Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Comment bien choisir sa tondeuse à gazon

Seuls celles et ceux qui un jour ont pu savourer le plaisir d’habiter pour la première fois une maison avec jardin peuvent comprendre l’immense plaisir ressenti en foulant "son" herbe…. Hmmmmmmm ! Plaisir qui s’accompagne au bout d’une semaine d’un inquiet froncement de sourcil (un seul en général), alors que l’herbe en question pousse à vitesse grand V et qu’il faut trouver un truc pour la tailler, une tondeuse… Et, au moment de choisir sa tondeuse, devant les dizaines et les dizaines de marques et de modèles disponibles dans les rayons, il faut reconnaître que le quidam néo jardinier n’est pas à la fête.

Alors, pour vous éclairer, nous avons posé la questiona un professionnel qui soit aussi jardinier : Philippe Asseray, auteur, journaliste et expert jardin pour la marque Honda.

Quels sont les critères prendre en compte pour choisir sa tondeuse ?

Alors, LE critère à prendre en compte au moment de choisir, c’est le vendeur ! Non pas son sourire ravageur ou ses muscles de Rambo, mais la proximité géographique de son magasin et atelier. Le bon sens commande en effet de se rendre chez un spécialiste motoculture. Il y a en effet de fortes chances que ses compétences en matière de tondeuses soient plus étendues que celles du vendeur de grandes surfaces. Puis en cas de souci avec votre machine, il pourra peut-être, lui, se déplacer chez vous, et même vous prêter une tondeuse le temps de réparer la vôtre…

Tondeuse thermique ou électrique ?

Une tondeuse dite thermique fonctionne avec un moteur à essence, alors qu’une tondeuse dite électrique fonctionne évidemment avec un moteur électrique, alimenté par l’électricité de la maison via un encombrant prolongateur (la fameuse rallonge), ou bien par une batterie embarquée.

La tondeuse thermique est idéale pour les grandes surfaces ( + de 1000 m2)ou bien les jardins avec beaucoup d’arbres et massifs à contourner. Pas de problème d’autonomie, on refait le plein et ça repart, et aucun risque de s’emmêler les pinceaux dans le prolongateur, voire de lui couper la chique. En revanche, c’est une machine lourde, qui oblige à manipuler des hydrocarbures, plus bruyante, et dont le démarrage en tirant sur un lanceur peut en rebuter certains (même s’il s’est grandement facilité depuis une décennie).

Aussi efficace, la tondeuse électrique est plus légère, plus silencieuse (idéal pour conserver de bons rapports de voisinage), et démarre sans aucun effort d’une simple pression sur un bouton (deux en fait, sécurité !). En revanche, son rayon d’action est limité par la longueur de la rallonge, ou bien le temps de tenue à la charge de sa batterie. Elle est donc plutôt adaptée aux pelouses de dimensions modestes.

Tondeuse poussée, autotractée… Quelle différence ?

Très courantes dans le milieu de la tondeuse, ces deux appellations sont pourtant mal employées…

Une tondeuse poussée est en fait une machine "à pousser". C’est-à-dire que son moteur entraîne la rotation de la lame, point barre. C’est vous qui devez pousser la machine pour la faire avancer. Ce n’est pas du tout une contrainte avec une tondeuse électrique, mais cela le devient rapidement avec une tondeuse lourde, a priori si le terrain est en pente ou bien biscornu.

Une tondeuse autotractée est quant à elle une machine dont le moteur entraîne non seulement la rotation de la lame, mais aussi deux des roues de l’engin, comme sur la majorité des voitures. Vous n’avez donc pas à pousser la tondeuse, une commande au guidon actionnant l’avancement. Il va de soi que ces tondeuses sont bien plus faciles à utiliser, d’autant plus si elles disposent d’un variateur ou d’un sélecteur pour choisir la vitesse d’avancement en fonction de sa forme ou de la configuration du jardin… Et donc appellation mal employée, car ce sont le plus souvent les roues arrière qui sont motrices. On devrait donc plutôt dire autopropulsée…

La largeur de coupe est-ce important ?

