Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

L’Eriobotrya Coppertone, l’autre Néflier du Japon

Le néflier du Japon, en latin Eriobotrya japonica, vous l’avez sans doute aperçu dans les jardins abrités jusqu’en région parisienne. C’est ce petit arbre d’allure exotique, garni de très grandes feuilles d’un beau vert vif, belles et dures comme du cuir. Peut-être avez-vous trouvé au marché ou dans le rayon fruits exotiques de votre supermarché ses fruits très juteux qui ressemblent un peu à des abricots.

Pour ma part, j’en suis friande. Si l’arbre résiste assez bien au froid,  sa fructification qui se forme en novembre-décembre est le plus souvent détruite par le froid. Ce qui est dommage, c’est que la récolte n’est garantie que dans nos régions les plus clémentes. Mais, pour les gourmands de ces fruits, et pour les admirateurs de sa floraison au parfum d’amande amère, la bonne nouvelle c’est qu’il existe bel et bien une alternative.

L'Eriobotrya Coppertone : une jolie trouvaille.

On fait quelquefois, en flânant sur internet, de véritables trouvailles. Mais oui ! J’ai eu l’agréable surprise, il y a trois ans, d’y faire la connaissance du cousin du néflier du Japon. Il s’appelle l’Eriobotrya ‘Coppertone’.  C’est un grand arbuste persistant qui porte des feuilles moins amples, mais  plus colorées que celles de son cousin. Un arbuste d’aspect assez différent dans son ensemble.  Il offre l’avantage de fleurir au printemps et de fructifier en fin d’été ou en automne, à contre-saison, et ça change tout !  J’avoue que j’ai  eu un véritable coup de foudre pour « Coppertone ».

Eriobotrya coppertone Néflier du Japon

 Premiers pas encourageants

D’après mon expérience, sa croissance est assez lente au démarrage. C’est normal, il est occupé à produire des racines profondes. Le mien, mis en pleine terre il y a dix-huit mois,  est encore bien petit mais il m’offre déjà sa première floraison. Ses fleurettes roses et blanches sont vraiment parfumées et très visitées par les abeilles. En fleurs, il ressemble beaucoup au Raphiolepis, un arbuste ravissant mais un peu snob qui n’aime que la Méditerranée. Ce néflier, bon enfant comme tous les néfliers, est moins difficile. Je suis sûre qu’il plaira aussi pour son feuillage qui ressemble à celui du Photinia Red Robin : au printemps, ses jeunes feuilles naissent en rose-cuivré, puis elles deviennent vert foncé en été. Leur belle couleur est à l’origine de son nom, « Coppertone », littéralement  ton de cuivre. Ses fruits se récoltent à la fin de l’été, ils ont besoin de chaleur pour mûrir. J’espère pouvoir en goûter un ou deux cette année !  Il paraît qu’ils ressemblent à ceux de l’autre néflier du Japon…

Un néflier du Japon à essayer absolument.

Sincèrement, il s’agit à mon avis d’un arbuste à essayer absolument si les hivers ne sont pas trop rigoureux dans votre région. Il a la réputation d’être relativement rustique, peu exigeant en matière de sol et résistant aux embruns. Dans mon jardin, j’ai pu vérifier qu’il supporte de façon étonnante la sécheresse estivale et s’adapte parfaitement aux sols calcaires. Il n’a absolument pas souffert du gel cet hiver, sans protection. Quand je vous aurai dit, amis jardiniers nordistes et parisiens, que  nous avons tout de même eu cet hiver en Provence -6/-7°C en fin de nuit, à plusieurs reprises en janvier, vous admettrez qu’il est solide ce « Coppertone » !

 Je l’ai installé dans la vieille haie de cyprès mourante qui borde le jardin. Il s’impose déjà comme un arbuste exceptionnel du haut de ses cinquante centimètres. Il prend sa place, tranquillement mais sûrement, entre la coronille toute en fleurs et l’Abelia grandiflora.

Articles connexes


Blog

Planter une haie fruitière... qui sort de l'ordinaire !

