Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Ma plante a gelé. Pourquoi ? Que faire ?

C'est l'hiver. Il fait froid. Et par froid, entendez par là des températures qui descendent parfois sous la barre du 0°C. Oui, oui, même dans le Sud. Ce qui nous apporte un étrange phénomène physique : l'eau devient solide. On appelle cela communément du gel. Étonnamment, l'hiver revient chaque année, malgré les tentatives répétées de l'Homme pour réchauffer le climat, et toujours aussi étonnamment, il surprend bon nombre de jardiniers qui y perdent quelques plantes fragiles laissées sans la moindre surveillance.

Alors pourquoi votre plante a-t-elle soudain trouvé l'idée saugrenue de geler sans vous en demander l'autorisation ? On vous l'explique tout de suite.

Pourquoi vous ?

Vos voisins ne se plaignent jamais de l'hiver, eux. Tout au plus une rouspétance ou deux lorsqu'il faut retirer la neige d'un sapin ou qu'il faut attendre un redoux pour planter un arbre mais ça s'arrête là. D'ailleurs c'est chouette la neige au jardin !

Mais pour vous, l'hiver est synonyme d'angoisse perpétuelle. Vous scrutez le ciel et votre propre station météo professionnel dès qu'un nuage pointe le bout de son nez ou que l'une de vos connaissances souffre de ses rhumatismes. Pour la plupart des jardiniers une petite phase de gel, n'est en rien gênante mais vous, vous savez que ce sera bien pire ! Vous sentez venir le drame ! Ah ! Chienne de vie !

Pourquoi elle ?

C'est vrai ça, pourquoi elle ? Toutes vos autres plantes survivent d'ordinaire parfaitement à l'hiver et au gel. Et puis paf ! C'est justement votre préférée qui en prend un coup. Celle que votre tonton des Antilles vous a envoyée par caisson climatisé et que vous avez dû faire déposer dans votre jardin par hélitreuillage. Elle vous a coûté une véritable petite fortune et faisait votre fierté car personne (et pour cause!) n'en avait dans le quartier. Et la voilà qui trépasse du jour au lendemain sans même vous prévenir par recommandé. Toutes les autres, plantées pourtant juste à côté, ne vous ont pas coûté le dixième et elles ont survécu sans tracas d'aucune sorte. En plus, vous jureriez qu'elles ricanent...

Le sort s'acharne ! Mais que s'est-il donc passé ?

Pourquoi, tout court ?

L'hiver est l'occasion d'un changement de rythme pour les plantes

Les arbustes caducs entrent en dormance lorsqu'ils perdent leurs feuilles. C'est une adaptation à la difficulté de pomper de l'eau dans le sol car en effet, celle-ci est devenue solide sitôt la température descendue dans les valeurs négatives. Donc pour ne pas perdre trop d'eau par évapotranspiration au niveau des feuilles quoi de plus efficace que de les laisser simplement choir sur le sol. Les conifères avec leurs aiguilles ont trouvé quant à eux la parade astucieuse de réduire la surface de leurs feuilles, ainsi que le fait qu'elles soient aussi plus épaisses et vernissées. Mais les autres persistants ? Ils ralentissent leur rythme, oui, mais n'entrent pas en dormance pour autant.

Effet physiologique lors de période de gel

La plupart des plantes pouvant pousser chez nous sont préparées à l'hiver. Elles réduisent leurs teneurs en eau (en perdant leurs feuilles par exemple) et augmentent la teneur en sels minéraux et en sucres ce qui a pour effet d'augmenter aussi le point de gel de l'eau dans les tissus. S'il fait encore plus froid, une partie de l'eau est expulsée des cellules pour se mettre dans les espaces intercellulaires. Ce qui reste d'eau dans les cellules ne gèlera plus car il y aura une concentration encore plus haute en sucres et sels minéraux. S'il fait encore plus froid, là, c'est la fin des parades anti-gel ! L'eau devient solide au sein même des cellules. L'eau solide prend plus de volume que l'eau liquide et boum ! Patatra ! La cellule éclate comme une bouteille en verre casserait lorsque l'eau gèle à l'intérieur. Cela se voit à diverses blessures des plantes en période de gel : feuilles comme grillées, tronc fissuré, ... Tout cela peut entraîner la mort de votre plante.

Que faire contre cela ?

  • Privilégier les plantes résistantes et adaptées

Si une plante est reconnue comme rustique jusque -15°C, tout ira pour le mieux. Les plantes indigènes de votre région sont aussi à privilégier.

