Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Le jardin botanique alpin du Lautaret

Ayant passé un mois à vadrouiller en France à la découverte de quelques beaux jardins en Normandie et dans les Vosges, je rentre (enfin) à Grenoble et en profite pour aller en pleine montagne, à la découverte du Jardin Botanique Alpin du Lautaret. Dans le même esprit que celui du Chitelet, il s’agit d’un jardin qui présente les plantes des montagnes du monde en les regroupant par origine géographique.

Comme son nom l’indique, il est situé au Col du Lautaret, à 2 100 mètres d’altitude, au sein d’un paysage magnifique. Il a été créé sur un site déjà exceptionnellement riche d'un point de vue floristique, car situé au croisement des Alpes du Nord et du Sud, ainsi que des Alpes internes et externes. Il rassemble près de 2 000 espèces sur une surface totale de deux hectares. Il héberge la Station alpine Joseph Fourier (SAJF), une plateforme de recherche sur les écosystèmes de montagne, qui dépend de l’Université Grenoble Alpes et du CNRS.

Il présente la flore des différentes montagnes du monde : l’Europe (Alpes, Pyrénées, Massif central...), l’Asie (Himalaya, Tibet, Chine, Japon...), l’Amérique, les régions arctiques, le Caucase... Il regroupe les plantes dans de nombreuses rocailles, et reconstitue quelques milieux naturels : éboulis, combes à neige, marécages... Partons ensemble à la découverte de cette flore exceptionnelle !

Le jardin du Lautaret

 

L'Europe

Je commence ma visite en découvrant la flore des Pyrénées et du Massif central. Là, dans le Massif central mon regard est attiré par les couleurs flamboyantes du superbe Hieracium aurantiacum ! Il offre une belle association de couleurs avec Allium pyrenaicum. Je remarque aussi Eryngium x zabelii, un chardon bleu particulièrement graphique !

Les rocailles européennes au Jardin du Lautaret
Les rocailles du Massif central et des Pyrénées
L'épervière orangée avec l'Ail des Pyrénées, au jardin du Lautaret
Hieracium aurantiacum, seul et en association avec Allium pyrenaicum
Le chardon bleu Eryngium x zabelii
Eryngium x zabelii

 

Un peu plus loin, j'admire l'élégante floraison jaune du Lis des Pyrénées, Lilium pyrenaicum.

Lilium pyrenaicum
Le Lis des Pyrénées, Lilium pyrenaicum

La Sibérie

Je découvre ensuite la flore de Sibérie, avec l’incontournable Iris sibirica ! C’est un Iris remarquable pour ses élégantes fleurs bleues, qui me semblent encore plus fines et gracieuses que celles de l’Iris des Jardins. A ses côtés j'observe les hampes florales jaunes de Ligularia sibirica.

L'Iris de Sibérie (Iris sibirica)

 

Le Caucase

Après la Sibérie, j'arrive dans la région du Caucase, cette chaine de montagne qui passe en Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan, et qui abrite une flore très diversifiée, avec beaucoup de plantes endémiques (qui ne poussent que là-bas). J’admire Papaver lateritium, le Pavot rouge brique, originaire d’Arménie. Il porte des pétales lumineux, dont la texture soyeuse semble accrocher la lumière du soleil. Je trouve qu'il apporte énormément de poésie et de légéreté au massif, accompagnant joliment les floraisons de Stachys grandiflora et de Geranium ibericum. Dans le massif du Caucase, j’observe aussi Papaver nudicaule, Woronowia speciosa, Inula glandulosa, Geranium psilostemon...

Papaver lateritium, le Pavot rouge brique, au Jardin du Lautaret
Papaver lateritium

 

La Meije depuis le jardin du Lautaret
Vue sur la Meije, avec au premier plan un massif composé de Papaver lateritium et Stachys grandiflora

 

Une rocaille surélevée présente de petites plantes originaires des montagnes du Moyen-Orient. Je suis émerveillée par les couleurs de la joubarbe Sempervivum transcaucasicum. J’y trouve aussi de petites campanules, saponaires ou géraniums.

