Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Que faire des surplus de récoltes du potager ?

Chez nous, au mois d’août, le potager se transforme en véritable corne d’abondance : tomates, courgettes, haricots, pour ne citer qu'eux, se récoltent à ne plus en savoir qu’en faire. Et c’est bien là le problème. Alors, si vous aussi croulez sur les surplus de récoltes, voici quelques pistes pour ne pas gaspiller vos légumes.

Idée n° 1 : Donnez, troquez vos légumes en surplus

Partager ses récoltes est un plaisir partagé… à condition de le faire avec retenue. Apporter à vos voisins une pleine cagette de courgettes est une délicate attention, certes. Mais, à moins de vivre à côté d’une famille XXL, cela ne fait que déplacer le problème, car, eux non plus, ne sauront peut-être qu’en faire ! Et la prochaine fois, ils risquent fort de faire les morts en vous voyant vous approcher muni(e) d’un panier, même vide. Donnez donc, mais en vous assurant au préalable que vos amis auront le temps de préparer les légumes et sachez que le petit panier varié (surtout s’il y a des fraises) remporte un plus grand succès.

Pensez aussi à contacter des associations locales et autres épiceries solidaires, elles ne manqueront pas de vous indiquer leurs besoins.

donner les fruits et légumes de son jardin

Idée n°2 : Vendez vos récoltes, chez vous ou sur internet

Vendre ses récoltes est aussi une possibilité. Cela peut paraître pingre, mais les légumes que vous cultivez ont de la valeur, ils n’ont pas poussé spontanément. Je n’ai pas trouvé de contenu législatif sur le sujet ; néanmoins, il semblerait bien que l’administration fiscale n’y voie rien à redire dès lors que la superficie de votre potager est inférieure à 500 m2 et que celui-ci est attenant à votre habitation. Pour des raisons de correction évidentes vis-à-vis des maraîchers, n’investissez pas les marchés. Poser une pancarte devant sa maison, le signaler via « le bon coin » ou un groupe Facebook local est souvent suffisant pour que les personnes intéressées se manifestent. Une autre option consiste à s’inscrire sur un site dédié, comme Le potiron.fr ou cavientdujardin.fr

vendre les fruits et légumes de son jardin

On m’a rapporté que dans certains villages d'Angleterre, les légumes excédentaires sont parfois laissés devant la maison, accompagnés d’une tirelire où chacun glisse sa pièce. C’est malin, non ? Avez-vous déjà entendu parler de cette pratique ?

Idée n° 3 : Transformez... mais soyez inventif !

Réfléchissons : qu’est-ce qui pose vraiment problème avec les surplus de récolte ? Bien souvent, il faut bien l’avouer, c’est la lassitude ("Encore des haricots ?") engendrée par le manque d’imagination du cuisinier, non ? Bon, le talent aussi, et le temps surtout… Néanmoins, faire face à un afflux massif de courgettes peut mener à de nouvelles expériences gustatives : il n’y a pas que la ratatouille dans la vie ! Pourquoi ne pas essayer la salade de pomme-courgette ou encore les beignets ou le gâteau de courgette ? Un gaspacho maison peut-être ? Des lasagnes 100 % légumes ? Souvenez-vous comme il est agréable, en plein mois de février, de retrouver la saveur des légumes d'été. Cela devrait vous donner un peu de courage pour attaquer le point suivant :

cuisiner les récoltes du potager

Idée n° 4 : Conservez, oui, mais avec discernement

Ah, le souvenir des bocaux "Le Parfait" de ma grand-mère, minutieusement alignés dans le cellier ! Qui n’a jamais eu envie de renouer avec la tradition des conserves maison ? C’est facile et économique.

Sur la conservation des fruits et légumes, nous vous avons préparé deux fiches conseils que je vous invite à consulter :

Mais cela demande du temps, du matériel adapté et surtout, de l'espace suffisant pour les entreposer.

conserver les récoltes du jardin

Faites donc le point avant de vous lancer :

  • quel est l’espace dont vous disposez, y compris au congélateur ?
  • quelles sont vos habitudes alimentaires ? Consommez-vous régulièrement des conserves ou des plats surgelés ou êtes-vous adeptes du 100 % frais et de saison ?
  • êtes-vous plutôt confiture, fruits au sirop ou préférez-vous smoothies bien frais ?
  • avez-vous plusieurs week-end à consacrer à la préparation de conserves ?

Si les réponses sont : je n'ai pas de place / je ne mange que des produits frais / je n'aime pas la confiture / je préfère lire sur la terrasse ou aller à la plage... retournez aux idées n°1 et 2 :-)

Et vous ? Quelles sont vos astuces pour écouler les récoltes trop généreuses ? Des recettes ?