  • Tenir compte des zones de rusticité... ou pas

Pour s'y retrouver, il existe ce qu'on appelle des zones de rusticité. Elles vous donnent une idée des extrêmes de température mais ne sont pas précises au jardin près. Tout dépendra de votre sol, des expositions, du vent, de l'orientation de votre jardin, ...

  • Regarder autour de vous

Si un type de plante pousse chez vos voisins depuis des années sans souci, il y a fort à parier qu'elle tiendra le coup chez vous aussi. En plus, cela vous fournira l'occasion de papoter avec votre voisin autour de votre sujet favori : le jardin.

  • Protéger les plantes fragiles

Si vous n'avez tenu aucun compte des trois points précédents (comme nous tous !), il vous faudra protéger vos plantes par un bon paillage végétal ou minéral (car les pierres peuvent se réchauffer la journée et restituer la chaleur durant la nuit). Vous pouvez aussi emmitoufler votre plante à l'aide de voile d'hivernage, de toiles de jute, ... voire même de carton si vous n'avez que cela sous la main. On vous dit tout sur la protection des plantes en hiver dans cet article.

Protection avec du voile d'hivernage et du plastique bulles

  • Éviter l'eau stagnante

Il faut à tout prix évitez que l'eau reste près des racines. Pour cela, n'arrosez pas avant une période de gel et surtout songez à placer une couche drainante lors de la plantation d'une plante fragile : quelques graviers ou un peu de sable. Ou plantez carrément sur une petite butte.

  • Planter au bon endroit et au bon moment

Vous connaissez votre jardin mieux que quiconque. Vous savez donc où sont les endroits les plus froids et a contario, les plus chauds. Repérez-les et installez-y vos frileuses ! Évitez aussi de planter ces petites précieuses en automne : elles n'auront pas le temps de développer un système racinaire suffisant pour passer l'hiver sans encombres. Plantez plutôt au printemps lorsque tout risque de gel aura disparu.

Malgré tout ma plante a gelé quand même ! Qu'est-ce que je fais maintenant ?

Votre plante semble avoir gelé malgré vos précautions et autres incantations... Tout d'abord retirez la protection si vous en aviez placé une pour la laisser un peu respirer. Si un redoux plus ou moins long se fait sentir (au moins deux semaines), arrosez bien au pied avec de l'eau tiède. Il faut à tout prix lui éviter une déshydratation. Et puis... attendez ! Certaines plantes paraissent définitivement perdue pour la patrie et... renaissent finalement de leurs cendres tel un phénix dès que le printemps arrive. Voici d'ailleurs un court article de Michaël sur le sujet.

Le froid n'est pas une mauvaise chose !

C'est dur de perdre une plante, certes. Une belle et rare de surcroît. Mais n'oubliez pas que toutes vos autres plantes ont besoin du froid pour bien fleurir, germer ou faire du bois : c'est ce qu'on appelle la vernalisation. Cette période de froid est indispensable à bon nombre de végétaux pour passer du stade végétatif au stade reproductif, donc pour développer leur floraison.
Alors ne pestez pas trop sur l'hiver ! Cette période de froid est variable selon les espèces et même variétés et certaines en ont besoin plus que d'autres. Voilà pourquoi certaines plantes de ne peuvent pousser qu'au Nord.

En conclusion

"La bonne plante au bon endroit." disait Beth Chatto

Et j'ajouterai même au bon climat et au bon moment. Il est fort amusant de tenter des choses plus exotiques en les protégeant bien ou en leur trouvant un micro-climat. Et c'est d'ailleurs très gratifiant de voir que certaines s'épanouissent de nombreuses années. Mais il survient sans coup férir le moment fatidique, où la température sera vraiment trop basse pour qu'elles tiennent le coup. Vous en avez au moins profité un temps. C'est ce qu'il faut vous dire...

N'oubliez pas aussi les périodes de plantation. Ne tentez pas de planter une plante sensible au froid alors que des gelées sont encore à craindre. Le coup classique de la plantation trop hâtive des dahlias par exemple...

En conclusion, si vous souhaitez tout de même tenter quelques exotiques dans votre jardin : songez à placer une couche drainante au fond du trou de plantation et plantez votre plante à un endroit protégé. Et surtout... lâchez-prise. Si votre plante survit et prospère : Super ! Si elle meurt : tant pis pour elle ! Cela fera de la place pour une nouvelle adoption...

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(0 votes, moyenne: 0 sur 5)
Laisser un commentaire