Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander

"Seedheads"

Entendons-nous bien, je ne suis pas un féru d'anglicismes, mais force est de reconnaître que le brassage des langages peut aussi avoir du bon ! En effet, parler de "seedheads" [prononcez siiid-h-aide-z] est quand même bien plus élégant et poétique que de parler d'"infrutescences", voire -pire encore !- de "tiges sèches" pour les vivaces et les graminées, vous ne trouvez pas ? Aussi, je milite personnellement pour faire entrer ce joli mot dans le vocabulaire des jardiniers français.

Un massif de vivaces et de graminées en hiver, attrayant par les tiges sèches laissées sur pied et recouvertes de neige fraîche.

Popularisés par la mode des jardins dits "de prairie" et les créations du paysagiste Piet Oudolf, les "seedheads" désignent les fructifications et les structures hivernales des vivaces et de quelques arbustes, qui judicieusement associées entre elles, composent des tableaux naturalistes aux tons sépia, magnifiés par la lumière rasante, la brume ou le givre en automne et en hiver : chaque jour crée un effet différent du précédent, imprévisible, et c'est aussi ce qui fait la beauté du jardin à cette saison. Ingrid et Michael me disaient hier que leurs roses de Noël étaient déjà en fleurs chez eux... chez moi, pas très loin du septentrion, ce n'est pas encore le cas : qu'à cela ne tienne, je ne me lasse pas d'admirer les détails subtils des "seedheads" que j'ai épargnés lors du nettoyage d'automne au jardin.

Un superbe spécimen de Phlomis tuberosa, parfaitement fané, semble littéralement s'illuminer grâce au soleil de la fin d'après-midi en automne.

Inspiré par les livres de Piet Oudolf et Noel Kingsbury comme "Le Jardin de Vivaces et de Graminées" (éditions Bordas, épuisé), puis "Jardins d'Avenir" (éditions du Rouergue) et "Jardins d'Automne et d'Hiver" (titre original : "Seedheads", par Noel Kingsbury avec les photographies de Jo Whitworth, éditions du Rouergue), je me suis livré à de nombreux essais dans mon jardin aux portes de la Flandre maritime, à moins de 20km de la cote de la mer du Nord, avec plus ou moins de succès... En effet, la pluie et surtout le vent mettent à rude épreuve la stabilité des tiges dont la vie s'est retirée, quand mon sol, moins sableux et plus riche que celui des jardins hollandais, les rend aussi moins résistantes. Avec le recul, seule une poignée de variétés de vivaces arrivent à maintenir leur effet décoratif dans mon jardin pendant tout l'hiver, et c'est surtout en novembre et en décembre que le beauté des "seedheads" est à son comble. En voici une galerie de portraits.

J'aime tout particulièrement les seedheads de l'Aster macrophyllus 'Twilight', évolutifs : les petits pompons fauves se désintègrent avec l'envolée des graines pour laisser la place à des réceptacles floraux aux reflets argentés. Avec ses 60cm de haut, il tient bien au vent.
L'un des champions toutes catégories : le Phlomis ! Celui-ci est le vrai Phlomis samia, aux inflorescences ramifiées, plus fines que celles du Phlomis russeliana, mais avec le même graphisme généré par sa floraison en verticilles régulièrement espacés sur la tige. Les seedheads des Phlomis font partie des plus graphiques et des plus solides qui soient.
On n'y pense pas assez, mais les fruits des Iris de Sibérie, brun sombre, sont assez jolis et très durables. C'est un bonus qui compense la fugacité de leur floraison en juin !
L'une de mes dernières découvertes, les inflorescences séchées de l'aconit d'automne semblent solides et durables, un autre avantage qu'ils ont sur les delphiniums !
Il n'y a pas que des "fruits secs" pour décorer le jardin d'automne, il y a aussi quelques fruits charnus comme les cynorrhodons arrondis du Rosier glauca, ou les fruits innombrables des pommiers d'ornement.
Les fruits de la cupidone (Catananche caerulea), en glomérules argentées, côtoient en été sa floraison bleu métallique en un ensemble original et harmonieux. Une fois la floraison passée, ils prolongent l'intérêt de la plante de quelques semaines avant de s'égailler au vent courant décembre.
Les grands sédums comme 'Matrona' sont inratables. Leur allure est impeccable toute l'année et leurs inflorescences accrochent particulièrement bien le givre en hiver.
Le sédum 'Herbstfreude' est tout simplement indispensable.
Bien sûr, comment ne pas parler des Miscanthus, ici la variété 'Malepartus' ? Leurs plumes aux reflets de diamant restent belles jusqu'à je sois obligé de les rabattre courant janvier pour faire place à la nouvelle végétation
Les fleurs fanées d'une grande pimprenelle asiatique, Sanguisorba hakusanensis, évoquent des chenilles qui partiraient à la conquête de l'air ! Aussi jolis soit-ils, ces seedheads sont de courte durée et perdurent tout au plus un mois et demi sur la plante, après quoi je la rabats.
Les inflorescences sèches des hortensias font partie des grands classiques du genre, elles ne perdent rien de leur rondeur et de leur opulence une fois fanées, et se seront parées de riches nuances de vert avant de virer au brun. Ici, c'est l'Hydrangea arborescens 'Annabelle' photographié à l'arboretum de Kalmthout en Belgique.
La digitale jaune, Digitalis lutea, fleurit en épis jaune pâle au mois de juillet. C'est une vraie vivace qui vit 5 à 10 ans, elle est facile à marier et se plait partout sauf en terrain acide. Offerte il y a longtemps par une amie jardinière, c'est très vite devenu l'une de mes plantes fétiches au jardin, en particulier pour la qualité de ses "seedheads".
Les épis de la Digitale lutea sont, et de loin, les plus solides de tous. Ils restent bien droits du mois d'août jusqu'au mois de mars. J'en glisse partout pour donner du corps et du dynamisme aux massifs en hiver.
L'herbe-aux-diamants, Calamagrostis brachytricha, est une excellente graminée d'automne et d'hiver, de bonne tenue, qui accroche particulièrement bien la lumière.
Les capsules des pavots sont décoratives à partir de début août, et perdurent aussi longtemps que le vent et la pluie, qui attaque la base de la tige, les épargnent. Il m'arrive parfois de les "renforcer" à l'aide d'un petit tuteur que je glisse dans leur tige creuse.
Et pour terminer... Devinerez-vous à quelle plante appartient cette inflorescence ?