La rocaille du Moyen-Orient, au Jardin du Lautaret
La rocaille du Moyen-Orient

 

La joubarbe Sempervivum transcaucasicum
Sempervivum transcaucasicum

 

L'Asie

J’arrive dans la partie du jardin qui rassemble les flores de l’Himalaya, du Tibet et du Japon. C’est une zone ombragée et fraiche, située juste à côté d’un lac. Dans le massif de l’Himalaya, je suis impressionnée par la superbe couleur rouge sang de Potentilla atrosanguinea ! J'y admire aussi la floraison de l'Iris clarkei, ainsi que les délicates fleurs roses d'Androsace sarmentosa.

Les plantes d'Asie au Jardin du Lautaret (Iris, Potentille, Androsace)
Iris clarkei, Potentilla atrosanguinea et Androsace sarmentosa

 

Je me dirige ensuite vers le Chalet Mirande, situé un peu plus haut. Juste à côté du chalet sont installées des banquettes surélevées qui permettent de cultiver des plantes délicates. Ce sont de minuscules plantes qui poussent en coussins et ont besoin d’un drainage important.

Je passe devant la Corse, et j’arrive à un kiosque. Il offre une belle vue sur le jardin. Je vais ensuite dans les Alpes du Sud. J’admire la floraison de la fraxinelle (Dictamnus albus).

Dictamnus albus, au Jardin du Lautaret
La fraxinelle (Dictamnus albus)

 

L'Amérique

En Amérique du Nord, j'admire les petites fleurs bleues de Sisyrinchium bermudiana, et découvre la floraison rouge de l'Ancolie du Canada, Aquilegia canadensis.

Sisyrinchium bermudiana et Ancolie du Canada, au Jardin du Lautaret
Sisyrinchium bermudiana et Aquilegia canadensis

Je finis mon tour du monde avec les Andes et la Patagonie, une rocaille surprenante par sa couleur rouge, car composée de pouzzolane. J’y trouve de petites plantes comme Calceolaria biflora ou Acaena magellanica...

 

Les milieux naturels

Outre le fait de présenter les plantes par région d’origine, le jardin recrée des milieux naturels des Alpes : il nous fait découvrir la flore des éboulis, les pelouses à Stipa, les combes à neige, les crêtes...

La flore des éboulis au jardin du Lautaret
Les éboulis schisteux

Un chemin mène également à une tufière, formée par des sources d’eau chargée en bicarbonate, qui précipite sous forme de calcaire. Avec le temps, ce calcaire forme des roches qui prennent une couleur rouge en raison de la présence d’oxydes de fer. On y trouve quelques plantes carnivores, sélaginelles ou orchidées...

 

Sur tout l’extérieur du jardin et des massifs, il y a des zones plutôt naturelles et sauvages. J’y retrouve souvent des épilobes et Polemonium caeruleum. Elles sont parfois accompagnées par des gentianes (Gentiana lutea), des berces (Heracleum sphondilium), du Cerfeuil des Alpes (Meum athamanticum), des campanules ou des fétuques...

La gentiane jaune, au Jardin du Lautaret
Gentiana lutea

 

Avec toutes ses rocailles organisées par origine géographique, ce jardin nous offre un véritable aperçu de la flore des montagnes du monde. Il a un côté très naturel, et la présence d'eau sous forme de ruisseaux, de mares ou d'un lac, rend certains massifs particulièrement frais et agréables. Il profite d’un cadre exceptionnel, avec de splendides panoramas sur les montagnes qui l’entourent, d’un côté ou de l’autre : le Grand Galibier et la Meije. Le jardin du Lautaret est un jardin vivant, qui propose parfois des activités, des conférences, et des visites guidées régulières. Un superbe jardin qui, en plus de nous faire découvrir les plantes par origine géographique, nous présente également les milieux naturels. Alors, si vous êtes de passage dans la région, n'hésitez pas à y faire un tour !

 

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(4 votes, moyenne: 4.25 sur 5)
Laisser un commentaire