Oui et non…  Les tondeuses les plus petites travaillent sur 28 à 30 cm de large alors que les plus grosses affichent 53 à 56 cm de largeur de coupe. Outre le fait qu’il faut choisir une tondeuse capable de passer et se faufiler partout dans son jardin, il faut savoir que, à surface égale, vous mettrez beaucoup de moins de temps à tondre avec une tondeuse de grande largeur qu’avec une machine riquiqui. Mais rien n’empêche de tondre une pelouse grande comme un terrain de football (Allez les Bleus !) avec une toute petite tondeuse, quitte à y passer ses week-ends, comme rien n’empêche de tondre son jardinet avec une imposante tondeuse autotractée, quitte à passer beaucoup de temps en manœuvres… Une histoire de compromis qui dépend de chacun.

Rien n’empêche de tondre un terrain de football avec une toute petite tondeuse... cela demande  juste patience et dévouement

Ramassage, éjection, mulching ?

Une fois l’herbe coupée, les tondeuses offrent plusieurs manières de la traiter :

  • la collecter dans un bac ou panier à l’arrière de la tondeuse (idéal pour celles et ceux qui, comme moi, pratiquent l’art du compost maison avec les déchets verts);
  • l’éjecter vers l’arrière ou le côté (génial pour tondre rapidement et sans s’embêter avec l’herbe coupée, et donc particulièrement adaptée pour les surface traitées façon prairie);
  • ou bien encore la broyer sur place selon le principe du mulching (pas de déchets à gérer et plus de paquets inesthétiques sur la pelouse).

Certaines tondeuses n’offrent qu’une seule de ces possibilités. Cela limite forcément leur usage. Je ne saurais trop conseiller qui propose les trois, ou au moins ramassage et mulching. Les modèles qui permettent de passer d’un mode à l’autre en manipulant un simple levier, ont ma préférence, car il n’y a pas d’obturateur à chercher et à mettre en place. Polyvalence assurée !

Quelles sont les principales innovations en matière de tondeuse ?

Les robots envahissent nos jardins ! Non pas ceux de Star Wars, mais plutôt ces étranges engins qui, comme les mouches sur une fenêtre, se déplacent de manière aléatoire sur une pelouse rase comme une moquette. Je pense évidemment aux robots tondeuses. Pas vraiment une innovation, car j’essayais déjà les premiers modèles dans les années 1990, mais il faut reconnaître que ces tondeuses plaisent de plus en plus. Pas donnés certes, comme les aspirateurs robots pour la maison, mais avec l’avantage qu’il n’y a rien à vider sur la tondeuse…

Grin est une marque de tondeuse italienne qui propose une autre innovation chez les machines conventionnelles : un carter et une lame spécifiques qui broient l’herbe et la rejette au sol… Mulching alors ? Que nenni, car avec les tondeuses Grin, il n’est point nécessaire de tondre souvent pour ne couper qu’une petite partie des brins d’herbe. On peut tondre une fois par semaine comme avec sa tondeuse habituelle... et même sur une herbe humide. On n’est donc pas obligé de tondre plus souvent…

Le robot tondeuse Miimo : une tondeuse autonome qui n'a peur de rien ! Photo : Honda

Quelles précautions pour une tondeuse sans souci ? 

Quelle que soit la tondeuse utilisée, et quel que soit le mode de traitement de l’herbe coupée retenu, il est essentiel de nettoyer le carter de sa machine après chaque utilisation (brossage et/ou jet d’eau) pour éliminer tous les déchets collés et qui finissent toujours par perturber l’évacuation de l’herbe, et même carrément obstruer l’orifice d’éjection (on dit que ça bourre). En cas d’utilisation d’un sac ou panier collecteur, il faut veiller à bien nettoyer ses ouïes car c’est la condition sine qua non pour un remplissage optimal.

 

Le nettoyage de la tondeuse, une étape incontournable pour éviter les soucis
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(0 votes, moyenne: 0 sur 5)
Laisser un commentaire