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(0 votes, moyenne: 0 sur 5)

11 réflexions au sujet de « Que faire des surplus de récoltes du potager ? »

  • Nounise

    La solution pour moi... le congélateur ! y compris pour les fanes de navets, betteraves, carottes qui seront servis en soupes, gratinées, etc...

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour Denise ! En effet, on oublie souvent que les fanes se cuisinent. Les blanchissez-vous avant de les congeler ?

      Répondre
      • Nounise

        Non, je ne blanchis pas. Je coupe les fanes préalablement lavées en petits tronçons et... direction le sac de congélation ou j'inscris le poids et la nature des fanes.
        Je pratique aussi la lactofermentation, et la stérilisation pour les plats "tout prêt".

        Répondre
  • Christine

    Pour ce qui est de la vente en self-service 'chez l'habitant' outre-Manche, j'y ai habité pendant 30 ans et je peux vous dire que c'est très répandu. On trouve aussi confitures, chutneys, oeufs frais, fleurs, plantes...Une belle tradition.
    Deux autres idées : mettre légumes et fruits devant chez soi avec une petite pancarte 'servez-vous'. Au moins comme ça chacun prend ce qu'il veut!
    Et du côté conserves, je suggérerais les légumes lactofermentés. Pas besoin de congélateur ni de stérilisateur. Le blog "ni cru ni cuit" de Marie-Claire Frédéric est un très bon point de départ pour se lancer. Une nouvelle vie pour les bocaux de grand-mère!

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour Christine ! Merci pour votre témoignage concernant les pratiques de nos voisins anglais et surtout, pour le blog "Ni cru ni cuit". Il est vrai qu'on ne pense pas souvent à la lacto-fermentation alors que c'est un mode de conservation plutôt facile.

      Répondre
  • Hélène

    Pour les légumes, il est toujours plus intéressant, en temps et en place occupée, de les congeler cuisinés : par ex, au lieu de faire une sauce tomate ou une ratatouille pour 4, je les fais pour 8, ce qui ne prend pas beaucoup plus de temps, et j'en mets la moitié au congélateur. Cela évite la lassitude des convives !
    Pour la plupart des fruits, au fur et à mesure que j'ai du superflu, sans les peler ni les dénoyauter, je les coupe en morceaux pour les gros (pêches par ex.) et je les laisse entiers pour les petits (cerises), j'ajoute un peu de sucre et très peu d'eau et je les fais cuire : 4 à 5 mn d'ébullition seulement, souvent au micro-ondes puisque ce ne sont pas de grosses quantités. Après refroidissement, je fais des portions pour 4 personnes environ et je mets au congélateur.
    C'est très rapide, beaucoup moins calorique que la confiture, et appréciable l'hiver : soit on mange tel quel (décongelé, quand même !), soit on utilise pour des gâteaux, smoothies, etc... qui sont eux aussi plus faciles à faire, car il est très rapide d'enlever les noyaux (qui ont donné un bon goût) et les peaux (qui ont préservé un peu de l'écrasement) sur des fruits cuits.
    Pour le raisin, j'égrène et je passe au moulin à légumes pour faire du jus. Comme c'est très sucré, j'ajoute le jus d'un citron et un verre d'eau par litre, et je mets au congélateur dans des bouteilles en plastique, d'eau ou autre. Agréable l'hiver aussi, et utile pour que les enfants puissent participer aux apéros des grands !
    Il n'y a que pour les nèfles que je n'ai pas trouvé de solution : c'est délicieux cru, mais il y a tant de peau et de noyaux que ça me paraît "incuisinable". Quelqu'un a-t-il un truc ?

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour Hélène !
      Je suis tout à fait de votre avis, cuisinier les légumes avant de les congeler, c'est un sacré gain de temps et de place… Et merci pour votre astuce pour les fruits, c'est vrai que c'est un réel bonheur de pouvoir retrouver les saveurs estivales au cœur de l'hiver. Mais, je n'aurais jamais pensé à congeler les pêches avec leurs noyaux. Pour les nèfles, je n'ai malheureusement pas de solution… à part les laisser aux oiseaux qui en raffolent. On dira que c'est encore une autre façon de partager :-)

      Répondre
      • Hélène

        Précision : puisque je coupe les pêches en morceaux, je jette les noyaux. Par contre, je laisse ceux des cerises, guignes, mirabelles et autres prunes, abricots s'ils ne sont pas trop gros, puisque je ne les coupe pas en morceaux.

        Répondre
  • Cote Cloture

    Merci pour toutes ces petites idées pour les récoltes en trop :)

    Répondre
  • Aline

    Bonjour! Oui, j ai vu ce système de dépôt de légumes et « tirelire » au Portugal et en Écosse! ? j’adore! Même si je ne vois pas ça faisable ici!

    Répondre
Laisser un commentaire