Avant de vous laisser avec ces jolies choses de saison, toute l'équipe de Promesse de Fleurs se joint à moi pour vous remercier de votre fidélité et vous souhaiter de passer de belles fêtes de fin d'année !

Articles connexes

1 Étoile 2 Étoile 3 Étoile 4 Étoile 5 Étoile (2 votes, moyenne: 4.5 sur 5)

9 réflexions au sujet de « "Seedheads" »

  • Mireille Dubois

    Elle est où votre galerie de portraits ? Et non, je ne suis pas d'accord avec tous ces mots anglais. Vous trouvez que notre dictionnaire n'est pas assez riche ???

    Répondre
    • Pierre

      Chère Mireille, après un petit bug de mise en ligne, la galerie de portraits est maintenant affichée ! Je l'ai dit en introduction et je le redis, je n'ai aucune affection pour les anglicismes ni aucun barbarisme et croyez-moi, avec mon travail dans l'Internet, j'en suis submergé tous les jours... Pour autant, l'utilisation des inflorescences séchées dans les massifs est relativement nouvelle, et à nouvelle idée, nouveau mot ! La richesse de notre langue est intimement liée aux échanges avec celles de nos voisins, de nos conquérants, de nos conquêtes, qui nous apporté des mots qui se sont pleinement intégrés à notre vocabulaire au fil des années et même des siècles. Qui aujourd'hui s'insurge contre l'utilisation du mot "weekend" ? Pour ma part, je considère que c'est un phénomène "naturel" qui ne doit pas certes pas être encouragé à mauvais escient, mais qui ne doit pas non plus s'arrêter, car si notre langue cesse de s'enrichir, alors que se passera-t-il sinon qu'elle s'appauvrira ?

      Répondre
  • isabelle

    Ben ? Elle est où la galerie de portraits ?
    on a envie de voir ! l'article donne envie....

    Répondre
  • Christine

    Ah, la galerie est apparue ! Plusieurs idées à essayer, dommage pour la digitale jaune car mon terrain est acide... À votre liste j'ajouterais les achillées. Dans la nature elles résistent tout l'hiver. Et le seedhead mystère serait-il celui d'un hosta ?

    Répondre
    • Pierre

      Vraiment désolé pour ce petit bug, le texte est apparu avant les photos et c'est un peu de ma faute... toutes mes excuses ! Vous avez raison Christine, les achillées sont aussi très bien, seul hic : je ne suis jamais parvenu à en faire une photo correcte ! C'est pareil avec les "seedheads" du Telekia speciosa, qui occupe pour moi la 2ème place ex-aequo du podium les Phlomis, aucune photo digne de ce nom... Enfin bravo, c'est bien un Hosta qui ferme la galerie !

      Répondre
  • Clare Howarth

    Hello , joyeux Noël et happy seedheads ;)

    In my best French! Totalement d'accord avec vous, J'ai planté mon jardin de zero il y as 17 ans et ne connaissent rien des plantes decides de planter un jardin qui serais aussi beau en hiver, étant plutot prolongée par ici, que des belles saisons .Mon critaire de selection étant que les plantes soit aussi beau mort que vivants, et en faite je crois que l'hiver est mon saison préferé dans la nature, le graphisme de l'infrastructure des plantes et des arbres m'éclate!

    Répondre
  • BOURGEOIS ROMAIN Dominique
    BOURGEOIS ROMAIN Dominique 10 février 2018 à 20 08 21 02212

    Bonjour,
    Dans mon jardin à 650 mètres d'altitude au pied du Jura avec vue sur le Léman se sont les échinaceas qui continuent le décor tout l'hiver. Très joli sous la neige.
    Merci pour votre articles.

    Répondre
Laisser un commentaire