon dur comme du béton. Sa puissance les a laissés sa voix. Et là, ils ont pensé : respect. Ces jardiniers ont vite compris que, finalement, la taupe, cette mal-aimée, était tout aussi utile que le hérisson puisqu’à son menu ne figurent ni bulbes ni racines mais plutôt des vers de terre et surtout des ravageurs comme les hannetons, les taupins et les courtilières. Et qu’en plus, en sol compact, elles améliorent le drainage. Philosophes, les pro-taupes continuent à ratisser, ressèment un peu de gazon ou profitent de l’occasion pour planter quelques bulbes. Bref, ils restent zen, même si elles bousculent parfois les semis !

Taupe
La taupe, vue par le camp n° 2 - Photo : Joseph Sardin

Et vous, dans quel camp vous rangez-vous ? Les détaupeurs acharnés ou les fatalistes ? Un peu des deux ? Des astuces à partager ? N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(2 votes, moyenne: 4 sur 5)

16 réflexions au sujet de « Les taupes au jardin : s'en débarrasser ou vivre avec ? »

  • Virgini

    Camp n° 2 pour moi ... ;-) Bonne soirée Ingrid

    Répondre
  • Nathalie

    Vivre avec, définitivement...
    Pendant des années, j'ai essayé de les éradiquer, avec les méthodes les plus cruelles, j'avoue. Un jour j'ai décidé d'arrêter et de voir ce que devenait la pelouse, en les laissant tranquilles. Eh! Bien je n'ai pas eu plus de taupinières que d'habitude, elles n'ont pas profité de la situation. Je me contente de donner un coup de rateau quand la terre est meuble pour répartir la terre et éviter les galettes compactes.

    Répondre
  • nonette

    vivre avec...jusqu'à ce que j'adopte un chat à la SPA, et ce coquin, les a eux (3) à la loyale !

    Répondre
  • Musset Bernadette

    Bonjour Ingrid,
    Je suis du camp N°2 pro-taupe. Elles m'apportent de la terre fine, alors je les bénis, personnellement.
    D'autre-part, j'aime tous les animaux dans leur milieu naturel.
    Alors, souffle tant que tu veux, taupe, je te dis merci, moi ! ?

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour Bernadette !

      Finalement, je constate que nous sommes assez nombreuses à tolérer ces petites bêtes dans nos jardins :-)

      A très bientôt sur le blog

      Répondre
  • Cath

    Sans m'être jamais posée vraiment la question, j'imagine que je suis pro-taupe aussi...
    Mon mari peste quand il voit leurs traces dans la pelouse mais moi, je trouve qu'elles attendrissent la terre et me permettent d'arrondir les inégalités du terrain avec le temps.
    Et puis oui, c'est bien mignon une taupe !

    Par ailleurs, j'aime beaucoup votre narration Ingrid ! J'ai pris un plaisir tout simple à vous lire.

    Répondre
  • Béatrice Faugeron

    Une taupe s'est mise, un printemps, à ameublir notre terrain. Elle a fait remonter un noyau de pêche qui devait être là depuis au moins vingt ans d'après l'histoire de la maison.Il a germé et je l'ai laissé en place pensant qu'au pire il me permettrait de faire du vin de pêches. Il a grandi et s'est transformé en ... abricotier ! Il a donné des fruits énormes pour des abricots, d'un jaune très clair, délicieux et extrêmement juteux. Au bout de quelques années les fruits ont commencé à pourrir au niveau du noyau et il a arrêté de fructifier. Ce fut malgré tout une belle expérience que je me remémore avec plaisir.

    Répondre
  • Elisabeth

    Nous, on est pro-taupes, pro-hérissons, pro-oiseaux, chats, chiens, tortues... et Pro-tecteurs!
    Bravo Ingrid pour cet article!

    Répondre
  • MB

    Beaucoup de jardiniers se plaignent des ravages que causent les vers taupins sur leurs plants de salade, leurs pommes de terre... et se demandent comment ils pourront lutter quand il leur sera interdit d'empoisonner le sol avec des pesticides. Qu'ils adoptent une taupe ! J'ai failli abandonner la culture des pommes de terre tant les dégâts de taupins étaient importants. Puis une taupe s'est installée dans mon jardin, il y a quelques années, et les dégâts ont régressé. J'ai tendance à y voir un lien de cause à effet, d'autant que l'effet perdure.

    Répondre
  • Anne-Marie

    Comme Ingrid, j'ai toujours été pro-taupes.
    J'en ai eu une dans mes mains(sauvée de la capture par une chatte) et j'ai pu me rendre compte de la force qu'elle avait dans ses pattes. Je l'ai vite rapportée près d'une taupinière. J'aime que le jardin soit vivant avec toutes ces petits habitants qui cohabitent.

    Répondre
  • DARCOURT LEZAT

    et les rats taupiers? c'est différent , ils mangent les racines et les bulbes
    comment s'en débarrasser ? d'autant qu'ils attirent les serpents ... dangereux pour les enfants ... et les jardiniers
    je n'ose pas planter de couvre sol pour pouvoir voir ces derniers de loin

    merci pour le conseil planter les bulbes dans des caissons de grillage
    mais j'aimerais bien avoir un système plus radical pour éliminer ces rats taupiers

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour !
      Les rats taupiers sont assez fréquents dans les jardins de campagne. Et, en effet, ils font quelques dégâts, en particulier sur les bulbes et les racines des arbres. Il n'y a pas de solution miracle à part le piégage. J'ai entendu de bon échos sur les pièges de la marque SuperCat.
      Cordialement, Ingrid

      Répondre
  • Christiane

    Vivre avec, les pauvres! elles ne sont pas responsables d'être nées "taupe" elle font ce que le créateur leur a dit de faire. Elles sont programmées pour cela. Et souvent, apercevant les taupinières, je pense ou je dis, suivant les circonstances "chic! voilà de la bonne terre que je vais mélanger avec de l'algoflash. cela me fera un excellent terreau. merci mes amies les taupes.

    Répondre
  • Anne

    Planter des fritillaires, dont l'odeur les éloignent très efficacement et en mode bio!

    Répondre
  • grosset

    bonjour, c'est pour une question, j'ai planté des bulbes de topinambours dans mon jardin, il y a plus d'un mois et rien ne pousse, je pense que je me les suis fait mangé! Par des taupes ou par des mulots ? merci d'une réponses et d'éventuelles conseils

    Répondre
    • Virginie

      Bonjour,
      Effectivement, si vous ne voyez rien venir au printemps, le coupable se cache certainement…dans un trou de souris! Pour éviter que vos topinambours soient dégustés par les campagnols et autres rongeurs, découvrez nos méthodes infaillibles dans notre article "Comment protéger les bulbes des rongeurs".
      Pour tout savoir pour les cultiver, découvrez notre fiche "Planter les topinambours".
      Cordialement,
      Service Client Promesse de fleurs

      Répondre
Laisser un commentaire