Cueillir ses propres fruits directement dans l'arbre, tous les gourmands en rêvent... sans pour autant...
Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(1 votes, moyenne: 5 sur 5)

9 réflexions au sujet de « L’Eriobotrya Coppertone, l’autre Néflier du Japon »

  • Nounise

    On aimerait bien avoir la suite de l'histoire... comment grandit l'Eriobotrya Coppertone ? première fructification... combien de fruits ? quel goût ?

    Quant au Raphiolepsis, il prospère chez moi, en Finistère Nord : 1,50 m de haut pour autant de large.

    Répondre
    • Elisabeth

      Bonjour à vous, amie jardinière de Bretagne. C'est avec plaisir que je donnerai des nouvelles de mon néflier Coppertone, dont j'attends beaucoup. Comme je le disais, il est encore très jeune, et je ne suis pas sûre qu'il puisse porter des fruits cette année, en dépit de sa belle floraison. Nous verrons bien. Pour ce qui concerne le Raphiolepis, personnellement, je ne l'ai pas actuellement dans mon jardin. Je le connais un peu, par les recherches que j'ai pu faire pour la rédaction de fiches produit. Parfaitement résistant aux étés secs, pas très à l'aise avec les sols trop calcaires selon les espèces et variétés, il semblerait qu'il soit souvent victime d'une maladie cryptogamique qui s'attaque au feuillage en climat trop humide: l'entomosporiose. C'est pour cette raison qu'il est souvent conseillé pour la région méditerranéenne. Mais s'il se plaît chez vous, en Finistère Nord, c'est évidemment qu'il y trouve des conditions favorables... Le vôtre, qui mesure 1,50 m, doit être assez âgé, car cet arbuste est réputé pour sa croissance très lente. Ce qui confirme à quel point il est heureux dans votre jardin!

      Répondre
      • Chabbey

        Bonjour, J'ai un néflier coppertone (je découvre son nom grâce à vous) sur mon balcon dans le Haut Pays des alpes Maritimes depuis pas mal d'années. Il est donc dans un grand bac et se développe très lentement, ce qui me convient parfaitement et il est magnifique en toutes saisons. Il fleurit abondamment en développant un fort parfum d'épices... Mais il n'a jamais fructifié... contrairement à son ... "cousin" qui est dans le jardin et nous offre ses fruits que j'adore.

        Répondre
  • Chazalon Christine
    Chazalon Christine 14 avril 2018 à 14 02 09 04094

    Bonjour,
    Où peut-on acquérir un eriobotrya japonica et un eriobotrya coppertone ? Il semblerait que Promessedefleurs n'en ait pas!!
    Quand au raphiolepis, j'en ai planté un cet hiver et il semble résister et s'installer dans le jardin. Une partie des fleurs a grillé à cause du gel, mais les autres semblent vouloir s'ouvrir.
    Nous verrons !
    J'attends avec impatience votre réponse.
    Merci d'avance.

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour Christine,
      En effet, nous ne proposons pas encore ce bel arbuste mais ça ne saurait tarder. Si vous êtes pressé, vous le trouverez peut-être dans une Fête des plantes. Cordialement, Ingrid

      Répondre
  • Mb

    Bonjour, j'ai un neflier du Japon et j aurais besoin de le déplacer pour cause de travaux. Est-ce que les racines sont profonde ? Merci de votre réponse

    Répondre
    • Pierre Lefebvre

      Bonjour, Tout dépend en fait de l'âge de cet arbre dans votre jardin, les arbres en pépinière sont déplacés régulièrement pour densifier le système racinaire et favoriser la reprise après transplantation. En général on les déplace tout les 3 ans ou un peu plus sur les grands sujets. Donc si votre néflier est installé depuis 5 ans ou moins vous pouvez le déplacer en prenant soin de constituer une belle motte autour des racines, si il est installé depuis plus longtemps alors l'opération est risquée et les risques de non reprise importants car le système racinaire sera plus profond et moins dense. Pour déplacer votre arbre il vous faut attendre l'automne/hiver car la plante sera en repos végétatif.
      Cordialement
      Pierre

      Répondre
  • Frederic Pire

    Botaniquement c'est en réalité x Raphiobotrya deflexa 'Coppertone', croisement entre un Eriobotrya et un Raphiolepis !

    Répondre
Laisser un commentaire